Poutine choisit Erdogan comme médiateur avec l’Ukraine, balayant de la main Bennett …

Jeudi soir, le président russe s’est entretenu avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui s’est porté volontaire pour servir de médiateur dans les pourparlers entre la Russie et l’Ukraine. Un dictateur ne peut s’entendre qu’avec un dictateur…
Poutine a expliqué exactement ce que la Russie exige d’un accord de paix avec l’Ukraine.

L’attaché de presse d’Erdogan a partagé avec l’armée de l’air ce qui a été discuté, car il a été témoin des négociations. Il semble que Bennet qui ait été le premier à intervenir comme « intervenant » à la paix entre Poutine et Zelansky, soit mis sur la touche et beaucoup d’analystea miliaires en Israël avaient prévus une telle issue conseillant à Israel et ses dirigeants de ne pas s’immiscer dans ce conflit (au beau milieu du shabbat) entre ces deux pays qui n’ont jamais soutenu ouvertement Israël à l’ONU et dont la confiance doit rester limitée et prudente.

Concernant la demande de Poutine, les exigences russes se divisent en deux catégories.

Les quatre premières exigences, selon le représentant de la Turquie, ne sont pas trop difficiles à mettre en œuvre. La principale d’entre elles est la déclaration du statut de neutralité de l’Ukraine et le refus d’adhérer à l’OTAN.

Le deuxième paquet concerne le statut du Donbass et de la Crimée, et cela peut poser des difficultés. Lors d’une conversation avec Erdogan, Poutine a déclaré que des négociations en face à face entre lui et le président Zelensky seraient nécessaires pour parvenir à un accord sur ces questions.

La partie ukrainienne a précédemment déclaré qu’un statut neutre est possible si les États-Unis et l’Europe donnent des garanties militaires à l’Ukraine. Il semble que Kiev ne soit pas pressée de rejoindre l’OTAN, car pendant cette guerre, l’OTAN n’a pas accepté de fermer le ciel et de se soutenir ouvertement l’Ukraine.

Le Donbass et la Crimée sont des territoires ukrainiens qui ont été capturés par la Russie en 2014 : les autorités de Kiev comprennent que cette concession territoriale ne sauvera pas le pays d’une nouvelle invasion – Poutine a décidé de détruire l’Ukraine et tentera de le refaire lorsqu’il aura amassé plus de force.

La reconnaissance du Donbass et de la Crimée n’aidera pas non plus le monde entier – l’appétit des dictateurs vient avec la nourriture. La propagande russe parle déjà ouvertement de la capture des pays baltes.

infos-israel.news

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.