L’avenir de la Syrie orientale et l’intérêt d’Israël©

1
1939

Le Dr Jonathan Spyer, compagnon du Jerusalem Institute for Strategic Studies, s’est rendu fin juillet dans l’enclave détebue par les Forces Démocratiques Syriennes, dans l’est de la Syrie. Il rapporte que la préservation de cette enclave est essentielle pour maintenir un obstacle physique important pour l’objectif iranien d’un couloir contigu entre le golfe Persique et la Méditerranée.

La guerre entre le régime Assad en Syrie et le soulèvement arabe largement sunnite contre le régime, qui a débuté en mars 2011, est en train de se terminer. Les dernières enclaves rebelles indépendantes dans certaines régions des provinces de Deraa et de Quneitra ont cessé d’être. À ce jour, la rébellion survit dans deux parties du pays. Dans ces deux domaines, les rebelles ne peuvent se maintenir que parce que leur présence est soutenue par une puissance extérieure.

Ces deux zones sont la base américaine d’Al-Tanf et ses environs, et la zone de contrôle maintenue par les Turcs s’étendant de Jarabulus à la frontière turque, à l’ouest pour inclure la région d’Afrin, puis au sud jusqu’à la province d’Idleb.

L’existence à moyen et long terme de ces enclaves est loin d’être assurée. Mais dans tous les cas, ils représentent une transition pour la guerre civile dans laquelle les combattants rebelles ne poursuivent plus leur propre projet politique. Ils sont nécessairement devenus des entrepreneurs travaillant pour des puissances étrangères ayant leurs propres projets en Syrie.

La situation reflète un changement radical dans la dynamique syrienne. Le régime d’Assad n’est plus menacé. Grâce à l’aide iranienne et russe, sa survie est maintenant assurée. Il ne reste cependant en sa possession que 60% du territoire syrien. La plus grande zone autonome, actuellement, en dehors du contrôle du régime est constituée par les 30% du pays sous le contrôle des Forces démocratiques syriennes (FDS), dirigées par les Kurdes et soutenues par les États-Unis. La situation syrienne dépend désormais des décisions et des rivalités des puissances extérieures, et non principalement des souhaits des Syriens de tous les côtés. Dans le cas des 30% de Syrie contrôlés par les FDS, son avenir dépend des États-Unis.

Si les États-Unis choisissent de quitter l’est de la Syrie, les FDS n’auront guère d’autre choix que de négocier leur reddition avec les autorités à Damas. Ne pas le faire les rendra vulnérables, soit au sort de leurs camarades d’Afrin – l’invasion de la Turquie, soit à celle des rebelles de Ghouta, Deraa et Quneitra – une réoccupation énergique par le régime / l’Iran / le Hezbollah / et la Russie.

À la fin du mois de juillet, je me suis rendu dans l’enclave détenue par les FDS, dans l’est de la Syrie, pour visiter les villes de Raqqa, Manbij, Qamishli, Ein Issa et Kobani. L’intention était d’évaluer le sentiment, parmi les responsables et les gens ordinaires, concernant l’état actuel des choses en Syrie, en particulier en ce qui concerne la perspective du retour du régime.

La première chose qui frappe un visiteur dans cette partie de la Syrie est l’atmosphère relativement paisible et ordonnée. J’ai visité toutes les parties de la Syrie pendant la guerre (à l’exception de la zone de contrôle de l’Etat islamique). Les zones rebelles ont toujours été caractérisées par le chaos. Votre sécurité dépendait de l’autorité du groupe rebelle particulier dans lequel vous étiez intégré pour avoir l’autorisation de circuler. Dans les zones contrôlées par le régime, on est immédiatement conscient d’être dans un État totalitaire, dans lequel le pouvoir des autorités a pénétré chaque interaction humaine et un dialogue simple et normal avec des étrangers est impossible. Bien que la zone contrôlée par les FDS ne soit pas un paradis démocratique, son atmosphère est qualitativement différente.

Cependant, il faut toujours faire attention. Le régime, sous sa forme visible, n’est pas entièrement sorti des espaces contrôlés par les FDS. Dans les villes de Qamishli et Hasakeh, les forces d’Assad sont déployées sur des «places de sécurité», c’est-à-dire des zones de contrôle militaire du régime, via l’aéroport militaire contrôlé par le régime de Qamishli. Voyager à l’ouest de Qamishli nécessite d’effectuer une traversée méticuleuse de la ville pour éviter ces enclaves. Les étrangers qui se sont trop approchés d’elles ont été arrêtés par les soldats d’Assad qui viennent juste d’obtenir sa confiance, ces dernières semaines.

La zone contrôlée par les FDS semble plus sûre qu’elle ne l’est. À Raqqa et à Manbij, les conseils civiques fonctionnent, les points de contrôle de la police de sécurité des FDS et des Asayish (services sécuritaires kurdes) sont toujours aussi répandus et efficaces. Mais sous la normalité apparente, il y a de l’anxiété. La question sur toutes les lèvres est la suivante : les Américains resteront-ils? Il n’y a pas de réponse facile à formuler.

En mars 2018, le président Donald Trump s’est engagé à ramener chez lui les troupes américaines dans l’année. Il y a 2000 membres des forces spéciales américaines déclarés dans la zone contrôlée par les FDS. Le nombre réel est probablement le double. La déclaration de Trump a ajouté au sentiment d’insécurité.

Les responsables des FDS et leurs homologues civils du Conseil démocratique syrien (DDC) restent, au moins en public, optimistes quant à la possibilité d’une présence américaine à long terme pour garantir la sécurité de leur enclave.

