Un employé de maison du ministre de la défense israélien accusé d’espionnage pour l’Iran

Omri Goren Gorochovsky, qui travaillait au domicile de Benny Gantz, aurait offert ses services à un groupe de hackers apparemment motivé par l’appât du gain.

Un employé chargé du ménage de la résidence du ministre israélien de la défense, Benny Gantz, a été mis en examen, jeudi 18 novembre, pour espionnage au profit de l’Iran. Selon l’acte d’accusation, qui est corroboré par une confession de l’accusé, Omri Goren Gorochovsky, 37 ans, aurait proposé aux hackers de Black Shadow de leur fournir des informations et même d’introduire un logiciel espion dans l’ordinateur personnel du ministre.

Présenté comme lié à Téhéran, le groupe Black Shadow s’est illustré en décembre 2020 en attaquant la compagnie d’assurance israélienne Shirbit après s’être infiltré dans les serveurs de Cyberserve, un site d’hébergement. Leur demande d’une rançon de 1 million de dollars (885 000 euros) n’ayant pas été satisfaite, ils ont mis en ligne les coordonnées de milliers d’utilisateurs de l’application Atraf, populaire dans la communauté LGBTQ + israélienne.

Benny Gantz, une cible de choix.

Omri Goren Gorochovsky aurait envoyé aux hackers, sur la messagerie chiffrée Telegram, une série de photos prises dans la résidence de Benny Gantz à Rosh Ha’ayin, une ville de la grande banlieue de Tel-Aviv et limitrophe de la Cisjordanie. On y trouve l’ordinateur du ministre de la défense, certains papiers militaires, mais aussi des archives plus personnelles. L’interaction n’a duré que quelques jours, selon les services de sécurité israéliens : du 31 octobre jusqu’à l’arrestation de l’homme de ménage, le 4 novembre. L’information était jusqu’ici demeurée confidentielle, comme c’est souvent le cas en Israël.

C’est une série d’articles sur Black Shadow qui aurait inspiré M. Goren. La compagnie de nettoyage qu’il a créée avec un associé fournit ses services à la famille Gantz depuis plusieurs années. Il se serait alors rendu compte qu’il tenait une mine d’or entre ses mains.

En Israël, l’Iran est dans tous les esprits, à tout moment. C’est l’ennemi numéro un. Introduire une taupe dans l’entourage du ministre de la défense israélien serait une prise d’envergure pour la République islamique, avec laquelle Israël est en guerre. Une guerre souvent clandestine et parfois impressionnante de par son audace technologique.

Ancien chef d’état-major, Benny Gantz fait depuis longtemps partie des cibles de choix. En 2019, son téléphone personnel avait ainsi été piraté par des agents iraniens, selon le Shin Bet, le service de renseignement intérieur israélien. Fin octobre, un groupe de hackers opérant sous le nom de Moses Staff (« Bâton de Moïse »), qui dit vouloir « exposer les crimes sionistes », avait publié des photos personnelles de Benny Gantz avec ce message : « Nous avons un œil sur vous depuis des années, à chaque moment et à chaque pas. »

Pas le profil d’un James Bond

L’acte d’accusation montre que M. Goren cherchait une contrepartie financière. Ses actes n’auraient rien de politique, selon son avocat, qui dénonce l’accusation d’espionnage. « C’est aller un peu trop loin », a-t-il déclaré à la radio publique israélienne, en insistant sur le fait que son client n’avait ni l’intention ni la capacité de nuire à la sécurité de l’Etat.

Son profil n’est pas celui d’un James Bond. Dans un pays où près de 85 % de la population parle anglais, il communiquait avec son interlocuteur en utilisant un logiciel de traduction en ligne. Dans la presse et sur les réseaux sociaux israéliens, on s’émeut aussi de ses cinq procès pour vols, braquages et cambriolages entre 2002 et 2013. Il aurait passé quatre ans derrière les barreaux après sa dernière condamnation.

