Le Hezbollah délocalise son siège de Damas à Alep

0
771

Iran / Les forces du Hezbollah délocalisent le siège de Damas à Alep

Les gardiens de la révolution iraniens et le Hezbollah ont récemment déménagé leur QG syrien de Damas dans la province d’Alep, dans le nord du pays, révèlent les sources militaires et de renseignement de DEBKAflle. à environ 7 km au sud-ouest du centre d’Alep. Ce complexe peut accueillir environ 2 000 hommes armés.

La brigade Al Qods des gardes a transformé le complexe en une enclave iranienne dans tous les sens du terme. Il est sécurisé avec des batteries anti-aériennes mobiles iraniennes Bavar-373 qui ont une portée opérationnelle de 200 km. Les forces du Hezbollah sont chargées de sécuriser le nouveau quartier général et ses routes d’approche.

Nos sources soulignent qu’un redéploiement militaire iranien à cette échelle n’aurait pas pu avoir lieu sans le consentement russe. Elles révèlent également le but de la visite inopinée en Syrie la semaine dernière du nouveau commandant des CGR, le général de Brigade Esmail Ghaani, qui devait superviser le déménagement. Bien qu’il s’agisse de son premier voyage en Syrie depuis l’exécution de son prédécesseur Qassem Soleimani, Ghaani n’a été reçu au Palais à Damas ni par aucun dignitaire syrien. Sa seule destination était Alep, donc clairement pour superviser l’installation de l’important nouveau centre de commandement dont les installations doivent fonctionner sous son autorité.

Le rôle clé du Hezbollah dans le transfert fait partie intégrante du redéploiement accéléré de l’organisation chiite libanaise en Syrie et au Liban. Damas a cédé le contrôle total d’une zone de 20 km de profondeur le long de sa frontière occidentale avec le Liban aux forces du Hezbollah, à l’exception uniquement des régions du nord d’Allawi.

Et à l’est, l’iran et le Hezbollah ont gagné un autre atout majeur pour renforcer leur emprise sur la Syrie lors de l’évacuation cette semaine des forces américaines de leur base d’Al Qaim dans l’ouest de l’Irak près du passage en Syrie. L’US CENTCOM a décidé d’abandonner ses petites bases dans le pays et de rassembler toutes ses troupes dans les plus grandes installations de protection contre les attaques de roquettes des milices pro-iraniennes. La présence américaine étant partie d’Al Qaim, le point de passage est ouvert à l’Iran pour pousser une nouvelle vague de milices chiites irakiennes en Syrie sans être dérangé.

Dans une illustration cruellement ironique de cette nouvelle intensification sans opposition de la présence militaire iranienne et pro-iranienne en Syrie, Damas a interdit cette semaine l’entrée «d’étrangers arrivant de nombreux pays touchés par le coronavirus». L’Iran et sa pandémie en plein essor ne comptent clairement pas comme tels. Le régime Assad nie toute infection confirmée dans le pays, tout en élargissant néanmoins les mesures pour lutter contre sa propagation en fermant les écoles, les parcs, les restaurants et les institutions publiques. Les hôpitaux et les installations médicales de la province assiégée d’Idlib demandent quant à eux de l’aide pour faire face à des millions de personnes en détresse, dont de nombreux réfugiés.

Iran/Hizballah forces relocate HQ from Damascus to Aleppo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.