Trouver des aiguilles terroristes dans la botte de foin Internet

0
397

Trouver des aiguilles terroristes dans la botte de foin Internet

Barbing, ancien responsable du département informatique de l’agence de sécurité du Shin Bet, explique comment cette organisation a dû se réinventer pour devancer les terroristes isolés et non affiliés à des groupes identifiés, tout en partageant son point de vue sur les détecteurs de métaux sur le mont du Temple et le “vide sécuritaire” au nord de la barrière de sécurité à Jérusalem.

Arik Barbing reste toujours profondément meurtri par l’attaque terroriste meurtrière menée par une cellule du Jihad islamique sur la route des fidèles, en novembre 2002. Douze Israéliens ont été assassinés dans la ruelle étroite qui mène de Kiryat Arba à la grotte des Patriarches : parmi les victimes, des soldats Nahal, des membres de la police des frontières, des membres de l’équipe de sécurité de Kiryat Arba, et même le bon ami de Barbing, commandant du bataillon régional à l’époque, le colonel Dror Feinberg. Le fait que les trois auteurs de l’attaque, tous membres du Jihad Islamique Palestinien, aient finalement été tués, n’apporte qu’un maigre réconfort.

Barbing, qui à l’époque était responsable des coordinateurs de terrain de l’agence de sécurité du Shin Bet pour le sud de la Judée-Samarie, a déclaré: “Inutile de mâcgher ses mots: au sein du Shin Bet, nous appelons cela une attaque terroriste ‘sh * tty. (merdique) ‘ C’était une cellule que nous avons ratée. ”

Dans le même temps, Barbing se souvient des centaines d’opérations et d’attentats déjoués auxquels il a participé, notamment l’éradication et l’arrestation de dirigeants du Hamas à Hébron, responsables d’une longue série d’attentats à la bombe perpétrés à Jérusalem, Netanya et Haïfa, qui ont tué des dizaines d’Israéliens . Le joyau de la couronne dans ces opérations était l’élimination d’un haut responsable du Hamas à Hébron à l’époque : Abdullah Kawasme, responsable de la mort de 30 Israéliens et de plusieurs centaines d’autres blessés par balle et attentats suicides.

“Mettre hors d’état de nuire les cercles dirigeants terroristes d’Hébron a évité beaucoup plus de pertes”, a-t-il déclaré. “Tout comme l’arrestation d’Ibrahim Hamad, responsable du Hamas à Ramallah, responsable de la mort d’environ 80 Israéliens [y compris ceux tués dans les attentats à la bombe perpétrés dans les cafés Moment et Hillel à Jérusalem]. Hamad est toujours en prison en Israël”, a-t-il déclaré.

Trouver le vilain petit canard

Barbing a servi au sein du Shin Bet pendant 27 ans et s’est hissé au plus haut rang de l’organisation. Avant de démissionner en janvier dernier, il a été chef de la division cyber, puis du district de Jérusalem et de Judée Samarie. Il était là depuis la fin de la première Intifada, a suivi “l’évolution de la branche armée du Hamas en Judée-Samarie”; la période des accords d’Oslo et le départ de l’armée israélienne de la Cisjordanie ; et dirigé de nombreuses opérations au cours de ces années-là en Judée, Ramallah, Bethléem et Hébron. Il se souvient également du retour d’Israël dans cette zone, lors de l’opération Rempart ou Bouclier Défensif, en 2002.

A présent, au cours de sa première interview, Barbing expose ses idées, ses découvertes, ses informations et ses souvenirs du terrorisme et de la guerre menée contre celui-ci. Il se concentre sur la dernière vague de terrorisme, qui n’est peut-être pas terminée : les attaques perpétrées par des individus n’apparternant à aucune branche armée définie. Il dit que le traitement de cette forme de terrorisme “nécessite que le Shin Bet se réinvente dans une zone qui était une ” terre inconnue “- Internet et les réseaux sociaux ; créer des alertes, dissuader et vaincre ce type de terrorisme aussi”.

