Antisémitisme, ce que la France veut absolument cacher

0
27

Si, les lettres de dénonciation des juifs sont accessibles.

Mercredi, dans la matinale de France Inter, Patrick Cohen a reçu Daniel Cordier, historien, résistant et secrétaire particulier de Jean Moulin.L’interview porte sur son livre (« Alias Caracalla »), son adaptation télévisée et la documentation disponible sur la Seconde Guerre mondiale, dans laquelle Daniel Cordier s’est plongé.

Soudain, l’historien énonce un fait surprenant sur l’Occupation (90’15) :

« Daniel Cordier : – Actuellement, vous n’avez qu’une partie des archives qui sont ouvertes. Et l’ensemble des archives de la guerre seront ouvertes après la mort de ma génération.

Patrick Cohen : – C’est-à-dire qu’il y a des choses que les historiens des années 2040 et 2050 vont découvrir sur la Résistance et sur l’histoire de la France libre ?

– On va découvrir, hélas la situation de la France. Parce que l’ensemble des Français est antisémite. …”>Article original J’ai eu de la chance, dans les trois mois que j’ai passés à Chartres. Un jour, après un déjeuner, le directeur des Archives, ndlr”>Article original m’a dit : “Avant de vous mettre au travail je vais vous montrer quelque chose.” Nous sommes descendus à la cave. J’ai vu par terre des paquets blancs, empilés les uns sur les autres. Il dit : “Ça vous ne le verrez jamais, parce que ce n’est pas pour votre génération. Ce sont les lettres de dénonciation des juifs.”

– Pour protéger les personnes et leur descendance, ces archives sont encore inaccessibles pour quelques années ou quelques décennies.

– Ça sera difficile à ouvrir, mais tout s’ouvrira. Dans les années 2040-2050, il y aura une nouvelle génération d’historiens qui aura encore plus d’exigences que les historiens d’aujourd’hui. Et là, je pense que ce sera une autre histoire de la Résistance et qu’on s’approchera de la vérité. »

Des lettres de dénonciation en ligne

Les lettres de dénonciation des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale seraient inaccessibles ? A Rue89, on s’est cassé la tête pour essayer de comprendre si c’était une question de délai, de protection des héritiers ou de données nominatives qui ne devraient pas être mises à la disposition du public.

Pourtant, avec une simple recherche Google, on trouve très facilement des documents :

– ici, la lettre d’un dénommé Lozet, « garde assermenté » au cimetière du Père-Lachaise, qui moucharde sur un de ses collègues. Dans une autre lettre, écrite à Avignon, une mère de famille s’inquiète qu’un jeune homme juif courtise sa fille. Elle demande au préfet de l’éloigner ;

– dans ce documentaire d’André Halimi, diffusé en 1983, des lettres sont reproduites :

– un colloque sur « la dénonciation en France pendant la Seconde Guerre mondiale », réunissant une trentaine d’historiens, a même eu lieu en 2008 à Caen.

« Les gens ressortent bouleversés »

En fait, Daniel Cordier a tort et raison à la fois :

– raison, parce que la plupart des documents sur la Seconde Guerre mondiale ne seront pleinement accessibles au public qu’entre 2015 et 2020 ;

– tort, parce que ce délai n’empêche pas leur consultation par des historiens, professionnels ou amateurs, des journalistes, des écrivains ou même des particuliers qui font des recherches. Ils peuvent demander (et obtiennent le plus souvent) des dérogations pour travailler sur les archives avant expiration du délai.

Pour comprendre, il faut se plonger dans le maquis réglementaire. Les « délais de sérénité », au-delà desquels les archives de l’administration sont rendues publiques, se sont raccourcis. D’abord encadrés par une loi de 1979, ils ont été réduits par la loi de 2008, comme le montre ce tableau.

Un dossier judiciaire, par exemple, peut aujourd’hui être consulté au bout de 75 ans. S’il date de 1940, il ne devrait donc être disponible qu’en 2015. Cependant, les historiens bénéficient de nombreuses exceptions. Et ces dernières années, l’accès à tous ces documents s’est largement démocratisé.

Jean-Marc Berlière, professeur d’histoire contemporaine, passe beaucoup de temps aux archives de la préfecture de police de Paris. Il a vu le public s’accroître.

« Dans les années 1980, c’était fermé de chez fermé, j’étais tout seul. Maintenant, c’est plein tout le temps. Les lois et surtout les circulaires sont allées dans un sens extrêmement libéral.

