Le nouveau Secrétaire d’Etat Rex Tillerson limoge trois frères nommés par Obama au Secrétariat d’Etat.

Ils avaient accès à des informations sur les raids des Navy Seals peu de temps après la mort d’un soldat d’élite américain au Yémen… 

1

Source d’origine : Free Market Shooter blog

Peu de temps après la prise de fonction de Trump et avant même que Rex Tillerson ne soit confirmé au poste de Secrétaire d’Etat, un certain nombre de responsables au Département d’Et ont été limogés de leurs positions (ou contraints de démissionner), dans le cadre d’un effort visant à « nettoyer la maison », au Département d’Etat. La globalité de l’affaire n’a été rapportée par les médias que par hasard, en particulier par le blog de Jeff Bezos, qui a insinué que ces départs correspondaient à un exode massif de’officiers du Service des affaires étrangères qui ne voulaient plus rester dans les parages au cours de l’ère Trump ».

Une analyse plus approfondie a révélé que ces responsables ont en réalité été limogés de leurs postes peu de temps après la viiste rendue par Tillerson au x bureaux du Département d’Etat à « Foggy Bottom » avant sa confirmation.

Et, à peine quelques semaines après les faits, il est apparu que nous avons appris pourquoi Tillerson a été aussi prompt à purger les membres existants de l’équipe : il n’avait tout simplement pas confiance en eux. Il est aussi apparu que sa méfiance était justifiée.

Le 29 janvier, les Forces Spéciales des Etats-Unis ont exécuté une opération à l’intérieur du territoire yéménite, contre Al Qaïda dans la Péninsule Arabique (AQPA), dans le but de recueillir des renseignements et de tuer plusieurs dirigeants du groupe. Le raid a été planifié sous l’Administration Obama, mais la  décision d’exécuter cette opération a été imputée à Trump, en se servant d’un prétexte de devoir attendre un faible « croissant de lune » pour mener le raid avec un maximum de préservation du secret :

Alors que l’opération était proposée depuis longtemps, elle n’a jamais obtenu le feu vert. Selon certains, Obama sentait que cette opération marquerait une « escalade significative » au Yémen et que, par conséquenty, elle devait être laissée à la prochaine administration qui devrait en décider.

 

De plus, les responsables de la défense espéraient que l’administration Trump manifeste plus de volonté à approuver des missions dangereuses :

« Nous nous attendons  un cycle d’approbation d’opérations plus rapide et simple sous cette Administration », a déclaré un autre responsable de la Défense.

Navy SEAL William “Ryan” Owens

2

 

Toujours est-il que cette opération s’est achevée par la mort de 47 djihadistes, mais aussi celle du Navy SEAL William « Ryans » Owens, ainsi que 3 autres blessés, parmi les hommes de ce peloton. Alors que les Commandos ont fait tout leur possible pour maintenir l’effet de surprise, elle s’est avéré que leurs adversaires de l’AQAPsur le terrain avaient obtenu une alerte précoce de leur attaque :

 

« Les rapports initiaux sont toujours faux,mais il ne semble pas qu’il y ait eu d’erreur de planification ou des renseignements » a déclaré un ancien officier des forces spéciales.

VIRGINIA BEACH, Va. (July 21, 2012) Navy SEALs participate in the capabilities exercise portion of the 43rd annual Underwater Demolition Team (UDT)-Sea, Air and Land (SEAL) East Coast Reunion at Joint Expeditionary Base Little Creek-Fort Story. The annual reunion started in 1969 and has expanded into a weekend of events, contests, and a SEAL capabilities exercise. (U.S. Navy photo by Mass Communication Specialist 2nd Class Anthony Harding/Released)

Presque immédiatement, les forces d’intervention au sol ont essuyé des tirs intensifs, selon le papier de débriefing et un responsable important de l’armée.

Des occupants des maisons ciblées et de ce bastion, avec les gardiens armés ont fait mouvement vers un pâté de maisons tout près de là, où les familles, y compris femmes et enfants, attendaient. Des femmes armées ont fait feu sur les forces américaines et émiraties. 

