Tataï : le lapsus qui révèle un islam génocidaire?

11
1666

C’est la question à 6 millions d’€, le prix qu’a coûté la Mosquée de Toulouse, inaugurée en grande pompe

L’imam Tataï Danielle n’a jamais fait que réciter l’article 7 de la Charte du Hamas dans son appel au meurtre, celui de tous les Juifs. Il s’est ensuite répété en disant qu’il ne souhaitait après tout que la mort de huit millions de Juifs… Israéliens et la fin de l’Etat Juif dans trente et un ans… Un humaniste dont la France a tellement besoin pour s’élever spirituellement : 

Le contenu de la Charte du Hamas : l’antisémitisme et l’amalgame juif et sioniste : citation d’un célèbre hadith appelant au meurtre des Juifs : « L’Heure ne viendra pas avant que (…) les pierres et les arbres eussent dit : « Musulman, serviteur de Dieu ! Un Juif se cache derrière moi, viens et tue-le. » (Article 7) ; « … tu trouves [les ennemis] sans cesse sur la brèche dans le domaine des médias et des films (…) [Ils agissent] par l’intermédiaire de leurs créatures membres de ces organisations sionistes aux noms et formes multiples, comme la franc-maçonnerie, les clubs Rotary, les sections d’espionnage, etc., qui toutes sont des nids de subversion et de sabotage » (Article 17) ; « Grâce à l’argent, ils règnent sur les médias mondiaux, les agences d’informations, la presse, les maisons d’édition, les radios, etc. » (Article 22)

Le prêche polémique de l'imam de Toulouse

ENQUÊTE – La traduction officielle de ses propos, accusés d’antisémitisme et d’antisionisme, pourrait amener le religieux à être poursuivi.

L’affaire Mohammed Tataï pourrait rebondir. Cet imam de Toulouse, de nationalité algérienne, a été accusé le 29 juin d’avoir proféré des propos antisémites et antisionistes dans un prêche en arabe remontant à décembre 2017. La traduction officielle – et assermentée – de l’enregistrement de l’ensemble de la prédication incriminée vient d’être livrée, vendredi dernier, au procureur de la République de la Ville rose.

Sur cette base indiscutable, la justice pourra qualifier les faits et prendre les mesures qui s’imposent. «Mais pas avant le courant du mois d’août prochain», selon le parquet de Toulouse. L’autorité judiciaire avait été saisie par le préfet de la Haute-Garonne au motif d’une possible «incitation à la haine». L’Union des étudiants juifs de France (UEJF), suivie par la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme), avait déposé plainte pour «incitation à la haine raciale».

Traduction littérale

Devant la confusion qui a entouré cette affaire, Le Figaro a fait établir une traduction littérale de l’enregistrement vidéo du 15 décembre 2017 à la mosquée de Toulouse par un professeur universitaire arabisant, incontestable spécialiste de l’islam. L’enregistrement ne reprend que le passage publiquement disponible (sous-titré en anglais, sur le site américain nemri.org, spécialisé dans la veille de discours antisémites) où l’imam Tataï s’exprime dans un arabe classique et dialectal maghrébin.

«Il n’y aura pas un juif derrière un arbre ou une pierre sans que cet arbre ou cette pierre ne dise : Ô musulman, ô serviteur de Dieu, ce juif est derrière moi, viens le tuer»

Voici la première partie: «[Le Prophète] nous a dit, pendant une bataille meurtrière, une bataille décisive: “Le jour du jugement n’arrivera que lorsque les musulmans auront combattu les juifs, et il n’y aura pas un juif derrière un arbre ou une pierre sans que cet arbre ou cette pierre ne dise: Ô musulman, ô serviteur de Dieu, ce juif est derrière moi, viens le tuer – excepté l’arbre du Gharad qui est parmi les arbres des juifs” [formule eulogique rituelle]. C’est un hadith rapporté par le bien-aimé imâm Muslim. Cette prophétie est présente chez les chrétiens et chez les juifs.»

» LIRE AUSSI – Prêche controversé: le maire de Toulouse demande une clarification

Le passage dont il est question ici est ce qu’il faut bien appeler un «classique»… Il est extrait de l’un des six recueils de hadiths effectivement attribués à Sahih Muslim, un maître mondial de l’islam. Cet imam vécut entre 821 et 875 – soit deux siècles après la mort de Mahomet, en 632 – et accomplit un travail de compilation en six volumes, devenus l’une des références courantes des paroles et actes du prophète Mahomet relatées par les hadiths, à ne pas confondre avec le Coran.

