Liban : Le Hezbollah face aux critiques croissantes

8
1796

Le Hezbollah face aux critiques croissantes au Liban

Les médias traditionnels, les réseaux sociaux et les politiciens manifestent de plus en plus leur mécontentement face à la décision du groupe soutenu par l’Iran de tirer des missiles sur une base de Tsahal dimanche, ce qui a entraîné un bombardement massif par Israël d’une ville du sud du Liban.

Les critiques se multiplient au Liban concernant les actions du Hezbollah, le groupe terroriste soutenu par l’Iran qui a attaqué cette semaine une base militaire israélienne, ce qui a provoqué une réplique par des tirs d’artillerie massifs.

Alors que les médias associés au Hezbollah rapportaient rapidement l’incident à la frontière de dimanche – dans lequel le Hezbollah avait tiré des missiles antichars sur les troupes frontalières – en le présentant comme une victoire pour le Liban, une position différente a commencé à apparaître dans les médias traditionnels et sur les médias sociaux.

Un dessin dans les médias libanais montrant le Liban emporté par un drone du Hezbollah

Un dessin dans les médias libanais montrant le Liban emporté par un drone du Hezbollah

 

Les critiques du groupe, de son chef et de ses bienfaiteurs iraniens sont de plus en plus fréquentes.

Un dessin dans les médias libanais accusant le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le dirigeant du Hezbollah, Hassan Nasrallah, de bénéficier de l'escalade de dimanche

Un dessin dans les médias libanais accusant le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le dirigeant du Hezbollah, Hassan Nasrallah, de bénéficier de l’escalade de dimanche

L’ancien Premier ministre Fouad Siniora, qui dirigeait le pays pendant la guerre de 2006 entre Israël et le Hezbollah, a déclaré à Sky News Arabic que le groupe chiite était en train d’empêtrer le Liban dans un conflit sans fin et que son pays avait besoin d’une stratégie de défense.

“Il est inconcevable que le Hezbollah lance une telle opération”, a-t-il déclaré.

Caricature dans les médias libanais se moquant du leader du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui se cache principalement depuis la guerre de 2006

Caricature dans les médias libanais se moquant du leader du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui se cache dans un bunker et en sort très rarement, principalement depuis la guerre de 2006

 

Dans le même temps, un membre du parti du Movement du Futur, du Premier ministre libanais Saad Hariri a déclaré que le gouvernement de Beyrouth seul – et non le Hezbollah – devait prendre des décisions concernant la politique de défense du pays.

Un autre parlementaire a accusé l’Iran de “tirer les ficelles” et de décider pour le Liban quand et où une telle escalade aurait lieu.

“La décision de faire la guerre appartient malheureusement au Hezbollah”, a-t-il déclaré.

Caricature dans les médias libanais représentant le dirigeant du Hezbollah, Hassan Nasrallah, et ses discours télévisés comme un briquet qui enflammera la région

Caricature dans les médias libanais représentant le dirigeant du Hezbollah, Hassan Nasrallah, et ses discours télévisés comme un briquet qui enflammera la région

 

Le gouvernement de coalition actuel de Hariri comprend le Hezbollah, qui a réalisé des gains importants lors des élections législatives de l’année dernière, tandis que le bloc de Hariri perdait un tiers de ses sièges.

Le groupe est actuellement doté de deux ministères et d’un ministère d’État, y compris pour la première fois le ministère de la Santé, qui possède l’un des budgets les plus importants du pays. Le ministère des Finances reste aux mains d’un allié du Hezbollah, Ali Hassan Khalil.

ynetnews.com

8 COMMENTS

  1. Moshe vous rever le liban est fini depuis plus de 20 ans la france a aider l iran et la syrie a l’envahir pour vendre son arsenal car les seuls qui achete du materiel militaire defectueux francais sont certain p[ays pauvres arabes regarder se qui se passe en europe le rafale rejeter les tank francais les fusils d’assauts rien n’est vendu, alors il faut bien qu’il vendent quelque chose sinon fini plus d avion plus de tank plus de fusils rien que du chomage en france , he bien ils fournisse ce materiel au syrien a l iran d’ou au hezbola au yemen et voila les affaires etrangeres en france sont contents ils ramene des affaires a la france , et le liban(proteger soit disant ) proteger par la france conseiller par la france se retrouve dans la merde grace a la france un point c’est tout

  2. La faiblesse du Liban, a toujours été la co-existence entre deux communautés : chrétienne et musulmane.
    On sait très bien comment tout celà se termine : les musulmans prennent le dessus.
    Le partage de souveraineté s’est bien passé pendant longtemps jusqu’à ce que la Syrie soit accueillie à bras ouverts pour mettre le Liban sous la coupe musulmane, ce qui a été la décadence progressive de ce beau pays.
    Et les nations du monde libre veulent imposer ce modèle, qui a fait faillite, à Jérusalem ?
    On sait ce que les musulmans font du partage de souveraineté.

  3. Le Liban en tant que pays souverain c’est fini depuis belle lurette.

    Les libanais sont divisés et n’ont donc pas de sentiment national en partage. C’est un exemple parfait de l’impuissance d’un pays qui n’a pas su se rassembler pour préserver son unité et sa souveraineté.

    • bonnjour .le liban est peut être allié avec la France mais c’est pinuts par raport à l alliance Israel-usa….et vu les budgets millitaire et la professionnalisation de l armée israëlienne , une 2em armée- milice pour le Liban plaçée au sud ne serait pas un luxe et une grande source de défiance pour les libanais….(??)

  4. “un bombardement massif par Israël d’une ville du sud du Liban” ???
    Mais non ! nettoyage uniquement d’une petite zone inhabitee jouxtant la frontiere.

  5. A la place de poursuivre dans sa politique inutile à l’égard d’Israël, qui n’est absolument pas son ennemi, le Liban devrait capitaliser sur le fait qu’il est voisin de la huitième puissance mondiale.
    Faire la paix, nouer des partenariats économiques stratégiques, bénéficier des investissements israëliens. Israël pourrait facilement sous traiter certaines prestations aux libanais bien éduqués (notamment les chrétiens du Nord).
    Au lieu de cela le Liban refuse de reconnaître Israël et laisse un parti terroriste infiltrer tous les rouages de son appareil politique.
    C’est un conflit inutile et nuisible pour le développement du Liban.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.