Plus un secret : le rayonnement d’Israël dans le Golfe©

3
2404

Ce n’est plus un secret : le rayonnement d’Israël dans les États arabes du Golfe

Oman est le seul pays arabe du Golfe à accueillir Netanyahou sans crainte de représailles déstabilisantes, grâce à sa politique de non-ingérence de longue date. La visite du Premier ministre au sultanat a ouvert la porte à une coopération accrue entre l’État juif et les pays arabes modérés, le principal problème unificateur étant l’Iran.

C’était une scène impensable il y a quelques semaines à peine : une ministre israélienne, des larmes de joie qui emplissaient ses yeux, chantait fièrement l’Hatikva, l’hymne national de son pays lors d’un événement sportif au cœur du monde arabe.

Le spectacle de Miri Regev chantant “HaTikva”, qui décrit l’aspiration juive à une patrie à Sion, n’a été qu’un exemple parmi une série d’apparences publiques, jusque-là taboues, de responsables israéliens dans des États arabes du Golfe qui ont transformé les relations de coulisse en véritable rayonnement à la vue du public.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu se vante, depuis des années, de resserrer les liens avec les principaux États arabes n’ayant pas de relations diplomatiques avec Israël. Mais ces liens – encore largement impopulaires parmi le public arabe – étaient rarement visibles.

Hymne israélien joué pour la première fois, et deux fois consécutives, au Grand Chelem d’Abou Dhabi (2 médailles d’or israéliennes)

Cela a changé vendredi, lorsque Netanyahu a effectué une visite inopinée à Oman , où il a rencontré le souverain de longue date, le sultan Qaboos bin Said. Il s’agissait de la première visite d’un dirigeant israélien depuis plus de 20 ans dans le petit État du Golfe. Oman est un allié des États-Unis qui a, dans le passé, facilité les négociations entre les États-Unis et l’Iran.

Netanyahu rencontre le sultan Qaboos à Oman (Photo: AP)

Netanyahu rencontre le sultan Qaboos à Oman (Photo: AP)

 

“C’étaient des discussions importantes, à la fois pour l’Etat d’Israël et des discussions très importantes pour la sécurité d’Israël”, a déclaré Netanyahu à son cabinet dimanche. “Il y aura plus que cela à l’avenir.”

 

Netanyahu arrive à Oman

 

Tandis qu’il parlait, Regev se trouvait aux Émirats arabes unis avec une délégation israélienne lors d’un tournoi de judo – scène de ses larmes de joie après que le judoka israélien Sagi Muki a remporté la médaille d’or – et que Ayoub Kara, le ministre des Communications de Netanyahu se rende aux Émirats arabes unis pour une conférence sur la sécurité.

Regev visite la mosquée Sheikh Zayed (Photo: Chen Kedem Maktubi)

Regev visite la mosquée Sheikh Zayed (Photo: Chen Kedem Maktubi)

Le ministre des Transports, Yisrael Katz, doit se rendre à Oman la semaine prochaine pour une conférence sur les transports. Il prévoit de présenter son projet de liaison ferroviaire entre les pays arabes du Golfe et Israël.

La force motrice de ces visites semble être une préoccupation partagée à cause de l’Iran. Israël et de nombreux pays arabes du Golfe considèrent l’Iran comme une force de déstabilisation, se mêlant de conflits et soutenant des rivaux dans toute la région. Oman, qui borde l’Arabie saoudite et se situe à l’embouchure du golfe Persique, a souvent joué le rôle de médiateur régional.

Netanyahu rencontre le sultan Qaboos à Oman (Photo: AP)

Netanyahu rencontre le sultan Qaboos à Oman (Photo: AP)

 

C’est également l’occasion pour ces pays arabes de gagner les faveurs de Washington. Le président Donald Trump a promis de présenter un plan pour “l’accord du siècle” en faveur de la paix au Moyen-Orient et la fiabilité de l’Arabie saoudite en tant que vecteur influent a été mise en doute par les conséquences du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans le consulat du royaume à Istanbul.

La présence émue de Regev dimanche à la cérémonie de la médaille d’or à Abou Dhabi a été sans précédent et particulièrement remarquable, compte tenu de ses tendances politiques. À la maison, elle est une nationaliste déclarée d’abord comme populaire auprès des extrémistes.

À Abou Dhabi, Regev a également visité la grande mosquée Cheikh Zayed. Vêtue d’un foulard lâchement enroulé et de la robe longue connue sous le nom d’abaya, elle a été chaleureusement accueillie par les autorités locales.

