Vive la Syrie! A bas Assad! crient les supplétifs syriens de la Russie

Moscou a utilisé son unité supplétive sud-syrienne, le cinquième corps, pour envoyer un message à Bashar Assad à Damas. Ce slogan révélateur a été lancé le 1er août en présence d’officiers russes lors d’un défilé de promotion de 1 000 recrues du cinquième corps formées par la Russie. Cette milice a été créée au début de cette année pour imposer le rôle de Moscou en tant que maître du sud de la Syrie. Il régit trois régions, Daraa, Quneitra et Jebel Druze.

La plupart des volontaires qui s’y sont joints sont d’anciens rebelles, certains d’entre eux des combattants du sud de la Syrie contre le régime d’Assad qui étaient à la solde d’Israël pendant la guerre civile. Les Russes y ont installé comme leur commandant Ahmed al-Awdah, un ancien rebelle haut en couleurs, réputé pour détenir un diplôme en littérature anglaise, qui est connu pour avoir changé de camp plus d’une fois. Aujourd’hui, il répond directement aux ordres d’un général russe. Le cinquième corps, dont la plupart des recrues sont des musulmans sunnites, agit comme une barrière vivante contre les intrusions iraniennes, pro-iraniennes ou du Hezbollah ou les tentatives de l’armée nationale syrienne pour défier le contrôle russe du sud de la Syrie.

Et donc le slogan : «Vive la Syrie! A bas Assad! provenant de la gorge d’un millier de nouvelles recrues syriennes formées par la Russie, lors d’un défilé auquel assistaient un colonel russe et d’autres officiers, a retenti de manière discordante aux oreilles de Bashar Assad et de son régime. Vladimir Poutine lui faisait savoir, depuis le quartier général d’Awdah à Bosra dans le sud, où le pouvoir, qui a garanti sa survie par une intervention militaire, se situe aujourd’hui et ce qui est prévu au Kremlin pour l’avenir de son pays et son régime.

S’il y avait le moindre doute sur ces intentions, des officiers russes se sont également rendus dans la province orientale de Der Ezzor pour mobiliser des talents locaux et en expulser les gardes iraniens de cette région frontalière syro-irakienne. Des mesures sont donc en cours pour affirmer la domination russe dans l’Euphrate oriental dans le cadre du marchandage « final ».

Les émissaires de Poutine sont également en contact avec les dirigeants kurdes du nord de la Syrie. En conversation avec le général Mazlum Abdi, chef de leur milice soutenue par les États-Unis, ils donnent des assurances séduisantes de soutien à la réalisation par les Kurdes syriens de la «décentralisation» – un autre mot pour parler de l’autonomie. Ils promettent également de s’occuper des Kurdes de Syrie contre les représailles du régime d’Assad si et quand les États-Unis retireraient leurs troupes du pays. Le dialogue russo-américain semble également se dérouler parallèlement à cette mesure.

Vu de Téhéran, le spectacle de la Russie, ancien allié dans la campagne pour maintenir Assad au pouvoir, qui se fraye un chemin tranquillement et résolument vers des positions de contrôle dans le sud, à l’est et le nord de la Syrie, doit être exaspérant à l’extrême.

“Long Live Syria! Down with Assad!” Russia’s Syrian proxy shouts

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.