Le dialogue surréaliste entre les religieuses et les djihadistes

1
298

« As-tu peur de mourir ? » Quand l’un des deux assassins du prêtre Jacques Hamel pose la question à soeur Hélène, la religieuse est persuadée qu’elle ne sortira pas vivante de l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime). Elle survivra, tout comme les soeurs Huguette et Danielle, et le couple de paroissiens venu assister à la messe. Mais les images du drame hantent toujours les trois religieuses, qui décrivent leur calvaire ce vendredi à l’hebdomadaire chrétien La Vie

Les trois retraitées racontent comment Monsieur C., l’un des deux fidèles présents à la célébration matinale, s’est vu contraint de filmer la mise à mort du Père Hamel. « J’ai vu sur l’écran l’aube blanche de Jacques avec la tâche rouge », se souvient soeur Huguette, placée à ce moment derrière le paroissien qui tient la caméra. Soeur Danielle avait pris la fuite quelques minutes auparavant. Elle a vu les terroristes agenouiller le prélat. « Jacques leur a crié : “Arrêtez qu’est ce que vous faites ?” C’est là que l’un d’entre eux a porté le premier coup sur sa gorge. Je suis alors partie ».

Conversation avec les terroristes

A l’intérieur de l’église, la scène est surréaliste. Le père Hamel gît au sol, égorgé par les djihadistes. Monsieur C. a aussi été blessé, grièvement. « J’ai eu le droit à un sourire du second. Pas un sourire de triomphe mais un sourire doux, celui de quelqu’un d’heureux », s’étonne encore soeur Huguette. L’autre religieuse et la paroissienne, toutes deux octogénaires, demandent à s’asseoir, ce que les tueurs acceptent. « Je lui ai aussi demandé ma canne. Il me l’a donnée », précise Hélène, toujours à l’hebdomadaire religieux.

« Visiblement, ils attendaient la police », estime-t-elle. Les deux terroristes débutent une conversation sur leur « religion ». Demandent à la religieuse si elle connaît le Coran. « Oui, je le respecte comme je respecte la Bible, j’ai déjà lu plusieurs sourates, répond-elle au jeune homme. Et ce qui m’a frappé en particulier, ce sont les passages sur la paix. » Réponse du meurtrier : « La paix, c’est ça qu’on veut. Quand vous passerez à la télévision, vous direz à vos gouvernants que tant qu’il y aura des bombes sur la Syrie, nous continuerons les attentats. Et il y en aura tous les jours. Quand vous arrêterez, nous arrêterons. » 

Pas de peur de la mort

Lorsqu’il lui demande ensuite si elle a peur de mourir, soeur Hélène répond par la négative. « Pourquoi ? », questionne son locuteur. « Je crois en Dieu et je sais que je serai heureuse », lâche-t-elle. Avec soeur Huguette, la discussion porte sur les divergences de croyances entre l’islam et le catholicisme. « Jésus ne peut pas être homme et Dieu. C’est vous qui avez tort », assène l’autre terroriste. « Peut-être, mais tant pis », glisse la soeur. « Je ne voulais pas mettre de l’huile sur le feu et ne pas renier ce que je pensais », explique-t-elle.

Avant l’entrée des forces de l’ordre, les terroristes se décident à sortir, poussant les trois religieuses devant eux. « Mais ils ne se sont pas mis totalement derrière nous. À croire qu’ils allaient au devant de la mort », pense Hélène, l’ancienne infirmière. « Moi j’ai bougé mon sac. La boucle métallique a fait un bruit. Le même qui m’a souri m’a alors dit : “Ne bougez pas. Restez là” », ajoute sœur Huguette. Les deux hommes sortent, la police tire, les abat. Traumatisées, les soeurs, qui vivent ensemble en communauté, ne se quittent quasiment plus. Les souvenirs du drame les suivent, mais « cela passera comme le reste », souffle soeur Hélène. Et pour elle, « il ne faut pas chercher à comprendre » le crime des terroristes.

Le PArisien

1 COMMENT

  1. Que voulez vous lorsque l’ont laissent des mairies suspendre a l’entrée des grands posters de terroristes en tant que citoyen d’honneur àvec du sang dans les mains , il ne faut vous étonnez que le terrorisme viens chez nous , car tous le monde voudra sa photo a l’entrée d’une mairie .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.