Les Raptors U.S «dissuadent» les avions syro-irano-russes©

6
5503

Les forces spéciales russes débarquent dans le sud de la Syrie. Les Raptors américains «dissuadent» les avions de combat syriens, iraniens et russes

 

Le déploiement des mesures militaires russes, américaines et israéliennes soulève de gros enjeux en Syrie à la veille du sommet Trump-Poutine, rapportent les sources militaires de DEBKAfile.

Les forces spéciales russes sont arrivées et ont été rattachées au commandement militaire syrien dans la région sud d’Al-Safa, à l’est de la ville druze de Sweida. Elles sont officiellement considérées comme des “conseillers” de l’offensive syrienne contre l’Etat islamique et comme présentes pour marquer des cibles islamistes avant les frappes aériennes russes. La Russie a retiré ces unités en juin après qu’elles ont aidé l’armée de Bachar Assad à capturer le territoire tenu par les rebelles sur les frontières du Golan et de la Jordanie. À présent, ces soldats Russes sont rattachés à la 42 e brigade des forces de Ghiath de la 4 e division appartenant à l’élite de l’armée syrienne.

DEBKAfile: L’insertion d’unités russes dans cette zone frontalière exacerbe les tensions militaires qui augmentent déjà en prévision de la reprise des opérations aériennes israéliennes au-dessus de la Syrie, après une pause de six semaines. C’est devenu plus probable après que l’envoyé spécial du président Donald Trump pour la Syrie, James Jeffrey, a déclaré : “La Russie a été permissive, tout en se concertant avec les Israéliens, à l’égard des frappes israéliennes contre des cibles iraniennes à l’intérieur de la Syrie. Nous espérons certainement que cette approche permissive se poursuivra” après le déploiement de nouveaux systèmes de défense aérienne russes S-300 en Syrie.

Jeffrey a adressé ce message à Moscou le lundi 7 novembre, juste un jour après que le Pentagone a révélé que les F-22 Raptors de l’US Air Force avaient récemment achevé leur première «vague de combats» lors d’opérations en Syrie et avaient ainsi «été dissuasifs face à 587 “ennemis” syriens, iraniens et russes dans les cieux encombrés. “Les F-22 ont pénétré profondément en territoire syrien”, indique le communiqué du Pentagone, “confrontés à la fois aux avions de combat ennemis et aux systèmes de missiles sol-air.”

Les survols américains ont donc eu lieu face aux S-300 russes implantés en Syrie. C’était la première fois que le département de la Défense des États-Unis décrivait la mission d’opérations d’avions furtifs américains en Syrie comme un moyen de dissuasion contre les forces combinées syriennes, russes et iraniennes (désignées comme “ennemies”). Jusqu’à présent, il s’agissait d’une opération antiterroriste contre Daesh.

Bien que cette «montée en puissance, en situation de combat» des F-22 au-dessus de la Syrie est présentée comme ayant été «maximisée sur une période de trois jours», aucune date d’entrée en fonction n’a été proposée ; ni la zone couverte n’a été divulguée. À la lumière de ces révélations du Pentagone, l’appel lancé par James Jeffrey à Moscou qu’il reste «permissif» face aux frappes aériennes israéliennes en Syrie prend l’aspect d’un avertissement, selon lequel les Raptors américains couvriront désormais les opérations aériennes israéliennes sur la Syrie.

Les sources militaires de DEBKAfile ajoutent : Cette semaine, la Russie a renforcé sa flotte de la Méditerranée orientale face à la côte syrienne. Jeudi, l’amiral Makarov de la flotte russe de la mer Noire a lancé des missiles de croisière à longue portée Kalibr et l’amiral Grigorovich a traversé le Bosphore. Ils doivent rejoindre les frégates Admiral Essen et Pytlivy, le navire de débarquement Nikolai Filchenkov et la corvette de missiles Vishny Volochek , qui étaient déjà sur place.

La scène syrienne est clairement en train de se réchauffer et toutes les parties manœuvrent pour optimiser des positions avantageuses, deux jours à peine avant que les présidents Donald Trump et Vladimir Poutine ne se rencontrent à Paris en marge des événements marquant le centenaire de l’armistice.

   ,  ,  , , 

Adaptation : Marc Brzustowski

Russian special forces land in S. Syria. US Raptors “deter” Syrian, Iranian, Russian combat aircraft

6 COMMENTS

  1. l’avertissement de James Jeffrey semble avoir porté ses fruits puisque Bibi déclare sans rien révéler que des changements importants sont intervenus après son entretien avec Poutine.
    On imagine que çà doit être positif pour Israël puisque Poutine et son chef des soviets nommé Goïshu ont mis israël le dos au mur. Attendons de voir.

    • Les russes sont nuls en bluff, c’est ce qu’ils font depuis trop longtemps, mais ils doivent vendre de l’armement aux imbéciles, et là, Bibi ne joue pas un jeu très franc !

      Les Russes ne cessent d’aboyer avec leurs soi-disantes armes alors que leurs troupes n’ont même pas à bouffer et qui voudrait se battre pour des arabes en Russie ?

      A chaque opération de Tsahal, Israël devrait s’excuser d’être meilleur, et là, avec ces soi-disant S-300 qui ne valent rien de plus que les S-200 ou SA-75, Israël se devrait de ne pas humilier Poutine en neutralisant sa quincaillerie. Le bluff de Poutine de placer des S-300 déplaît aux officiers russes, car ils savent que leur “dissuasion” balistique est morte dès-lors qu’ils la mette dans les mains des ennemis d’Israël !

  2. Les S-300 n’ont absolument rien de plus que les S-200 précédemment installés en Syrie, mis à part abattre des avions russes, ils sont inopérants face aux technologies radars de Tsahal !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.