L’ancien Procureur du Département de la Justice déclare que la transaction passée entre Obama et Téhéran, échangeant des « Otages contre rançon », viole les lois criminelles des Etats-Unis d’Amérique.

De fait, il relève de trois types de crime majeur punissables d’au moins 20 ans de prison ferme. 

 

Un ancien Assistant au Procureur des Etats-Unis pour le District Sud de New York, a mis en garde ce week-end, contre les tentatives de dissimuler un problème bien plus vaste, autour des révélations de la semaine dernière, concernant le versement d’une rançon contre la libération des otages, commises par Barack Obama, au profit de la Dictature des Mollahs à Téhéran, en toute illégalité.

Le rédacteur et contributeur de la National Review, Andrew C. McCarthy, célèbre pour ses poursuites contre les auteurs des attentats à la bombe du World Trade Center en 1993, a écrit que les raisons des formes « pour le moins bizarres » prises part le transfert par avion de 400 millions de $ en liquide vers l’Iran n’est qu’un « camouflage » qui qualifient un certain nombre de félonies et trahisons qu’Obama est réputé avoir commises. 

iran-nuclear-geneva-arrival

McCarthy a désigné le long débat de ces jours-ci consistant à savoir si cette transaction constitue une rançon comme « une perte de temps » (ou un gain de temps, une mesure dilatoire de la part d’Obama), puisque :

 les Iraniens se sont vantés du fait que cet étonnant versement en cash constitue bien une rançon… Les otages ont été libérés le jour même de l’arrivée du cash. L’un des otages a révélé que les captifs ont été détenus quelques heures supplémentaires à l’aéroport et qu’on leur a dit qu’ils ne seraient pas autorisés à partir jusqu’à l’arrivée d’un autre avion – par déduction l’autre avion-cargo transportant les liquidités  .

McCarthy, l’auteur -entre autres livres, de : How the Obama Administration Has Politicized Justice, -Comment l’Administration Obama a politisé la Justice – a, de plus, argumenté son propos en disant : « Ce n’est pas un crime fédéral de payer une rançon – mais ç’en est une d’en recevoir », ajoutant que les objections du Département de la Justice – rejetées par le Département d’Etat – étaient probablement dues aux inquiétudes contre la nature illégale de cette transaction.

Il explique que : « Contrairement aux sanctions nucléaires que l’accord avec l’Iran tente de résoudre, les sanctions qui ici sont pertinentes ont été imposées essentiellement à cause du soutien iranien au terrorisme. C’est très significatif. En plaidant devant le Congrès pour qu’il ne désapprouve pas l’accord du JCPOA, Obama a promis aux députés que les sanctions contre le terrorisme de l’Iran resteraient en place et seraient contraignantes ».

McCarthy déclare que c’est précisément dû au « palmarès de l’Iran en matière d’atrocités » – reconnues dans le propre rapport du Département d’Etat sur les Etats parrains du Terrorisme – « que le Congrès a fait pression sur Obama pour qu’il maintienne et applique les sanctions anti-terroristes, ce que cette administration s’est engagée de façon répétée à faire ».

Il poursuit :

Le Département du Trésor sous les ordres d’Obama a réaffirmé cet engagement le 16 janvier 2016, « le Jour d’entrée en vigueur du JCPOA. Le guide d’orientation du Trésor qui a été publié, concernant l’Iran déclare en toutes lettres que, en général, « Toute compensation en dollar américain – ou par toute autre monnaie – de transactions effectuées, grâce au système financier américain ou impliquant un individu de nationalité américaine demeure interdite [.]”

En d’autres termes, comme l’explique McCarthy : « La prétention exprimée par les responsables de l’Administration, largement répétée par la presse, qu’on aurait dû payer l’Iran en €uro et en francs, à cause du fait que les versements en dollars sont interdits, est complètement absurde. Les Américains eux-mêmes ont l’interdiction formelle de s’engager dans la moindre transaction en monnaie étrangère avec l’Iran ».

En outre, écrit-il : « Les violations délibérées de la règle constitue les crimes majeurs dans le cadre des lois pénales fédérales – punissables de plus de 20 ans d’emprisonnement« . Pourtant, les infractions ci-dessus ne sont pas les seules règles en matière de criminalité qu’Obama a commises. Il y en a deux autres, dit-il, qui concernent la Loi contre le fait de fournir un soutien matériel ou pécuniaire aux terroristes et aux blanchisseurs d’argent sale – des façons de mal faire qui peuvent concerner « une transaction financière impliquant de l’argent utilisé pour faciliter des activités hors-la-loi. Et si cet argent est transféré hors des USA, il peut être illégal de l’employer à promouvoir des activités criminelles ou terroristes » [comme l’Iran n’a de cesse de le faire.

 

Le Président Obama, conclut McCarthy, « a délibérément violé la Loi ».

Pendant ce temps, l’agence de presse semi-officielle iranienne Fars a révélé dimanche qu’un responsable de haut-rang de la République Islamiste a envoyé un avertissement aux Etats-Unis contre le fait qu’ils n’ont pas levé toutes les sanctions.

« Ils ne devraient s’imaginer que l’Iran a les mains liées… en ce qui concerne la question nucléaire », a déclaré le conseiller en chef du Guide Suprême Ali Khamenei pour les affaires internationales, Ali Akbar Velayati, dans une interview avec la chaine al-Mayadeen TV, basée à Beyrouth et organe officieux du Hezbollah

Selon Fars, cette mise en garde fait écho à des menaces moins voilées que Velayati a exprimées au début du mois, disant que « Téhéran peut relancer ses activités nucléaires gelées en cas de manque de loyauté de la part de la partie adverse » concernant le JCPOA, signé l’an dernier entre les puissances mondiales [NDLR : et permettant surtout à Obama de finir deux mandats catastrophiques sur un simulacre de triomphe international, afin de remettre en selle sa comparse de fiasco, l’ex-Secrétaire d’Etat H.Clinton, encline, quant à elle, aux fuites d’e-mails top-secrets]

algemeiner.com

8 Commentaires

  1. Toute personne ayant des problèmes avec la justice ;ne doit pas avoir le droit de participer en tant que candidat ; à être élu ni à participer à tout autre rôle en vue d’influencer une élection ; Clinton ne devrait pas être en permission pour aucun rôle après tout ce qu’elle à fait ; mais on contourne la loi quand on est protégé .

  2. j’espère bien que cette déclaration sera suivie d’effet.Il n’est pas au-dessus des lois et les américains ne transigent pas avec ça.Nixon a bien été destitué , pourquoi Obama ne serait pas emprisonné pour avoir versé des liquidités à l’Iran ?

  3. c’est très bien de dénoncer le viol de la Constitution par Obama mais ça serait mieux de déposer une plainte devant la Justice pour l’empêcher de se livrer à la campagne électorale en faveur d’Hilary Clinton sa complice !

    • Eh bien vas-y dépose plainte! Il est parfaitement en droit de soutenir qui il veut électoralement. Par contre, il n’a aucun droit de violer la constitution, mais à part ça… C’est juste par esprit de contradiction, ou je me trompe?…

      • heu ! j’ai voulu dire que si Obama faisait l’objet de poursuites pour viol de la Constitution, il serait occupé à 100 % pour sauver son job et même sa peau qu’il n’aurait plus le temps à consacrer pour soutenir Hilary CLINTON, tu comprends mieux ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.