Les gens ressortent bouleversés par ce qu’ils ont trouvé, émus et surpris que les archivistes les accueillent à bras ouverts. »

Gilles Morin, professeur d’histoire aussi, confirme que les affirmations de Daniel Cordier relèvent d’une conception un peu datée des archives.

« Une grande partie des dossiers qu’on ne pouvait pas voir il y a dix ans, quinze ans, sont visibles maintenant. »

Les dérogations sont très souvent accordées. Et comme le rappelle Antoine Prost, historien qui siège à la Commission d’accès aux documents administratifs (Cada) :

« Le refus de dérogation peut être soumis à la Cada, qui se montre généralement ouverte s’il s’agit de recherches, et non de règlements de comptes anciens. »

Quelques difficultés pratiques

Cet accès aux archives de la Seconde Guerre mondiale a permis par exemple à l’historien Laurent Joly de publier des travaux sur la dénonciation des juifs sous l’Occupation. S’il estime, dans Libération, que « l’historiographie a du retard », ce n’est pas parce que les archives sont fermées mais plutôt sous-exploitées :

« Nombre de fonds d’archives restent à analyser, celles de l’administration, celles des polices parallèles de Vichy, les mains courantes des commissariats de quartier. »

Les difficultés rencontrées par les chercheurs sont davantage pratiques que juridiques :

Savoir où chercher

Pour savoir à qui demander la consultation d’un dossier, « il faut connaître l’organigramme administratif de l’époque », explique Jean-Marc Berlière.

« Tout le monde ne sait pas que certaines archives de la police nationale se trouvent aux Archives départementales, que tel service de police disparu s’occupait de la répression des juifs, que pour trouver des documents sur les meurtres miliciens dans le Gard, il faut aller à Marseille, que certains dossiers judiciaires de l’épuration ont été dépaysés, etc. »

« Certains fonds restent méconnus parce que personne n’en connaît l’existence », complète Gilles Morin. D’autres sont mal inventoriés, au point que les archivistes eux-mêmes ne savent pas forcément ce qu’ils contiennent. Ils disposent d’un grand nombre de documents non classés, et ne peuvent accéder qu’à des demandes très précises.

Protéger les données personnelles des tiers

Gilles Morin poursuit en citant un autre écueil fréquent :

« Si je cherche le dossier concernant une affaire judiciaire, à partir d’un nom dont je dispose, je dois prouver que la personne est morte depuis plus de 25 ans.

Mais en consultant son dossier, je risque de tomber sur le nom de tiers évoqués dans la procédure, auquel cas certains services d’archives préfèrent refuser l’accès. »

Des documents manquants

Même si le versement des dossiers aux archives est obligatoire passé un certain délai, certains services administratifs gardent la main sur leurs documents. Volontairement – pour les services secrets notamment, qui tardent à rendre leur butin public –, mais parfois simplement par négligence ou méconnaissance des règles en vigueur.

Parfois aussi, l’état de certains documents, imprimés sur du papier de très mauvaise qualité pendant la Seconde Guerre mondiale, rend leur consultation risquée : des frottements trop répétés pourraient les faire tomber en lambeaux.

Les archives de la préfecture de police de Paris sur l’Occupation sont ainsi en cours de numérisation, pour être mises en ligne et accessibles à tous en 2015. Mais dans l’intervalle, elles sont gelées : les chercheurs ne peuvent pas les voir.

Finalement, avance Jean-Marc Berlière :

« Il n’y a pas d’archives cachées, il n’y a que des archives égarées, non inventoriées, volées (notamment par les FTP et le PCF à la Libération), détruites. »

Mais selon lui, si les archives de la Seconde Guerre mondiale recèlent encore des secrets, c’est moins en raison des difficultés d’accès que du fait des historiens eux-mêmes, qui selon lui passent de moins en moins de temps à travailler sur ces sources brutes.