“Il y avait beaucoup de femmes combattantes qui faisaient partie de cet accrochage », déclare le Capitaine de la Navy, Jeff Davis, le porte-parole du Pentagone, lundi. « Nous avons constaté, au cours de cette opération, au fur et à mesure, que les femmes combattantes couraient en direction de positions préalablement assignées – comme si elles avaient été entraînées à s’apprêter et à comporter en combattantes – et à répliquer à notre assaut. ”

Alors qu’on connaît maintenant l’essentiel de ce raid au Yémen, on ne sait presque rien du limogeage des Frères Aman : Abid, Imran et Jamal Awan. Le 2 février, ils se sont faits brutalement éjectés de leurs postes de management de technologie de l’information de la Commission de sélection permanente du Renseignement au Congrès. Bien qu’onles ait, à l’origine, soupçonné d’avoir volé matériel, une connexion établie avec l’affaire précédente des ordinateurs piratés de la Représentante Debbie Wasserman Schultz (D-FL) a révélé quelque chose de bien plus sinistre :

Trois membres du secteur des renseignements et cinq membres de la Commission des Affaires Etrangères du Congrès font partie des dizaines de membres qui employaient les suspects sur une base partagée. Ces deux Commissions sont informées de la plupart des questions et documents les plus sensibles du pays, y compris ceux en lien direct avec la guerre contre le terrorisme. 

Comme l’a révélé le Mad World News, les frères Aman ont été embauchés par l’Administration, Obama et ils avaient accès aux informations top secret concernant les opérations militaires. Ces Commissions travaillaient pour avoir accès « aux renseignements les plus sensibles et les plus secrets du gouvernement, dont l’activité secrète antiterroriste et y compris cette opération au Yémen ».

3

Le Comité de supervision de la Chambre

Les frères disposaient d’un accès facilité à trois membres du panel des renseignements et à cinq membres de la Commission du Congrès pour les affaires étrangères, aux côté de dizaines de membres du Congrès qui employaient les trois suspects. C’est ce qui leur a donné accès à nos secrets militaires, comme les missions menées par l’équipage Six des Navy SEAL.

Ils ont conservé leurs emplois après qu’Obama est parti, ce qui n’a rien d’inouï, puisque leurs postes ne sont pas perçus comme des nominations politiques.Cependant, ils ont été renvoyés par l’Administration Trump dans les heures qui ont suivi la mort en opération du Navy SEAL William Ryan Owens. 

Aussi, si vous êtes un perdu, voici un récapitulatif du calendrier des événements :

  • Jan 20 –Trump entre à la Maison Blanche et le Département de la Défense s’attend à ce qu’il manifeste plus de volnoté à approuverles missions dangereuses
  • Jan 26 – Rex Tillerson se rend en visite aux Quartiers-Généraux du Département d’Etat avant qu’il ne soit confirmé à ce poste et soit il met un terme ou soit il contraint à la démission plusieurs membres du personnel existant
  • Jan 29 –Le radi au Yémen a lieu, mais se termine par la mort du Navy SEAL Owens
  • Fev 1 – Rex Tillerson est confirmé par le Président Trump comme Secrétaire d’EtatState
  • Fev 2 – Les frères Aman sont limogés sur soupçon d’accès aux ordinateurs des membres du Congrès sans leur permission

Comme l’a déjà déclaré Mad World News,

“…Pas besoin d’être un génie pour mettre les différents points en relation. limogeage des frères Aman est lié au raid au Yémen, où Al Qaïda a su par avance que nous arrivions et cela s’est tragiquement achevé par la mort en action du Navy SEAL Owens.” 

Les médias des courants principaux ont semblé bien plus intéressés à masquer les détails concernant les raisons pour lesquels Tillerson a mis fin à un certain nombre de carrières de fonctionnaires qu’ils ne l’ont été à décrire une des fuites de renseignements les plus dangereuses depuis des années. Le Capitaine Joseph R. John (Navy-Ret.) a déclaré qu’il pense que la « cinquième colonne » des frères Musulmans a “infiltré le gouvernement américain,” et, s’il a raison, les frères Awan pourraient très bien faire partie de cette entreprise d’infiltration.

Néanmoins, il n’y a pas eu l’once d’une information concernant les frères Awan de la presque totalité des organes de presse. Sont-ils en prison? De quoi sont-ils exactement accusés? L’Administration Trump les soupçonne t-ils d’avoir fait fuité des détails d’opérations militaires à des organisations terroristes? Et de manière plus importante, si c’est le cas, ces trois hommes ont-ils contribué directement ou indirectement à la mort d’Owens au cours du raid au Yémen?

Il subsiste des flous à éclaircir. Par contre, une chose au moins est plus que certaine, comme Politico semble se délecter à  déclarer, “Tenter de mettre le doigt pour savoir qui sont les responsables de la fuite, c’est comme de devoir compter les cancrelats sous le canapé ». Cependant, il semble plus que probable que ces fuites proviennent des survivances de l’ère Obama. C’est ce qui fait que le « grand nettoyage » opéré par Tillerson est, non seulement le geste correct à réaliser, mais qu’il vous reste encore à vous demander s’il a suffisamment nettoyer la maison, ou s’il faut poursuivre cette mission.

4

Just don’t expect to hear that from the mainstream media anytime soon.

fmshooter.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.