Varsovie : Israël et les États arabes contre l’Iran

1
839
Israël et les États arabes se réunissent à la conférence contre l’Iran
Le Premier ministre Netanyahu se rend à Varsovie pour participer au sommet sur la paix et la sécurité au Moyen-Orient, qui se concentrera sur la menace iranienne. Pour la première fois depuis la Conférence de Madrid en 1991, un Premier ministre israélien siégera dans la même salle que des représentants de nombreux pays arabes.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est arrivé mercredi matin en Pologne pour rejoindre les hauts responsables de 60 pays lors du sommet de Varsovie sur la paix et la sécurité au Moyen-Orient, organisé par les États-Unis et la Pologne? dans le but de renforcer la pression contre l’Iran.

“Je pense que la tenue de cette conférence, pour laquelle Israël, les Etats-Unis, différents pays du monde et de la région se sont assis au même endroit … et a discuté d’un sujet – qui, à mon avis, est le plus important pour notre pays : La sécurité- est une réalisation très importante. J’apprécie beaucoup l’initiative américaine, à laquelle je suis associée et à laquelle je participe depuis plusieurs mois”, a-t-il déclaré avant de prendre son vol à destination de la capitale polonaise.

Lors de son séjour à Varsovie, Netanyahu devrait rencontrer le vice-président américain Mike Pence et le secrétaire d’État Mike Pompeo, ainsi que le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki.

Le Premier ministre Netanyahu et son épouse Sara embarquent pour un vol à destination de Varsovie (Photo: Amos Ben Gershom / GPO)

Le Premier ministre Netanyahu et son épouse Sara embarquent pour un vol à destination de Varsovie (Photo: Amos Ben Gershom / GPO)

Le Premier ministre israélien devrait prononcer un discours cinglant contre l’Iran lors de la première journée de la conférence jeudi. Le vice-président américain Pence et le ministre polonais des Affaires étrangères, Jacek Czaputowicz, doivent également prendre la parole.

L’Iran a dénoncé la conférence, qui débutera mercredi, comme un “cirque” américain anti-iranien et la Russie a annoncé qu’elle ne participerait pas.

L’absence de ministres des Affaires étrangères des grandes puissances européennes, l’Allemagne et la France, souligne les tensions persistantes avec l’Union européenne, suite à la décision du président américain Donald Trump de se retirer de l’accord sur le nucléaire conclu en 2015 avec l’Iran et de réimposer les sanctions.

La responsable politique de l’UE, Federica Mogherini, qui a joué un rôle clé dans l’accord sur le nucléaire iranien, ne participera pas à la conférence de deux jours, en raison de problèmes de calendrier, a déclaré un responsable de l’UE, bien que le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo se rende vendredi à Bruxelles pour la rencontrer.

Pompeo, qui sera rejoint par le vice-président américain Mike Pence à Varsovie, a minimisé l’absence des principaux ministres européens lors de cet événement, au cours d’un bref arrêt mardi à Bratislava, capitale de la Slovaquie, avant de se rendre à Varsovie.

“Certains pays font venir leurs ministres des Affaires étrangères. D’autres pays ne le font pas. C’est leur choix”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

“Nous pensons que nous ferons de réels progrès. Nous pensons qu’il y aura des dizaines de pays qui s’emploieront sérieusement à consolider un Moyen-Orient meilleur et plus stable, et j’espère que nous y parviendrons d’ici le départ de cette conférence jeudi”, a t-il ajouté.

Les responsables américains, à droite, rencontrent les responsables polonais avant la conférence (Photo: EPA)

Les responsables américains, à droite, rencontrent les responsables polonais avant la conférence (Photo: EPA)

Des pays tels que la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne ont ouvert un nouveau canal d’échanges non monétaires avec l’Iran, afin de contourner les sanctions américaines et de maintenir l’accord nucléaire à flot, mais ils ont critiqué le programme de missiles balistiques de Téhéran.

“Il y aura des discussions sur l’influence de l’Iran au Moyen-Orient, sur ce que nous pouvons faire pour aider l’Iran sur un pied plus positif qu’il ne l’a été, afin de repousser collectivement certains de ses comportements pervers dans la région”, a déclaré un haut responsable américain, à propos de l’ordre du jour de Varsovie.

Les nouvelles sanctions américaines, visant principalement à réduire les revenus du secteur pétrolier iranien, ont largement réussi à persuader les entreprises européennes d’abandonner leurs relations avec l’Iran.

