La délégation israélienne annule sa visite au Bahrein

4
1959

LA DÉLÉGATION ISRAÉLIENNE ANNULE SA VISITE À BAHREÏN POUR DES RAISONS DE SÉCURITÉ

Après plusieurs manifestations contre la participation d’Israël, la délégation d’hommes d’affaires et de responsables gouvernementaux se rendant à une conférence professionnelle à Bahreïn a annulé le voyage.

Le roi bahreïnite Hamad bin Isa Al Khalifa (à droite) s’adresse au Premier ministre britannique Theresa May (à gauche) pendant

Le roi de Bahreïn Hamad bin Isa Al Khalifa (à droite) parle avec le Premier ministre britannique Theresa May (à gauche) lors du “Sommet du CCG” du Conseil de coopération du Golfe (CCG), au Palais Sakhir à Bahreïn, le 7 décembre 2016 .. (crédit: HAMAD I MOHAMMED / REUTERS). En 2017, il s’était élevé contre le boycott d’Israël

Une délégation israélienne d’hommes d’affaires et de responsables gouvernementaux, souhaitant participer à une conférence de travail à Bahreïn, a annulé sa visite pour des raisons de sécurité, a annoncé dimanche un communiqué des organisateurs.

Le groupe avait prévu de participer à un congrès organisé par le Global Entrepreneurship Network (Réseau d’Entrepreneuriat Mondial)  à partir du 15 avril.

“Bien que nous ayons informé la délégation israélienne qu’ils seraient les bienvenus, ils ont décidé de ne pas venir ce matin pour des raisons de sécurité et pour ne pas perturber les 180 autres pays participants”, a déclaré le président de l’organisation, Jonathan Ortmans, dans un communiqué envoyé à Reuters.

Cette annulation intervient après que le parlement du royaume a publié une déclaration rejetant la visite et quelques manifestations contre celle-ci dans les rues de la capitale Manama.

PAR REUTERS
 14 AVRIL 2019 14:02

————-

Le Roi du Bahrein dénonce le boycott d’Israël©

(24 septembre 2017)

Publié par Moché Lewin, Conseiller Spécial du Grand Rabbin de France, Vice-président de la Conférence des Rabbins Européens (CER) et  Aumônier national de la Gendarmerie (publié sur son compte Facebook):

“Je suis très heureux d’apprendre que le Roi du Bahreïn Hamed ben Issa Al Khalifa, lors d’une rencontre qui s’est déroulée hier au Centre Simon Wiesenthal de Los Angeles, ait appelé à la fin du boycott arabe envers Israël.

Il a également annoncé que tous les citoyens du royaume du Bahreïn étaient libre de se rendre en Israël.

©Facebook Moshé Lewin et le Roi du Barhein

Ces déclarations sont, à mon sens, le résultat de nombreuses rencontres entre différentes personnalités de la communauté juive et du Bahrein qui se sont déroulées au Bahreïn et dans le monde.

J’avais eu l’occasion de me rendre au Bahreïn en décembre 2015 avec l’Imam Hassen Chalghoumi qui a également beaucoup œuvré pour développer les relations entre la communauté juive et le Bahreïn. Il faut également souligner le travail de Betsy B Mathieson, présidente de “This is Bahrein”.

Lors de cette visite, j’ai rencontré Houda Nono, membre de la communauté juive au Bahrein, ancienne ambassadrice du Bahrein aux Etats-Unis (2008-2013) ainsi que Nancy Khedouri de confession juive, députée au Parlement du Bahrein. J’avais eu l’occasion en leur présence d’allumer les bougies de Hanouka à la synagogue de Manama au Bahrein. L’ensemble des religions cohabitent et dialoguent entre elles.

Depuis ma visite au Bahreïn, j’ai à différentes reprises poursuivi ces échanges à Bruxelles ou à Paris, avec des ministres et des députés avec lesquels j’ai mesuré les avancées significatives en terme de dialogue.  

Souhaitons que cette relation avec le Bahrein donnera l’exemple aux autres pays du Golfe.”

Le Roi du Bahrein dénonce le boycott d’Israël et déclare que les citoyens de son royaume peuvent s’y rendre en visite

Le roi de cette nation insulaire a des projets d’instaurer un Musée de la Tolérance religieuse dans la ville-capitale avant la fin de cette année. 

LOS ANGELES –Le Roi du Bahrein Hamad bin Isa al Khalifa a dénoncé le boycott arabe d’Israël et déclaré que ses sujets sont libres de se rendre en visite dans l’Etat Juif. Cette déclaration par le dirigeant de ce pays du Golfe persique, qui n’a pas des relations diplomatiques avec Israël, a été révélée lors de l’événement multinational qui s’est déroulé, la semaine dernière à Los Angeles, organisé par le Centre Simon Wiesenthal de cette grande ville américaine.

Lors de cet événement, les Rabbins Marvin Hier et Abraham Cooper, qui dirigent le Centre Simon Wiesenthal, ont révélé les vœux formulés envers eux par le roi, au cours de leur visite à Manama,; la capitale du Bahrein, au début de l’année 2017.