 

Regev visite la mosquée Sheikh Zayed à Abou Dhabi

Alors que les visites de Netanyahu et de ses ministres du Likoud constituent un formidable atout pour ses relations publiques dans son pays, elles ne signalent pas immédiatement une adoption d’Israël par les Arabes.

Le conflit israélo-palestinien reste une question chargée d’émotion pour le public arabe et les relations resteront probablement limitées sans un accord de paix.

Les forces israéliennes ont tué près de 160 Palestiniens, dont un grand nombre affiliés à des groupes terroristes comme le Hamas, au cours de plusieurs mois de manifestations dans la bande de Gaza, orchestrées par le Hamas contre le blocus israélien et l’aggravation de la crise humanitaire. Le processus de paix est gelé depuis des années et le président palestinien Mahmoud Abbas a rompu ses liens avec Washington après que la Maison Blanche a reconnu Jérusalem la capitale israélienne l’année dernière et déplacé son ambassade dans la ville.

 

Message de Trump à l’ouverture de l’ambassade de Jérusalem

Les Palestiniens craignent que Trump tente de rallier le soutien de l’Arabie saoudite et d’autres États du Golfe afin de faire pression sur les Palestiniens pour qu’ils acceptent un plan de paix qui ne répond pas à leurs exigences.

À Mascate, la réunion de Netanyahu visait à traiter du conflit israélo-palestinien et de ses liens étroits avec l’administration Trump. Sous la pression de Netanyahou, les États-Unis se sont retirés cette année de l’accord sur le nucléaire iranien, qu’Oman avait soutenu et organisé en coulisses.

Après la visite, le ministre des Affaires étrangères d’Oman, Yousef bin Alawi, a suggéré que la réunion constituait simplement une tentative stratégique de régler certains des problèmes les plus urgents du Moyen-Orient. Dans une interview avec Al-Jazeera, il a déclaré que Netanyahu avait ouvert la réunion pour présenter son point de vue sur les questions relatives au Moyen-Orient au sultan Qaboos.

“Ce que le sultan Qaboos fait maintenant n’est rien de moins qu’une forme d’intervention”, a déclaré Sigurd Neubauer, un expert d’Oman basé à Washington. “Oman s’immisce dans le processus de paix israélo-palestinien pour une raison évidente : c’est (parce que) les États arabes sont tellement divisés.”

Regev avec le président de la Fédération émirienne de judo et de kickboxing des Emirats Arabes Unis (Photo: AP)

Regev avec le président de la Fédération émiratie de judo et de kickboxing des Emirats Arabes Unis (Photo: AP)

 

Oman est également le seul pays arabe du Golfe à pouvoir accueillir Netanyahu sans craindre une réaction déstabilisatrice, a déclaré Neubauer.

En effet, le Sultan Qaboos, au pouvoir depuis 1970, dispose de lignes de communication directes avec de nombreux acteurs de la région, grâce à sa politique de non-ingérence de longue date. Oman a négocié la libération des otages occidentaux au Yémen et fourni une porte dérobée aux communications entre Washington et Téhéran sous l’administration Obama. Il est membre du Conseil de coopération du Golfe dirigé par les Saoudiens, mais il n’a pas rejoint le royaume dans le boycott du Qatar ni dans la guerre au Yémen.

Même les déclarations du parti palestinien du Fatah et de l’Iran n’ont pas condamné directement Oman après la visite de Netanyahu, critiquant les tentatives d’Israël pour normaliser les relations avec les États arabes avant la conclusion d’un accord de paix.

Pour Oman, le fait d’accueillir Netanyahu a envoyé un message à l’administration Trump lui indiquant que Muscat est un acteur régional précieux.

“La monnaie est la devise américaine”, a déclaré Yoel Guzansky, chercheur principal à l’Institut d’études de la sécurité nationale d’Israël. “Oman peut montrer que c’est un intermédiaire, un canal non seulement entre Israël et les Palestiniens, mais, de manière plus ambitieuse, entre l’Iran et Israël.”

Presse associée (Associated Press) | Publié: 11.01.18, 08:10

Adaptation : Marc Brzustowski
————————————–
La visite de Netanyahou à Oman.
Ronen Bergman

Oman est le lien d’Israël au Moyen-Orient

Analyse: Israël et Oman gardent un canal de communication secret depuis les années 1970, mais ce n’est que maintenant que le Sultan Qaboos est prêt à révéler ces liens avec le monde. La visite publique de Netanyahu au sultanat rend service aux deux pays : pour Israël, Oman peut ouvrir la porte à la normalisation des relations avec les autres pays arabes, tandis qu’Oman se présente à l’Occident en tant que nation plus modérée et libérale.

