Samantha Geimer défend Polanski

13
4181

“Un agresseur a le droit de se réhabiliter” : violée par Roman Polanski, Samantha Geimer défend le réalisateur de “J’accuse”

 

 

Samantha Geimer a été violée par Roman Polanski en 1977 et alors que la polémique autour du récent sacre du réalisateur aux César pour son film J’accuse ne cesse d’enfler, elle explique à Slate qu’il “a le droit de se réhabiliter et de se racheter“.

Plus que jamais, Roman Polanski est au centre de l’actualité. Le mari d’Emmanuelle Seigner a été récompensé lors de la dernière cérémonie des César pour son film J’accuse, ce qui a provoqué la colère de Florence Foresti qui s’est dit “écœurée et de l’actrice Adèle Haenel qui a préféré quitté la salle Pleyel où se tenait la remise des prix. Alors que les voix s’élèvent contre le réalisateur qui est accusé de plusieurs viols, Samantha Geimer prend la parole pour le défendre.

Dans un long entretien accordé à Slate, Samantha Geimer, violée en 1977, révèle qu’elle est en désaccord avec Adèle Haenel et sa déclaration dans le New York Times : “Distinguer Polanski, c’est cracher au visage de toutes les victimes.” Selon la femme, désormais âgée de 56 ans, “Rameuter les victimes pour sanctionner des gens qui se sont mal comportés, c’est les victimiser davantage. Personne n’est en droit de dire à une victime ce qu’elle doit penser et comment elle doit se sentir.

Samantha Geimer va encore plus loin en expliquant que Roman Polanski avait le droit de faire sa vie. “Une victime a le droit de laisser le passé derrière elle, et un agresseur a aussi le droit de se réhabiliter et de se racheter, surtout quand il a admis ses torts et s’est excusé,” dit-elle à nos confrères. Des propos étonnants qui devraient faire couler beaucoup d’encre dans les prochains jours.

femmeactuelle.fr


L’effroyable soirée des César

 

La 45e édition des César a battu tous les records de férocité et de laideur. D’entrée de jeu, la maîtresse de cérémonie a ironisé sans vergogne sur le physique de Roman Polanski. Elle l’a rebaptisé Atchoum, du nom de l’un des Sept Nains. Et ivre de colère hilare contre ses douze nominations, elle a fait de J’accuse un film sur la pédophilie dans les années 1970. Le rire barbare ayant définitivement pris le pas sur l’humour, l’assistance pomponnée gloussait et le ministre de la Culture, devenu le ministre de la bien-pensance et du lynchage compassionnel, se réjouissait en silence.

L’actrice Aïssa Maïga a compté le nombre de Noirs dans la salle. « À Cannes, on bloque les comptes et on compte les Bloch », disait Tristan Bernard au début de l’Occupation. Sous le régime de la diversité, ce sont les antiracistes qui font l’inventaire.

On appelle cela le devoir de mémoire.

Découvrant, horrifié, que le César de la meilleure adaptation était décerné à Roman Polanski et Robert Harris, l’acteur Jean-Pierre Darroussin a choisi d’oublier une syllabe dans le nom du premier pour bien montrer qu’il lui écorchait la gueule. Ne supportant pas, pour sa part, que le César du meilleur réalisateur soit attribué au même Polanski, Adèle Haenel, qui ne le connaît pas, qui ne l’a jamais rencontré, a quitté la salle en signe de protestation.

Elle a été suivie, entre autres, par la« bienveillante » Leïla Slimani. Ne dites surtout pas à cette actrice et à cette romancière que Samantha Geimer, la femme dont elles invoquent le calvaire pour réclamer justice, est aujourd’hui le premier soutien de Polanski et qu’elle refuse violemment d’être statufiée en victime ; ne leur rappelez pas non plus qu’il est un rescapé de la Shoah, que sa première femme est morte dans des conditions atroces – Polanski est passé, pour elles, dans le camp des salauds, des bourreaux, des criminels contre l’humanité. « Plus jamais ça », cela veut dire désormais « plus jamais lui et ses ignobles congénères ». L’individu disparaît sous le symbole de l’oppression «hétéro-patriarcale».

« Quand vous généralisez la souffrance, vous avez le communisme. Quand vous particularisez la souffrance, vous avez la littérature », a écrit Philip Roth. Le communisme n’est plus d’actualité, mais l’idéologie ne désarmant jamais, le néoféminisme a pris la relève. Et comme on l’a constaté vendredi soir Salle Pleyel, il a de nombreux compagnons de route, fervents ou veules. Ladj Ly, à leur grand soulagement, a reçu le César du meilleur film pour Les Misérables. Récompense amplement méritée. Mais peu importe à ces moralisateurs qui refusent de séparer l’homme et l’artiste qu’il ait été condamné à trois ans de prison dont un avec sursis pour complicité d’enlèvement et de séquestration d’un homme qui avait eu la mauvaise idée de coucher avec la soeur d’un de ses proches. C’est « la France rance », comme dit Télérama, qui s’en émeut. Et pour la France qui se veut accueillante et progressiste, la domination ne peut avoir qu’un visage : celui du mâle blanc occidental et…

Dressant la liste des prédateurs dans le monde du cinéma, la maîtresse de cérémonie a cru bon d’ajouter le nom de Dominique Strauss-Kahn à ceux d’Harvey Weinstein, de Jeffrey Epstein et de Roman Polanski, et de faire une référence indirecte mais insistante à Patrick Bruel. Quand Polanski a été distingué, elle a quitté la scène, « écoeurée ». Tout aussi écoeurées, deux militantes qui se présentent comme Les Terriennes ont tweeté : « Celui qui doit être gazé, c’est Polanski. » Cette soirée placée sous le signe de la libération des femmes, ressemblait furieusement à une vidéo d’Alain Soral.