Plaisanterie confuse

Mais l’imam Tataï ne s’est pas arrêté là. Commentant la décision du président américain Trump, annoncée le 5 décembre 2017, de transférer l’ambassade des États-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem, il a aussitôt ajouté cette phrase: «Le premier ministre israélien se trouvant chez lui, la presse a rapporté qu’il a dit: “Nous allons célébrer l’accord de Balfour et dans trente et un ans nous célébrerons le centenaire de l’édification de l’État d’Israël. Je vous promets que nous serons toujours là.” Puis il a dit – et ça, c’est amusant, c’est amusant – qu’il craint que l’État d’Israël ne dépasse pas l’âge de 76 ans, ce qui est dit dans leurs propres prophéties. Et ainsi aujourd’hui, lorsque leur président est mort il y a deux ans, une de leurs célébrités a dit: “Les gens ne sont pas venus pour l’enterrement de Perès, mais pour l’enterrement d’Israël.”»

Certes confuse, la plaisanterie se moque toutefois clairement de l’avenir de l’État d’Israël, qui a effectivement fêté ses 70 ans en avril dernier. Les deux citations, l’une évoquant la fin du monde, à condition qu’il n’y ait «pas un juif» sur la terre, et l’autre sur la durée de vie de l’État d’Israël, sont liées dans le prêche.

Mea culpa

Contacté à cinq reprises, l’imam Tataï n’a jamais répondu à la sollicitation du Figaro. Résidant en France depuis trente ans, il s’exprime mal en français et utilise un traducteur. Il a toutefois accordé, le 5 juillet, une interview à La Dépêche du Midi où il expliquait: «le Prophète met en garde les fidèles face à un conflit contre les juifs, qui est justement un signe avant-coureur de l’Apocalypse. Comme dans les autres hadiths qui annoncent la fin du monde, ce qui est décrit, c’est précisément ce qu’il faut éviter.» Il s’est ensuite justifié: «Les extrémistes prennent les extraits qui les arrangent et les utilisent hors contexte pour servir leurs intentions néfastes. Il est donc important de bien expliquer ces textes pour éviter qu’ils ne s’en emparent. Ma mission, c’est de traiter de ces textes sensibles, de manière apaisée et dans l’esprit d’un islam modéré.»

«Dans l’ensemble du prêche cité, je répète à cinq reprises que ceci ne vise ni le judaïsme en tant que religion, ni le peuple juif»

Et de faire son mea culpa: «Je présente mes excuses à toute personne qui a pu être angoissée par ces mots. Notamment parmi nos amis israélites.» Ajoutant cette précision que personne, pour l’heure, ne peut vérifier, faute d’un enregistrement complet, mais qui est depuis vendredi dernier aux mains de la justice: «Dans l’ensemble du prêche cité, je répète à cinq reprises que ceci ne vise ni le judaïsme en tant que religion, ni le peuple juif.»

» LIRE AUSSI – Céline Pina:«Quand le gouvernement reste muet face à l’appel au meurtre d’un imam»

Affaire à suivre, donc. Mais l’imam Tataï, formé à l’université al-Azhar en Égypte, qui jouissait d’une relativement bonne image à Toulouse, se trouve aujourd’hui très isolé. Son principal soutien, la Mosquée de Paris, lui tourne désormais le dos. Le 12 juillet, le recteur, Dalil Boubakeur, a publié à grand bruit un communiqué sans équivoque: «Devant l’ampleur prise par la polémique suscitée par les propos de l’imam Tataï de Toulouse et les malentendus sur notre position, nous tenons à réaffirmer notre condamnation ferme et sans équivoque des termes utilisés par cet imam lors de son prêche tenu en décembre 2017. Nous condamnons très fermement ses propos relatifs à un hadith […] Un hadith qui n’avait pas lieu d’être exhumé de son oubli.» Un recteur qui était invité, le 14 juillet, par le président Macron, à la tribune officielle du défilé.

