Béatifier Pie XII : une décision inacceptable ! Communiqué du groupe Amitié Judéo-Chrétienne de France

0
12

Amitié Judéo-Chrétienne de France

60, rue de Rome – 75008 Paris

Tél. : 01 45 22 12 38

ajcf.contact@gmail.com

Béatifier Pie XII : une décision inacceptable !

La décision du Pape Benoît XVI de signer le décret d’héroïcité des vertus du Pape

Pie XII, première étape en vue d’une béatification, et ce conjointement avec le décret

concernant Jean-Paul II, scandalise non seulement les autorités juives mais aussi un

grand nombre de chrétiens.

Nous pensions qu’une telle décision, souhaitée depuis longtemps par la

Congrégation pour le culte des Saints, n’interviendrait qu’après la publication des

archives du pontificat de Pie XII selon la promesse faite par Jean-Paul II qui disait en

substance que l’Eglise n’avait rien à craindre de la vérité.

La question des historiens ne concerne pas, comme on le répète sans cesse, l’aide

directe ou indirecte apportée par Pie XII pour sauver des vies humaines juives pendant

la guerre, mais l’absence de sa parole publique dénonçant le massacre des juifs. Que les

nazis aient compris la portée du radio-message de Noël 1942 (où Pie XII n’a pas

prononcé le mot « juif ») ne fait aucun doute, mais le problème est celui de la

réception de l’ensemble du peuple chrétien éduqué depuis des siècles dans une vision

morale négative des juifs. La vraie question est celle de la responsabilité du Pasteur

suprême de l’Eglise catholique d’éclairer le peuple chrétien par ses enseignements,

indépendamment des circonstances, au nom des exigences de la Parole de Dieu dont il

est le premier interprète dans la tradition catholique.

La déclaration de l’« héroïcité des vertus », employée avant tout procès en

béatification, est-elle suffisante dans le contexte du temps ? Une béatification, et a

fortiori une canonisation, propose la personne du saint à la vénération des fidèles et

ceux-ci perçoivent alors sa vie comme un modèle à suivre. N’appartenait-il pas au

Pape de dénoncer avec vigueur ce qu’il y avait de pervers et de radicalement

contraire aux prescriptions bibliques dans le massacre des juifs ?

Heureusement, de nombreux catholiques, évêques, prêtres et laïcs ont passé

outre cette carence pontificale et ont su prendre leur propre responsabilité de croyants.

En conséquence, la décision de Benoît XVI est pour nous inacceptable !

Le 21 décembre 2009
Le Comité Directeur de l’Amitié Judéo-Chrétienne de France

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here