Les défis à relever par le nouveau chef de Tsahal et son adjoint

1
1839

Les défis que devront relever le nouveau chef de Tsahal et son adjoint

Analyse: le major général Aviv Kochavi devra remodeler la campagne de «guerre entre guerres» menée par l’armée israélienne, en apportant une attitude différente pour résoudre les problèmes et les dilemmes qui se posent actuellement sur le front nord (avec la Russie). La tâche la plus importante du major général Eyal Zamir consistera à diriger l’équipe à la tête du prochain plan pluriannuel visant à remplacer le plan Gideon.

Le major-général Aviv Kochavi, qui a été approuvé dimanche comme prochain chef d’état-major de l’armée israélienne, était le candidat naturel pour le poste. Il possède une expérience opérationnelle, tactique et administrative et a contribué à la définition de la stratégie et de la politique de l’armée.

Il est minutieux, créatif et a le “tempérament d’un chef de Tsahal”. Tout comme il existe un tempérament judiciaire, le chef de Tsahal doit également être capable de motiver les gens et de gagner leur confiance, même dans les situations difficiles dans lesquelles les décisions sont prises rapidement. En outre, le major-général Kochavi sait comment communiquer avec les dirigeants politiques ouvertement et sans se plaindre, et parler aux civils les yeux dans les yeux.

Le major-général Aviv Kochavi

Le major-général Aviv Kochavi

 

Ainsi, à partir du moment où la candidature du major-général Yair Golan a été retirée pour des raisons politiques relatifs à des propos inappropriés, le ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, ou le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, ont été obligés de choisir Kochavi, qui convient mieux au rôle de chef de Tsahal par rapport aux deux autres candidats, le major-général Eyal Zamir et le major général Nitzan Alon.

Zamir a été choisi comme chef adjoint de Tsahal et il est probable que Alon lui succédera. Cela signifie en soi qu’ils sont au-dessus de tous les rangs et dignes de tous les côtés, mais qu’ils ne sont pas encore prêts à entrer dans le bureau du chef de Tsahal, contrairement à Kochavi.

Kochavi entrera dans le bureau du chef des forces de défense israéliennes le 15 janvier 2019, deux semaines après le départ à la retraite prévu d’Eisenkot, après que les deux officiers ont demandé à suivre une formation de quelques semaines.

L'ancien ministre de la Défense, Avigdor Lieberman (à gauche) et le Premier ministre Netanyahu (Photo: EPA)

L’ancien ministre de la Défense, Avigdor Lieberman (à gauche) et le Premier ministre Netanyahu (Photo: EPA)

 

Eisenkot laisse à Kochavi une armée prête à faire la guerre sur deux fronts – et peut-être même davantage – en même temps. Une armée qui adhère à ses valeurs et est bien équipée pour faire face aux défis à venir. On peut dire que l’armée israélienne occupe l’une de ses meilleures (dis-)positions au cours des 20 dernières années.

Mais Kochavi ne pourra pas se contenter de cela. Principalement parce que le front moyen-oriental change constamment. Le nouveau chef de Tsahal devra formuler une nouvelle politique, comprenant une stratégie et des méthodes tactiques pour contrecarrer l’enracinement de l’armée iranienne en Syrie et empêcher le transfert d’armes avancées au Hezbollah, ainsi que les efforts du groupe terroriste libanais pour fabriquer son arsenal de roquettes et de missiles et les transformer en projectiles à guidage de précision.

Les choses ont changé depuis que l’armée d’Assad a accidentellement abattu un avion du renseignement russe – affaire que la Russie a imputé à Israël, dont les avions de combat ont attaqué dans la région, provoquant le tir anti-aérien syrien – et Kochavi devra refaçonner la campagne dite de “guerre entre les guerres de Tsahal”, apportant une attitude différente pour résoudre les problèmes et les dilemmes qui se posent maintenant sur le front nord.

