Éric Zemmour se déclare candidat à l’élection présidentielle de 2022

Le polémiste a officialisé sa décision dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux ce mardi. Il sera l’invité du 20H de TF1 dans la soirée.

Le dernier étage de la fusée. Comme le laissaient présager son attitude et ses déclarations depuis la rentrée, Éric Zemmour a officiellement annoncé sa candidature à l’élection présidentielle de 2022. «Mes chers compatriotes, (…) comme vous, j’ai décidé de prendre notre destin en main. (…) Il n’est plus temps de réformer la France, mais de la sauver. J’ai décidé de me présenter à l’élection présidentielle. (…) Vive la République, et surtout vive la France !», a confirmé le nationaliste dans une vidéo publiée ce mardi 30 novembre sur les réseaux sociaux, dans laquelle il reprend les codes du Général de Gaulle lors de l’appel du 18-Juin : assis à un bureau, dans une bibliothèque, face à un imposant micro de radio. Le tout avec, pour fond musical, l’allegretto de la 7e symphonie de Beethoven. Une déclaration dont le format est inédit sous la Ve République, pour un parcours qui l’est tout autant.

Dans cette vidéo de près de 10 minutes – qui a «été tournée il y a deux semaines, dans un endroit privé quelque part en France», selon son conseiller Olivier Ubéda -, le candidat insiste sur le «sentiment de dépossession» qui touche selon lui «tous» les Français. «Vous avez l’impression de ne plus être dans le pays que vous connaissez. (…) Le pays de Jeanne d’Arc ou de Louis XIV, le pays de Bonaparte et du Général de Gaulle (…). Vous avez compris (…) que la France n’était plus la France et que tout le monde s’en était aperçu», lance-t-il. Il évoque ensuite l’immigration, qui n’est selon lui «pas la cause» de tous les problèmes mais qui «les aggrave tous».

Un début de programme présidentiel

Une intervention au cours de laquelle Éric Zemmour énumère également d’autres thèmes sur lesquels il fera campagne, comme la nécessité de réindustrialiser la France, de rééquilibrer sa balance commerciale et sa dette, ou encore de «redonner du travail» aux chômeurs. «Nous devons protéger nos trésors technologiques et cesser de les brader aux étrangers, (…) permettre à nos petites entreprises de vivre, de grandir et d’être transmises de génération en génération, (…) préserver notre patrimoine architectural, culturel, et naturel», plaide-t-il également.

Selon lui, les gouvernants qui se sont succédé depuis «des décennies» ont conduit le pays sur un «chemin funeste». Un message qu’il répète à l’envi depuis plusieurs semaines. En l’espace de deux mois seulement, Éric Zemmour a en effet su exploiter la tournée promotionnelle de son dernier livre, La France n’a pas dit son dernier mot (Éd. Rubempré), pour en faire une rampe de lancement pour sa candidature. Crédité d’à peine 5% d’intentions de vote l’été dernier, le sexagénaire a enregistré une progression fulgurante dans les sondages, qui l’a catapulté à près de 18% des voix. Un résultat qui le place régulièrement devant Marine Le Pen (RN), et lui permet d’espérer une qualification au second tour du scrutin face à Emmanuel Macron.

Reste que cette impressionnante dynamique a semblé s’enrayer ces derniers jours, après une succession de polémiques. De ses propos répétés sur le maréchal Pétain, qui aurait «sauvé des Juifs français» durant la Seconde Guerre mondiale, jusqu’à ses accusations contre François Hollande, proférées le 13 novembre dernier devant le Bataclan, Éric Zemmour s’est enferré dans une mauvaise passe dont il peine à se sortir. Avec, en point d’orgue, son échange de doigt d’honneur avec une militante «antifa» samedi, venu conclure un déplacement chaotique à Marseille ce week-end.

De journaliste à candidat, la mue a insidieusement démarré il y a des années

Invité du 20H de TF1 ce mardi soir, le désormais candidat mise beaucoup sur la séquence qui s’ouvre devant lui pour inverser la tendance. Il compte notamment sur son premier grand meeting de campagne, prévu ce dimanche 5 décembre au Zénith de Paris, pour se livrer à une démonstration de force, et achever ainsi sa mue. Laquelle a en réalité débuté insidieusement il y a déjà plusieurs années.

