On jugera les sanctions contre les Pasdaran iraniens aux résultats

0
1108

Les sanctions contre le CGRI seront jugées en fonction des résultats – et de la réaction de l’Iran

 

Document n ° 1 140 du BESA Center Perspectives, 12 avril 2019

RÉSUMÉ ANALYTIQUE: La décision du gouvernement Trump  de désigner le corps des gardiens de la révolution islamique (CGR)  en Iran comme une entité terroriste sera finalement jugée en fonction du succès avec lequel elle modifie le comportement de l’Iran.

En termes de normes et d’éthique internationales, la désignation la semaine dernière par l’administration Trump du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) en tant qu’entité terroriste est tout à fait appropriée, car le CGRI et son unité d’opérations à l’étranger, la Force Qods, sont la principale agence de production terroriste dans le monde aujourd’hui.

Créée en tant que force parallèle à l’armée iranienne régulière après la révolution islamique de 1979, l’IRGC et la Force Quds sont chargées de former, financer et déployer des forces radicales au Moyen-Orient. Ils constituent le cordon ombilical de l’Iran relié à son éventail de supplétifs terroristes, dont le Hezbollah au Liban, des milices radicales chiites en Syrie et en Irak, le Jihad islamique palestinien dans la bande de Gaza et les Houthis au Yémen. Pendant des années, la communauté internationale a été tolérante – à un degré presque étonnant – envers ces activités.

L’IRGC et la Force Quds ont établi des bases d’attaque, des sites de production d’armes et des forces de frappe asymétriques dans toute la région, menaçant la sécurité d’Israël ainsi que des États sunnites comme l’Arabie saoudite. Le CGRI travaille directement à la déstabilisation du Moyen-Orient.

L’IRGC joue également un rôle central en Iran, où il gère une grande partie de l’économie du pays, notamment le secteur de l’énergie, les grands programmes d’infrastructures, le programme nucléaire, la pétrochimie, les banques et les entreprises de construction.

En conséquence, la désignation peut créer une pression économique beaucoup plus forte sur la République islamique, les entreprises internationales et les États craignant la possibilité de faire affaire avec des sociétés de premier plan que possède CGR et ne sachant pas clairement quelles entreprises entrent dans cette catégorie. Cette crainte pourrait leur faire éviter de faire des affaires avec l’Iran.

La désignation rejoint les sanctions unilatérales américaines paralysantes levées par l’administration Trump en deux vagues en 2018, visant les secteurs pétrolier, bancaire et maritime du pays. Huit pays ont reçu des  dérogations aux sanctions. La Turquie, l’Inde, le Japon, la Corée du Sud et la Chine vont probablement bénéficier de nouvelles dérogations après leur expiration en mai, ce qui pourrait limiter les exportations iraniennes de pétrole brut à environ 1,1 million de barils par jour. La Grèce, Taiwan et l’Italie ne recevront probablement pas une nouvelle dérogation.

Le test: cela changera-t-il le comportement de l’Iran?

A l’instar des sanctions de 2018, la désignation du CGRI sera finalement jugée en fonction de son efficacité – ou de son inefficacité – à changer le comportement de l’Iran.

Ces mesures sont conçues pour que l’Iran entame des négociations avec Washington sur un nouvel accord nucléaire plus performant et pour faire reculer son comportement agressif et dangereux au Moyen-Orient. Bien que la capacité des États-Unis à causer d’importants dommages économiques à l’Iran soit réelle, Washington agit également en grande partie seul et n’a pas été en mesure de recruter des États européens, la Chine ou la Russie pour qu’ils se joignent aux sanctions. Néanmoins, les multinationales européennes craignent d’être exposées aux sanctions américaines et à l’appellation de terroriste – malgré la tentative de l’UE de les protéger des sanctions américaines sur le système bancaire iranien.

Les dirigeants iraniens pourraient être encouragés par l’idée que les États-Unis se sont séparés des autres acteurs internationaux et que la communauté internationale n’agira pas de manière à pousser l’Iran dans l’impasse, de la même manière qu’avant l’accord nucléaire de 2015.

Une autre question qui reste sans réponse est de savoir s’il sera possible de localiser toutes les sociétés écrans liées à l’IRGC pour appliquer la nouvelle désignation.

Cette décision pourrait également exacerber les tensions à l’intérieur du pays entre le bloc réformiste dirigé par le président iranien Hassan Rouhani, qui a négocié l’accord de 2015, et le bloc conservateur-IRGC, qui se méfiait de l’accord et accusait Rouhani de ne pas tenir ses engagements et sa promesse d’accès économique au marché mondial. Cette accusation a le soutien du dernier et du plus important décideur en Iran, le Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei.

En arrière-plan, les manifestations en cours de la part du public iranien, réclamant de meilleures conditions économiques, mettent le régime sous pression.

L’Iran se déchaînera-t-il?

Jusqu’à présent, l’Iran a choisi de redoubler toutes ses positions, refusant de renégocier l’accord nucléaire et poursuivant son comportement agressif au Moyen-Orient, tout en maintenant son programme nucléaire “gelé”, à ce que l’on sache.

Cette dernière mesure prise par l’administration Trump évoquait la possibilité de représailles iraniennes par procuration contre les forces américaines au Moyen-Orient, dans des endroits où l’Iran pouvait ordonner des frappes, comme en Irak. Les responsables américains ont déclaré que “toutes les mesures” nécessaires avaient été prises pour protéger les 5 000 soldats américains déployés en Irak.

L’Iran pourrait théoriquement s’en prendre à Israël via une entité supplétive ou d’autres alliés américains dans la région, bien qu’il s’exposerait à des représailles en le faisant. L’Iran a menacé à plusieurs reprises de fermer le détroit d’Ormuz, une artère vitale sur le plan stratégique, qui est la plus importante artère de transport de pétrole au monde. Cependant, une telle mesure drastique déclencherait probablement une action militaire des États-Unis, et l’Iran a montré sa capacité à ruser pour défendre ses intérêts et de prendre des risques, sans entrer dans un conflit militaire direct avec ses rivaux et ses ennemis.

Une réponse plus probable sera la poursuite des tentatives iraniennes visant à contourner les mesures américaines en utilisant son influence régionale auprès de voisins tels que l’Irak, qui a signé le mois dernier un important pacte commercial avec l’Iran.

On peut s’attendre à ce que Khamenei appelle les Iraniens à s’appuyer sur «l’économie de la résistance» – un terme décrivant l’autosuffisance et une volonté de résister à la pression économique de l’extérieur – tout en accusant Rouhani et son bloc réformiste des derniers développements.

Déjà, plusieurs sociétés européennes et asiatiques ont quitté l’Iran et la République islamique d’Iran sera certainement concernée par la dernière désignation du CGR.

Sur le plan intérieur, l’IRGC pourrait utiliser cette désignation pour affaiblir davantage Rouhani.

Dernier point mais non le moindre, la question de savoir quand l’Iran décidera de réactiver son programme nucléaire reste une question ouverte.

Voir PDF

Ceci est une version révisée d’un article publié sur JNS.org le 9 avril 2019.

Par le 12 avril 2019

Yaakov Lappin est chercheur associé au Centre d’études stratégiques Begin-Sadat. Il est spécialisé dans l’établissement de la défense d’Israël, les affaires militaires et l’environnement stratégique du Moyen-Orient.

besacenter.org

Adaptation : Marc Brzustowski

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.