————————————–

DE 150 000 À 500 000 LETTRES

Selon Antoine Prost, « les chercheurs qui ont travaillé sur ces paquets de lettres, effectivement très nombreuses entre 150 000 et 500 000 dans toute la France, ndlr”>Article original, ont trouvé une minorité de dénonciation de juifs : on dénonce les trafiquants du marché noir, des voisins qu’on n’aime pas et qui écoutent la radio de Londres, des femmes de prisonniers qui trompent leur mari, etc… Et bien sûr aussi des juifs. »

————————————–

Camille Polloni – Rue 89 Article original

1 COMMENT

  1. Quelle vision claire de la situation !!!Abel…….
    Rien a y soustraire mais tellement de choses a y ajouter
    Juste une idée écouter les radios musulmane pour entendre les intervenants !!!alors que pour certain ils doivent être coupe tellement les propos sont mensonges et d une façon déguisé, raciste a l extrême, ,j en ai fait l expérience alors que j entendais des propos sur les sois disantes manipulations Sioniste des brigades islamistes combattantes dans l armée allemande,j ai voulu intervenir pour au contraire confirmer et rappeler les régulières visites du moufty de Jérusalem a Berlin avec photos et films le prouvant ,hé bien la comme par hasard la ligne c est coupée et que le sujet a vite change
    Donc pour l espoir de la France avec cette communauté de menteurs de sauvages ne faisant rien pour anoblir leur image mais au contraire en insultant au quotidien tout ceux qui ne leur ressemble pas !!!!!
    plutôt triste la vision de l avenir de la France

  2. @ Objective

    ” Il parait qu’à un certain moment de sa vie il fut victime “d’abominables calomnies” dit le rapporteur, on a prétendu qu’il avait “une ascendance juive” ”

    Bonjour Objective ,

    Chacun est le fruit de son héritage, l’enfant de sa famille, de sa lignée.
    ” Va, disait-il, bon sang ne peut mentir tu finiras au bagne, comme ton père. ” — (Emile Zola, La Fortune des Rougon, 1871)

    Il en va ainsi pour Louis II fils d’Albert 1er de Monaco .
    Voici son palmarés concernant son antisémitisme et son attitude servile envers le Troisième Reich .

    ” Louis II, surnommé le Prince-Soldat, monte sur le trône de la principauté de Monaco le 26 juin 1922. L’arrivée des troupes italiennes en juin 1940 inquiète le prince Louis II de Monaco à titre personnel. Il craint une annexion et une destitution. Il se rapproche du gouvernement de Vichy. C’est à Pierre Laval et au maréchal Pétain — dont il a embauché l’ancien aide de camp — qu’il demande, avec succès, assistance. Le prince Louis II fait passer de son propre chef, sans contrainte ni de l’Allemagne nazie ni du régime pétainiste, des lois antisémites visant au recensement des juifs et à l’organisation de rafles.
    Vis-à-vis de l’Allemagne, la principauté de Monaco exercera envers le Troisième Reich ce qui sera nommé plus tard une étrange neutralité. Des liens financiers avec les nazis existaient depuis 1936, quand le ministre des Finances allemand Hjalmar Schacht avait rendu visite au prince pour mettre en place un montage financier à partir de banques allemandes. L’intérêt à avoir des liens financiers était mutuel. La prospérité et l’indépendance de la principauté en profitaient. Le Reich diversifiait ses interfaces de financement. Par la Suisse et par Monaco, l’Allemagne nazie a réussi à contourner les embargos imposés par les Alliés. Le 25 juin 1943, Louis II offre un banquet au consul d’Allemagne ; il nomme le docteur Bernhard Bodenstein, un membre du parti nazi, consul de Monaco à Berlin. Les nazis arrivent à Monaco en septembre 1943. Des Allemands prennent des participations dans la Société des bains de mer (SBM). Le comportement du prince Louis II pendant la Seconde Guerre mondiale fut parfois considéré comme germanophile. En intégrant l’armée française en 1944, son petit-fils le futur prince souverain Rainier III de Monaco évita à la famille Grimaldi une accusation de collaboration avec les nazis.
    Louis II a enrichi la collection philatélique d’Albert Ier, collection qui est constituée en un musée postal par Rainier III en 1950 . ”

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_II_de_Monaco

    On comprend maintenant aisément qu’il fut victime “d’abominables calomnies” .

    Amicalement .

    Armand Maruani

  3. La seule chose que je sache dans tout ça c’est mon judaisme est pas interchangeable , certains se convertissent et c’est bien dommage de perdre cet héritage et cela va pour toutes les religions , mais être juif c’est bien plus profond ! Donc indestructible .

  4. En parlant d alya , je l’ai fait à l’âge de mes 14 ans ( trop jeune à cette époque ) .En parlant de France 5 ils ont arrêté l’émission de Paul Amar !

    Sinon je suis troublée par le comportements Européen SUR LA BANALISATION DU MAL !