“Des terroristes jeunes et mineurs, qui ne sont affiliés à aucune organisation [terroriste], nous ont obligés à modifier nos méthodes traditionnelles, qui étaient adaptées à la lutte contre le terrorisme organisé, à adopter de nouvelles méthodes de travail et à collecter des informations sur des individus (isolés)”, a-t-il déclaré.

“Il existe un désespoir politique, un manque de confiance en l’Autorité palestinienne, perçue comme corrompue, infectée par le fanatisme et comme une entité n’apportant aucun bénéfice au public palestinien”

Barbing dit que le terrorisme sous sa forme du loup solitaire a des inspirations nombreuses et variées. “Souvent, les assaillants agissent en raison de difficultés financières et personnelles, alors que les réseaux sociaux renforcent l’inspiration [pour ce genre d’attaques] et deviennent une plate-forme où l’étincelle s’allume et se propage rapidement.”

Q: détresse personnelle?

“En effet. Environ 60% des individus non affiliés qui ont commis des attaques en 2014-2017 étaient principalement motivés par des problèmes personnels, et chez les femmes, ce chiffre était proche de 90%.”

Q: Qu’est-ce qui motive un adolescent de 18 ans à commettre un attentat terroriste?

“Parfois, ils sont le vilain petit canard ou le mouton noir de leur famille. Parfois, c’est l’amour déçu, parfois ce sont les jeunes qui en ont marre de leur vie, pour plusieurs raisons. Pour les femmes, la raison en est souvent le refus des parents d’autoriser leur fille à se marier, ou une femme ou une fille qui a déshonoré sa famille. L’attaque terroriste devient pour elles ou eux, un moyen d’améliorer leur statut dans la société palestinienne et d’obtenir la reconnaissance sociale, et en particulier nationale, pour un jeune homme ou une jeune femme souffrant de tels problèmes, ‘Eh bien, ma vie ne vaut pas cher, de toute façon.’ Ensuite, plutôt que de se trancher les poignets, ils préfèrent mourir en sacrifiant leurs vies à l’Islam et à leur peuple, faisant honneur à leurs familles et à l’environnement qui les rejette actuellement (suicide par destination). ”

Selon Barbing, cela explique également la forte baisse récente du nombre de suicides réguliers au sein de l’Autorité palestinienne. “Se suicider à la manière habituelle est moins respectable, alors ils se suicident dans un contexte national-religieux. Nous tenons souvent à faire connaître ces motifs pour rogner l’aspect de l’héroïsme supposé”.

Q: Mais une attaque ethno-religieuse ne peut être uniquement motivée par des raisons personnelles – il doit y avoir un catalyseur.

“De la manière dont les Palestiniens voient les choses, les catalyseurs sont nombreux et variés. Les assaillants ayant des problèmes personnels ou ceux qui ne le sont pas s’inspirent beaucoup des événements survenus sur le Mont du Temple, entre autres. Al-Aqsa est un symbole musulman et tout ce qui se passe a un rôle majeur à jouer dans la formation de l’identité palestinienne : les habitants de Jérusalem-Est se considèrent comme les défenseurs d’Al-Aqsa, ce qui ne fait que renforcer le potentiel d’éclatement des problèmes. Nous pouvons également ajouter le manque total de confiance dans le gouvernement israélien, ses intentions en général et ses activités sur le Mont du Temple, en particulier “.

«Tout à coup, il s’est rasé la barbe»

Barbing observe que les opérations israéliennes dans la bande de Gaza sont un autre déclencheur d’attaques terroristes, ce qui, selon lui, “évoque l’identification palestinienne [de Cisjordanie avec les Gazaouites] et une forte implication émotionnelle.”

