Alors qu’en France de braves gens refusent de se faire vacciner pour de faux prétextes, en Israël ils se posent les bonnes questions.

Suis-je le gardien de mon frère répondit Caïn alors que Dieu l’interpellait au sujet de Abel son frère. Suis-je le gardien de mon frère là est la question. En refusant de se faire vacciner on devient le potentiel vecteur du virus tueur et ainsi le complice d’une mort ou de plusieurs morts possibles. Jusqu’où mon droit s’arrête-t-il quand je mets en danger les autres. Si se faire vacciner comporte un risque, cela s’entend, mais en absence de risque, puis-je mettre en danger les autres gratuitement ?

Tant que la société verra la philosophie comme une science inutile, elle passera à coté de l’essentiel. La science sans conscience n’est que ruine de l’âme (Rabelais).

C’est dans ce contexte qu’en Israël ces questions sont posées.

Obligation de vaccins pour les salariés ? Tout le monde attend une loi pour cela.

Le remède contre Corona est déjà là, mais les employeurs réfléchissent déjà à ce qui se passera si leurs employés refusent de se faire vacciner. Sera-t-il permis de prendre ou de refuser des voyageurs ? La législation n’existe pas encore, et les experts en droit du travail ne peuvent à ce stade qu’évaluer quelles sont les options et expliquer ce que dit la loi existante.

Les personnes de plus de 60 ans peuvent déjà être vaccinées contre le virus corona, et bientôt, espérons-le, tout le monde le rejoindra. Que se passe-t-il si un employé ne veut pas se faire vacciner ? Quelles sanctions ou quels avantages l’employeur peut-il imposer ? La législation n’existe pas encore, mais entre-temps, des experts en droit du travail expliquent ce que dit la loi existante et évaluent les possibilités.

Est-il possible de forcer un employé à se faire vacciner ?

Non, chaque personne a une autonomie sur son corps et même l’État n’a pas imposé de vaccin à ses citoyens. L’avocat Tamar Tavori, consultant en santé du cabinet Yigal Arnon & Co., explique que la loi sur les droits des patients n’autorise pas le traitement médical forcé sauf dans les situations d’urgence définies par la loi, et que la loi sur les pouvoirs spéciaux pour faire face à l’épidémie de Corona n’établit pas l’autorité d’exiger la vaccination.

L’avocate Kalia Klein, associée et directrice du département du droit du travail du cabinet d’avocats Pearl Cohen Tzedek, ajoute que si un employeur exige qu’un employé soit vacciné et que ce dernier développe une réaction allergique, par exemple, il peut être responsable des dommages. « Cependant », note-t-elle, « il n’y a aucun obstacle à encourager la vaccination. Parmi les employés en offrant diverses incitations, telles que des primes, des jetons d’achat, etc. « 

Est-il permis de demander à un employé s’il a été vacciné ou s’il a l’intention de se faire vacciner ?

Oui. Il s’agit d’une situation extrême et particulière, et la réponse peut avoir des implications sur le fonctionnement du lieu de travail. Par exemple, pour décider de renvoyer les travailleurs de la maison vers les bureaux, de continuer à travailler dans des lieux confinés et de faire des réunions de zoom, ou d’organiser des événements de bien-être. Dans tous les cas, une liste d’employés vaccinés constitue une information privée et doit rester confidentielle

Un employé refuse de se faire vacciner. Peut-on l’empêcher d’assister aux réunions, de voyager en navette ou de s’asseoir d’une manière rapprochée ?

Selon les avocats Orly Aviram et Alon Noy, les associés directeurs Ben. Feinberg & Co., spécialisée dans le droit du travail, n’est pas autorisée à imposer des sanctions, mais il est permis de prendre des décisions matérielles qui découlent de la nécessité de protéger les employés qui ne sont pas autorisés à se faire vacciner ou d’autres publics avec lesquels l’employé entre en contact. « Il est possible, par exemple, d’empêcher la participation physique à une réunion, l’embarquement dans une navette et plus encore. »

L’avocat Klein ajoute que si un employeur impose des sanctions à un employé qui refuse de se faire vacciner, celui-ci sera autorisé à prétendre que son droit à l’autonomie est violé sur son corps et des allégations d’abus peuvent même survenir et exposer l’employeur à des poursuites.

Est-il permis de licencier ou de suspendre un employé qui refuse de se faire vacciner ? 

Selon les avocats Aviram et Noy, la réponse dépend des circonstances. « Dans les cas où le refus de se faire vacciner peut causer des dommages sur le lieu de travail ou un risque réel pour l’environnement de travail, par exemple s’il s’agit d’un instituteur, d’un médecin traitant des femmes enceintes ou d’un pilote qui ne peut pas voler vers des pays qui interdisent l’entrée des personnes non vaccinées, cela peut être justifié.

Est-il possible de déplacer l’employé vers un autre poste, par exemple qui n’inclut pas de contact avec un public ?

