Pour Rosh HaShana, Poutine attend des Juifs russes une « contribution importante »

Confronté à des départs massifs depuis la guerre et le rappel des réservistes, Poutine encourage la communauté juive à faire sa part pour la Russie.

Le président russe Vladimir Poutine a appelé, dimanche, les Juifs russes à continuer d’apporter leur « contribution importante » à l’identité multiethnique du pays, dans ses vœux pour Rosh HaShana éclipsés par les tensions entre le Kremlin et la communauté juive du pays, depuis l’invasion de l’Ukraine.

Des dizaines de milliers de Juifs ont quitté la Russie depuis le début de la guerre en février, et des milliers d’autres devraient suivre le mouvement, vers Israël ou ailleurs, au moment où Moscou rappelle une partie de ses réservistes.

Dans son message, Poutine a noté que s’il était important pour les Juifs russes de respecter leurs coutumes, ils devaient également s’impliquer dans la vie du pays.

« Il est très important que, tout en restant loyaux à leurs traditions spirituelles, les Juifs de Russie contribuent à la préservation de la diversité culturelle dans notre pays et au renforcement du dialogue interethnique et des principes de respect mutuel et de tolérance religieuse », a-t-il déclaré.

Près de 200 000 Juifs vivent aujourd’hui en Russie, et trois fois plus sont éligibles à la citoyenneté israélienne au regard du principe de la Loi du retour.

Les autorités israéliennes ont tenu une réunion d’urgence, la semaine passée, pour se préparer au regain d’immigration russe que ne manquera pas de provoquer la décision annoncée par Poutine de mobiliser 300 000 soldats de plus, qui a déclenché des manifestations dans tout le pays.

Les autorités auraient l’intention d’augmenter la fréquence des vols entre Moscou et Tel Aviv et de trouver les moyens de faciliter les transferts de fonds hors de Russie.

Signe de la volonté du Kremlin de limiter l’immigration juive, le ministère russe de la Justice a déposé une requête auprès d’un tribunal moscovite, en juillet, pour obtenir la fermeture des bureaux de l’Agence juive pour Israël, organisation quasi-gouvernementale chargée d’encourager et faciliter l’immigration juive en Israël.

Bien que la procédure ait été ouverte en juillet, elle n’a pas progressé de manière significative ces deux derniers mois, toutes les audiences se concluant par des reports. Il est prévu que le tribunal de Moscou entende de nouveau l’affaire le 19 octobre prochain.

L’un des départs les plus médiatisés est sans doute celui de l’ex-grand rabbin de Moscou, Pinchas Goldschmidt, qui est parti pour Israël avec sa femme deux semaines après le début de la guerre, après avoir refusé de soutenir l’invasion, puis s’y être ouvertement opposé.

Plus tôt ce mois-ci, des dizaines de rabbins russes se sont réunis à Moscou pour évoquer les problèmes auxquels ils sont confrontés, eux et leurs communautés, et sans doute critiquer Goldschmidt.

Sans mentionner explicitement la guerre en Ukraine, les rabbins ont publié une résolution appelant « à la paix et à la fin des effusions de sang ».

Les tentatives du Kremlin de présenter la guerre comme le moyen de débarrasser l’Ukraine des « nazis », et de son président juif, ont considérablement tendu les relations avec la communauté juive.

En mai, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, affirmait qu’Adolf Hitler était en partie Juif et que de nombreux Juifs étaient antisémites, suscitant de vives protestations, venues d’Israël et d’organisations juives de la diaspora.

Le Nouvel an juif, Rosh HaShana, a commencé dimanche au coucher du soleil. De par le monde, de nombreux dirigeants ont adressé leurs vœux aux communautés juives locales.

Le président des États-Unis, Joe Biden, a écrit dans son message que ce moment de « réflexion, de repentance et de renouveau » pouvait également s’appliquer à l’Amérique dans son ensemble.

« Au cours de l’année à venir, nous devons non seulement regarder vers l’intérieur, mais aussi nous regarder les uns les autres. Nous devons refonder nos communautés sur l’empathie et la gentillesse, en réconciliant le monde que nous voyons et l’avenir que nous voulons », a-t-il déclaré.

Le Premier ministre australien, Anthony Albanese, a salué l’apport de la communauté juive au pays et s’est réjoui de la reprise des grands rassemblements, alors que la pandémie de COVID-19 semble prendre fin.

« Votre esprit d’unité et de communauté continuera d’être une lumière pour l’Australie alors que nous faisons face à une année remplie de nouvelles opportunités et de nouveaux défis », a écrit Albanese.

La Première ministre britannique récemment nommée, Liz Truss, a enregistré une déclaration vidéo à la veille de la fête, promettant de « défendre la communauté juive » durant l’année à venir.

« Je suis déterminée à éradiquer l’antisémitisme. Je serai une amie fidèle d’Israël, et je serai toujours à vos côtés », a-t-elle déclaré.

Le président d’Azerbaidjan, Ilham Aliyev, a remercié la communauté juive de son pays d’être une « partie intégrante de la société », se réjouissant de la « paix et de la tranquillité » dans laquelle vit la population azérie depuis des siècles.

Source : fr.timesofisrael.com

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.