Kochavi devra également aider le Cabinet de sécurité et le Premier ministre à élaborer une stratégie pour la frontière méridionale, qui contribuera à rétablir le calme à la frontière de Gaza et à approfondir la coopération effective – tant militaire que diplomatique – avec l’Égypte. Sur ce front, Kochavi a une riche expérience en tant qu’ancien commandant de la division de Gaza, où il a obtenu de nombreuses réalisations, mais aussi subi un échec massif : la capture du soldat de Tsahal, Gilad Shalit. C’est dans ce rôle de chef de la division de Gaza que Kochavi a été le plus critiqué, mais il en a payé le prix et en a tiré les leçons, et il est raisonnable de supposer qu’il est maintenant prêt à proposer de nouvelles façons de traiter cet abcès.

Le major-général Eyal Zamir (à gauche) et le major-général Aviv Kochavi

Le major-général Eyal Zamir (à gauche) et le major-général Aviv Kochavi

 

Il est également prudent de supposer que Kochavi poursuivra les efforts de son prédécesseur Eisenkot pour améliorer les capacités des forces terrestres. Il devra également élaborer un plan pluriannuel pour remplacer celui dirigé par Eisenkot, le plan Gideon.

En tant qu’adjoint d’Eisenkot, Kochavi a déjà commencé à travailler à la mise en place du Cyber ​​Corps de l’armée israélienne et à ajouter un nombre important de missiles sol-sol à l’arsenal de l’armée israélienne, comme l’exigeait l’ancien ministre de la Défense, Lieberman, avec le soutien de l’état-major actuel. Ce dernier cherche à permettre à l’armée israélienne de mener des attaques au sol ou en mer qu’elle n’avait faites que de l’air jusqu’à présent.

Kochavi devra également diriger l’armée lors d’une campagne électorale, prévue au plus tard en novembre 2019. Il devra manœuvrer avec soin pour s’assurer que les Forces de Tsahal ne soient pas entraînées et dispersées dans la bataille politique.

Il ne reste qu’une poignée de missions à réaliser, sur le bureau de Kochavi alors qu’il entre dans le bureau du chef de Tsahal, et il ne fait aucun doute qu’il vivra des moments difficiles, même s’il n’y a pas de grande guerre à l’horizon pour le moment.

Netanyahu se précipite pour nommer Zamir

Même si Lieberman et Netanyahu ont convenu que Kochavi serait leur candidat préféré pour hériter du chef d’état-major sortant de Tsahal, Gadi Eisenkot, l’annonce a été retardée car Netanyahu a insisté pour que le major général Zamir, son ancien secrétaire militaire, soit choisi, comme prochain adjoint en Chef de Tsahal. Lieberman a insisté pour ne pas inclure Zamir dans l’annonce concernant Kochavi, craignant que sa nomination ne soit considérée comme une nomination politique faite par le Premier ministre – le chef adjoint de Tsahal étant choisi par le ministre de la Défense (qu’il était toujours à l’époque) et par le chef d’Etat-Major entrant de Tsahal, et eux seuls.

Le major-général Eyal Zamir (Photo: Unité du porte-parole des FDI)

Le major-général Eyal Zamir (Photo: Unité du porte-parole de Tsahal)

 

Néanmoins, la nomination de Zamir a été critiquée. Certains prétendent que ce sont les intérêts personnels et politiques de Netanyahu qui ont valu à Zamir le deuxième emploi au sein de Tsahal.

Personne ne remet en question les compétences professionnelles et de leadership de Zamir, ni son intégrité. Les critiques ont souligné le fait que Zamir n’avait qu’un seul poste de général important – le commandement sud du GDC – et n’avait aucune expérience de la gestion d’un département de l’état-major général avant d’être parachuté directement au bureau du chef adjoint de Tsahal.

Bien que Lieberman ait pu reporter l’annonce sur la sélection de Zamir, sa démission a permis à Netanyahu, qui assumait le portefeuille de la défense, d’annoncer son choix. Mais la hâte est un gaspillage et il n’est pas sage d’avoir à la fois le chef de l’armée israélienne et son adjoint. Il est préférable que le chef de Tsahal prenne ses fonctions en premier lieu, et qu’après une courte période d’ajustement et d’expérience en tant que commandant de l’armée aux côtés du député vétéran qui pourrait le soutenir, Zamir devrait également entrer en fonction.