“Bien sûr, en arrière-plan, il y a la perception d’eux-mêmes par les Palestiniens, en tant que peuple sous occupation, un sentiment de désespoir et un manque d’espoir, ainsi que des difficultés économiques. Il existe des quotas de travail en Israël et un niveau élevé de chômage – plus de 50% chez les jeunes – et les bas salaires, moins de 4 000 shekels (1 100 dollars ou 995€) par mois en moyenne. Il y a aussi le désespoir politique, un manque de confiance en l’Autorité palestinienne, perçue comme corrompue, infectée par le fanatisme et une entité qui n’apporte aucun bénéfice au public. ”

Q: Comment Internet vous aide-t-il à localiser des attaquants solitaires potentiels?

“La jeune génération de Palestiniens est connectée à toutes les plateformes numériques. C’est presque la seule façon dont ils communiquent, ce qui renforce les liens d’amitié, de romance, d’étude et, malheureusement, la planification d’attaques terroristes et parfois même de déclarations d’en mener. Quelques-uns publient même des “testaments” avant de se rendre sur les lieux choisis pour l’attaque, autrement dit, les assaillants potentiels laissent en ligne leurs “signatures numériques” qui les caractérisent : des “likes” sur les sites qui soutiennent ou glorifient le terrorisme, desgens qui se rendent plusieurs fois de suite sur des sites de shahids [martyrs] ou des sites qui suscitent beaucoup d’incitation, des changements dans leurs propos ou une intensification de la façon dont ils s’expriment. Même les informations en ligne sur quelqu’un qui était pieux et qui se rase tout à coup la barbe sont le signe de quelque chose qui doit être vérifié rapidement.

“A une extrémité de ce système informatisé, il y a toujours un analyste dont le travail consiste à évaluer le danger que présente ce même adolescent et à recommander s’il doit ou non être arrêté, convoqué pour interrogatoire ou si ses parents doivent être appelés. Tout est examiné conformément à des consultations et à une autorisation légale. ”

Q: Qu’est-ce qui est plus compliqué? Infiltrer une infrastructure terroriste organisée, ou cerner le terrorisme mené par des individus?

“Parfois, il est relativement facile de casser l’infrastructure terroriste et de la détruire. Nous avons passé de nombreuses années à étudier et à connaître Gaza, la Judée-Samarie. Nous avons une connaissance presque intime des clans, des coutumes, de la structure organisationnelle, etc. Par contre, le terrorisme mené par des individus ne nous amène pas à une seule adresse et il n’y a généralement pas de base de données sur cet individu. En 2014, nous nous sommes rendus compte que nous ne trouverions pas de solution au problème dans nos bases de données traditionnelles. Nous avions besoin de développer de nouveaux modèles fournissant des alertes basées sur des informations provenant de nouveaux axes d’information. Au lieu de rechercher un modèle d’activité de l’ennemi, nous nous sommes tournés vers l’identification de signes indiquant un changement de comportement. ”

Q: Qu’est-ce que cela vous oblige à faire?

“Nous devons rassembler des publications, des likes, des réponses, des émoticônes, des enregistrements vocaux et des symboles techniques des lieux et des moments, des hausses et des baisses de l’ampleur de l’activité (en ligne), des nouveaux contacts, des personnes rejoignant des communautés suspectes en ligne. Nous devons identifier les activités aberrantes. C’est ainsi que nous identifions les alarmes dans un océan d’informations que les services de renseignements traditionnels ne fournissent pas sur des attaquants particuliers. Nous disposons aujourd’hui de fichiers Internet et de bases de données bien ordonnées. ”

Q: Selon vous, combien d’attaques ont été évitées grâce à votre investissement dans le renseignement en ligne?