  5. Bravo :M. Maruani. Je suis bouche bée devant le sérieux de votre compilation..
    Tout à l’heure sur TV5, je regardais une émission sur Albert 1er de Monaco, fondateur du musée oceanographique de Monaco. Il parait qu’à un certain moment de sa vie il fut victime “d’abominables calomnies” dit le rapporteur, on a prétendu qu’il avait “une ascendance juive”.( sa mère je crois)

    J’avais peine à croire ce que j’entendais .Le 2 mai 2013 sur une télévision française. de la façon la plus insidieuse, on infiltre le venin. .

  6. Chers amis vous avez remarqué comme moi , tout devient banal quand il s’agit des Juifs . En voilà un échantillon .

  7. @schlemihl
    ” Il ne faut pas être trop exigeant avec les humains ”

    On l’a remarqué , il faut les traiter comme des animaux .

  8. @ schlemihl
    ” Il n’ en est pas de même dans tous les pays d’ Europe et d’ ailleurs , je pourrais citer des exemples . ”

    Allez y dites nous tout , ici nous ne sommes au courant de rien . A moins que vous ayez un scoop à nous annoncer .

  9. @schlemih :
    ” les Français ne sont pas pires que les autres . Et ils tuent moins que certains ” .

    Mais les Juifs de France n’étaient pas pires que les autres français non plus . Alors pourquoi tous ces crimes ?

    Vous avez une partie de la réponse plus haut et pour vous documenter un peu , commencez à lire ceci .

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_des_Juifs_en_France

    Et si vous n’êtes pas encore convaincu , n’hésitez pas à nous questionner , nous sommes là pour çà .

  10. @schlemihl”
    Il n’ y a pas eu de pogroms en France ”

    Du 3 au 5 août 1934 à Constantine, alors en Algérie française, des Arabes musulmans influencés par la
    propagande antisémite des Européens d’Algérie détruisent plusieurs magasins et égorgent 28 Juifs dans
    leurs maisons, sous les yeux de l’armée française qui n’intervient pas. Cette passivité des autorités
    françaises met en lumière l’antisémitisme spécifique des Français d’Algérie et annonce la virulente politique
    antisémite du gouvernement de Vichy six ans plus tard.

    http://www.voir-et-transmettre.fr/pologne/documents/pogrom.pdf

    Pogrom de Strasbourg

    Le Pogrom de Strasbourg est le massacre par des habitants de Strasbourg de plus de 900 des 1 884 habitants juifs de la ville1 le 14 février 1349, jour de la Saint-Valentin. Il est connu aussi sous la désignation de massacre de la Saint-Valentin.
    Dès le printemps 1348, de nombreux pogroms se produisent tout d’abord en France faisant des milliers de victimes parmi la population juive, puis à partir de novembre, par la Savoie, ils se propagent à de nombreuses villes du Saint-Empire2, en particulier de Rhénanie. En janvier 1349 des pogroms ont lieu à Bâle et à Fribourg-en-Brisgau où les Juifs sont envoyés par centaines au bûcher, et le 14 février, c’est au tour de la communauté juive de Strasbourg d’être anéantie.
    A Strasbourg, cet événement tragique est étroitement lié à la révolte des corporations de métiers qui se déroule cinq jours auparavant et qui renverse le pouvoir en place depuis 1332, composé de riches bourgeois dont le juge Sturm et Conrad Kuntz von Winterthur, les deux stadtmeister (équivalents au maire de la ville) et Pierre Schwaber, l’ammeister (chef des corporations de métiers), qui garantissaient jusqu’alors une protection aux Juifs de la ville. Les artisans, aidés par une grande partie de la population, se sont insurgés plus particulièrement contre Schwaber, jugeant son pouvoir trop important, et sa politique envers les Juifs trop favorable

    Le pogrom est résumé par un des chroniqueurs, Closener (page 130), en vieil allemand,: « An dem fritage ving man die Juden, an dem samestage brante man die Juden, der worent wol uffe zwei tusend alse man ahtete. » (« Le vendredi on a capturé les juifs, le samedi on les a brûlés, ils étaient environ deux mille comme on les a estimés »). Les nouveaux dirigeants décident de traiter rapidement la question juive en les exterminant, sans tenir compte de l’accord de protection signé par la ville, ni des conséquences financières pour la ville de Strasbourg. Le 14 février, jour de la Saint-Valentin, le quartier juif est cerné et ses habitants conduits au cimetière de la communauté. Là, on bâtit un immense bûcher où les Juifs furent brûlés vifs. Certains autres sont enfermés dans une maison en bois à laquelle on met le feu. Celui-ci dure six jours. Seuls échappent au massacre, ceux qui abjurent leur foi, les petits enfants et quelques belles femmes33. ’