Selon l’avocat Klein, « Il n’y a pas de décision en la matière, mais à notre humble avis, un employé dont le fait d’éviter un vaccin peut mettre en danger une population à risque, par exemple un employé d’une maison de retraite qui refuse de se faire vacciner, peut être déplacé vers un poste qui ne sera pas en contact avec eux. »

Y a-t-il des décisions à ce sujet ?

Pas encore, mais selon l’avocat Meirav Oren, associé du département du droit du travail de Sheblat & Co., << on peut tirer des leçons d’une autre décision du Tribunal national du travail qui avait précédemment statué que l’État ne pouvait pas forcer un employé à effectuer un examen médical contre sa volonté, mais son refus peut avoir des conséquences. De cette manière, la possibilité d’imposer des sanctions en cas de refus de procéder à un examen médical a été formée. Dans ce cas, il s’agit d’une situation « de routine » et il est possible que les tests de la décision en cas d’urgence soient plus cléments. « 

L’avocat Klein ajoute que pour tenter de lutter contre l’épidémie de rougeole, des projets de loi ont été adoptés à la Knesset qui proposaient de refuser des points de crédit d’impôt aux parents d’enfants non vaccinés et de les empêcher d’entrer dans les établissements d’enseignement, mais ces propositions sont restées bloquées dans les comités et leur législation n’a pas été achevée.

L’employé a des effets secondaires dus au vaccin. Est-ce une maladie légale ?

Oui. Selon un certificat de maladie

Quelles restrictions peuvent être imposées à ceux qui choisissent de ne pas se faire vacciner ?

Pour encourager les gens à se faire vacciner, note l’avocat Oren, le ministère de la Santé envisage de délivrer à chaque vacciné un certificat qui lui donnera des avantages par rapport aux non-vaccinés, tels que : exemption d’isolement au retour de l’étranger, possibilité d’entrer et d’entrer librement dans les îles touristiques vertes, exemption d’isolement en cas de contact Patient vérifié, et plus encore. À l’avenir, des avantages culturels pourraient également être envisagés, tels que l’accès aux cinémas, théâtres, hôtels, ainsi qu’à des événements sportifs ou des salles de sport.

JForum et Ynet

 

 

7 Commentaires

  1. Tout à fait d’accord. On soigne d’abord. Or Israël comme la France ont balayé d’un revers de main le protocole Raoult efficace, quand il est administré tout au début de la maladie, pour laisser place à un vaccin dont on ne connait pas les conséquences, pour enrichir les entreprises mondialisées pharmaceutiques.
    On a le choix: vaccin ou confinement
    Science sans conscience n’est que ruine de l’âme : dans la situation actuelle, c’est la ruine et de l’âme et de corps

  2. Il faut seulement espérer que celles et ceux qui encensent tant ce vaccin qui n’est en fait qu’une manipulation génétique, que ces gens là se feront vacciner les premiers. Ils auront au moins servi de cobayes humains

  3. Si j’ai bien compris, ceux qui ne veulent pas se faire vacciner à cause de risques irrationnels (basés sur… rien d’autre que des impressions ou sur des intox) preferent vivre dans la situation actuelle ?
    Résumons: Maladie lourde à supporter (pas de remède actuellement, le vaccin n’est pas un remède), mortalité supplémentaire, contagion importante, confinement, port du masque, gel, ambiance malsaine, et j’en oublie surement.
    Vivement qu’on en sorte et pour y arriver faudra surement faire des concessions.

  4. elie du 78 c’est n’importe quoi votre post ! soyez pas egoiste , etes vous conscient que ceux qui ne veulent pas sefaire vacciner mettent en danger les plus fragiles ! ça merite reflexion car le vaccin est le seul rempart contre ce virus afin qu’il ne se propage plus , on devrait mettre de forte amendes aceux qui attentent a la vie d’autrui

    • Allez donc vous faire inoculer ce supposé « vaccin » Marco po :)) et ne jouez pas les tyrans, vous n’en avez même pas la carrure.

      Personnellement je ne suis pas anti vaxx mais je suis contre un produit génétique dont les effets n’ont pas été testés sur le long terme (alors que c’est une règle absolue pour tout médicament ou vaccin !) et pour un virus qui tue 0,05% de la population en un an, soit 20 fois moins que les autres causes.

      Donc marcopo va vite te faire inoculer ce Pfizer !!

  5. Si il y a un an on nous avait dit que l’on ferait à la hâte un nouveau type de vaccin, qu’on escamoterait toutes les précautions d’usage et que l’on désignerait ceux qui rechignent à se faire vacciner comme des irresponsables voire presque des criminels, jamais je n’y aurais cru.

  6. De plus en plus pathétique cette covidictature. Allez vous faire inoculer un produit dont on n’a pas testé les effets sur le long terme et pour un virus qui tue 0,05% de la population (dont 80% de plus de 75 ans) !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.