L’heure de vérité au likoud ?

2
1974

Le quotidien israélien Maariv titrait ce jeudi matin ” le bloc de droite refuse de s’engager avec Netanyahou après les élections”.

Les dirigeants de l’alliance des partis sioniste-religieux Yamina et des ultra-orthodoxes Yahadout HaTorah et Shas ont en effet signé un accord avec Binyamin Netanyahu, dans lequel ils s’engageaient  à entamer des négociations de coalition en un bloc de 55 députés sous la direction du dirigeant du Likoud.

Dernièrement le Likoud aurait tenté de prolonger l’accord conclu avec ses trois partenaires religieux et de droite pour qu’il demeure encore valable après un éventuel échec de Gantz à rassembler une coalition. Les intéressés, Yamina, Yahadout HaTorah et le Shas ont refusé de renouveler leurs engagements rapporte le site d’information Ynet.

Parallèlement dans les médias israéliens circule l’idée qu’au moment ultime ou Netanyahou se révélera incapable de former un gouvernement sur la base d’une majorité de 61 députés, les négociations de coalition étant  au point mort, le Likoud ne se sacrifiera pas.

Gantz a refusé de siéger dans une coalition pour un gouvernement d’union nationale avec Netanyahu tant que le Premier ministre risque d’être inculpé, mais il n’a pas banni une coalition avec le Likoud sans Netanyahou. Il espère même qu’une autre figure déterminante au sein du Likoud  pourrait prendre ses distances avec Netanyahou et entrainer le parti dans une coalition avec lui.

Un faux espoir s’est manifesté au Likoud à l’annonce d’une rencontre entre Agvidor Liberman et le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Le chef du parti Israël Beitenou rencontrait Netanyahou pour la première fois depuis des mois ce jeudi matin, pour discuter de la proposition de Liberman autour d’un gouvernement d’union.

Au Likoud on avait invité Netanyahou à passer outre à son très fort ressentiment à l’égard de Liberman et à accepter d’écouter une éventuelle proposition du chef d’Israël Beitenou, le véritable responsable de la cacophonie actuelle autour de la formation d’un gouvernement.

Les négociations entre le Likoud et (Kakhol Lavan) Bleu Blanc ayant échoué, l’intervention de Liberman promettait peut-être un nouveau développement. Cependant elle aurait été décevante pour Netanyahou. Les discussions entre le Premier ministre et Liberman ont pris fin après une heure à peine.

Dans ces conditions le spectre d’un troisième scrutin apparaîtrait de plus en plus probable.

Liberman a toutefois lancé une forme d’ultimatum au Likoud et à Bleu Blanc, déclarant que s’ils ne parvenaient pas à constituer ensemble un gouvernement d’union nationale avant la semaine prochaine et le Yom Kippour, il interviendrait avec une proposition de son parti pour faire aboutir un gouvernement dans lequel il s’impliquerait.

C’est dans ce climat de confusion et d’incertitude que Netanyahou qui craindrait maintenant de voir son parti le Likoud envisager une solution d’alliance pour la formation d’un gouvernement sans lui, s’est mobilisé pour faire taire les rumeurs d’une possible rébellion de la part de membres du parti.

Il s’est déclaré ”disposé” à tenir des ” primaires surprises” pour la direction du parti du Likud. Aussitôt l’ancien ministre de l’Éducation du Likoud  Gideon Saar s’est dit « prêt » pour une éventuelle course électorale interne face à Netanyahu.

Le Premier ministre Netanyahou a cherché de longue date à évincer Guidon Saar de la liste du Likoud à la Knesset, mais l’ancien ministre a reçu un soutien conséquent qui lui a permis de s’assurer une des premières places, la 6e sur la récente liste du Likoud.

À vrai dire, la proposition du président de l’État Reouven Rivlin la semaine dernière, faisait déjà d’une certaine façon trembler la base du Likoud.  Rivlin avait invité  Netanyahou à proposer à Benny Gantz un accord laissant ouverte l’option d’une possible inculpation de Netanyahou par le conseiller juridique du gouvernement. Dans ce cas  Netanyahou devait se mettre en vacance du pouvoir et accepter d’être remplacé par Benny Gantz comme Premier ministre par intérim avec des pouvoirs élargis.

Une proposition consentie par le Premier ministre qui révélait toutefois  la porosité entre les événements juridiques et politiques actuels. 

 Le député Yair Lapid numéro deux de Bleu Blanc a consenti  à renoncer   à une rotation avec Gantz au cas où l’ancien chef d’état major réussirait à constituer un gouvernement d’union nationale sans Netanyahou. Yair Lapid a annoncé la couleur de cette coalition dans ces termes   ”une personne se trouve entre nous et un gouvernement d’union nationale poursuivant  ”Ce pays a besoin d’un gouvernement d’union entre Bleu Blanc, le Likoud ,Israel Beitenou et Avoda, le parti travailliste”.

Benny Gantz a souligné ”Nous prendrons le relais, nous dirigerons l’Etat d’Israel pour les citoyens” confortant l’idée d’une alliance avec le Likoud sans Netanyahou, il a conclu ”Nous ferons ce gouvernement ensemble avec les meilleurs membres du Likoud et d’autres partenaires.

 

 

2 COMMENTS

  1. C’est lamentable ! nous faisons la risée du monde entier !
    Les goyim sont enfin contents de nous voir nous disputer comme des gosses pour ne pas dire comme des c….
    En peu de temps, Israël a perdu de sa splendeur !
    Hachem fait quelque chose !

  2. Ah la la .. .
    What a pagaille ! !!!!!!!!
    S’IL observé tout cela il devrait mettre du baume dans les coeurs et les esprits.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.