Home Israel Tsahal : nouvelles tactiques air-sol face au Jihad Islamique

Tsahal : nouvelles tactiques air-sol face au Jihad Islamique

8
2748

Israël met à l’essai de nouvelles tactiques air-sol face au Jihad Islamique

L’armée de l’air israélienne vient de terminer de grandes manœuvres «Drapeau bleu» avec ses alliés des États-Unis et de l’Europe, alors même que se déroule une véritable guerre contre le Jihad islamique à Gaza.

Photo IAF

Un F-35I israélien décolle de la base aérienne d’Uvda pendant le drapeau bleu 2019.

TEL AVIV: L’armée de l’air israélienne a achevé il y a 4 jours ses dernières grandes manœuvres du drapeau bleu sur sa base aérienne d’Uvda dans le désert du Néguev, à moins de 160 km d’une zone de guerre en activité dans la bande de Gaza – moins de 10 minutes de vol pour un avion de chasse chargé à la vitesse de croisière. Pendant ces jours, des avions de combat israéliens, américains, allemands, italiens et grecs, y compris des F-35 furtifs, ont pratiqué des combats aériens et des frappes aériennes contre des défenses aériennes simulées, alors même que d’autres unités de l’IAF menaient de véritables frappes aériennes et une véritable défense anti-roquettes contre le Jihad islamique.

Photo de l'armée de l'air américaine

Un pilote de l’armée de l’air italienne pose devant son avion Eurofighter Typhoon F-2000 lors des exercices de drapeau bleu 2019 à la base aérienne d’Uvda en Israël.

La capacité de mener une guerre réelle et une guerre simulée en même temps, en utilisant des tactiques nouvelles et sophistiquées dans les deux cas, témoigne des capacités croissantes de l’armée de l’air israélienne. “Le fait que l’armée de l’air israélienne ait dû frapper des cibles à Gaza, parallèlement à sa participation à l’exercice, était la meilleure démonstration du fonctionnement d’une force aérienne avancée“, a déclaré une source israélienne à Breaking Defence.

Les avions américains et européens n’ont pas participé aux frappes de représailles de l’armée de l’air israélienne contre le Jihad islamique, qui ont éliminé au moins 34 Palestiniens, dont 26 membres du Jihad Islamique, du Hamas (1) et des Comités Populaires de la “résistance”. Ils n’ont pas non plus aidé à la défense de l’IAF contre plus de 450 tirs de roquettes au départ de Gaza, dont certains se sont poursuivis plusieurs heures après l’annonce d’ un cessez-le-feu au matin du 14. ( Contrairement à l’armée américaine , l’armée de l’air israélienne contrôle les défenses anti-aériennes et anti-missiles basées au sol ). En effet, les détails des opérations israéliennes sont censurés et classifiés, bien que nous sachions qu’il s’agissait d’avions pilotés, de drones – qui effectuent une part de plus en plus importante des missions de l’IAF.– et le fameux système anti-missiles Dôme de Fer. Les visiteurs étaient neutres, mais pas aveugles et ne pouvaient s’empêcher de remarquer l’activité sur leurs écrans radar.

“Les Américains et d’autres pilotes étrangers pourraient suivre certaines des opérations qui ont permis des frappes de haute précision contre les lanceurs de roquettes”, a déclaré une source israélienne à Breaking Defence .

Photo de l'armée de l'air américaine

Un pilote de l’armée de l’air grecque monte à bord de son F-16 pour les exercices du drapeau bleu 2019 à la base aérienne d’Uvda en Israël.

L’exercice du drapeau bleu a commencé le 3 novembre, alors que les combats à Gaza ont éclaté tôt mardi 12 novembre, après qu’une frappe de l’IAF a tué le dirigeant du Jihad islamique Bahaa Abu Al-Ata et son épouse. (Les médias étrangers rapportent qu’Israël a également tenté d’éliminer simultanément un responsable du Jihad islamique à Damas, Akram Al Ajoui, grièvement blessé). Contrairement aux précédentes vagues de violence, le groupe palestinien qui domine Gaza, le Hamas, est resté en dehors du combat – et Israël, pour sa part, a soigneusement évité même de rayer (faire des rayures) les installations du Hamas.

En fait, les frappes de l’IAF étaient si précises qu’un missile aurait tué un commandant de terrain du Jihad islamique en traversant par la fenêtre de sa chambre avant d’exploser. Les équipes de lanceurs de roquettes très mobiles du groupe terroriste, souvent montées sur des motos, ont été une autre cible difficile. Elles pouvaient ainsi s’éloigner rapidement d’un site de lancement après le tir. (Cette méthode permettant d’éviter les frappes de représailles est une variante des tactiques de tir et de retrait (fuite) pratiquées par les unités d’artillerie des armées conventionnelles).

Cette précision a été rendue possible non seulement par les nouvelles technologies, mais également par la réorganisation complète du commandement sud des forces de défense israéliennes. La campagne reposait sur une collecte intensive de renseignements, à la fois militaires et civils. Au cours des combats, des sources ont confié à Breaking Defence qu’un processus baptisé “Canopy” (Verrière, Baldaquin) permettait aux cellules de renseignement de Tsahal d’extraire des données en temps réel des drones de surveillance au-dessus de Gaza de manière continue, de détecter les cibles potentielles et de les identifier comme hostiles – en les “incriminant” comme cibles – en quelques secondes. (Les lecteurs habituels de BD peuvent remarquer que ce lien étroit entre le «capteur et le tireur» est une version simplifiée et miniaturisée de ce que l’armée américaine tente de faire dans son nouveau concept de commandement et contrôle communs à tous les domaines ).

 

8 COMMENTS

  1. Sur un circuit F1, il n’y a pas que le bolide, il y a aussi et beaucoup le pilote. Nos voisins en sont pour l’instant et depuis toujours à la 2CV, très pratique ceci dit.

  2. Merci beaucoup pour cet article, qui me rassure pour la population israëlienne (je vis en France).
    C’est quand même beau la technologie, et toujours la supériorité de l’intelligence sur les bourricots..

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.