Le président israélien Reuven Rivlin, à l’exposition au Quai d’Orsay à Paris qui raconte l’histoire de diplomates qui sauvèrent des Juifs pendant la Seconde guerre mondial, le 24 janvier 2019 Haim Zach (GPO)

« On ne peut pas aimer Israël et haïr les Juifs, comme on ne peut pas aimer les Juifs et haïr Israël. La haine des Juifs et l’antisionisme sont de l’antisémitisme », a déclaré jeudi le président israélien Reuven Rivlin, lors de l’inauguration d’une exposition au Quai d’Orsay à Paris qui raconte l’histoire de diplomates qui sauvèrent des Juifs pendant la Seconde guerre mondiale.

La France et Israël ont rendu hommage à ces « quelques dizaines rares de diplomates courageux » qui furent autant « de petites lueurs brillantes d’espoir dans l’obscurité terrible de la Shoah », a ajouté M. Rivlin accompagné du ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves le Drian.

L’exposition, organisée conjointement par le ministère israélien des Affaires étrangères et le mémorial de Yad Vashem, présente les récits de quelque 36 diplomates dans une vingtaine de pays, reconnus comme Justes parmi les nations pour leurs actions qui ont sauvé près de 200 000 vies.

Haim Zach (GPO) Le président israélien Reuven Rivlin, à l’exposition au Quai d’Orsay à Paris qui raconte l’histoire de diplomates qui sauvèrent des Juifs pendant la Seconde guerre mondial, le 24 janvier 2019  Haim Zach (GPO)

« Ils ont été prêts à risquer leur poste, leurs biens et même leur vie et celle de leurs familles », sauvant ainsi 200.000 Juifs, a rappelé le président.

Ainsi l’exposition retrace notamment le parcours du consul du Portugal à Bordeaux, de Tchécoslovaquie à Marseille et le diplomate suédois Raoul Wallenberg en Hongrie – qui délivrèrent des passeports et des visas au mépris des instructions de leur pays.

Le Japonais Chiune Sugihara, consul à Kovno en Lituanie, délivra des visas à 2.000 Juifs afin de fuir l’Europe via l’Union soviétique.

Le Français Albert Emile Routier, consul honoraire de Turquie à Lyon, établit des documents présentant leur titulaire comme des musulmans d’origine turque.

« Devoir de vigilance »

« Ils ont prouvé que toujours, les individus et les représentants des Etats et des peuples ont la capacité et le devoir de choisir », a souligné le président israélien.

« La mémoire de la Shoah n’est pas seulement une obligation de respect et de fidélité envers les morts, elle est aussi un devoir de vigilance envers les vivants », a de son côté relevé le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian.

« Sur le sol de la République français, des Juifs ont de nouveau eu à souffrir, à dissimuler ce qu’ils étaient », a-t-il souligné.

Haim Zach (GPO) Le président israélien Reuven Rivlin, à l’exposition au Quai d’Orsay à Paris qui raconte l’histoire de diplomates qui sauvèrent des Juifs pendant la Seconde guerre mondial, le 24 janvier 2019Haim Zach (GPO)

Le gouvernement français s’était alarmé à l’automne d’un bond de près de 70% des actes antisémites sur les neuf premiers mois de 2018, ce qui avait poussé les institutions juives à réclamer des « moyens spécifiques » contre ce « cancer qui gangrène la société ».

« Au cours des dernières années, des hommes, des femmes, des enfants ont été assassinés au seul motif qu’ils étaient juifs. Il est même parfois difficile d’enseigner l’histoire du génocide », a-t-il déploré.

« Face à ce constat alarmant, la main de l’Etat ne doit jamais trembler et je vous assure, monsieur le président, qu’elle ne tremblera pas », a déclaré Jean-Yves Le Drian.

A l’heure du « renforcement des force de droite néofascistes, extrémistes en Europe, « les dirigeants européens forts doivent appeler à combattre toute conception antisémite », a conclu M. Rivlin.

Le président israélien Reuven Rivlin a déploré mercredi que l’antisémitisme « relève la tête » en France, lors d’une rencontre avec Emmanuel Macron qui l’a assuré de sa « détermination » à « poursuivre le combat » contre ce fléau.

Sa visite à Paris marque le 70ème anniversaire des relations diplomatiques franco-israéliennes et intervient quelques jours avant la journée internationale à la mémoire des victimes de la Shoah, le 27 janvier.

i24news

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.