Renverser le Hamas est une option plausible©

1
1531

Steinitz : Le renversement du Hamas est une option, et Israël s’en sent plus proche que jamais

Les commentaires de Yuval Steinitz font suite au rapport selon lequel Israël a l’intention d’éliminer les dirigeants du groupe terroriste, espérant retarder le conflit jusqu’à ce que la barrière de défense de Gaza soit achevée

Les officiels du Hamas, Husam Badran (2ème-L) et Khalil al-Hayya (à gauche) arrivent pour une réunion avec les factions palestiniennes dans la ville de Gaza le 5 août 2018. (Photo AFP / Mahmud Hams)

Les responsables du Hamas, Husam Badran (2ème-L) et Khalil al-Hayya (à gauche) arrivent pour une réunion avec les factions palestiniennes dans la ville de Gaza le 5 août 2018. (Photo AFP / Mahmud Hams)

Le ministre de l’énergie, Yuval Steinitz, a déclaré dimanche qu’Israël pourrait renverser le Hamas, un reportage indiquant qu’Israël s’apprêterait à liquider les dirigeants du groupe terroriste qui gouverne la bande de Gaza, à la prochaine embolie de la situation.

“Renverser le Hamas est une option, et nous en sommes plus proches que jamais”, a déclaré le ministre du Likoud, lors de l’émission publique Kan. Il fait partie, avec Avigdor Lieberman, des ministres du cabinet qui soutiennent une option militaire prochaine, à l’inverse d’autres qui privilégient de s’occuper d’abord de la menace iranienne au nord et decsubordonner la menace du Hamas considérée comme nuisance bien Moindre. .

Steinitz, membre du cabinet de sécurité de haut niveau, a également affirmé qu’Israël n’avait pas signé de cessez-le-feu avec le groupe terroriste, une revendication contestée par le Hamas.

“La dernière série [de combats] a gravement nui à la production de missiles et de drones. En tant que cabinet [de sécurité], nous devrions voir le tableau général – nous n’avons pas signé d’accord de trêve et nous gardons nos cartes dans la manche à portée de main », at-il déclaré.

Le ministre de l’énergie, Yuval Steinitz, assiste à une session plénière à la Knesset à Jérusalem,
le 23 mai 2018. (Yonatan Sindel / Flash90)

De hauts responsables israéliens ont déclaré que le pays n’avait pas accepté le cessez-le-feu annoncé par le Hamas jeudi soir et qu’il était entré en vigueur à minuit. Le Hamas affirme que l’accord a été négocié par l’Egypte et d’autres acteurs régionaux.

L’apparente trêve est survenue après deux jours de heurts violents qui ont vu les plus importants échanges de tirs entre Israël et l’organisation terroriste de Gaza depuis l’opération Bordure Protectrice de 2014, avec, notamment des tirs jusqu’à Beersheva.

Steinitz a également abordé les critiques selon lesquelles Israël aurait capitulé en autorisant l’entrée en vigueur du cessez-le-feu sans exiger une sécurité totale pour les habitants des communautés entourant l’enclave et le retour des corps des soldats Hadar Goldin et Oron Shaul , et des deux civils Abera Mangistu et Hisham al-Sayed, qui seraient également détenus dans la bande de Gaza.

“Nous n’avons pas à partir en guerre chaque fois qu’ils nous frappent”, a déclaré Steinitz. “Parfois, nous lancerons des campagnes militaires ou des réponses (aériennes) énergiques.”

Des hommes israéliens se tiennent à côté d’une voiture endommagée après qu’une roquette tirée par des terroristes de la bande de Gaza esit tombée le 9 août 2018 dans la ville israélienne de Sderot, au sud d’Israël. (AFP PHOTO / JACK GUEZ)

Les commentaires de Steinitz sont survenus alors que le quotidien Haaretz rapportait dimanche qu’Israël avait formulé un plan visant à éliminer des membres de la haute direction du Hamas, mais attend de voir les résultats des négociations avec l’Egypte et les Nations Unies avant sa mise en œuvre.

Des sources de la défense ont déclaré au journal que l’on pense que les liquidations des têtes dirigeantes sont préférables à une offensive terrestre à grande échelle à Gaza, tout en reconnaissant que ces éliminations ciblées pourraient finalement mener à une campagne militaire.

Mazen Faqha après sa libération après l’accord de Gilad Shalit en 2011. (Capture d’écran: Twitter)

Le journal a noté que l’élimination en mars dernier d’un responsable du Hamas, Mazen Faqha, lors d’une fusillade au silencieux, à l’intérieur de Gaza, attribuée à Israël, mais dont il n’a pas revendiqué la responsabilité, a provoqué des tensions et des perturbations à Gaza.

Des sources ont également indiqué au journal que l’appareil de défense israélien espère retarder tout conflit de grande ampleur jusqu’à la fin de 2019, lorsque la construction d’une barrière technologique à la frontière de Gaza sera achevée.