Comment expliquer, alors, que M. Goren ait pu passer à travers les vérifications usuelles de l’entourage des hauts responsables politiques ? Le Shin Bet s’est voulu rassurant en soulignant, dans un communiqué, que l’homme n’avait transmis aucune information sensible. Cherchant à se dédouaner, le puissant service de renseignement a aussi expliqué que c’était la famille Gantz elle-même qui avait recruté l’entreprise. Le problème va être traité, insiste le Shin Bet, qui a ouvert une enquête interne. Mais il est difficile de ne pas y voir un coup porté à sa réputation.

L’espion était dans la maison de Benny Gantz – Le ministre de la Défense est également responsable de cette erreur – et il n’est pas le premier fautif.

Le Service de sécurité a pris ses responsabilités, mais dans le système de sécurité des personnalités qui est horriblement coûteux, il y a eu une défaillance grave et potentiellement mortelle que personne ne pourra réparer cela est dû à l’auto-sécurité.

La sécurité de Moshé Dayan à Gandi , Israël a connu au moins 3 catastrophes à l’échelle nationale à cause de la  même erreur. D’après Gantz: « Il a vérifié, mais l’homme de ménage a changé son nom »

Il y a une énorme faille dans le système de sécurité des personnalités qui est pléthorique et terriblement coûteux que malheureusement et honteusement, personne ne prend la peine de le réformer. Aucune correction n’a été faite. La même erreur est liée à la négligence ou au mépris de la sécurité qui découlent de sa propre responsabilité pour sa propre sécurité, à la sécurité physique de ceux qui l’entourent et à la sécurité des informations sensibles en sa possession.

Soyons clairs. Le contribuable dépense des dizaines de millions de shekels chaque année, voire des centaines, pour la  sécurité des personnalités. Une part importante du montant est allouée à la sécurité des sept personnages qui sont définis comme des « symboles du gouvernement » : le président, le Premier ministre, le ministre de la Défense, le ministre des Affaires étrangères, le président de la Knesset, le président de l’opposition et le président de La Cour Suprême. Le service de sécurité du Shin Bet est directement responsable de la section du Shin Bet (730) et des informations en leur possession.

C’est un vaste réseau qui emploie directement ou indirectement des centaines de personnes, des dizaines de voitures équipées et blindées, des centaines de bâtiments et des équipements divers. Le réseau utilise également la « dernière technologie », des outils de collecte de renseignements et les meilleures technologies d’alerte et de défense. Mais, même ceux qui ont responsabilité personnelle de l’assuré lui-même – surtout s’il est un symbole du gouvernement a pour obligation de se conduire d’une manière qui ne mette pas en danger la dissuasion de l’État d’Israël envers les terroristes et les organisations de renseignement.

L’emploi d’ un délinquant condamné, comme homme de ménage au domicile de Gantz, et le fait que cette même personne soit désormais soupçonnée d’espionnage de sa propre initiative en faveur de l’Iran illustrent cet échec. Nous soulignons qu’il n’y a pas eu d’autorisation fournie par la section 730 du GSS, ce qui est le sujet principal de cette responsabilité et qu’Omri Goren n’a pas eu de contrôle de sécurité approfondi conformément aux procédures, et pire seul un test initial superficiel a été fait négligemment. Le GSS a déjà admis sa responsabilité relative à cette erreur, et on peut supposer qu’à la fin de l’enquête des conclusions quant à l’organisation seront tirées pour le système de fonctionnement et la prise en charge de la personnalité.