    La haine des Juifs dans la population
    Les raisons de la haine des Juifs sont facilement identifiables. Au cours des siècles, se sont ajoutées des causes religieuses et sociétales. Parmi ces nombreuses raisons, on trouve l’accusation du meurtre du Christ, de profanations d’hosties, de meurtres rituels, de complot mondial, de vol et d’usure.
    Souvent dans l’interdiction de pratiquer d’autres métiers, les Juifs exercent le rôle de prêteur et assurent ainsi une position importante dans l’économie urbaine. Mais cette activité leur attire de nombreuses inimitiés. Les chroniqueurs relatent que les Juifs font l’objet de nombreux griefs: ils sont considérés comme présomptueux, durs en affaires et ne désirent s’associer avec personne4. Ce manque d’égard apparent des Juifs n’est pas dû à une dureté particulière, mais trouve sa véritable raison dans l’énormité des droits et taxes qui leur est imposée pour l’octroi d’une protection. Les Juifs formellement appartenaient toujours à la maison du roi, mais celui-ci avait depuis longtemps fait don des droits à la ville. (En 1347, Charles IV avait reconfirmé l’attribution des droits à la ville5) Strasbourg reçoit donc la plus grande partie des impôts juifs, mais en contrepartie doit prendre à sa charge la protection des Juifs. (Le montant exact des impôts est fixé dans une lettre datant de 1338, suite aux rançonnements et aux massacres de Juifs en Alsace par les bandes d’Armleder). Pour pouvoir répondre aux exigences pécuniaires de la ville, les Juifs devaient se montrer très stricts sur leurs créances, ce qui provoquait la haine de la population et surtout de leurs débiteurs.
    Dans ce contexte déjà tendu, survient la menace de la peste noire, une épidémie de peste bubonique qui fit en tout près de 25 millions de morts en Europe. Les Juifs sont accusés d’empoisonner les puits. En ce début de 1349, la peste n’a pas encore atteint Strasbourg, mais les nouvelles de sa propagation à travers l’Empire germanique, créent un climat de panique parmi la population, climat entretenu par certains provocateurs dont le but inavoué est de se libérer des dettes contractées auprès des Juifs et de s’approprier leurs biens. Le peuple réclame leur extermination.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Pogrom_de_Strasbourg

    @schlemihl” :
    Mais je ne vois pas la nécessité de remuer la fiente ”

    Vous avez raison , j’ai préféré abréger parce que la liste est longue .

  11. Il ne faut pas être trop exigeant avec les humains . Franchement on a vu pire qu’ en France . il y a des mouchards partout et les Français ne sont pas pires que les autres .

    Et ils tuent moins que certains . Il n’ y a pas eu de pogroms en France .Il n’ en est pas de même dans tous les pays d’ Europe et d’ ailleurs , je pourrais citer des exemples . Mais je ne vois pas la nécessité de remuer la fiente .

  12. Mon Cher Abel merci pour cette réponse si pertinente que je partage à 1000%. Ils ont tout fait pour nous spolier et pour nous faire disparaître . Le moyen le plus simple , le plus lâche et le plus vil furent la collaboration et la dénonciation , un véritable sport national . En découvrant les archives on pourra toujours savoir où sont les pourritures , celles qui ont spolié et volé les Juifs après les avoir dénoncés . Combien se sont enrichis sur le dos de nos frères , et à la dernière minute se sont débrouillés un flingue d’occasion pour jouer les justiciers , se prendre en photos pour se vanter plus tard qu’ils furent des résistants . Et leurs petits enfants fiers pourront dire : ” Mon papy était résistant ” pendant qu’ils logent dans des maisons ou qu’ils détiennent des biens spoliés aux Juifs . La France était belle en 40 , tous pétainistes , sauf il faut le reconnaître , une infime minorité .Et aujourd’hui leurs petits enfants qui disent ” mon papy était résistant ” collaborent avec une nouvelle peste , la verte cette fois . Comme le béret et la baguette , l’antisémitisme est bien une spécialité nationale, ça fait 2000 ans que ça dure .

    Shabbat Chalom mon Cher Abel .

