Tour en menant sa barque des négociations avec les Etats-Unis sur le dossier nucléaire, l’Iran s’exerce à détruire tous les navires américains présents dans le Golfe. 
 

Les explosions et les tirs de missiles et torpilles pourraient bien avoir été entendu jusqu’à Genève, où, cette semaine, les négociateurs des Etats-Unis et de l’Iran tentent de mettre le point final à leur arrangement nucléaire. De très nombreuses petites vedettes rapides fondaient en essaim, mercredi 25 février, contre une « énorme cible américaine », pendant que les missiles l’explosaient et que les roquettes sol-air tirées du rivage abattaient des avions de guerre américains fictifs, en mission simulée de bombardement sur l’Iran. 

L’Iran a, délibérément, choisi de mettre sur pied ces grandes manoeuvres navales crûment anti-américaines, dans le détroit vital d’Hormuz, à travers lequel transite un sixième de la production pétrolière mondiale, jour après jour. Un précédent exercice avait eu lieu au même endroit en décembre. 

« Eradiquer toute la Marine américaine du Golfe arabo-persique en l’espèce de quelques heures » était l’objectif de ces manoeuvres, telles que conçues dans un document secret rédigé lors d’une consultation spéciale des principaux officiers des Gardiens de la Révolution iranienne, en prévision de l’exercie. Les sources des renseignements de Debkafile ont obtenu accès à ce document, qui cite l’Amiral Ali Fadavi, commandant de la marine des gardiens de la révolution pour être l’homme qui a dessiné les grandes lignes de cette opération. 

Il y a un an, le 23 mars, Debkafile avait révélé en exclusivité que l’Iran construisait un porte-avion américain factice. Téhéran avait, alors, prétendu qu’il avait été conçu pour un film. 

Puis, le 27 avril, nos sources iraniennes citaient encore l’Amiral Ali Fadavi qui ordonnait aux forces iraniennes de prendre pour cible cette réplique de l’USS Nimitz, un porte-avion, au cours de leurs prochaines manoeuvres en mer. « Nous devons apprendre et tirer parti des forces et faiblesses de notre ennemi », ajoutait-il. 

En 2015,Fadavi continue de rabâcher sur le même thème obsessionnel. 

De ce point de vue, la puissance de l’Amérique dans le monde découle de ses forces armées, qui dépendent largement de sa marine. Par conséquent, il a argumenté, lors de ces consultations préparatives à ces exercices, que détruire entièrement la marine américaine serait équivalent au fait d’infliger une défaite à l’Amérique impérialiste, en tant que puissance militaire, en même temps que de faire subir un revers mortel à toute présence américaine dans la région. 

Un porte-avions américain, a t-il expliqué, met en capsule (incarne, renferme) ses forces navales, aériennes et dispose d’une escorte de destroyeurs, de frégates et de bateaux de réapprovisionnement. Telle est notre mission, a déclaré Fadavi, torpillerer toute la présence navale américaine et la chasser du Golfe. « Soit vous mettez à genoux votre ennemi et emportez la victoire, soit c’est lui qui vous détruit. Notre but est de dévaster totalement l’ennemi et de le couler dans les vagues du Golfe Persique ». 

Le Général Mohammad Nazerig, commandant des forces spéciales de la marine iranienne, a présenté les tactiques à suivre. Le porte-avions américain et ses navires escorteurs doivent se faire exploser lors d’un assaut coordonné qui frappe aussi leurs ports d’approvisionnement, au Bahrein, au Koweit et en Arabie Saoudite. 

Une autre méthode consisterait à s’emparer du porte-avions au cours d’une attaque-surprise, en faisant usage de missiles sous-marins Houth, en soutien à des centaines de vedettes des gardiens de la révolution tirant en même temps leurs roquettes. L’Iran prendrait ainsi l’avantage, par ce type d’opérations, selon le général iranien, parce que ses bateaux chargés de missiles peuvent aller à la vitesse de 80 noeuds marins, alors que le navire-cible américain ne se déplace qu’à 31 noeuds-marins. 

L’Amiral d’active Ali-Reza Tongsari, commandant de la marine, envisageait une attaque coordonnée contre le porte-avions américain s’achevant par sa capture et l’exhibition de l’étendard de la République islamique flottant très haut au-dessus de ses ponts. Cela signifierait la victoire totale de l’Islamisme iranien contre la plus puissante armée du monde et la mort de sa réputation en tant qu’unique superpuissance mondiale. 

DEBKAfile Reportage Exclusif 26 février 2015, 9:34 AM (IDT)

Adaptation : Marc Brzustowski.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.