“Au cours des trois dernières années, des centaines. Avec la plupart d’entre eux, 50% des renseignements initiaux provenaient d’Internet et les autres sources de renseignements dont dispose encore le Shin Bet. Cela implique de traiter une quantité énorme d’informations. Nous avons acquis les compétences technologiques et professionnelles pour séparer le bon grain de l’ivraie et trouver des aiguilles terroristes dans des meules de foin Internet. D’octobre à décembre 2015, nous avons assisté à une centaine d’attaques terroristes commises par des individus, environ une par jour. Aujourd’hui, le phénomène a été en grande partie éradiqué. ”

“La jeune génération de Palestiniens est connectée à toutes les plateformes numériques”

‘Mon fils a disparu’

Barbing a récemment publié avec le capitaine Or Glick un article de fond dans le magazine de Tsahal, Entre les Poles, dans lequel ils débatent de la question de la dissuasion des terroristes isolés et nefaisant pas partie de réseaux identifiés. Barbing évalue également les avantages ou les inconvénients d’un certain nombre de “mesures dissuasives” évoquées dans le discours public passionné sur le terrorisme mené par des individus isolés, ces dernières années.

Il pense que la démolition des maisons de terroristes est une méthode qui s’est révélée efficace.

“Il y a des dizaines de cas que je connais personnellement, dans lesquels des pères ont amené leurs fils à l’Autorité palestinienne ou ont appelé l’Autorité palestinienne et ont dit : ‘Mon fils est porté disparu, j’ai compris qu’il allait commettre une attaque et je ne veux pas qu’ils(les Israéliens) démolissent ma maison”. “Nous l’avons prouvé devant les tribunaux. ”

Selon Barbing, les familles dénoncent souvent les agresseurs potentiels.

“Les outils les plus évidents et les plus douloureux sont les sanctions financières, la retenue des fonds pour les familles de terroristes, le refus d’accorder des permis de travail [en Israël] et les limitations de mouvement”, a-t-il déclaré.

Retarder le retour des corps des terroristes, cependant, fait plus de mal que de bien, pense Barbing. “Au début, je l’ai soutenu, mais plus nous avons retardé le retour des corps des terroristes, plus nous avons appris que cela créait une escalade des tensions, et aboutissait à des résultats opposés et à un danger plus grand, plutôt que de créer la dissuasion que nous pensions avoir.”

Barbing explique également comment l‘utilisation continue d’une méthode ou d’une autre perd de son efficacité et il livre cette remarque surprenante de constater que la gloire attribuée aux martyrs a une durée de vie de plus en plus courte.

“En raison de la multiplication des attaques terroristes ces dernières années et du fait que le public palestinien est tellement habitué aux shahids, la période de gloire ne dure plus très longtemps maintenant. Parfois, quelques jours ou quelques heures seulement.”

Q: L’Autorité palestinienne aide-t-elle à prévenir le terrorisme?

“Oui, même si nous devons souligner que même sans l’aide de l’Autorité palestinienne, Israël sait comment gérer le terrorisme en Judée-Samarie et à Jérusalem. Mais souvent, en raison notamment de considérations opérationnelles et des intérêts nationaux d’Israël, nous avons préféré nous coordonner avec les services de l’AP et leur permettre la liberté d’action la plus totale- au fond des villages et des camps de réfugiés de Naplouse, Jénine et Qabatiya, par exemple. ”

Q: Quel pourcentage d’attaques terroristes l’Autorité palestinienne a -t-elle empêché? L’ancien ministre de la Défense, Moshe Ya’alon, a déclaré que c’était environ un quart?

“Je le mettrais à environ 20%.”

Q: À votre avis, est-ce que renverser l’AP serait la bonne chose à faire, comme certains l’ont suggéré? Elle nous aide à déjouer le terrorisme, mais en même temps, le glorifie et à permettre une incitation majeure.

“Israël” a inventé “l’AP, et la décision de le renverser serait un problème politique, pas seulement de sécurité et de défense. Quand je regarde la dernière décennie, l’AP nous a aidés à prévenir le terrorisme – contrairement à la période qui a précédé. Je ne suis pas convaincu que le retour à une réalité de régime militaire (sur la Judée-Samarie tout entière) servirait nos intérêts, nous pourrions aussi en payer le prix dans le sang. Retourner à cette situation antérieure, surtout en matière civile et pour la vie quotidienne des Palestiniens causerait beaucoup plus de frictions. La situation actuelle est raisonnable pour Israël, mais elle ne durera peut-être plus très longtemps. À la fin, nous devrons trouver une solution. ”

Barbing a également évoqué les terroristes palestiniens libérés dans l’accord sur la libération du soldat captif Gilad Schalit.