À l’automne 1979, deux Israéliens munis de passeports étrangers sont arrivés par avion à destination de Mascate, la capitale d’Oman. L’un d’eux était Reuven Merhav, un haut responsable du Mossad chargé des questions concernant le Moyen-Orient, qui deviendra plus tard le directeur général du ministère des Affaires étrangères. L’autre était un membre de l’état-major de l’armée israélienne, le major-général Menachem (Mendy) Maron. Après l’atterrissage, les deux hommes ont été transférés dans une luxueuse villa à Mascate, où ils ont pris l’avion royal pour rencontrer le sultan Qaboos dans un campement situé à l’extérieur de la capitale. Ils ont été amusés par le fait que la salle de bain dans l’avion, y compris les toilettes, était en or.

Les discussions ont duré dans la nuit, à la suite de quoi les invités ont effectué une visite secrète dans une minuscule enclave omanaise appelée Ras Musandam, qui se trouve au bord de la péninsule de Musandam, qui contrôle essentiellement le détroit d’Hormuz – la porte pétrolière mondiale.

La grande mosquée du sultan Qaboos à Oman. (Photo: Shutterstock)

La grande mosquée du sultan Qaboos à Oman. (Photo: Shutterstock)

 

“L’importance de cette réunion résidait dans son existence même”, a raconté Merhav samedi. “Ce sont des liens directs, bien que dissimulés, avec un important pays arabe situé dans un lieu stratégique extrêmement important.”

Cette réunion était l’une des nombreuses qui se tenaient depuis le début des années 1970 entre de hauts responsables israéliens et des responsables à Oman. Les liens avec Oman ont ouvert la porte à d’importants liens secrets avec d’autres pays du golfe, principalement les Émirats arabes unis et le Qatar.

La visite publique et la réception royale que le Premier ministre Netanyahou a reçues au cours du week-end sont le résultat de quatre mois de travail, menés par le Mossad. On peut supposer avec confiance que le directeur du Mossad, Yossi Cohen, s’est rendu à Mascate pour finaliser les détails de cette visite.

La visite de Netanyahou à Oman. (Photo: AP)

La visite de Netanyahou à Oman. (Photo: AP)

 

Certains des responsables israéliens impliqués dans les relations secrètes avec Oman ne pouvaient s’empêcher de se demander pourquoi le sultan était-il tout à coup disposé à faire maintenant une visite aussi publique et aussi largement couverte par les médias? La réponse à cette question ne se trouve pas à Jérusalem. Qaboos veut montrer une face différente de son pays à l’Ouest : une face plus libérale et tolérante. La visite de Netanyahu était prévue avant l’assassinat de Khashoggi, mais ce terrible événement a certainement servi les besoins du sultan en montrant au monde que Oman est différent.

Israël pourrait retirer un bénéfice de cette visite de trois manières : en premier lieu, Oman peut servir de canal vers de nombreux pays – y compris l’Iran, le Qatar et la Syrie – et est considéré par tous comme un honnête intermédiaire. À travers Oman, Israël pourrait établir des liens secrets avec n’importe quel acteur de la région. Ceci, bien sûr, est conditionnel à l’accord de ce joueur, mais sous le parrainage de Qaboos, les choses sont beaucoup plus simples. Un haut responsable israélien a même déclaré qu’il “n’excluait pas l’utilisation d’Oman pour ouvrir un canal secret avec l’Iran et la Syrie“.

Deuxièmement, nous espérons que d’autres pays prendront leur courage à deux mains, lors de cette visite et exposeront également leurs propres liens secrets avec Israël.

 

Enfin, pour Netanyahu, la révélation des liens avec Oman est une autre couche de sa stratégie pour le Moyen-Orient, qui consiste notamment à créer des alliances secrètes – mais publiques si possible – avec des nations et des mouvements sunnites modérés, dans le but d’empêcher la propagation de l’Iran dans la région, comme un bon moyen de saper le pouvoir régional de Téhéran, tout en prouvant qu’Israël peut normaliser ses relations avec les pays arabes même sans résoudre le problème palestinien.

Il ne fait aucun doute que la visite publique de Netanyahu à Mascate est un accomplissement diplomatique important, mais il est peu probable que cela conduise à une normalisation avec de nombreux autres pays arabes. Il serait beaucoup plus pratique et plus sûr que les dirigeants de la plupart de ces pays aient des liens étroits avec Israël, mais discrètement, de peur de mettre en colère leurs citoyens.

Ronen Bergman | Publié: 10.28.18, 23:27

Adaptation : Marc Brzustowski

3 COMMENTS

  1. Après l’émotion qui m’envahit, la raison me rappelle que les ennemis de mes ennemis ne sont pas forcément mes amis.. bien qu’un accord pose les bases de l’espoir.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.