Depuis plus de 17 jours, JForum.fr n’aura eu de cesse, par l’entremise de son correspondant à Bruxelles, Michel Lussan-Loïtzanski, d’alerter ses lecteurs sur l’ampleur grandissante d’un apparent « fait divers » meurtrier, dans une cellule de l’aéroport de Charleroi : l’étouffement durant 16 minutes par plusieurs policiers, dans une couverture et en s’asseyant sur lui, d’un citoyen slovaque en situation de syndrome aigu d’agitation, alors qu’une policière fait le salut nazi et qu’un collègue esquisse « le signe du Diable ». 

Très tôt, les 3, puis 5 septembre, nous avons conclu aux dimensions européennes de cette affaire « étouffée » au propre comme au figuré, dès que le Parlement slovaque a décidé de chercher recours et justice auprès des instances de l’Europe, en soulignant que les représentants belges au sein de ces Institutions (Europol, etc.) avaient des comptes à rendre pour leur inaction ou pire, leur occultation d’une telle « Affaire Floyd » au coeur de l’Europe, 2 ans plus tôt, en 2018.

 

La question serait de se demander pourquoi d’autres médias francophones belges, comme sur notre coupure de journal ci-dessus,  n’analysent que 12 ou 14 jours plus tard ce qui se passe si près de chez eux. Quoi qu’il en soit, c’est maintenant chose faite, quand ces médias reprennent le signalement d’ouverture en session plénière, de David Sassoli, Président italien du Parlement Européen, qui rappelle, à travers cette affaire, la vocation de son Institution, à laquelle les autorités belges ont failli, depuis février 2018.

 

Avec notre correspondant à Bruxelles, Michel Lussan-Loïtzanski

Le salut nazi à Charleroi, affaire d’Etats belgo-slovaque

La Slovaquie réclame une enquête de l’Europe dans l’affaire Chovanec

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.