Les 5 principaux défis que doit relever A. Kochavi

0
947

Quels sont les 5 grands défis que Aviv Kochavi, nouveau Chef D’Etat-Major, va devoir relever? 

De l’Iran à Gaza, des Haredim au Ministre de la Défense Netanyahu contre quoi le nouveau chef d’Etat-Major aura t-il à lutter? 

BY ANNA AHRONHEIM

 

 15 Janvier 2019 10:07

Aviv Kochavi (C) at a ceremony marking his appointment to IDF chief of staff, January 15th, 2019

Le Major Général Aviv Kochavi succède au Lieutenant-Général Gadi Eizenkot. Voici les 5 défis majeurs auxquels il aura à faire face :

  1. Iran et Hezbollah
En tant que chef d'état-major, Kochavi devra poursuivre la lutte de son prédécesseur contre les menaces croissantes posées par l'influence croissante de l'Iran au Moyen-Orient. Avec la présence des forces iraniennes et du Hezbollah, le front nord d'Israël est devenu la plus grande priorité de l'armée. Travaillant pour empêcher le retranchement des forces iraniennes et le transfert d’armes perfectionnées au Hezbollah, l’armée de l’air israélienne a admis avoir mené des centaines de frappes aériennes en Syrie. Tandis que la Russie a récemment fourni au régime syrien des batteries de missiles anti-aériens avancés S-300, Israël a déclaré qu'il continuerait d'opérer dans ce pays déchiré par la guerre tant que l'Iran resterait. Selon des rapports étrangers, on pense également que l'armée a intensifié ses opérations secrètes dans la région et renforcé ses liens avec d'autres États de la région qui considèrent l'Iran comme une menace commune. Alors que la guerre civile syrienne s'achève en faveur du président syrien Bashar Assad, l'armée israélienne devra faire face à un Hezbollah plus fort et plus au combat lors de la prochaine guerre dans le Nord.(crédit: THAIER AL-SOUDANI / REUTERS)

 

En tant que chef d’état-major, Kochavi devra poursuivre la lutte de son prédécesseur contre les menaces croissantes posées par l’influence grandissante de l’Iran au Moyen-Orient. Avec la présence des forces iraniennes et du Hezbollah, le front nord d’Israël est devenu la plus grande priorité de l’armée.

Travaillant pour empêcher le retranchement des forces iraniennes et le transfert d’armes perfectionnées au Hezbollah, l’armée de l’air israélienne a admis avoir mené des centaines de frappes aériennes en Syrie. Tandis que la Russie a récemment fourni au régime syrien des batteries de missiles anti-aériens avancés S-300, Israël a déclaré qu’il continuerait d’opérer dans ce pays déchiré par la guerre tant que l’Iran resterait.

Selon des informations étrangères, l’armée aurait également intensifié ses opérations secrètes dans la région et renforcé ses liens avec d’autres États de la région qui considèrent l’Iran comme une menace commune. Alors que la guerre civile syrienne s’achève en faveur du président syrien Bashar Assad, l’armée israélienne devra faire face à

un Hezbollah plus fort et plus au combat lors de la prochaine guerre dans le Nord.

2) Gaza
La menace à la frontière entre Israël et Gaza est le deuxième défi pour Kochavi. Bien qu'Eisenkot n'ait supervisé aucune guerre pendant son mandat de chef de cabinet, des groupes terroristes dans l'enclave côtière sous blocus ont retrouvé leurs capacités militaires d'avant 2014 et ont tiré des centaines de roquettes et de mortiers sur le sud d'Israël au cours des quatre dernières années. Alors que le système d'interception de missiles Iron Dome de l'armée continue d'abattre avec succès une grande majorité de projectiles, le Hamas et le Jihad islamique ont réussi à le submerger lors de la dernière escalade en lançant simultanément de grands barrages de missiles et de mortiers. Les FDI s'attendent à ce que les communautés riveraines de la bande de Gaza soient continuellement frappées par des attaques à la roquette et au mortier lors du prochain affrontement militaire et que les communautés doivent être évacuées. Au cours de son mandat de chef de cabinet, Kochavi devra également faire face aux émeutes hebdomadaires à la frontière, qui ont vu la participation de milliers de Gazaouites qui ont lancé des engins aériens incendiaires et explosifs dans le sud d'Israël, brûlant des centaines de milliers d'acres de territoire. Kochavi supervisera également l'achèvement de la barrière souterraine de l'armée israélienne, qui devrait éliminer la menace posée par les tunnels d'attaque transfrontaliers.(crédit: SAID KHATIB / AFP)

 

La menace à la frontière entre Israël et Gaza est le deuxième défi pour Kochavi.