Bahraini King’s Declaration of Worldwide Religious Tolerance Unveiled at Historic Wiesenthal Center Interfaith Event http://bit.ly/2x3hD8p 

Une simple promenade en ville à cette époque, permettait d’ouvrir les yeux, rappelle Cooper. Il y avait une Eglise, surmontée d’une grande croix, près du Temple Hindou et 90 m plus loin, une mosquée impressionnante. Même une petite synagogue, la seule et unique du Golfe arabo-persique tient encore debout, dans le quartier le plus ancien de la ville.

Quand les Rabbins Hier et Cooper ont rencontré le Roi Hamad, ils ont aussi discuté du projet du dirigeant d’établir un Musée de la Tolérance Religieuse dans la ville-capitale, avant la fin de cette année.

Lors de l’événement à Los Angeles, la semaine dernière, des délégations de Bouddhistes en robes couleur safran, des Sikhs avec leur turban et des Musulmans  en Keffieh rouge et Hidjab, se mêlaient àdes Juifs en Kippa et des Chrétiens en costume d’homme d’affaires.

Interfaith leaders toured @musoftolerance before announcement of The Bahrain Declaration on Religious Tolerance – by Bahraini King Hamad.

Environ 400 membres de ces divers groupes religieux ont été témoins de la déclaration de soutien à la pleine liberté de choix religieux, de protection du gouvernement apportée aux minorités et de garanties que la “foi religieuse soit considérée comme une bénédiction pour l’ensemble du genre humain et comme la pierre angulaire de la paix dans le monde”.

La liste des invités à la soirée comprenait des responsables tels que ceux des nations musulmanes prédominantes, comme le Koweit, l’Egypte, la Malaisie, les Emirats Arabes Unis et l’Azerbaïdjan, fait remarquer Cooper.

Comme toutes les autres personnalités présentes, les dirigeants arabes se sont levés pour marquer leur respect envers l’Orchestre National du Bahrein très haut en couleurs, dirigé par le Feld Maréchal Mubarak Najem, qui a joué l”Hatikva” précédée par les hymnes bahreini et américain, chantés par Sumaya Meer et le ténor Arik Wolheim.

Le principal orateur était le Cheikh Nasser bin Hamad al Khalifa, fils du roi et athlète possédant une formidable endurance, qui dirigeait la délégation bahreinie, a fait le tour du Musée de la Tolérance du Centre Simon Wiesenthal et rencontré des étudiants juifs.

Au point culminant de la soirée,un groupe de distingués “invités du roi”, ont formellement contresigné la déclaration du Bahrein. Parmi eux, on trouvait les orateurs de la soirée, les responsables arabes en visite, des hommes d’église appartenant à diverses confessions, la vedette de la télévision américaine, Mary Hart, le maître de cérémonies de la soirée, le Professeur Judeah Pearl, de l’UCLA (et père de Daneil z’l) et Betsy Bennett Mathieson, Président de  This Is Bahrain.

Le dernier animateur de l’organisation soutenue par le gouvernement a présenté à chaque invité un petit écusson à tête d’épingle symbolisant les sept religions du pays, avec une Menorah juive jointe à une croix chrétienne et à un croissant musulman.

Le Bahrein a environ 1.423.000 habitants et un tour de leurs différentes religions indique que 70% sont Musulmans ; 14.5% sont Chrétiens, 10% sont Hindous et 2,5% sont Bouddhistes. Le pourcentage de Juifs est indiqué par différentes études comme une fraction de 1%, mais le véritable nombre est même encore plus infime, étant compris entre 36 et 40 résidents réels.

En dépit de ce nombre modique,  Houda Ezra Ebrahim Nonoo, quqi est juive, a occupé le poste de diplomate bahreinie aux Etats-Unis, entre 2008 et 2013, devenant la première femme juive à représenter un pays arabe au sein d’une mission diplomatique. La famille Nonoo est d’ascendance juive irakienne et c’est elle qui a financé les travaux de réparation pour la seule synagogue du Bahrein.

La majeure partie de la population juive a fui le pays à la suite d’émeutes en 1947 et 1967, mais les sources juives, britanniques et musulmanes s’accordent à dire que ces émeutes avaient été déclenchées par des étrangers pro-palestiniens et que les résidents arabes ont désobéi à ces consignes pour protéger leurs voisins juifs.

Mais, avec l’ascension au trône du Roi King Hamad bin Isa al Khalifa en 2002, les observateurs des affaires intérieurs et étrangères ont constaté l’émergence d’un état presque utopique des relations entre les divers groupes religieux bahreinis.

Le monarque, qui possède une collection impressionnante de disques de Frank Sinatra, a sanctuarisé la tolérance religieuse, à la fois dans la loi du pays et par son exemple personnel. Par exemple, depuis 2015, il célèbre régulièrement Hanoukah, à la fois avec des Juifs et des musulmans assemblés.

 

A la clôture de la cérémonie, un reporter a demandé à Cooper si la tonalité optimiste de la soirée et les notes d’espoir étaient justifiées à la lumière des conflits apparemment sans fin qui frappent le Moyen-Orient.

Cooper a répondu que le Bahrein, comme Israël, “Vit dans un environnement dur. Mais s’il doit y avoir un espoir pour l’avenir, il devra être porté par les voix de la modération religieuse.

Par TOM TUGEND

 

 17 septembre 2017 13:31
Adaptation : Marc Brzustowski

4 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.