De hauts responsables israéliens ont déclaré que “la tranquillité sera satisfaite par le calme”, ​​ce qui implique que le pays ne cherche pas à intensifier la violence, mais qu’il ne s’est pas engagé ouvertement à mettre fin aux hostilités. Au lieu de cela, les responsables militaires espèrent que le groupe terroriste aura internalisé les dommages qu’Israël peut causer à ses infrastructures.

“Le Hamas comprend très bien ce qu’il a perdu ces derniers mois ; il ne peut pas l’ignorer », a déclaré un officier supérieur de Tsahal au journal.

En dépit de la trêve apparente et du sursis intervenu dans les tirs de roquettes, des chars israéliens ont frappé deux postes du Hamas dans la bande de Gaza vendredi soir après une grenade lancée contre des soldats et des violences intenses à plusieurs endroits de la frontière .

Environ  9 000 Palestiniens ont participé vendredi à de violentes manifestations hebdomadaires à la frontière. Certains manifestants se sont déchaînés près de la clôture, ont lancé des bombes de fortune, des cocktails Molotov et des pierres sur des soldats israéliens, et ont brûlé des pneus pour créer un écran de fumée. Au cours d’un incident, une grenade a été lancée sur les troupes israéliennes, sans faire de victimes. Plusieurs tentatives ont été faites pour violer la barrière de sécurité.

Une manifestante palestinienne tient une fronde lors d’une manifestation à la frontière entre Israël et Gaza, à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 10 août 2018. (AFP PHOTO / Said KHATIB)

Le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a déclaré que trois Palestiniens avaient été tués vendredi au cours des violences.

Pendant ce temps, des cerfs-volants et des ballons incendiaires ont continué de sévir dans les communautés frontalières israéliennes, avec un important cerf-volant incendiaire qui s’est posé sur des lignes électriques près du kibboutz Sufa vendredi, provoquant des coupures de courant dans les maisons environnantes.

Un gros cerf-volant incendiaire lancé depuis Gaza atterrit sur des lignes électriques près du kibboutz Sufa, le 11 août 2018. Photo: Israel Electric Corporation

Samedi après-midi, Tsahal a indiqué qu’elles avaient pris pour cible une cellule chargée de lancer des ballons incendiaires dans le nord de la bande de Gaza. Les médias palestiniens ont rapporté que deux personnes avaient été blessées lors des frappes israéliennes à El-Bureij.

Il y avait également des rapports palestiniens d’une deuxième frappe de Tsahal ailleurs dans la bande de Gaza.

Le sud d’Israël a connu des centaines d’incendies à la suite de cerfs-volants et de ballons incendiaires survolant la frontière depuis Gaza au cours des derniers mois. Selon des responsables israéliens, plus de 7 000 acres de terres ont été brûlées, causant des millions de shekels de dégâts.

Depuis le mois de mars, des manifestations violentes ont eu lieu presque chaque semaine le long de la frontière entre Israël et Gaza, organisées par les dirigeants du Hamas à Gaza, entraînant la plus grave escalade entre les deux parties depuis la guerre de 2014.

Les affrontements meurtriers ont vu les forces de sécurité israéliennes faire face à des coups de feu, des grenades, des cocktails Molotov et des efforts – parfois couronnés de succès – pour endommager ou pénétrer la clôture. Le mois dernier, un soldat israélien a été tué par un tireur d’élite.

Plus de 150 Palestiniens ont été tués depuis le début des manifestations de la «Marche du retour» le 30 mars.

JForum avec agences

1 COMMENT

  1. A MON AVIS,EN ATTENDANT QUE LA BARRIERE ENTRE GAZA ET ISRAEL SOIT TERMINEE ET SURTOUT EFFICACE,LA SEULE CHOSE A FAIRE EST L’ELIMINATION DE TOUS LES CADRES DE CETTE ORGANISATION TERRORISTE QU’EST LE HAMAS.LA DERNIERE FOIS QUE CELA A ETE FAIT,LE CALME EST REVENU PENDANT QUELQUES TEMPS.JE ME SOUVIENS QUE LORSQUE L’EPOUVANTABLE CHEIK YACINE ,SUR SON FAUTEUIL,A ETE ELIMINE,JE PENSAIS QUE CELA AURAIT DES REPERCUSSIONS MONUMENTALES,IL N’EN A RIEN ETE,AU CONTRAIRE .TSAHAL EST PLUS COMPETENTE QUE MOI A CE SUJET,MAIS J’ESPERE ET JE PENSE QU’ELLE IRA DANS CE SENS AU COURS DU MOIS DE SEPTEMBRE.ET QUE HACHEM BENISSE ET PROTEGE ISRAEL,TSAHAL ET LES JUIFS DU MONDE ENTIER.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.