Bien qu’Eisenkot n’ait supervisé aucune guerre pendant son mandat de chef de cabinet, des groupes terroristes dans l’enclave côtière sous blocus ont retrouvé leurs capacités militaires d’avant 2014 et ont tiré des centaines de roquettes et de mortiers sur le sud d’Israël au cours des quatre dernières années.

Alors que le système d’interception de missiles Dôme de Fer de l’armée continue d’abattre avec succès une grande majorité de projectiles, le Hamas et le Jihad islamique ont réussi à le submerger lors de la dernière escalade en lançant simultanément de grands barrages de missiles et de mortiers .

Les Forces de Tsahal s’attendent à ce que les communautés riveraines de la bande de Gaza soient continuellement frappées par des attaques à la roquette et au mortier, lors du prochain affrontement militaire et que les communautés doivent être évacuées.

Au cours de son mandat de chef de cabinet, Kochavi devra également faire face aux émeutes hebdomadaires à la frontière, qui ont vu la participation de milliers de Gazaouites qui ont lancé des engins aériens incendiaires et explosifs dans le sud d’Israël, brûlant des centaines de milliers d’acres de territoire.

Kochavi supervisera également l’achèvement de la barrière souterraine de l’armée israélienne, qui devrait éliminer la menace posée par les tunnels d’attaque transfrontaliers.

3) Préparation de Tsahal
Malgré les menaces constantes de ses ennemis le long des frontières nord et sud, le médiateur de l'armée israélienne, Yitzhak Brick, s'est inquiété des faiblesses éventuelles de l'état de préparation militaire d'Israël. Selon Brick, qui est sur le point de démissionner après 10 ans au poste d’ombudsman de la FDI, l’armée est dans un état désastreux et n’est pas entièrement préparée en cas d’éclatement de la guerre. En juin, il a averti que le plan Gédéon, qui a duré cinq ans, avait entraîné des milliers de soldats en carrière dans le massacre de l'armée. Il était extrêmement critique à l'égard de l'entraînement des FDI et de l'état des armes utilisées par les forces terrestres. Brick a également mis en garde contre le déséquilibre existant entre les effectifs restants après les compressions et l'augmentation des tâches, ce qui non seulement fait peser une "lourde charge" sur le personnel restant,(crédit: UNITÉ DU PORTE-PAROLE DE Tsahal)

 

Malgré les menaces constantes de ses ennemis le long des frontières nord et sud, le médiateur de l’armée israélienne, Yitzhak Brick, s’est inquiété des faiblesses éventuelles de l’état de préparation militaire d’Israël.

Selon Brick, qui est sur le point de démissionner après 10 ans au poste d’ombudsman de la FDI, l’armée est dans un état désastreux et n’est pas entièrement préparée en cas d’éclatement de la guerre.

En juin, il a averti que le plan Gédéon, qui a duré cinq ans, avait entraîné des milliers de soldats de carrière dans une forme d’épuration au sein de l’armée. Il était extrêmement critique à l’égard de l’entraînement de Tsahal et de l’état des armes utilisées par les forces terrestres.

Brick a également mis en garde contre le déséquilibre existant entre les effectifs restants après les réductions et l’augmentation du nombre de tâches qui font peser un lourd fardeau sur le personnel restant, mais aussi des pressions accrues qui nuisent au niveau de  la performance, de la discipline et de la motivation des employés. soldats. »

Tandis que l’armée a rejeté la plupart des allégations de Brick, Kochavi devra s’assurer qu’Israël continue à se procurer des armes et renforce la motivation des troupes afin de permettre à l’armée israélienne d’avoir une longueur d’avance sur tous ses voisins et ennemis.

