La Turquie pousse cyniquement les migrants vers l’Europe touchée par le coronavirus

Attisant les flammes de la crise du coronavirus en Europe, la Turquie encourage les réfugiés syriens, qui manquent de soins de santé, à se rassembler à la frontière grecque.

Des réfugiés syriens qui ont franchi les frontières terrestres entre la Grèce et la Turquie, sont détenus par des soldats grecs près de la ville de Soufli, en Grèce, le 4 mars 2020. (crédit photo: ALEXANDROS AVRAMIDIS / REUTERS)
Les réfugiés syriens qui ont franchi les frontières terrestres entre la Grèce et la Turquie, sont détenus par des soldats grecs près de la ville de Soufli, en Grèce, le 4 mars 2020.
(crédit photo: ALEXANDROS AVRAMIDIS / REUTERS)

La Turquie a exploité les crises du coronavirus pour tenter de pousser les migrants et les réfugiés vers l’Europe au cours des dernières semaines.

Les pays européens ont payé des milliards à Ankara depuis 2015 pour garder les réfugiés syriens en Turquie, mais elle a ouvert la frontière avec la Grèce et a commencé à encourager les migrants à prendre d’assaut la frontière grecque après que la Turquie a perdu des soldats à Idlib.

La Turquie a cherché à détourner l’attention de ses pertes à Idlib en créant une crise migratoire à la frontière grecque. Ces dernières semaines, les médias turcs ont diffusé des messages populistes de troupes turques épaulant leurs fusils pour viser vers la Grèce et des drones turcs survolant la frontière, tandis qu’Ankara exige que Berlin et Paris fournissent plus d’argent à la Turquie.

La misère des migrants à la frontière est désormais aggravée par les craintes liées au coronavirus. Alors que le programme initial de la Turquie était de détourner l’attention d’une crise à Idlib, où une offensive du régime syrien soutenu par la Russie faisait pression contre les rebelles syriens soutenus par la Turquie, la crise à la frontière grecque a maintenant sa propre existence. Les médias internationaux, souvent réticents à faire des reportages en Turquie où des dizaines de journalistes ont été emprisonnés, sont venus rendre compte. Des groupes de défense des droits de l’homme ont mis en lumière les tirs de gaz lacrymogène et la détention de migrants en Grèce.

Dans l’ensemble, il y a environ quatre millions de réfugiés syriens en Turquie. Après les avoir hébergés pendant des années, la Turquie a commencé à les contraindre en 2015 à se rendre en Europe. En 2018, Ankara a cessé d’accepter les demandes de demandeurs d’asile. Human Rights Watch a critiqué la Turquie pour expulsions illégales, contraignant les pauvres Syriens à retourner dans une Syrie en proie aux conflits et leur refusant des soins de santé.

Maintenant, ce déni de droits aux soins de santé prend des dimensions supplémentaires au milieu de la pandémie de coronavirus. La Turquie a concentré les réfugiés dans les zones le long de la frontière grecque alors que le coronavirus se propage en Grèce. L’agence de presse turque Anadolu, qui représente un point de vue pro-gouvernemental, a déclaré dimanche que la Grèce comptait 38 nouveaux cas de coronavirus. Elle compte désormais plus de 228 cas, tandis que la Turquie indique qu’elle n’en compte que six.

La Turquie a également interdit les vols en provenance d’Europe, déclarant que ses ressortissants devraient revenir d’ici le 17 mars. Elle a suspendu les vols en provenance d’Allemagne, d’Espagne, de France, de Norvège, du Danemark, de Belgique, d’Autriche, de Suède et des Pays-Bas jusqu’au 17 avril. Les vols sont déjà suspendus vers la Chine, l’Iran, l’Irak, l’Italie et la Corée du Sud.

Les précautions de la Turquie à l’égard de ses propres ressortissants en Europe contrastent fortement avec sa concentration de Syriens vulnérables qui manquent de soins de santé à la frontière avec la Grèce. La Turquie fait entrer de force des réfugiés en Europe à un moment où l’Europe subit une pandémie, dont Ankara est consciente. En outre, le gouvernement et les médias turcs encouragent les gens à se rassembler à un moment où les experts mondiaux de la santé recommandent une distanciation sociale.

L’ambassadeur de Turquie aux États-Unis est cité par NBC comme disant qu’il était « mission impossible » d’empêcher le coronavirus dans les camps de réfugiés en Syrie, beaucoup d’entre eux dans les zones contrôlées par la Turquie. Pourtant, Ankara a offert une aide contre les coronavirus au nord de Chypre, tout en ne l’offrant apparemment pas aux Syriens.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, s’est entretenu samedi avec le dirigeant de Chypre du Nord, Ersin Tatar. Alors qu’Ankara encourage les migrants à traverser une frontière ouverte avec la Grèce, elle a fermé la frontière avec la Géorgie et suspendu le transport aérien et routier vers l’Azerbaïdjan en raison de l’épidémie de coronavirus. Cela semble hypocrite, car la Turquie a également construit un mur le long de la frontière avec la Syrie et a refusé aux 900 000 personnes qui avaient fui un régime syrien offensif la possibilité de traverser Idlib. La Turquie a fermé toutes ses frontières avec d’autres États et cherche à aider Chypre du Nord et à renvoyer ses citoyens d’Europe, tout en encourageant les Syriens à partir pour l’Europe et en ouvrant la frontière pour la Grèce juste pour qu’ils partent.

Cette politique d’Ankara a maintenant des conséquences majeures. La dirigeante allemande Angela Merkel et le français Emmanuel Macron ont été convoqués par la Turquie à une visioconférence pour leur demander de donner plus d’argent à la Turquie afin qu’elle ferme la frontière. Erdogan, a qualifié la Grèce de « pays nazi » pour son refus d’accepter les réfugiés et continue de menacer l’Europe d’encourager les migrants à traverser la frontière si l’Union européenne ne paie pas.

Merkel et Macron organiseront leur appel avec Erdogan le 17 mars, une réunion en face à face étant exclue par les précautions contre le coronavirus et la catastrophe pandémique globale qui se déroule en France et en Allemagne. Cependant, la situation à la frontière avec la Turquie et la Grèce pourrait maintenant attiser les flammes de l’expansion du virus.

L’Autriche, la Pologne et d’autres États ont envoyé des forces en Grèce pour empêcher l’entrée des réfugiés et des migrants. Au lieu de travailler avec Athènes et l’UE pour aider les réfugiés à un moment où le coronavirus constitue une menace réelle pour eux, il semble que la Turquie se concentrera sur l’aide à Chypre-Nord et aux citoyens turcs, et continuera à perpétuer la crise avec la Grèce.

Adaptation : Marc Brzustowski

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.