L’Iran a menacé de se retirer de l’accord si les puissances européennes ne lui permettaient pas de bénéficier d’avantages économiques. Les Européens ont promis d’aider les entreprises à faire des affaires avec l’Iran tant que celui-ci respectera l’accord.

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo à Varsovie (Photo: AFP)

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo à Varsovie (Photo: AFP)

Dans leurs divergences politiques, les alliés européens de Washington ont également exprimé leur inquiétude face à la décision de Trump de retirer les troupes américaines de la Syrie.

Les Américains et les Polonais ont invité de hauts responsables de presque tous les pays musulmans et arabes, mais n’ont pas été en mesure d’inviter de nombreux dirigeants à la conférence. Au lieu de cela, les pays arabes enverront des ministres des Affaires étrangères, des vice-ministres ou des ambassadeurs en Pologne.

L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Oman, la Jordanie, le Yémen, Bahreïn, le Maroc et le Koweït comptent parmi les pays musulmans qui devraient envoyer des ministres. L’Egypte et la Tunisie enverront des vice-ministres. De plus, les ministres des Affaires étrangères des pays des Balkans et du groupe de Visegrád (Hongrie, Slovaquie, République tchèque et Pologne) participeront également à la réunion.

Ce sera la première conférence régionale depuis la Conférence de Madrid de 1991, à laquelle le Premier ministre israélien serait présent aux côtés des représentants de presque toutes les nations arabes. Il reste cependant à voir si des responsables arabes feront des ouvertures publiques à Netanyahu sans concession majeure de sa part sur la cause palestinienne, qui anime toujours le débat public arabe.

La conférence de Madrid en 1991 (Photo: Moshe Milner)

La conférence de Madrid en 1991 (Photo: Moshe Milner)

L’opinion publique arabe étant toujours fermement opposée à la normalisation avec Israël, il est peu probable que la conférence de cette semaine produise un engagement chaleureux, a déclaré Yoel Guzansky, chercheur principal à l’Institut d’études de la sécurité nationale d’Israël.

“Des réunions secrètes existent déjà et les relations” sous la table “sont le secret le mieux gardé du monde. Je ne vois donc pas ce que les Arabes gagneraient à serrer la main (au 1er Ministre israélien)”, a-t-il déclaré. “Le but est de voir tout le monde dans la même pièce comme présentant un front uni contre l’Iran. Mais la rue arabe est toujours loin derrière les élites concernant Israël, et une étreinte trop forte pourrait déclencher l’hostilité.”

La conférence, qui devait initialement se concentrer sur l’Iran, traitera également de la promotion de la paix au Moyen-Orient, après que les Iraniens ont exercé une pression immense sur les Polonais, qui souhaitent maintenir leurs bonnes relations avec Téhéran et le monde musulman, dans leur agenda.

En outre, des pays européens ont averti Washington qu’il était mal avisé d’organiser une conférence mettant en exergue les divergences d’opinions entre l’Europe et les États-Unis sur l’Iran, et ont suggéré d’organiser une discussion à huis clos sur la menace des missiles balistiques iraniens.

Jared Kushner, le gendre de Trump, sera le conseiller de la Maison-Blanche à la conférence. Il expliquera les projets des États-Unis en faveur de la paix entre Palestiniens et Israéliens.

Bien que Kushner ne soit pas susceptible de divulguer trop de détails sur le plan, ce sera l’une des premières fois en deux ans qu’il travaille sur le plan qu’il discutera publiquement des efforts des États-Unis.

Des responsables palestiniens ont déclaré qu’ils ne participeraient pas à la conférence de Varsovie à cause de la décision de Washington de déplacer l’ambassade américaine à Jérusalem. Ils ont également demandé aux pays arabes de boycotter ou de réduire leur représentation à la conférence en Pologne.

“Nous considérons la conférence de Varsovie comme un complot contre la cause palestinienne“, a déclaré cette semaine le ministre palestinien des Affaires étrangères, Riad Malki.

Le président Mahmoud Abbas a rencontré mardi le roi saoudien Salman, qui a exprimé sa “position permanente” en faveur d’un État palestinien avec Jérusalem-Est pour capitale, selon l’agence de presse officielle saoudienne.

Aux côtés de l’Iran et des Palestiniens, le Qatar et la Turquie boycottent également la conférence.

L’Associated Press a contribué à cet article.
Reuters, Itamar Eichner | Publié: 02.13.19, 09:21

 

1 COMMENT

  1. Je n’habite pas loin de la confédération helvétique. Je me souviens qu’en 1990 environ, à Genève il y a eu des échanges de coups de feu entre partisans et opposants de la révolution iranienne. C’est ça aussi, les relations avec l’Iran.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.