Un message à Israël sur ses implantations

Analyse: La liste des sociétés opérant dans les implantations publiée par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme est une déclaration claire de l’organisme international selon laquelle la « Cisjordanie »/Judée-Samarie ne devrait jamais être un territoire israélien et elle pourrait avoir de graves répercussions pour Israël

Itamar Eichner|
Publié le: 13.02.20, 00:36
La fureur a fait rage en Israël mercredi, après que le bureau des droits de l’homme des Nations Unies a publié un rapport sur les entreprises qui, selon lui, ont des liens commerciaux avec les implantations de peuplement israéliennes en Judée-Samarie/Cisjordanie, mettant effectivement ces entreprises sur liste noire.
Jérusalem a déclaré que la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet* (voir les « casseroles » traînées par cette femme ultra-socialiste impopulaire dans son propre pays, le Chili, et sauvée in extremis du pilori par le socialiste portugais António Guterres, sous cet article), la responsable de la publication de la liste, n’avait pas informé à l’avance de sa publication imminente et avait refusé de rencontrer des représentants israéliens l’année dernière (sectarisme).

Michelle Bachelet, commissaire aux droits de l'homme des Nations Unies

Michelle Bachelet, commissaire aux droits de l’homme des Nations Unies
( Photo: courtoisie )
En réponse à la liste et dans un premier temps, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a décidé qu’Israël gèlerait tout lien avec le bureau des droits de l’homme des Nations Unies dirigé par Bachelet, estimant qu’elle servait la campagne de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) contre Israël.
« Quiconque nous interdit de commercer, nous les interdirons à leur tour », a déclaré Netanyahu.
« Le bureau des droits de l’homme des Nations Unies est une organisation partiale qui n’a que peu ou pas d’influence. J’ai déjà demandé de rompre tous les liens avec cette organisation, le gouvernement américain faisant de même. »
Il a ajouté : « Au cours des dernières années, nous avons fait pression pour que plusieurs projets de loi soient mis en délibéré aux États-Unis, déclarant que l’Amérique agira contre tous ceux qui appellent à poser des interdits à Israël, tout comme cette organisation dénuée de sens qui agit contre Israël au lieu de traiter avec de vraies violations des droits humains. « 
Sur les 112 entités commerciales identifiées dans le rapport, 94 sont domiciliées en Israël et 18 dans six autres pays.
Les entreprises internationales comprennent Airbnb, Expedia, TripAdvisor, General Mills et Motorola Solutions aux États-Unis; Booking Holdings, Altice Europe et Kardan aux Pays-Bas; Groupe Egis et Alstom en France et JCB et Opodo au Royaume-Uni.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprimant à l'ONU

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’exprimant à l’ONU
( Photo: AFP )
La liste noire du commissaire devrait avoir des répercussions sur Israël à plusieurs niveaux.
Premièrement, la liste signifie une pression énorme sur les sociétés internationales dont les opérations sont également situées en Judée-Samarie, ce qui signifie que ces sociétés peuvent choisir de mettre fin à leurs opérations là-bas, ou pire encore, de cesser toutes leurs opérations en Israël.
Deuxièmement, la liste est un coup dur pour Israël, car sa publication intervient après que le président américain Donald Trump a annoncé son plan de paix, et moins d’un mois avant les élections du 2 mars en Israël.
La liste est une déclaration sur la position de l’ONU sur la Cisjordanie/ Judée-Samarie, affirmant en fait qu’en ce qui la concerne, la Judée-Samarie/Cisjordanie ne fait en aucun cas partie d’Israël, et toute activité israélienne y est illégale.
Selon des responsables du ministère des Affaires étrangères, la liste n’a aucune signification juridique concernant les entreprises qui y sont répertoriées.
En outre, la plupart des entreprises figurant sur la liste figurent déjà sur des listes publiées par l’organisation anti-israélienne BDS, de sorte que leur inscription sur la liste des Nations Unies n’apporte rien de nouveau qu’une contre-publicité supplémentaire.

Une colonie israélienne en Cisjordanie

Une colonie israélienne en Cisjordanie
( Photo: EPA )
Il ne reste plus qu’à attendre et voir ce que le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies choisit de faire avec la liste de Bachelet.
Le conseil pourrait décider que la liste est sa position officielle sur la question et appeler les États membres à interdire toutes les entreprises qui y figurent d’y développer leurs activités.
Le conseil se réunira pour sa réunion annuelle à Genève le 24 février, lorsque toutes les décisions concernant la liste seront prises.
Selon Israël, la décision de Bachelet de publier la liste n’est rien de moins qu’une reddition aux efforts du mouvement BDS, résultant de la partialité du Conseil des droits de l’homme contre l’État juif, car la liste est destinée à déclencher un embargo sur Israël et à mettre la pression sur le pays.