Ancien journaliste de presse écrite, l’essayiste a en effet enfilé tour à tour les casquettes de chroniqueur, éditorialiste, puis polémiste à la radio et à la télévision, avant de s’imposer comme un auteur à succès, et un acteur incontournable du débat public. Au point de se laisser convaincre ces derniers mois par certains de ses amis, qui l’encourageaient de longue date à sauter le pas, et tenter sa chance en politique.

Par Arthur Berdah et Wally Bordas  mis à jour il y a 10 minutes

www.lefigaro.fr

17 Commentaires

  1. @Marc A  » Vivement Avril 1022  » .

    Vous avez 1000 ans de retard.

    On a tout compris .

    Des gens comme vous le rendent encore plus forts ……..continuez .

    • plus maintenant, il est derrière Le Pen et Bertrand

      Et au fait, continuez à insulter ceux qui ne pense pas comme vous. Ca va surement les amener à voter Z. :-))))

    • Je suis surtout lucide et je déteste la culture woke comme je déteste tous les extrèmes. Arretez de me juger sans me connaitre. A chaque fois qu’un type l’a fait, il s’est planté. Ici comme ailleurs.
      Ne tenez pas compte de ce que je dis. Regardez les sondages, les commentaires, et vous verrez que votre chouchous est en train de se faire distancer. Vivement avril 1022 qu’on rigole un bon coup.

  2. Un cow boy et un  » bouffon  » ont été parmi les meilleurs présidents des E.U .

    Je pense à Reagan et à Trump .

    Je comprends que certains préfèrent Hussein Obama le  » traitre « ou un Joe Biden incolore , inodore et sans saveur .

    Même s’il ne sera pas élu Z. obtiendra beaucoup de voix et va bousculer plus d’un .

    On l’aime ou on le déteste , il ne laisse pas indifférent .

  3. Il y en a qui postent des commentaires pessimiste, comment voulez vous être dans le changement si vous dites le contraire de ce qu’il faut faire ? Il faut un commencement à tout avec courage , il faut surtout penser à nos enfants se battre pour leur laisser un pays propre et prospère et non laisser venir s’installer des gens d’autres contrée nous imposer des idées contraire à nos idéaux ….

    • Moi, les commentaires me font bien marrer. La politique n’a jamais été aussi drole qu’à présent. Maintenant, c’est un bouffon qui s’est porter candidat. Et là, tous ses soutiens fanatisés qui me liront vont péter une durite. Trop drole, je vous dit.

  4. Quel que soit le résultat final de sa candidature, il va sacrément animer la campagne électorale. Celle-ci sera violente et pleine de surprises, pas sûr que les favoris en sortent les gagnants. Si les vrais sujets sont abordés, il aura alors remporté son pari.

  5. Il est clair qu’à présent, il est officiellement descendu dans le marécage politique nauséabond infesté d’étranges créatures décidées à défendre becs et ongles leur territoire.
    Ce nouvel Hercule devra être sacrément couillu pour nettoyer les écuries d’Augias !
    S’attaquer seul ou presque à la Franc-maçonnerie française qui a régné sans partage depuis 250 ans est une véritable gageure, d’autant plus que, infiltrés, noyautés par la secte des Frères Musulmans, les Francs-macs ne vont pas se laisser faire!
    Je lui souhaite toute la chance, la ruse et le courage nécessaire à cette ultime bataille!
    Courage, Z. vous les aurez!

  6. Zemmour est certainement le seul candidat à vouloir vraiment « sauver » la France. Les autres candidats le disent mais aucun n’a l’intention de s’y tenir parce qu’en réalité, personne n’y croit. Et pour cause ce pays a été laissé en lambeaux après chaque magistrature suprême de la 5e république. De Gaulle compris, en dehors de Pompidou qui n’a pas été au terme de son mandat. S’il est élu,ce sera seulement parce qu’il n’y a pas d’autre « kamikaze » sérieux pour aller seul au combat malgré le soutien apparent et versatile qu’il croit apercevoir. Pour le moins, il va se mettre en danger. Il doit s’attendre à en voir de toutes les couleurs. Cette « mission » semble perdue d’avance même s’il semble y croire. Que compte-t’il faire avec tous ces « français » d’origine musulmane et autres ? Va-t’il se séparer d’eux en les expulsant ou en divisant le pays ? Ou va-t’il en faire de « vrais français » en les assimilant de force ? Vont-ils se laissé faire gentiment ? N’a-t’il trouvé que cette cause perdue à défendre ? N’y a-t’il pas d’autres causes plus sérieuses dans ce monde ? Est-il plus « royaliste » que le « roi » ? Comment a-t’il pu s’égarer à ce point ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.