Face à l’avancée des rebelles, l’Iran, la Russie et le Hezbollah vont accroître leur aide, affirme Moqdad.

Les différents groupes rebelles avancent certes sur le terrain en Syrie, mais le gouvernement syrien s’estime à même de riposter avec l’aide de ses alliés, déclare le vice-ministre des Affaires étrangères Fayçal Moqdad dans un entretien à l’agence Reuters.

Cette affirmation va à l’encontre de l’opinion des responsables occidentaux qui estiment que le président syrien Bachar el-Assad doit faire face à une pression accrue des insurgés.

Les groupes islamistes enregistrent des avancées depuis trois mois face à l’armée syrienne : le Front al-Nosra, branche syrienne d’el-Qaëda, dans le nord-ouest, l’État islamique dans l’est du pays et toute une série de groupes insurgés dans le sud.

Ces avancées s’expliquent largement par l’aide qu’octroient aux rebelles les ennemis de la Syrie dans la région, à savoir l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie, soutenus par l’Occident, estime Fayçal Moqdad dans cet entretien réalisé jeudi soir. Mais, dit-il, les alliés de la Syrie, l’Iran, la Russie et le Hezbollah, vont renforcer leur aide.

Damas pas menacée


De plus, les zones situées dans l’ouest du pays, et notamment la capitale, considérées comme cruciales pour la survie du gouvernement Assad, sont sécurisées, ajoute le chef adjoint de la diplomatie syrienne. Damas n’est plus vulnérable comme lors des deux premières années de la guerre civile, affirme-t-il.

A l’époque, ajoute-t-il, « même Damas était sous une menace directe. Actuellement, Damas n’est absolument pas sous une telle menace. Homs est sûre, Hama est sûre et maintenant le Qalamoun est sûr », dit-il, énumérant deux grandes villes et une zone de montagne le long de la frontière de la Syrie avec le Liban.

« Certaines avancées ont été faites, que cela nous plaise ou non », reconnaît le vice-ministre. « Mais deux choses nous rendent optimistes », ajoute-t-il. « Premièrement, une augmentation de la force et du moral de l’Armée arabe syrienne. Deuxièmement, le fort soutien que nous avons reçu et que nous recevrons de nos alliés, que ce soit la République islamique d’Iran ou la fédération russe ou notre principal allié, le Hezbollah. »

« Nous espérons que la performance de l’armée syrienne sera différente dans quelques semaines, sinon dans quelques jours », déclare Fayçal Moqdad.

Le ministre assure en outre que la Syrie veut accroître sa coopération avec l’Irak pour lutter contre le groupe État islamique mais, selon lui, l’Occident empêche.

La coalition internationale menée par les États-Unis bombarde les positions de l’EI tant en Syrie qu’en Irak, mais elle souhaite le départ du gouvernement Assad, alors qu’elle soutient le gouvernement du Premier ministre irakien Haïdar Abadi.

AFP

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.