Mais Gantz, le ministre de la Défense aujourd’hui, a une responsabilité importante dans l’incident grave qui est intervenu à la quatre-vingt-dixième heure grâce aux actions du GSS. Il n’a même pas pris la peine de faire une recherche basique sur Google et n’a demandé à personne de le faire pour lui. Ce faisant, il a mis en danger non seulement ses biens et les membres de sa famille, mais également des informations sensibles. Il n’est pas nécessaire d’effectuer des écoutes téléphoniques pour savoir que chaque ancien chef d’état-major s’entretient fréquemment, en personne ou par téléphone, avec ses anciens hommes, avec son successeur au cabinet du chef d’état-major et avec d’autres personnalités du commandement de la défense – surtout lorsque Gantz  y était et planifiait déjà son avenir politique à l’époque. On peut également supposer que des documents secrets étaient parfois déposés sur la table lorsque Goren l’époussetait avec diligence.

Il n’est pas nécessaire de faire un effort d’imagination pour comprendre quels dommages ont pu ou auraient pu être causés et nous ne le saurons pas – après qu’un général de division de réserve comme Gantz qui ne s’étant pas soucié de vérifier les antécédents de son homme de ménage a donné un accès direct à chaque recoin de sa maison et de sa famille. Tout cela, même si Gantz savait bien que le commandement du renseignement iranien le considère comme une cible privilégiée et le poursuit. À mon avis, en tant que ministre de la Défense, Gantz fait fidèlement son travail – et la sécurité d’Israël et la sécurité de son entourage sont des valeurs primordiales pour lui. Mais, pour une raison inconnue, ces valeurs ne se reflètent pas dans sa conduite personnelle, c’est ce qui nous importe.

Des précédents embarrassants 

Parallèlement aux critiques, Gantz n’est pas le premier haut responsable du gouvernement israélien à saboter les efforts de sécurité, à gaspiller l’argent des contribuables et à mettre en danger les informations sensibles en sa possession. Il a été précédé d’au moins trois ministres, dont deux ministres de la Défense.

Le premier était Moshe Dayan – qui avait eu une relation étrange avec une femme nommée Elisheva Chises, qui avait 24 ans à l’époque. Avec sa mère, la femme a enregistré le ministre de la Défense en 1969. Elles connaissaient toutes les deux la forte attirance de Dayan pour les romances occasionnelles, et décidèrent d’avance d’en profiter pour le faire chanter. Dayan, l’homme et le mythe, qu’il était à l’époque – après la guerre des Six Jours – le symbole de l’héroïsme israélien, sont tombés dans le piège. Pour être précis, Dayan s’est jeté de manière irresponsable dans le piège, et lorsque la mère de la jeune femme a exigé de  « l’argent pour leur silence », il a accepté de payer. Par l’intermédiaire de ses avocats, Dayan a signé un accord en vertu duquel il a payé en chèque personnel dix mille livres sterling pour « pour n’être aucune tributaire » d’Elisheva et de sa mère.

Mais l’appétit des deux était insatiable – et bien qu’elles aient promis de garder le silence, elles ont offert l’histoire, pour le même prix, à l’hebdomadaire « This World ». Le rédacteur en chef Uri Avnery a publié l’histoire qui a fait grand bruit – mais les médias, les politiciens et le public qui ont aimé les détails épicés n’ont pas été émus par la pléthore d’infractions à la sécurité qui se trouvaient dans cette histoire honteuse. Dayan n’a pas été obligé de démissionner et sa position au sein du gouvernement de Golda Meir qui n’a pas été compromise.

Suivi de la même triste liste, le regretté Premier ministre Yitzhak Rabin, qui, s’il n’avait pas refusé de porter un gilet de protection sous ses vêtements le soir de son assassinat, n’aurait probablement pas été tué par les balles de pistolet de Yigal Amir. A cette époque, les menaces contre la vie de Rabin étaient nombreuses et dangereuses, et le GSS lui a demandé à plusieurs reprises de porter un gilet de protection. S’il l’avait fait lorsqu’il s’était rendu au rassemblement pour la paix à Tel-Aviv en novembre 1995, il aurait peut-être été blessé, mais n’aurait pas été tué.