Une manifestation pro-palestinienne en Norvège appelant au boycott d'Israël

Une manifestation pro-palestinienne en Norvège appelant au boycott d’Israël
Israël prétend également que la liste a été formulée sans aucune transparence et sans répondre à aucune norme légale, et n’est en fait rien de plus qu’une liste fournie au commissaire par divers partisans du BDS.
Israël affirme en outre que la commissaire a outrepassé son mandat, affirmant que son travail en tant que haut-commissaire consiste à aider les pays à mettre en œuvre leur engagement envers l’ONU concernant les droits de l’homme.
Israël souligne également que les entreprises répertoriées offrent leurs services aux Israéliens et aux Palestiniens vivant en Cisjordanie, et que le travail dans les territoires ne représente qu’une petite partie de leur activité globale en Israël.
Enfin, Israël affirme que l’alliance présumée de la commissaire avec le BDS lui a coûté, ainsi qu’au Conseil, toute crédibilité qu’ils auraient pu avoir dans le passé, tout en lui empêchant de lutter contre les violations des droits de l’homme dans la région en aidant les relations entre Israël et les Palestiniens

ynetnews.com

——

*Michelle Bachelet : Scandales financiers

Des scandales de financement occulte de la politique éclatent pendant le second mandat de Michelle Bachelet, alors que le Chili était jusqu’alors considéré comme un exemple de transparence en Amérique latine. En février 2015, son fils, Sebastian Davalos, démissionne de son poste de directeur socioculturel de la présidence à la suite d’une affaire de trafic d’influence au sujet d’un prêt de 10 millions d’euros concernant la dernière campagne présidentielle de sa mère. Celle-ci, qui déclare vivre « des moments difficiles et douloureux », est critiquée pour la lenteur de sa réaction face à ce scandale et pour son refus de désavouer explicitement son fils.

En septembre 2015, la popularité de Michelle Bachelet tombe à 22 %, un niveau jamais atteint pour un président chilien depuis le retour de la démocratie en 1990. Cette impopularité s’explique par ces scandales financiers et par ses réformes sociétales, qui suscitent l’opposition de la droite. Plus à gauche, le Front large lui reproche de ne pas avoir tenu sa promesse de campagne sur l’enseignement supérieur, privatisé depuis la dictature et représentant un investissement financiers majeur pour les étudiants, qu’elle promettait de rendre gratuit.

Haut-Commissaire aux droits de l’homme

Le , António Guterres, secrétaire général des Nations unies, la nomme à la tête du Haut-Commissariat aux droits de l’homme. Dans son discours inaugural, le 10 septembre, elle met en cause plusieurs pays occidentaux sur leur façon d’accueillir les migrants, ce qui lui attire de vives critiques, notamment de la part du gouvernement italien. En mars 2019, elle demande à la France de mener une enquête sur les cas de violences policières pendant le mouvement des Gilets jaunes, ce qui conduit le porte-parole du gouvernement français à s’étonner que la France se soit retrouvée sur « une liste entre le Vénézuela et Haïti ».

9 Commentaires

  1. Les hommes politiques sont des imbéciles sans discernement pour ne pas dire des voyous voir des assassins pour certains d entre eux
    Leur carrière les motivent davantage que les obligations qu ils ont vis à vis du pays qu ils dirigent .

    Lâches et inspirés par le profit personnel plutôt que par l évolution de la qualité de vie

    Il serait temps d inventer une formule nouvelle de gestion des institutions , partis politiques et dirigeants politiques de haut niveaux sous peine de voir dans un futur proche le retour du national socialisme.

    • Oui, mais c’est encore pire dans les institutions internationales qui servent à recaser les politiques indélicats ou grillés pour corruption dans leur propre pays. Notamment s’ils bénéficient de l’appui de l’internationale socialiste, le principal soutien d’Arafat autrefois… Dont la principale fonction a été de blanchir le terrorisme et l’appel au boycott, ou à fricotter avec l’Iran des Mollahs, pour Mogherini par exemple (et son successeur)

  2. Le pays palestine est une pure invention,de la propagande
    mensongère . Ce criminel arafat la imposer auprès de la ligue
    Arabe et à l’ancienne Russie . Notre Etat Nation Juif d’ISRAEL
    a l’obligation de tout annexer , nous avons toutes les preuves
    que nous sommes afin chez nous pour toujours.Le Monde le
    c’est très bien mais ne veux rien voir, ni entendre. Ce Monde
    est tellement peureux de l’islame barbare qui l’en deviens
    DHIMMIS.

  3. Les arabes de Judée Samarie ont besoin de travailler.
    Si on supprime toutes les entreprises étrangères de Judée Samarie, ces ouvriers se retrouveront obligés de se contenter de vivre de l’aumône internationale ou de tuer du juif pour bénéficier des largesses de Mahmoud Abbas.
    En fait, BDS et l’ONU sont palestinophobes

  4. Il ne doit pas exister d’entreprises étrangères en JUDEE SAMARIE ? alors qu’attendent TRUMP et NETANYAHOU pour y construire des quartiers et installer leurs propres entreprises !!!
    Ces idiots décrètent que la JUDEE SAMARIE appartient aux arabes ?? Bientôt , si on laisse faire,, ils vont décréter qu’il n’y a jamais eu de juifs sur cette TERRE !!
    à ce sujet , tous les partis devraient être unis ( sauf bien sûr les arabes ) et agir d’une seule voix !!! mais c’est ça la faiblesse d’ ISRAEL , ils se bagarrent et le profit tombe dans l’escarcelle de l’ennemi ! alors bonne continuation !!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.