L’ex-agent russe victime de gaz innervant toujours en activité©

0
810

L’enquête anglaise sur l’attaque au gaz innervant contre l’ancien agent russe a découvert qu’il restait un agent britannique toujours actif

Avec l’enquête dans la tentative de meurtre de l’ancien espion russe Sergei Skripal, 66 ans et de sa fille Yulia, 33 ans, à Salisbury, qui provoque de nouvelles trépidations, la Secrétaire de l’Intérieur, Amber Rudd, a convoqué une réunion d’urgence de Cobra, la commission sécuritaire nationale, samedi 10 mars. Les deux victimes demeurent gravement malades à l’hôpital, après avoir subi une attaque au gaz innervant, lundi dernier, dans des circonstances mystérieuses.

De façon inhabituelle, le Secrétaire aux Affaires étrangères, Boris Johnson et le Secrétaire de la Défense, Gavin Williamson ont participé à cette réunion.

Il s’est révélé, samedi, que l’ancien agent russe apparemment en retraite, qui avait transmis des informations , durant dix ans aux services de renseignements britanniques, continuait à rencontrer son “officier-traitant britannique une fois par mois dans un restaurant de Salisbury.

L’agent britannique est décrit comme étant “l’homme dans un costume en tweed : on les a entendus converser en russe et en anglais et parler de voyages d’affaires en Pologne. L’ancien agent double semble, par conséquent être demeuré un agent actif pour les renseignements britanniques.

L’enquête criminelle vient aussi de rebondir en prenant une dimension interne américaine. On a découvert qu’il est très proche d’un consultant qui a travaillé pour l’entreprise de Christopher Steele, l’ancien espion britannique cité dans l’enquête Mueller quant à l’ingérence présumée des Russes dans les élections présidentielles de 2016.

On a découvert que Steele avait bâti un dossier potentiellement préjudiciable contre le candidat Donald Trump, à cause des matériaux fournis par des sources proches d’Hillary Clinton. Les conséquences de ces nouvelles découvertes ont certainement contribué à déclencher la convocation de cette session d’urgence de la commission Cobra, ce samedi.

Ces révélations surgissent au beau milieu de vastes accusations disant que Moscou aurait orchestré ces tentatives d’assassinats sur l’ancien agent du GRU (renseignements militaires russes) et sa fille. Les Russes ont rejeté avec colère les accusations comme n’étant rien d’autres que des calomnies sans preuve.

Sergei et Yulia, pendant ce temps, demeurent en état grave à l’hôpital, ainsi que l’inspecteur de police, le Sergent Nick Bailey, 38 ans, qui est entré en contact avec le gaz innervant, en tant que premier intervenant. Plus de 180 hommes de troupes de l’armée vêtus de lourdes combinaisons anti-contamination assistent l’enquête massive de police à Salisbury, dont la chasse à la source de diffusion de l’agent innervant, et de l’assassin probable des Skripal.

Samedi, ils ont fait une descente dans le cimetière local pour exhumer la dépouille de Ludmilla, la femme de Skripal, qui est enterrée là depuis 2012, ainsi que les cendres de leur fils Alexander, mort également dans des conditions mystérieuses à St-Petersbourg, il y a un an. Parmi les hommes de troupe déplacés sur la ville, on trouve des experts en surveillance du régiment Royal de Tanks, les Royal Marines, ainsi que 40 Commando et membres d’un régiment de la RAF. Les instructeurs en guerre chimique étaient également sur le terrain, ainsi que les expert en dispositifs de bombes du 29ème Groupe de Recherche de Dispositifs de Munitions et d’Explosifs. La police a étendu le cordon de sécurité autour de la maison des Skripal et d’autres zones potentiellement contaminées, dont les véhicules présents sur place. On pense que Skripal et sa fille se sont récemment rendus en visite sur les tombes, peu avant de s’effondrer.

Ancien colonel des renseignements militaires russes, Skripal était responsable d’avoir révélé au MI6 des dizaines d’agents secrets russes opérant sous couverture en Europe. En 2006, il a été jugé pour avoir transmis des secrets russes au Royaume-Uni et condamné à 13 ans d’internement dans un camp de travail russe.

CANNES, FRANCE – MAY 23: Anna Chapman attends the Premiere of ‘Nebraska’ during the 66th Annual Cannes Film Festival at The Palais des Festivals on May 23, 2013 in Cannes, France. (Photo by Danny Martindale/WireImage)

En juillet 2010, il a fait partie d’un groupe de quatre espions échangés contre dix agents russes déportés des Etats-Unis, lors d’un échange historique impliquant la “femme fatale” (en français dans le texte) rousse, Anna Chapman. Quelques temps après, il s’est tabli à Salisbury, Angleterre. Il apparaît, à présent que, loin d’avoir abandonné son ancienne vocation, il a continué à fournir ses services aux agences de renseignements étrangères.

UK probe of nerve agent attack on former Russian spy uncovers an active British agent  

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.