Comme pour Ganz, le GSS était tenu de prendre ses responsabilités et l’a fait – avec retard, se disculpant dans ses propres conclusions sur toutes les personnes impliquées – mais les dommages sécuritaires, politiques et moraux causés à l’État d’Israël ont été graves. La brèche sociale est toujours ouverte, et rien de tout cela ne serait arrivé si Rabin – l’homme qui méprisait le  » tout va bien » – avait répondu aux avertissements et aux demandes de son personnel de sécurité.

Le troisième de la série était le ministre du Tourisme Rehavam Zeevi (Gandhi), qui a été assassiné en octobre 2001 à l’hôtel Hyatt de Jérusalem où il séjournait avec sa femme. C’était l’époque du début de la deuxième Intifada (l’Intifada meurtrière) et de nombreux employés d’hôtels à Jérusalem-Est étaient des Palestiniens qui n’avaient pas passé le contrôle de sécurité. Le chef du GSS de l’époque était Avi Dichter, mais Gandhi refusa obstinément d’être accompagné d’un agent de sécurité, même lors des nombreuses et fréquentes occasions où il séjournait à l’hôtel Hyatt East de Jérusalem. Qu’en plus de sa mort, il a également nui à la dissuasion contre le terrorisme suicide et encouragé les efforts de mimétisme.

Dans son opposition à un garde de sécurité collé à lui, apparemment pour des motifs idéologiques et peut-être aussi par machisme national, Gandhi a mis en danger d’autres figures du gouvernement et de sécurité israélienne à l’époque des conflits religieux et nationalistes palestiniens.

La conclusion est claire : les individus que l’on doit sécuriser, qu’ils soient des « symboles du gouvernement » ou non, devraient être tenus d’agir de manière responsable envers eux-mêmes, envers les informations sensibles en leur possession et envers le contribuable qui dépense une fortune pour leur sécurité. L’idée que le personnel de sécurité autour de la personnalité importante qu’elle soit un symbole qui sert le prestige et le statut public de l’assuré devrait passer devant tout le monde. Le comportement du personnel sécurisant la personnalité doit faire partie intégrante du système de sécurité qui l’entoure.  

Le porte-parole de Gantz a déclaré :  » Gantz a vérifié sur Google – que l’homme de ménage qui possédait une société légalement enregistrée a changé son nom. Deuxièmement, Gantz qui est aussi un citoyen privé qui a reçu des recommandations d’un certain nombre de connaissances. Enfin, il ne faut pas supposer qu’il y avait des informations confidentielles ou des documents sur le bureau de Gantz.

JForum – Ynet – AFP

1 COMMENTAIRE

  1. Bon article.
    L’auteur reproche, à très juste titre, la désinvolture des personnalités qui négligent les protocoles de sécurité, à cause des conséquences pour le pays tout entier. Mais l’honnêteté permet d’affirmer que fort heureusement, ou B’H.m, puisque nous sommes Juifs, ces conséquences sont jusqu’à présent, peu importantes.

    Autrement plus lourdes, sont les conséquences d’erreurs politiques, acceptées par les média.

    Comme par exemple, l’absence de « majorité spéciale », c’est à dire supérieure à 50% + une seule voix, pour tous les sujets, sans exception, portant atteinte au caractère juif de l’état d’Israël. Ainsi , c’est avec une ou deux voix de représentants arabes qu’a été accepté la catastrophe d’Oslo. La mort de RABIN z’l, ne change rien à l’opposition irréductible entre ceux qui restent attachés à ces accords catastrophiques et ceux qui les rejettent. Ce type de majorité dit « qualifiée », existe pourtant dans tous les pays dits « démocratiques » ce dont se vantent tant les politiciens israéliens.

    Autre grave erreur politique, le pouvoir anormal concédé, par tous les dirigeants israéliens, à la cour dite « suprême ». Israël est ainsi le seul pays au monde, ou un tribunal « coopté’, a le pouvoir inadmissible de déclarer « illégales », des lois votées par l’organe législatif.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.