“D’un point de vue professionnel, il était préférable de les libérer en Cisjordanie. Là-bas, nous pouvons les surveiller et les appréhender dès qu’il y a le moindre soupçon qu’ils planifient quelque chose. En Cisjordanie, il y a les termes de l’accord stipulant que quiconque reprendrait des activités terroristes purgerait les dizaines d’années de prison qu’il aurait dû payer avec un “intérêt” supplémentaire.

Q: Combien de prisonniers libérés en Cisjordanie ont repris leurs activités terroristes jusqu’à présent?

“Quelques douzaines sont revenues au terrorisme ou à des activités illégales du Hamas qui n’incluent pas l’implication dans le terrorisme illégal.”

Q: Si vous pensiez qu’il était préférable de les relâcher sur la Cisjordanie, n’était-ce pas une erreur de laisser certains d’entre eux se rendre dans la bande de Gaza ou en Turquie? L’ensemble du leadership du Hamas à Gaza est maintenant composé de prisonniers libérés dans le cadre de l’accord Schalit.

“Nous ne voulions pas qu’ils viennent  tous en Cisjordanie, car nous aurions alors assisté à une résurgence du Hamas ici. Cela aurait porté gravement préjudice à l’Autorité palestinienne. Je ne suis donc pas sûr que nous ayons commis une erreur. Je vous rappelle que nous avons réussi à déporter en Europe les terroristes qui se sont barricadés dans l’Eglise du Saint-Sépulcre lors de l’opération Bouclier défensif, alors qu’ils étaient des terroristes du Fatah. Ils sont complètement inactifs aujourd’hui. ”

L’inverse est également vrai. Salah el Arouri, qui a été déporté d’Israël, a fait carrière dans le terrorisme et est devenu un haut responsable (quasi-“ministre des affaires étrangères”) du Hamas. Pendant des années, il a exercé une influence sur le terrorisme tout en bénéficiant d’un refuge dans plusieurs autres pays.

“Aujourd’hui, en regardant les résultats de son expulsion, je réfléchirais à deux fois avant de le renvoyer. Même à ce moment-là, c’était déjà un dirigeant et je préfère garder les dirigeants comme lui plus proches (de la prison et centre d’interrogatoires) du complexe russe à Jérusalem que de la Mosquée Bleue à Istanbul (Mosquée du sultan Ahmet ou mosquée Sultanahmet ).”

«Il y a des couteaux sur le mont du Temple»

La semaine dernière, le tribunal de district de Haïfa a condamné Amjad Muhammad Ahmad Jabarin d’Oum al-Fahm à 16 ans de prison pour avoir aidé les auteurs de l’attaque par balle sur le mont du Temple en juillet 2017, au cours de laquelle deux policiers israéliens ont été tués. Barbing se souvient très bien de l’événement “inhabituel, sans précédent et difficile”, ainsi que de tout ce qui a suivi. Même maintenant, il pense que la décision de placer des détecteurs de métaux aux portes du Mont du Temple – qui a été prise quelques heures après l’attaque – n’était pas fausse.

“Ce n’était pas une idée nouvelle. Elle a été lancée à quelques reprises dans le passé et l’échelon politique a décidé que leur installation aux portes, ou du moins assez près, nécessiterait un certain niveau de coordination avec la Jordanie en raison de la sensibilité du site du Mont du Temple. ”

Au moment où le Shin Bet a appris que les détecteurs de métaux étaient en train de créer des troubles “sismiques”, on a compris qu’il était préférable d’être sage (politiquement), plutôt  que d’avoir raison (sur la mesure sécuritaire). Le meurtre de la famille à Halamish à la veille du Shabbat après l’attaque sur le mont du Temple et les déclarations du terroriste lors de son interrogatoire, indiquaient clairement qu’il était sur le point d’assassiner des Juifs «pour défendre Al-Aqsa».