Contexte local ultrasensible

«Les malentendus» sur la position de la Grande Mosquée n’ont pas manqué, en effet. Il se trouve que la mosquée de Toulouse, sans être membre de la Fédération de la Grande Mosquée de Paris, lui est «affiliée». Son nouvel édifice (3000 places) a d’ailleurs été inauguré le 23 juin sous le patronage officiel (cartons d’invitation et affiches) de la Grande Mosquée de Paris. Elle était représentée par Mohamed Ouanoughi, qui y salua une mosquée «symbole de la tolérance», et par Abdallah Zekri. Abouabdallah Ghoulam-Allah, président du Conseil supérieur islamique d’Algérie, était également présent. Un pays qui a participé aux 6 millions d’euros nécessaires à la construction de la nouvelle mosquée Empalot de l’imam Tataï, dont le logo affiche les mots «cercle du dialogue civilisationnel».

Des liens effectivement confirmés par la «convocation» de l’imam Tataï, le 2 juillet, par Dalil Boubakeur, pour lui demander de s’expliquer sur son prêche. À l’issue de la rencontre, le recteur de la mosquée de Paris avait toutefois passé l’éponge sur les propos de l’imam en saluant sa «bonne foi» et lui avait accordé son soutien parce qu’«il a toujours appelé dans ses prêches au respect de toutes les communautés religieuses, et en particulier de la communauté juive, qu’il évoque constamment en termes favorables et avec qui il entretient d’excellents rapports».

«C’était l’un de mes amis et c’est une forme de trahison»

Ce qui était vrai, mais qui ne l’est plus. Frank Touboul, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) de Midi-Pyrénées, explique à propos de Mohammed Tataï: «c’était l’un de mes amis et c’est une forme de trahison. Il a même tenté d’instrumentaliser, au début de la crise, le rabbin Matusof, qui le connaît depuis trente ans, alors que ce dernier n’était pas encore informé de la polémique. Moi-même, j’étais à l’inauguration de la mosquée, et je l’ai même défendu au début de la polémique en attendant les traductions

Un fin connaisseur de la situation religieuse à Toulouse conclut: «Cinq ans après la tuerie, par Mohamed Merah, de l’école juive Ozar Hatorah, le contexte local est ultrasensible. Avec 40.000 musulmans, cette communauté représente 10 % de la population. La communauté juive, elle, est très bien organisée et ne va pas laisser passer la chose. Contrairement à ce qu’il affirme, l’imam Tataï n’est pas un habitué du dialogue. Il n’est jamais venu, par exemple, au conseil de la laïcité de la mairie. Il est de formation classique, mais c’est identitaire fermé.»


La rédaction vous conseille :


Le prêche polémique de l'imam de Toulouse

Jean-Marie Guénois

Journaliste – Rédacteur en chef chargé des religions

Source : lefigaro.fr

11 COMMENTS

  1. C’est seulement lorsqu’il ni aura plus un juif sur terre que la fin du monde viendra, avis a tous les non musulmans et musulmans qui ont envie de vivre eu et leurs descendant de défendre coûte que coûte les juifs pour éviter la fin du monde.

  2. ok, si c’est écrit dans le coran, alors que les musulmans attendent ce signe que les arbres et les pierres se mettent a parler et qu’ils se tiennent tranquilles jusqu au signe.

  3. Il n’est pas le seul imam algérien, marocain, tunisien, ou français qui prêche en arabe depuis 30 ans en France citant des hadith antisémites. Combien sont-ils ? Certainement des dizaines, voir plus. Et la République française dont les Présidents, les Premiers ministres, les ministres nous rabâchent chaque matin depuis plus de 30 ans qu’elle a des valeurs, se couche, se tait, se cache comme elle le fait depuis des décennies : C’EST UNE HONTE, C’EST UNE IGNOMINIE, C’EST UNE ABOMINATION.
    Vous avez entendu Macron ou Philippe protester ? Non, Macron préfère faire le macaque dans les tribunes lors de la demi-finale et de la finale de soccer en Russie; non mais regardez-le à la finale lors du premier but, il ressemble à un jeune gorille qui a vaincu le vieux gorille et qu’il exclue de la tribu. Ce type, il n’y a que la gagne qui l’intéresse, là du coup par personnes interposées, les joueurs de soccer, et qu’écraser les plus faibles en les traitant de fainéants, de gens de rien, d’illettrés. Ressembler soi-disant à un singe n’a aucune espèce de gravité, par contre , se comporter en singe est grave et inquiétant.