Le lobby politique dirigé par Netanyahu conteste la nomination politique de Zamir, ce qui implique qu’il ne mérite pas de servir de chef d’Etat-Major adjoint. Zamir a fait un travail impeccable en tant que secrétaire militaire de Netanyahu et, autant que je sache, sans être impliqué une seule fois dans les scandales politiques du cabinet du Premier ministre.

Il n’est pas facile de maintenir une performance propre en tant qu’officier professionnel, lorsque l’on est un proche collaborateur et un conseiller de la personnalité politique la plus influente en Israël. Zamir a réussi à cela. En outre, ses réalisations en tant que commandement sud du COG a suscité de nombreuses louanges, et à juste titre.

Zamir est celui qui a entamé le traitement complet des tunnels terroristes transfrontaliers à la frontière de Gaza, qui a porté ses fruits, a préparé Tsahal pour leur prochaine activité majeure dans la bande de Gaza et a réussi à empêcher laa crise humanitaire de Gaza de nous exploser au visage, là-bas.

Ces capacités sont nécessaires surtout dans une organisation dirigée par des personnes qui prennent des décisions cruciales et rapides. Mais, apparemment, cela ne dérange pas vraiment Netanyahu. Il fait confiance à Zamir et tout est probablement moins important pour lui. J’ignore qui Kochavi aurait choisi pour siéger en tant que son adjoint s’il avait la liberté de décider lui-même, même si je sais pertinemment qu’il apprécie Zamir.

Le Premier ministre Netanyahu (Photo: AFP)

Le Premier ministre Netanyahu (Photo: AFP)

 

Je suppose que Kochavi aurait préféré que Zamir occupe un autre poste de général major en tant que chef de division à l’état-major avant de devenir son adjoint, qui devrait être capable de gérer et de diriger toute l’infrastructure militaire et de remplacer le chef d’état-major, s’il est incapable de remplir ses fonctions en temps de routine, d’urgence ou de guerre. En tout cas, à mon avis, Kochavi a fait preuve de sagesse en choisissant de ne pas se confronter au Premier ministre sur cette question, qui n’est guère une question de vie ou de mort.

Il ne fait aucun doute que le major-général Alon aurait également été un excellent chef d’état-major adjoint, mais la combinaison entre le parachutiste Kochavi et le tankiste Zamir crée un duo équilibré au sein de la haute hiérarchie militaire de l’armée, ce qui est une bonne chose. Kochavi saura identifier les rebondissements stratégiques et faire preuve d’une pensée créative opérationnelle pendant la guerre entre les guerres et les affrontements asymétriques d’Israël, tandis que Zamir s’assurera que l’armée dispose des capacités et des infrastructures nécessaires pour faire face à tout type de confrontation. À ce propos, Kochavi laisse à Zamir un héritage exceptionnel.

Si une guerre ne se déclenche pas, la tâche la plus importante de Zamir au poste de chef d’état-major adjoint serait de diriger l’équipe à la tête du prochain plan pluriannuel visant à remplacer le plan Gideon. Une tâche tout aussi importante consisterait à renforcer les capacités de Tsahal, à développer ses méthodes de combat et à améliorer la capacité des forces terrestres à survivre sur le champ de bataille.

Le nouveau chef d’état-major adjoint devra s’occuper de toute urgence des lacunes des forces de défense israéliennes dans la préparation à la guerre et de la déficience découverte par le comité nommé par Eisenkot pour examiner l’état de préparation de l’armée à la guerre. Et ce ne sont là que quelques-unes des tâches pas si simples que Zamir aurait à assumer en tant que suppléant du prochain chef d’état-major.

 

Ron Ben Yishai | Publié: 11.26.18, 01:01

Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENT

  1. Un condamné à la guillotine hurlait “‘ Je n’ suis pas coupable !!! “
    Le bourreau, au fond de la salle, lui lança :
    ” On verra bien !… ”
    Donc, on verra bien ce que le Seigneur des Armées aura prévu pour Ses enfants.
    Le mieux, finalement, serait que les Nations combattent le mal, comme pour Sadam…
    Mais bon, faut prier.
    Peut-être faudra-t-il mettre un peu la main à la pâte ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.