Photo prise par l’agence iranienne Tasnim, avant de la retirer, d’Ismaël Ghaani entouré à Al-Bukamal, quelques heures avant la frappe présumée israélienne “selon des reportages étrangers” et l’Observatoire syrien des Droits de l’Homme

Les six miliciens sont morts lors d’un raid mené samedi soir 27 juin sur une base syrienne qui accueille des miliciens pro-iraniens dans un village à l’extérieur d’Abu Kamal, près de la frontière irakienne. Les sources officielles syriennes n’ont pas accusé Israël cette fois. Cependant, des sources de l’opposition syrienne à Londres ont initialement attribué la frappe aérienne à des «avions de la coalition américaine». DEBKAfile a précédemment rapporté que les forces américaines avaient entrepris d’éliminer la pénétration de l’Iran en Syrie via l’Irak, tandis qu’Israël a pris la responsabilité de cibler sa présence militaire en Syrie. Nos sources militaires ajoutent que les milices chiites pro-iraniennes, la plupart originaires d’Irak, sont déployées dans un groupe de bases mises en place par Qassem Soleimani (avant d’être tué par les Américains) pour consolider la campagne militaire iranienne en Syrie. Ils étaient largement équipés de roquettes, d’artillerie et de chars.

L’une de ces milices est le puissant Kataib Hezbollah. Si la main américaine dans cette dernière frappe aérienne est confirmée, cela serait lié au raid des forces de sécurité irakiennes sur le siège de cette même milice du Kataib Hezbollah qui a tourmenté les forces américaines en Irak par des tirs de roquettes répétés. Deux des trois commandants du Hezballah ont été arrêtés et son stock de roquettes saisi. Le nouveau Premier ministre irakien Mustafa al-Kadhimi a ainsi mené la première opération ouverte de Bagdad depuis des années contre l’un des supplétifs les plus puissants de l’Iran dans le pays.

Mardi dernier, les médias syriens ont attribué à Israël trois frappes aériennes distinctes sur des sites militaires à travers le pays, tuant au moins 9 individus, dont quatre Syriens. L’une de ces attaques a visé une usine iranienne chargée de fixer des kits de précision aux roquettes du bras armé libanais de l’Iran, le Hezbollah.

Six pro-Iranian militiamen killed in airstrike near Syrian-Iraq border

Six combattants pro-iraniens tués dans une frappe aérienne israélienne présumée

Israël aurait frappé un endroit bien ciblé où le commandant de la Force Qods de l’IRGC s’est rendu quelques heures auparavant.

La fumée monte après une frappe aérienne lors de combats entre des membres des Forces démocratiques syriennes et des militants de l'État islamique à Raqqa, en Syrie (crédit photo: REUTERS / ZOHRA BENSEMRA)
La fumée monte après une frappe aérienne lors de combats entre des membres des Forces démocratiques syriennes et des militants de l’État islamique à Raqqa, en Syrie (crédit photo: REUTERS / ZOHRA BENSEMRA)
Au moins six membres des milices pro-iraniennes ont été tués samedi soir dans une attaque aérienne israélienne ciblant des positions militaires à al-Bukamal en Syrie, quelques heures à peine après que le commandant de la Force Quds du Corps des gardiens de la révolution iraniens, Esmail Ghaani, se serait rendu sur le site, pour y tenir un discours de menace contre Israël et les Etats-Unis.
Quelques photos ensuite censurées par Tasnim, montrant Ismaël Qhaani, successeur de Soleimani à la tête des Brigades Al Quds des Gardiens de la Révolution, en prière à Al Bukamal, province de Deir Ez Zor en Syrie, là où Tsahal aurait frappé quelques heures plus tard en signe d’avertissement. 

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (SOHR) a déclaré que six membres des milices pro-iraniennes, dont quatre ressortissants syriens, ont été tués dans les frappes aériennes “ciblant les positions des forces du régime et des milices iraniennes dans le village d’Al-Abbas dans la campagne d’Al-Abbas, près de la Ville de Bukamal, à l’est de Deir ez-Zor. »

Les frappes, imputées à Israël, sont intervenues quelques heures après que l’agence de presse iranienne Tasnim a rapporté que Ghaani s’était rendu à al-Bukamal, une ville syrienne près de la frontière irakienne, connue comme un lieu de passage d’armes clé, où l’Iran a un réseau de milices pro-iraniennes, et qu’il avait visité des troupes.

Le reportage a été rapidement supprimé par Tasnim mais des photographies de Ghaani ont été publiées et partagées en ligne. Au cours de la visite, il a également prononcé un discours paranoïde et complotiste accusant Israël et les États-Unis d’avoir créé l’État islamique et les décrivant comme «deux régimes criminels dont les complots n’ont pas encore pris fin».

Ghaani, qui effectuait son premier voyage dans ce pays ravagé par la guerre depuis la mise hors service de son prédécesseur Qassem Soleimani en janvier, a déclaré que l’Iran continuerait de combattre le «régime sioniste».

Selon un reportage publié en 2018 dans Foreign Policy, l’Iran compte 11 bases dans le pays, neuf autres bases pour leurs milices dans le sud d’Alep, Homs et Deir Ezzor ainsi que 15 autres bases appartenant au Hezbollah.

Le reportage indiquait alors que l’Iran a dépensé plus de 30 milliards de dollars et perdu plus de 2 000 soldats syriens et iraniens, que Téhéran a recrutés dans tout le Moyen-Orient et l’Asie centrale.

Israël a averti à plusieurs reprises que l’Etat hébreu allait contrecarrer les ambitions nucléaires de l’Iran ainsi que ses aspirations à l’hégémonie régionale et a reconnu avoir mené des centaines de frappes aériennes dans le cadre de sa campagne de «guerre entre les guerres» (connue sous le nom de MABAM en hébreu) ​​pour empêcher le transfert d’armes avancées au Hezbollah. au Liban et l’enracinement de ses forces en Syrie où elles pourraient facilement agir contre Israël.

Au cours des derniers mois, Israël a été accusé de dizaines de frappes. Alors qu’Israël était accusé par le passé de viser des convois d’armes arrivés via l’Irak, les frappes de ces derniers mois visent les infrastructures et la présence iraniennes sur le terrain.

Non seulement les frappes ont tué des dizaines de soldats iraniens et détruit une quantité incommensurable d’armes de pointe, mais au cours des six derniers mois, l’Iran a également considérablement réduit le nombre de vols de fret vers la Syrie qui sont utilisés pour introduire des armes en contrebande dans ce pays déchiré par la guerre.

Des dizaines de frappes aériennes ont ciblé à elles seules la région d’Al-Bukamal qui, en raison de sa proximité avec la frontière irakienne, est considérée comme un emplacement stratégique dans le couloir terrestre de Téhéran pour faire passer en contrebande des armes et des combattants de l’Iran à la mer Méditerranée.

Le SOHR a signalé que la dernière frappe aérienne israélienne, ciblant des positions appartenant à des milices soutenues par l’Iran, s’est produite le 23 juin dans la région d’Al-Sukhna, dans la région de Deir ez-Zour, dans l’est de la Syrie. La frappe a tué cinq miliciens et détruit un centre militaire.

L’armée israélienne ne commente pas les informations étrangères.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.