  13. @maman68 et Abel
    La France comme tous les pays catholiques a un fond d’antisémitisme Toutefois il y a deux antisémitisme : celui dû à l’eglise catholique et celui importé du Moyen Orient en particulier depuis les années 1970 .Si les racines sont différentes , les conséquences sont les mêmes . Pour en revenir à l’article et non pas à l’antisémitisme en général , il est exact qu’il y a eu de nombreuses lettres de dénonciation mais il est néanmoins exact qu’il y a eu des Français qui ont sauvé des Juifs : je suis un de ceux là !!!!!
    Pour le reste , un peu d’histoire de France ne ferait pas de mal

  14. La France a toujours été plus ou moins antisémite ! Tout dépend des périodes ! Les Juifs ont acquis le statut de citoyen français à l’époque des Lumières, alors qu’ils sont en France depuis deux mille ans ! L’Eglise catholique y est pour quelque chose, viscéralement antisémite, se croyant le nouvel Israël (la fille qui tue la mère, les Juifs, pour pouvoir exister) !
    La France ne mérite pas ses Juifs, qui ont toujours oeuvré pour son bien ! Dernier exemple : Le prix NOBEL de physique, le plus prestigieux des prix NOBEL a été décerné à un Juif, Français, certes, mais Juif quand même, Serge HAROCHE, Juif originaire du Maroc.
    Les Juifs, chaque shabbat, dans les synagogues, récitent une prière pour la gloire du pays d’accueil, et la santé de ses gouvernants !
    Cette crême de la société française finira par quitter en masse la ” France de notre enfance “, laissant en lieu et place cette faune venue d’ailleurs, poubelles nauséabondes qui finiront pas empester partout où l’islam et les islamistes passeront ! Il ne restera plus que mort et désolation, partout, sans aucune exception ! Est-ce cela le but ultime recherché par ceux qui nous gouvernent ? Sont-ils aussi aveugles que cela, ou simplement lâches, pour laisser cette belle ” France de mon enfance ” partir en cou…e ! Les Francais, bien qu’un infime pourcentage a usé de la délation, intolérable aussi minime soit-elle, méritent-ils d’être jetés, tous ensemble, au fond de l’abîme ? Quand les gentils musulmans auront remplacés les Juifs en France, et ailleurs, nous verrons bien l’état de ces contrées où l’islam se sera implanté ! Ma prévision, tout à fait réaliste, au vu de ce que nous voyons tous les jours, est misère, mort, tout sens dessus-dessous, un monde tohubohu (tohou vé bohou !) comme il était avant que les Juifs ne donnent la Loi à l’Humanité ! Case départ où la loi du plus fort dominera tout le reste ! Bon vent, la France ! Tu ne mérites pas tout ce que les Juifs t’ont apporté de bon et de meilleur !

  15. Je ne sais pas si ce texte sera diffusé : Mais voilà la triste réalité
    Mais bien sûr tout le monde sait que la france est un pays qui est devenu de plus en plus antissémites, et tout le monde sait aussi que l’antissémitisme à grandit avec l’arrivé d’hitler et des musulmans en france, par la suite, et l’antissémitisme ne cesse de grandir, grâce à eux, ou à cause d’eux mais ca,ça dépend de quel côté vous vous plaçez.
    Car les musulmans font tout pour entretenir cette haine et cet antissémitisme, si vous ne me croyez pas regardez ce qui c’est passer il n’y a pas si longtemps, maintenant les musulmans vont nous décapiter sur place, et bientôt ce sera le tour des chrétiens car avec un gouververnement aussi laxiste que lui, croyez-moi ce qui c’est passé là-bas bientôt ce passera bientôt ici en france.
    Si vous ne me croyez regardez tous les juifs que les musulmans assassinés en france là rien que dans les dix dernières années
    Et dites moi que je mens.
    Et j’ose à peine croire ce qui doit ce dire, et ce qui doit ce faire, ce qui doit se passé dans certaines mosquées en france
    Je pense qu’ils doivent s’encourager pour tuer tout ce qui n’est pas musulmans
    Alors bien sûr le grand recteur des mosquées patati patata bla bla bla bla et va certainement me contredire en disant que c’est tous des petits saints.
    Ils sont tellement saint que l’on trouve chez eux des assassins
    La guerre est fini pour nous, mais pour eux la guerre sera fini quand le monde sera islamisé et islamiste
    et jusque là attendez-vous à un peu plus d’atrocités et à un peu plus de meurtres qui grandiront d’années en annéeset ça jusqu’a l’islamisation complète et totale de la france.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here