4) La loi d’enrôlement des Haredim
Le projet de loi en question, auquel Kochavi devra faire face, fixe des objectifs chaque année au cours de la prochaine décennie pour l’enrôlement dans les FDI ou le service civil national d’hommes de la communauté haredi. Le projet de loi, qui sanctionnera les yeshivas si les objectifs ne sont pas atteints, est en préparation depuis plusieurs années et a suscité des inquiétudes chez tous les religieux de l'État juif. Les réformes adoptées à la Knesset en 2014, qui visaient à accroître progressivement Le recrutement orthodoxe a suscité une vive opposition de la part de nombreux membres de cette communauté. Néanmoins, selon les données publiées par l'armée l'année dernière, il y aurait environ 5 000 hommes ultra-orthodoxes dans les FDI. Si le projet de loi est adopté, l'âge d'exemption pour les hommes haredi augmentera jusqu'à l'âge de 28 ans, donner aux hommes haredi le temps de se marier avant de rejoindre l’armée et d’augmenter considérablement le nombre de haredim.Avec plus de haredim dans l’armée, non seulement il faudra créer plus de pistes et ouvrir plus de compagnies de combat pour les soldats, mais les tensions religieuses déjà apparentes dans l'armée peuvent augmenter. Kochavi devra marcher sur la corde raide entre la nécessité de disposer d'une armée puissante et celle qui respecte les souhaits de la communauté haredi et des communautés non religieuses.(crédit: MARC ISRAEL SELLEM / THE JERUSALEM POST)

Le projet de loi en question, auquel Kochavi devra faire face, fixe des objectifs chaque année au cours de la prochaine décennie pour l’enrôlement dans Tsahal ou le service civil national d’hommes de la communauté haredi .

Le projet de loi, qui sanctionnera les yeshivot si les objectifs ne sont pas atteints, est en préparation depuis plusieurs années et a suscité des inquiétudes chez tous les religieux de l’État juif.

Les réformes adoptées à la Knesset en 2014, qui visaient à accroître progressivement le recrutement ultra-orthodoxe, se sont heurtées à une vive opposition de la part de nombreux membres de cette communauté. Néanmoins, selon les données publiées par l’armée l’année dernière, il y aurait environ 5 000 hommes ultra-orthodoxes dans Tsahal.

Si le projet de loi est adopté, l’âge d’exemption pour les hommes haredi augmentera jusqu’à 28 ans, ce qui laissera aux hommes haredi le temps de se marier avant de rejoindre l’armée et augmentera considérablement le nombre de conscrits haredim.

Avec plus de haredim dans l’armée, non seulement il sera nécessaire de créer plus de pistes et d’ouvrir plus de groupes de combat pour les soldats, mais les tensions religieuses déjà apparentes dans l’armée pourraient augmenter. Kochavi devra marcher sur la corde raide entre la nécessité de disposer d’une armée puissante et celle qui respecte les souhaits de la communauté haredi et des communautés non religieuses.

5) Premier ministre et ministre de la Défense, Benjamin Netanyahu
Bien qu’il ait été nommé dimanche au poste de chef d’état-major des FDI, M. Kochavi n’a pas été choisi en premier par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, actuellement ministre par intérim de la Défense. Selon la rumeur, Netanyahu aurait préféré le major-général. Eyal Zamir, qui occupait le poste de haut responsable, a grondé le ministre de la Défense d'alors, Avigdor Liberman, quand il a été informé que Kochavi serait recommandé pour ce rôle. Alors que Netanyahu menaçait de ne pas présenter la recommandation de Kochavi au cabinet, le bureau du Premier ministre a félicité Kochavi quelques heures après que Liberman eut annoncé cette annonce.(crédit: MARC ISRAEL SELLEM / THE JERUSALEM POST)

 

Bien qu’il ait été nommé dimanche au poste de chef d’état-major de Tsahal, M. Kochavi n’a pas été choisi, en premier lieu, par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, actuellement ministre par intérim de la Défense. Selon la rumeur, Netanyahu aurait préféré le major-général. Eyal Zamir, qui occupait le poste de haut responsable, aurait réprimandé le ministre de la Défense d’alors, Avigdor Liberman, quand il a été informé que Kochavi serait recommandé pour ce rôle.

Alors que Netanyahu menaçait de ne pas présenter la recommandation de Kochavi au cabinet, le bureau du Premier ministre a félicité Kochavi quelques heures après que Lieberman a formulé cette annonce.

jpost.com

Adaptation : Marc Brzustowski

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.