Q: Existe-t-il une alternative aux détecteurs de métaux, qui ont été retirés?

“Il y a une meilleure préparation sur le terrain, l’accent étant mis sur les barrières, y compris les fouilles corporelles et la mise à l’écart des suspects. Les renseignements sont désormais mieux ciblés et les individus dangereux sont rapidement identifiés. Mais, faute de contrôles approfondis, il est possible d’apporter des couteaux sur le Mont du Temple. S’il y avait des détecteurs de métaux, je pense qu’il y aurait moins de plans et de tentatives de mener une attaque terroriste sur le Mont du Temple. ”

Q: À l’époque, le Shin Bet s’était opposé à l’interdiction de la branche nord du mouvement islamique.

«C’était la position initiale de l’organisation, mais après avoir tout réexaminé, nous avons décidé de la proscrire. Aujourd’hui, la branche nord est affaiblie et a moins d’influence, en partie parce que nous lui avons coupé le souffle.

“Le mouvement islamique, dont la branche nord est une émanation, est confronté à l’émergence de l’État islamique depuis quelques années, ce qui menaçait sa domination dans la lutte des Arabes israéliens. Nous avons assisté à une transition des idées de l’idéologie du mouvement islamique aux idées de Daesh. Le problème principal est l’Europe. Là, parmi les immigrés [musulmans], il existe de nombreuses cellules de Daesh qui prêchent la haine des chrétiens et des Juifs. ”

Barbing a également suivi le processus de décision des dirigeants israéliens d’augmenter le nombre de visiteurs juifs autorisés à monter sur le Mont du Temple, conformément au statu quo qui y règne. Le mois hébreu de Tichri a vu près de 6 000 Juifs visiter le Mont, le même nombre qui est arrivé tout au long de l’année 2009. Fin 2019, plus de 36 000 Juifs auront visité le Mont.

“S’il y avait des détecteurs de métaux, je pense qu’il y aurait moins de plans et de tentatives d’attaque terroriste sur le mont du Temple”

Q: Comment le changement est-il survenu?

“Tout d’abord, il y a la direction politique. Le ministre de la Sécurité publique, Gilad Erdan, a voulu que cela se produise, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu l’a autorisé. Le statu quo et les dispositions prises sur le mont du Temple permettent aux [Juifs] de s’y rendre en visite, sans pour autant y prier. Erdan souhaitait en tirer le meilleur parti. En second lieu, un groupe plus large de Juifs s’est intéressé à visiter le Mont du Temple au cours des dernières années. Troisièmement, nous avons pris soin d’éliminer les groupes Murabitun et Murabitat, qui visaient à interférer avec les visites des Juifs au Mont du Temple et à créer des provocations constantes. Pendant très longtemps, ces groupes ont été actifs là-bas, moins de Juifs l’ont visité, mais à la fin nous nous sommes réveillés et avons pris des mesures contre eux. ”

Barbing se décrit comme une “laïc inflexible”, mais déclare : “Je pense qu’il est déraisonnable qu’un Juif qui respecte les règles sur le Mont ne puisse pas s’y rendre librement. Dès l’instant où le Murabitun a été dégagé, la porte a été ouverte aux Juifs. Nous avons pris soin de remettre le Waqf à sa place et de tenir ses hommes de main éloignés des groupes de visiteurs juifs. De hauts responsables de la police, sous l’ancien Commissaire Roni Alsheikh, ont fait pression de manière à permettre à beaucoup plus de Juifs de visiter le Mont. ”

Q: Pensez-vous que les juifs seront bientôt autorisés à prier sur le Mont?