Aldar Khalil, l’un des hauts responsables de l’enclave, a déclaré : “Il n’est pas logique que les Etats-Unis partent immédiatement ou bientôt. Après Daesh, les États-Unis vont combattre l’Iran. Et ils vont combattre l’Iran en Syrie. “

De ce point de vue, l’enclave des FDS, qui s’est étoffée dans le cadre de la guerre contre l’Etat islamique, serait intégrée dans une stratégie américaine émergente visant à contenir et à repousser les Iraniens. “De nombreux projets divergents voient le jour en Syrie – celui des Turcs, des Russes, des Iraniens. Les Américains nous considèrent comme les moins dangereux, les plus modérés “, a ajouté Khalil.

Mustafa Bali, responsable des médias des FDS, a déclaré : «Les intérêts américains exigent qu’ils affirment leur présence ici», en s’exprimant sur une base FDS poussiéreuse de la ville d’Ein Issa. “Les Etats-Unis sont préoccupés par le croissant chiite iranien” (signifiant le désir des Iraniens d’obtenir une ligne de contrôle contiguë qui s’étend de la frontière irako-iranienne en passant par l’Irak, la Syrie et le Liban jusqu’à la mer Méditerranée).

Et comme le note Nuri Mahmoud, porte-parole de FDS, “nous sommes en coalition avec les Etats-Unis depuis la bataille de Kobani. Il y a eu des spéculations des médias concernant un retrait imminent. Poutine a également dit, une fois, en décembre 2017, que ses forces partaient – mais c’est le contraire qui a eu lieu. La Syrie est aujourd’hui un lieu d’affrontement international dans lequel toutes les forces cherchent à renforcer leurs alliés sur le terrain. Les États-Unis ne quitteront pas la Syrie sans stabilité sur le terrain. Et nous ne voyons aucune preuve de retrait imminent. “

Ces sentiments sont, dans une certaine mesure, appuyés par les dernières déclarations des responsables américains. Le secrétaire à la Défense, James Mattis, a déclaré au début du mois de juin : “À la fin des opérations, nous devons éviter de laisser en Syrie un vide qui pourrait être exploité par le régime d’Assad ou ses partisans“.

Dans un article paru dans le Times de Londres le 27 juillet, les sources du Golfe confirment que le président Trump, lors de sa rencontre avec le président russe Vladimir Poutine à Helsinki, a déclaré que les troupes américaines resteraient en Syrie jusqu’au retrait des forces iraniennes.

L’ article du Times a également noté que le conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, avait déclaré à ABC News que les forces américaines resteraient “tant que la menace iranienne persisterait au Moyen-Orient”, ce qui devrait rassurer les alliés kurdes de Washington.

Les actions sont toutefois un meilleur guide d’évaluation que les sentiments. Et il semble que les dirigeants des FDS / SDC restent sceptiques quant aux plans américains à long terme. La semaine dernière, les premières négociations directes ont eu lieu entre leurs représentants et ceux du régime Assad, à Damas.

On ne sait pas très bien dans quelle direction vont les choses. Mais l’intérêt d’Israël à long terme est clair. L’entretien de l’enclave de la Syrie orientale et de la base d’Al-Tanf implique de maintenir un obstacle physique important face à l’ambition iranienne d’un «corridor» contigu. Cela empêcherait également l’Iran de crier au triomphe dans la guerre et donnerait à l’occident une place à la table dans toute négociation politique de fond sur l’avenir de la Syrie.

Israël devrait donc faire entendre sa voix par tous les canaux disponibles à Washington, tant en direction du pouvoir exécutif que législatif, pour soutenir le maintien de l’enclave des FDS dans l’est de la Syrie.

Spécifiquement, des efforts devraient être faits pour s’assurer d’une déclaration officielle des États-Unis de maintien d’une zone d’exclusion aérienne pour les avions du régime et ses alliés à l’est de l’Euphrate. Ce mouvement, qui rappelle la zone d’exclusion aérienne déclarée au Kurdistan irakien après la guerre du Golfe de 1991, garantirait d’un seul coup la viabilité de la zone contrôlée par les FDS. Il devrait également y avoir une reconnaissance formelle de la zone FDS ou de la «Fédération démocratique du nord de la Syrie», telle qu’on la connaît officiellement. Cette entité ne cherche pas à obtenir son indépendance à l’égard de Damas, de sorte que les préoccupations occidentales concernant la dissolution officielle de la Syrie n’ont pas nécessité à être soulevées par une telle initiative.

Alors que la lutte stratégique entre l’Iran et ses alliés, d’une part, et les États-Unis et leurs alliés au Moyen-Orient, d’autre part, passe à la vitesse supérieure, il est essentiel que l’Occident maintienne ses alliances et ses investissements, qu’il se comporte et qu’il soit perçu comme se comportant en tant que patron crédible et allié fidèle. La Syrie orientale constitue actuellement un terrain d’essai pour ce type d’engagement à moyen terme. À Qamishli, à Kobani et dans d’autres zones difficiles à défendre, la population attend la décision de l’Occident.

Dr. Jonathan Spyer

Expert sur la Syrie, l’Irak, les groupes islamistes radicaux et les Kurdes

Adaptation : Marc Brzustowski


Les documents de politique du JISS sont publiés grâce à la générosité de la famille Greg Rosshandler.


photo: Par Kurdishstruggle [CC BY 2.0], via Wikimedia Commons

1 COMMENT

  1. Apres une telle guerre la syrie unifiee a definitivement fini d exister , qui peut croire que dans cette region , les massacres innombrables et les exactions massives vont laisser place a la paix ? Il faut etre tres tres naïf , les retombees et les fractures sont definitives , assad ne pourra garder que son pré carré , le reste sera livré a une anarchie semi permanente

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.