L’avance militaire de Khalifa Haftar et ses appuis

0
1664

L’avance militaire de Khalifa Haftar

Général Khalifa Haftar (Photo: AP)

L’avance militaire de Khalifa Haftar, qui a débuté à Jufra le 4 avril, est passée du sud, à savoir depuis la province du Fezzan, et en partie du centre de la Libye, à partir du point le plus à l’ouest de la zone d’influence déjà acquise par Haftar lors des dernières avancées militaires.

Le soutien à ses actions contre la Tripolitaine, qui découle de tensions très anciennes (le roi Senussi Idris se vantait de n’avoir jamais mis les pieds à Tripoli), s’est concrétisé avec le soutien de l’Égypte, des Émirats arabes unis, de l’Arabie saoudite et de la Fédération de Russie, comme de la France en particulier. Cependant, d’autres pays sont et seront les futurs amis des forces de Haftar (dont une bonne coppération avec Israël contre le trafic d’armes du Hamas, du Hezbollah et de l’Iran), si le général l’emporte sur tout le territoire libyen.

Pourquoi tant d’alliés? Premièrement, l’Arabie saoudite considère Haftar comme un opposant au terrorisme islamique, le premier véritable danger contre le royaume saoudien.

Les Émirats arabes unis partent également de cette première considération et évaluation.

En outre, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite ont largement financé le coup d’État d’Al-Sisi contre les Frères musulmans du président égyptien de l’époque, Mohammed Morsi, en 2013.

Les Emirats ont également participé aux négociations secrètes tenues l’été dernier en vue de l’exportation du pétrole libyen par d’autres voies que celle approuvée par l’ONU, à savoir la National Oil Corporation de Tripoli.

Les forces de Haftar ont déjà redirigé les cargaisons de pétrole des ports qu’elles contrôlent – à hauteur de plusieurs milliers de barils de pétrole.

En outre, l’Arabie saoudite et les Émirats ont également financé les campagnes électorales des candidats du général Haftar. C’est un problème qui nous tient à cœur, car les prochaines élections annoncées par l’envoyé de l’ONU, Ghassam Salamè, à la Conférence de Palerme, prévue pour le printemps prochain, seront de toute façon décisives, quel que soit leur financement.

En tout état de cause, elles seront bloquées indéfiniment en raison de la guerre civile par procuration désormais évidente qui se déroule en Libye.

Le général Haftar a lancé l’offensive du 4 avril après avoir informé le prince de l’Emirat Mohammed bin Sayed al-Nayan, le 2 avril et le roi saoudien Salman bin Abdulaziz (mais pas le prince par intérim) le 27 mars.

La pénétration en Tripolitaine avait déjà été planifiée militairement par le général Haftar avec les dirigeants saoudiens et émiratis avec lesquels il avait des contacts très secrets.

La volonté politique des deux États arabes de la péninsule est de mettre le gouvernement d’Al Sarraj à Tripoli sous une pression aussi forte que possible pour lui faire accepter l’accord qui avait été défini lors des réunions avec le général Haftar lui-même le 28 février à Abu Dhabi.

À Abou Dhabi, le champ pétrolifère Sharara, le plus important en Libye, tenu par les forces du général Haftar, ainsi que l’unification progressive des deux structures de l’État ont été examinés.

La signature de cet accord, qui a réaffirmé – sine die – l’union bureaucratique des deux parties de la Libye a été bien accueillie partout, mais il est évident que cet accord a été écrit sur le sable du désert.

Pour le gisement de Sharara, le Premier ministre al-Sarraj a accepté la vente de 300 000 barils par jour, gérés par le CNO libyen, l’Espagnol Repsol, Total français, l’OMV autrichien et l’Equinor norvégien. Cependant, aucun progrès n’a été accompli jusqu’à présent.

Néanmoins, la «Conférence nationale libyenne» prévue par la précédente Conférence de Palerme pour fin janvier 2019 n’a jamais eu lieu, malgré la passion et l’enthousiasme manifestés par l’envoyé de l’ONU pour la Libye, Ghassan Salamé.

La France a envoyé ses agents de la DGSE sur le territoire détenu par Haftar fin 2015, campés près de la base aérienne de Benghazi.

Que veut obtenir la France du général Haftar? Il veut fermer la région du Maghreb à l’influence d’autres pays – en particulier de l’Italie – afin de créer une grande zone de Françafrique de l’Afrique centrale à toutes les côtes de l’Afrique méditerranéenne, à l’exception de l’Egypte, qui est trop grande pour les forces (françaises et britanniques). Cela a même dû s’arrêter – faute de munitions – pendant la première phase de la “conquête” de la Libye contre Kadhafi et les Franco-britanniques ont demandé aux États-Unis d’intervenir.

Certes, la France veut aussi tout le pétrole libyen, qui est actuellement entre les mains du général Haftar.

Qu’en est-il de la Fédération de Russie? Elle soutient Haftar, mais avec une approche sui generis . En fait, alors que j’écris cet article, Haftar s’entretient avec Vladimir Poutine pour deux raisons : ce dernier veut vendre des armes à l’armée nationale libyenne, mais aussi éviter la concurrence de l’Arabie saoudite, qui est également un important producteur de pétrole et qu ipourrait ajouter le pétrole et le gaz libyens au sien, devenant ainsi rapidement le premier exportateur de pétrole brut sans précédent dans le monde.