  4. bonjour a tous
    bon , je voudrais que l’on m’explique un petit quelque chose ..
    des affaires d’antisémitisme se suivent et se ressemblent en France..
    peut on ENFIN creer une vraie equipe competente d’avocats et juristes , avec toutes les grosses pointures dans ce milleu que ..les gens de chez nous…savent compter , afin d’instruire des VRAIS PROCES combattifs pour faire basculer cette legislation mollassonne quand elle a en charge des dosssiers d’antisemitismen flagrants ..
    J’EN AI MARRE ET ENCORE MARRE D’ENTENDRE DES DIEUDOMERDES OU AUTRES FLINGLARDS ASSASSINS CONTINUAIENT LEUR VIE TRANQUILLEMENT QUAND ILS NUIENT AU JUIFS IMPUNÉMENT

    Mais QUAND va s’arrêter cette mascarade ?
    Vous faites quoi , nos chers diplômés du barreau ???
    Mais VOUS ETES OU ??

    Faudrait enfin arrêter de laisser se dépatouiller seul un Maître BUCHINGER esseulé et déboussolé face aux meutes médiatiques pour l’affaire Halimi, ou autres confrères qui vont vite se sentir dépasser par ces hordes de Hyènes affamées ..du sang juif , soyons enfin construits et structurés , à la façon anglo-saxonne ,SANS HONTE ET NI COMPLEXES , monter un véritable bureau juridique hautement compétent qui ratisse large , rassemblant nos grosse pointures , et qui sachent travailler sur tous les fronts , et pouvant facilement répondre aux ignominies que nous font très mal au cœur et à notre attachement à LA FRANCE , pour mettre enfin UN POINT FINAL aux mensonges “excusables” de toute cette raclure des bas fonds , qui a juste trouver l’excuse idéale qui leur a été titillée a l’oreille par nos journaleux pitoyables :
    LES JUIFS TUENT DES PAUVRES PALOS ( ou SALOPS .. même mot !! ) ,EH BIEN NOUS , ON LES VENGE … CQFD …
    et les cons de service dans nos palais de justice font mine de comprendre , et nous endormir à coup de reports sur des procès qui n’en finissent plus … jusqu’à la trappe , celle ou l’on jetait aussi il n y a pas si longtemps tant des nôtres dans les châteaux de la noblesse , de tous ces beaux pays catholiques de la vieille Europe , vous vous en rappelez , n’est ce pas !!

    ARRÊTONS CE CARNAGE , BON SANG .. PEUT ON UNE FOIS POUR TOUTE , MES CHERS CORELIGIONNAIRES JURISTES ET AVOCATS , COMPRENDRE VOTRE LASSITUDE ET VOTRE SI GRANDE ABSENCE DE CE COMBAT VITAL QUI DOIT ETRE LE VOTRE … PAR AMOUR POUR TOUS VOS FRÈRES DE SANG !!

    RÉVEILLONS NOUS… ET VITE !!!!!!!!

  5. Ce n’est pas un lapsus, c’est le prêche ordinaire d’un islamiste ordinaire, c’est à dire d’un antisémite.
    J’espère qu’il va être renvoyé dans ses chères pénates algériennes qu’il n’aurait jamais du quitter.

    • Il ne faut pas la jouer compte personnel à régler comme ça ; on en vire un et tout va pour le mieux dans le meilleur islam de France qu’on n’osait même pas rêver? La bourde vient uniquement du fait que le prêche et le verset sont très répandus, d’usage courant et que cela ne vient pas particulièrement d’un courant salafiste, extrémiste, UOIF, Frère Musulman, mais direct du bled, comme là-bas dji, d’Algérie, la grosse grosse communauté “quiétiste”, x millions d’adhérents, qui viennent de bénéficier de la construction d’une mosquée top chef à 6 millions d’€ inaugurée par le gratin local et national, bref Tataï c’est l’avenir de la France sur lequel on investit à gros bouillon. Ce n’est évidemment pas un “lapsus” dans le texte pour rappeler que la vérité tombe verticalement de la bouche des grands enfants gâtés de la république : derrière, c’est toute une armature et il n’y a plus qu’à … démonter. Après le lapsus le déni massif (de masse)…

      • Exact. Gageons d’ailleurs que si on écoutait aux portes de toutes ces mosquées bien de chez nous, les prêches en arabe de tous ces “imams” estampillés islam de France, on aurait de méchantes surprises …
        Il faudrait d’ailleurs commencer par une obligation de s’exprimer en français, et envoyer dans chaque mosquée quelques observateurs, pour remettre tout ça dans le droit chemin de la République. Sinon : “dehors”, le monde est vaste !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.