Rachid El Jay, l’imam de Brest blessé par balles

3
905

Qui est Rachid El Jay, l’imam de Brest blessé par balles

Cible ce jeudi d’une fusillade devant sa mosquée, la victime a déjà reçu de nombreuses menaces.

 L’imam Rachid El Jay (ou Rachid Abou Houdeyfa) est notamment connu pour des prêches polémiques diffusés sur Internet.
L’imam Rachid El Jay (ou Rachid Abou Houdeyfa) est notamment connu pour des prêches polémiques diffusés sur Internet. AFP/Fred Tanneau
Par Aurélie Rossignol
Le 27 juin 2019 à 22h37, modifié le 28 juin 2019 à 06h07

Pour celui qui écoute de la musique, « créature du diable », il y a « un risque qu’Allah le transforme soit en porc soit en singe ». Voilà l’une des recommandations qui ont fait la réputation du jeune imam Rachid El Jay – également appelé Rachid Abou Houdeyfah -, victime ce jeudi d’une tentative d’assassinat à Brest (Finistère). Blessé par balles devant la mosquée Suuna de Pontanézen où il prêche depuis plusieurs années, ce YouTubeur de la religion a maintes fois été menacé de mort avant ce passage à l’acte, en s’attirant jusqu’aux foudres de Daech.

Initialement, c’est plutôt sa tendance fondamentaliste et ses propos apparentés au salafisme qui lui ont valu les critiques des politiques bretons et des musulmans modérés. En 2015, en plein climat de terrorisme, Rachid El Jay s’est fait connaître par ses positions jugées radicales sur les femmes ou certains loisirs.

La pluie de réactions à ses vidéos polémiques avait à l’époque attiré l’attention du président de la République, François Hollande, qui avait déclaré – à tort – que sa mosquée avait été fermée. Cette dernière avait en fait l’objet d’une perquisition administrative quelques jours après les attentats de Paris et Saint-Denis, mais cette dernière n’avait donné lieu à aucune interpellation et avait été classée sans suite. Les activités économiques de l’imam étaient alors surveillées, notamment quant à des dons reçus pour financer son école coranique ainsi que des revenus de ventes en ligne ou générés par les vidéos de l’imam postées sur Internet.

Un changement d’attitude notable

Face à ces multiples polémiques, Rachid El Jay a semble-t-il changé radicalement d’attitude en 2016. Sur les réseaux sociaux, il apparaît désormais tête nue, la barbe taillée, parfois même avec des chemises à carreaux. Il a également suivi une formation dispensée à l’université de Rennes, intitulée « Religions, droit et vie sociale », dont le but est « d’assurer une formation civique et citoyenne, notamment pour former des référents laïcité dans divers domaines de la vie professionnelle ou associative ». De quoi finalement devenir une cible de Daech, par qui il a été directement menacé de mort en août 2016.

De quoi finalement devenir une cible de Daech, par qui il a été directement menacé de mort en août 2016.

« Rachid El Jay a déjà été menacé par Daech car il a des discours en phase avec les valeurs de la République. S’il était pour le fondamentalisme, Daech l’aurait félicité », a ce jeudi commenté Abdallah Zekri, délégué général du Conseil français du culte musulman (CFCM) et président de l’observatoire national contre l’islamophobie.

À la fois ennemi de Daech et de l’extrême droite

Selon Romain Caillet, spécialiste du salafisme contemporain, Rachid El Jay est donc « aussi bien la cible de gens pro djihad que de groupes d’ultra-droite avec ses vidéos qui ont défrayé la chronique » avant 2016. Et d’insister à propos des raisons de cette tentative de meurtre : « Toutes les hypothèses sont possibles. Il y a 10 ans, cet imam était sur une ligne salafiste non djihadiste, mais pro-saoudienne, et il s’est rangé progressivement sur une ligne traditionnelle marocaine. […] Aujourd’hui il est dans une logique de pratique de l’islam qui n’est pas en rupture avec son environnement, sa barbe est de plus en plus courte et son style vestimentaire a changé. » Mais de noter que « bien qu’il ait changé de discours, il était toujours assimilé aux yeux de l’opinion publique et dans les médias, à un islam radical ».

Pour l’instant, l’auteur de l’attaque de ce jeudi, un certain Karl F, 22 ans, semble faire référence à l’extrême droite. Le spécialiste Romain Caillet précise toutefois prendre cette analyse avec prudence . « Rien dans le document ne permet de faire le lien avec l’extrême droite », indique-t-il après avoir lu le courrier de menace écrit par le tireur et envoyé au responsable d’une autre mosquée dans lequel il annonçait son passage à l’acte. Son texte semble révéler une personnalité très troublée.

leparisien.fr

3 COMMENTS

  1. Cet imam prétendait que les enfants qui écoutent de la musique se transforment en singe ou en porc. Au vu de la photo, il a du en écouter en cachette.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.