“Moshe Dayan a établi les règles en 1967 et tous les gouvernements les ont respectées. Pour le moment, je ne peux imaginer une réalité dans laquelle la politique changera. Aucun responsable arabe n’acceptera jamais cela, et Israël serait accusé d’avoir porté un grand coup au statu quo, et cela pourrait mettre le feu aux poudres “.

“Pas génial à la prévoyance”

Dans son article dans Entre les Pôles, Barbing décrit une réalité troublante d’un “vide sécuritaire dans les quartiers de Jérusalem-Est, où les forces de sécurité israéliennes et les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne n’ont pas prise”.

Q: De quels quartiers parlez-vous?

“Principalement ceux situés au nord, au-delà de la barrière de sécurité – le camp de réfugiés de Shuafat et les régions d’Al-Ram, Samir Amis et Kafr Aqab. Les habitants ne permettent pas à l’Autorité palestinienne de s’y rendre car la plupart des résidents ont une carte d’identité israélienne. La police, qui est supposée y être active, a du mal à mener des opérations et, en raison du niveau élevé de violence dans ces zones, presque toutes les actions de la police nécessitent l’intervention de Tsahal. L’armée en a assumé la responsabilité parce qu’elle n’avait pas d’autre choix. Toutes les tentatives d’organisation là-bas exigent que nous changions notre point de vue et nos tactiques opérationnelles, afin que nous puissions améliorer notre sécurité et notre gouvernance civile là-bas. ”

Q: Beaucoup de gens là-bas ont des armes à feu.

“Dans les parties de Jérusalem qui se trouvent en dehors de la barrière de sécurité, il y a beaucoup d’armes. Dans tout Jérusalem-Est, des deux côtés de la barrière de sécurité, nous parlons de centaines, voire de milliers d’armes à feu. Essentiellement, ce sont des armes de fabrication artisanale, de type Carlo : Nous y confisquons des centaines d’armes chaque année et, à mon époque, nous nous attachions à localiser les ateliers de fabrication d’armes conçus pour fabriquer des armes à feu, en consacrant moins de temps à la chasse aux armes individuelles.

Lorsqu’on lui demande à quoi Israël peut s’attendre dans un proche avenir en Judée-Samarie, Barbing n’est pas pressé de répondre.

“Nous n’avons jamais été très bons en matière de prévoyance”, admet-il. “Nous n’avons jamais prédit une Intifada. Nous n’avons pas prédit le terrorisme conduit par des individus isolés. Je pense donc que le gel de nos relations avec l’Autorité palestinienne, qui est une sorte de gestion de crise, avec un minimum de victimes et un minimum d’attaques, ne peut pas se poursuivre très longtemps sans solution politique, cela ne durera pas. Si Mahmoud Abbas est démis de ses fonctions dans certaines conditions ou à un mauvais moment, cela pourrait potentiellement entraîner une recrudescence de la violence. Dans ce contexte, nous devrions garder un œil non seulement sur le Hamas, mais aussi sur les diverses factions du Fatah. Elles ne sont pas toutes identiques. ”

Q: À votre avis, quel est l’avenir des implantations israéliennes en Judée-Samarie?

“En fait, tous les gouvernements israéliens ont contribué à l’établissement de implantations de peuplement, mais chacun a ses propres opinions politiques. Dans cette interview, je ne vais pas entrer dans la politique. Sur le plan professionnel, je peux dire qu’il n’y a pas de vide. Rien ne peut remplacer notre présence sécuritaire et notre liberté d’action, qui existent depuis l’Opération Rempart ou Bouclier Défensif, 365 jours par an, y compris le jour de Kippour. Cette liberté d’action a conduit à une réduction spectaculaire du champ et des capacités du terrorisme. Actuellement, il n’y a aucune limite politique à toute activité en cours en Judée-Samarie. De ce point de vue, les résultats de Bouclier Défensif n’étaient et ne sont pas moins importants que l’opération elle-même. ”

 par  Nadav Shragai

 

 Publié le  11-01-2019 13:10

Dernière modification: 11-01-2019 08:48

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.