Ici, que l’OPEP soit présente ou non, la situation ne change pas : le prix du baril de pétrole serait fixé par l’Arabie saoudite.

Les alliés de la Russie sur le terrain ne sont pas homogènes dans leurs alliances. La Turquie et l’Algérie soutiennent al-Sarraj tandis que – comme on l’a déjà noté – les autres soutiennent le général Khalifa Haftar.

Il est également possible qu’une base militaire russe s’installe sur les côtes de Cyrénaïque dès que le général Haftar remporte pleinement la partie.

Néanmoins, des rumeurs courent déjà que les Russes du groupe Wagner, principal groupe militaire privé (mercenaires) utilisé par la Russie, sont présents dans la zone des forces de Benghazi.

À la fin de 2018, le journal russe RBC a annoncé qu’il y avait «des troupes russes en Libye».

Les forces du général Khalifa Haftar, l’armée nationale libyenne, se sont déplacées du Fezzan à travers les territoires des diverses tribus locales de deux manières : avec les bonnes relations – et non seulement récentes – qu’elles entretenaient avec ce monde tribal ou avec d’importants paiements en espèces.

La première ligne d’avance militaire de l’Armée Libre de Benghazi s’est située entre Bani Walid et Sabratha, en direction de Gharyan, le point de passage vers Tripoli par le sud.

Fin mars, de nombreuses brigades locales, tribales et non tribales ont changé de camp, en faveur du général Haftar, principalement grâce à l’exemple de la 7 e brigade Al Khaniat de Tarhouna, qui a commencé à se battre avec l’armée nationale de Benghazi, en avançant à travers les districts du sud de Tripoli.

L’attaque de la 7 e brigade a probablement eu l’effet inverse, faisant ainsi que certaines brigades de Tripoli restent fidèles au gouvernement d’al-Sarraj, bien que personne ne sache pendant combien de temps.

Même les «modérés» de Misrata – dirigés par l’actuel ministre de l’Intérieur de Tripoli, Fathi Bachaga – qui étaient jusqu’à présent ouverts aux négociations avec le général Haftar, ont durci leur position en faveur de la défense de Tripoli.

Les troupes de Misrata, le «Sparta» libyen, comptent 15 000 soldats et feraient la différence dans toute confrontation future.

Cependant, Misrata a déjà mobilisé ses forces militaires, mais pour le moment, il n’y a qu’une petite force de Misrata aux côtés des autres forces à Tripoli.

Les brigades de défense de Benghazi, qui comprennent également des soldats de Misrata, et la milice Halbous ont plutôt accepté de faire partie de la contre-offensive de Tripoli.

L’argent (des autres) compte.

Les forces de Zintan, un autre centre militaire majeur des forces armées de Tripoli, sont divisées entre le groupe toujours fidèle à la GNA de Tripoli, dirigé par Oussama al-Jouili ​​et Emad al-Trabelsi, tandis que tous les autres soutiennent maintenant le général Haftar.

Ce dernier peut toujours compter sur une grande quantité de munitions.

La milice Rada, dirigée par Abdelraouf Kara, n’a encore fait aucun choix.

Il s’appelle actuellement «Unité de prévention du crime organisé et du terrorisme» et contrôle les centres nerveux de Tripoli.

Par conséquent, si Haftar gagne, l’ancienne milice Rada se rangera à ses côtés.

Le général Haftar a déjà eu des contacts avec cette organisation, affiliée au même mouvement makhdaliste salafiste qui opère déjà en faveur du général Haftar à l’Est.

La force de la secte des salafistes africains, qui vise un jihad africain et libyen, ne doit certainement pas être sous-estimée.

La stratégie consistant à repositionner de force l’accord d’Abou Dhabi pour contraindre al-Sarraj, qui serait évidemment affaibli, est soutenue – du côté de Haftar – par la Russie, qui a co-voté une motion du Conseil de sécurité de l’ONU condamnant l’avance du général Haftar.

L’Égypte elle-même craint l’avancée actuelle des forces de Benghazi. Elle craint que cela ne se répercute à la fois sur les nombreux travailleurs égyptiens encore présents en Libye et sur les équilibres internes du pays.

La France a soutenu l’avancée du général Haftar, y compris en l’accompagnant avec ses membres, non seulement de la DGSE et de son service action. La France pense que l’avancée du général Haftar constitue la seule barrière contre le terrorisme, mais également le moyen de reconquérir la Libye après les opérations désastreuses qui ont suivi l’éviction de Kadhafi en 2011.

Le général Haftar est ouvertement pro-Kadhafi, comme il l’a démontré en faisant figurer l’image de Raïs sur ses billets imprimés en Russie.

De plus, la France a grandement favorisé l’avancée de Haftar dans le Fezzan en collectant et en attribuant au général de Benghazi les renseignements recueillis par un avion espion fourni par CAE Aviation, une société appartenant à la DGSE et à son service d’assistance, notamment.

Giancarlo Elia Valori | 14/04/2019

israeldefense.co.il

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.