Les professionnels du cinéma ayant mal voté, l’Académie des César promet de faire mieux la prochaine fois. Elle dissoudra donc le collège électoral et en composera un autre, mieux ajusté à la sensibilité des jeunes générations. Bienvenue dans le nouveau monde !

Alain Finkielkraut

Le Figaro, 3 mars 2020

13 COMMENTS

  1. Je ne suis pas juif et je ne prendre parti pour personne. Mais on voit bien que certains profitent de ces 3 ou 4 personnes qui ont eu des problèmes plus on moins grave avec la justice, pour soulager leurs pulsions antisémites. C’est bon de pouvoir cracher sa haine sans pouvoir être justiciable. Car on peut faire des listes bien plus longues pour des faits bien plus grave avec d’autres ethnies et d’autres religions…

  2. Pratiquement toutes les jeunes femmes ont couché pour avoir leur 1° rôle.
    C’en est presque un rituel.
    Tout le monde le sait.
    J’aurai aimé savoir si, Polanski était noir ou arabe, celles qui sont sorties de la salle seraient sorties. Je crois que non car elles auraient eu trop peur du Racisment correcte.

    Concernant le vomis fécal de Aïssa Maïga, je propose qu’on amènes des charters pleins d’africains bien noirs pour les prochains Césars de 2021.
    Elle pourra dire : “Ohhh, ce soir la salle est noire de monde”.

  3. Pratiquement toutes les jeunes femmes ont couché pour avoir leur 1° rôle.
    C’en est presque un rituel.
    Tout le monde le sait.
    J’aurai aimé savoir si, Polanski était noir ou arabe, celles qui sont sorties de la salle seraient sorties. Je crois que non car elles auraient eu trop peur du Racisment correcte.

    Concernant le vomis fécal de Aïssa Maïga, je propose qu’on amènes des charters pleins d’africains bien noirs pour les prochains Césars de 2021.
    Elle pourra dire : “Ohhh, ce soir la salle est noire de monde”.

  4. Merci pour ce très bel article.
    L’image de la grosse dondon raciste qui compte les blacks dans la salle est particulièrement obscène !

  5. Une honte cette France une honte ces acteurs. Ces pseudos comiques ces ns revanchardes(oui j assume ) cette pauvre maîtresse de cérémonie dont je n’arrive même pas à mémoriser le nom
    Son petit humour primaire son insignifiant talent drapé dans des robes de star elle était tellement ridicule.
    Y avait un grand film un immense metteur en scène et un parterre de tous petits bonhommes et bonnes femmes bravo monsieur Polanski mille fois bravo et merci d’avoir choisi la France continuez et enterrez les tous avec votre talent qu on ne voie plus jamais ces pseudos artistes sur les écrans ça pollue le 7 émeraude art !

    • @Leblanc,

      Malheureusement Florence Foresti était pour moi une des rares humoristes d’aujourd’hui qui faisait son métier avec talent justement.

      Et il est dommage de constater que le talent et même souvent une solide culture, ne constituent pas une immunité protégeant de l’antisémitisme.

      Que faire ? Appeler à la censure ? C’est agir comme ces infâmes…En revanche beaucoup de personnes justes et logiques, ne pourront percevoir cette artiste avec le même regard…Et comme son humour tient aussi de la vue…Restera t-il amusante et agréable à regarder lors de ses représentations ?

      Aux antisémites oui ! Ce qui lui assure encore une large audience. Tout comme Dieudonné. Et cette comique est assez fine pour l’avoir compris. D’où son “lâché”, sans complexe !

      C’est une partie du drame !

  6. Les jeunes filles qui se laissent violer pour avoir un rôle sont des pauvres enfants …. souvent dont les parents n’ont pas le sens des valeurs ! pourquoi elles se révoltent 50 ans plus tard ? leur carrière n’est pas celle dont elles avaient rêvé , alors bien sûr il faut un coupable !!!
    Puis il y a les ” comiques ” ( comme la nommée ” Pélican ” ) ces hystériques qui essayent de tirer profit de leur vilénie !!!
    Roman POLANSKI , Emmanuelle , on vous aime !!

  7. Les crétins-salauds qui le veulent comme cela…considèrent toujours Dreyfus comme coupable de trahison car ils aiment cela comme ça…
    Rien ne changera les cons d’aujourd’hui, pas plus que ceux d’hier….
    Peine perdue…
    Leur en foutre plein la gueule jusqu’à ce qu’ils demandent grâce….par contre ??????
    Voir Picquart et cie…contre Henry et du Paty de Clam…

  8. Danielle vous n’en n’avez pas un peu marre de faire le censeur, le procureur, le commissaire politique en rameutant tout ce qu’il ne faut pas faire pour le mettre au pilori, dénoncer, balancer, ciel quelle époque . Le Pétainisme revient à la mode!
    Mieux vaudrait donc Tartufe que Polanski?

  9. vous devriez être plus révolté par les violeurs d’enfants que par les violeurs de femmes !
    Personne ne se bat pour l’innocence des enfants, alors que c’est l’acte le plus abominable.
    Si on gratte un peu, on en trouverait des personnalités derrière cette ignoble pratique, silence et bouche cousue !

    • ce n’est pas le cas pour Polanski !!! il n’ y a pas d’enfants mais des jeunes filles poussées par les parents à décrocher un rôle à n’importe quel prix !! ( on connait bien les cas où la mère était consentante ) alors fouillez un peu dans vos poubelles !!!!
      Si ce n’était pas le cas , expliquez moi , pourquoi ils n’ont pas dénoncé ces actes au moment des faits ??

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.