La synergie israélo-U.S au Golan et en Syrie

0
5154

La situation actuelle des forces américaines en Irak et en Syrie et la reconnaissance du Golan

Les forces américaines en Syrie (Photo: AP)

Malgré quelques doutes stratégiques et politiques initiaux, les États-Unis ont continué à maintenir et à renforcer leur présence militaire en Syrie, en particulier dans la partie orientale du pays, ainsi que dans l’ouest de l’Irak.

Il y a maintenant plus de 400 soldats américains déjà stationnés en Syrie, dont environ 200 dans le nord, c’est-à-dire dans la région d’Alep, et dans l’est de l’Euphrate.

Les forces américaines sont arrivées en Syrie directement du Kurdistan irakien, par le passage frontalier d’Al-Waleed.

Selon les dernières informations, cet arrivage comprend 70 moyens de transport de troupes et autres véhicules pour le transport du pétrole, ainsi que pour l’armement et le soutien logistique. Le nombre total s’élève à plus de 250 véhicules.

Le convoi se dirige principalement vers la base d’Ayn al-Arab, au nord-est d’Alep, mais également vers Jabaleh, au nord de Raqqa.

En effet, cela poursuit la politique de maintien et, parfois, d’expansion des troupes américaines dans la région – une politique américaine en vigueur depuis janvier dernier.

200 autres soldats viennent d’être déployés sur la base jordanienne d’Al-Tanf.

Initialement, cette base avait été créée pour le groupe État islamique, mais à présent, elle se situe presque du côté de la ligne de communication la plus commode et la plus probable entre l’Irak et l’Iran – une ligne qui, grâce à la présence actuelle des forces américaines, devient le point de rupture du «croissant chiite» censé relier, par voie terrestre, les positions de Téhéran et du Hezbollah au Liban.

Par conséquent, si nous considérons un nombre de soldats américains déjà présents à la frontière israélo-syrienne – non confirmés par le président Trump, mais très probablement présents – les soldats américains en Syrie totalisent 1 000, tandis que d’autres sources du renseignement américain parlent de plus de 1 500 soldats  US qui devraient rester dans le nord de la Syrie.

Les bases que les Etats-Unis utiliseront sont au nombre de six. Elles sont toutes situées en Irak, là où se dirigent les djihadistes de l’Etat islamique après leur défaite finale en Syrie.

Néanmoins, l’Etat Islamique est devenue une cible secondaire.

Les Marines sont surtout présents dans une base proche de Ramadi, capitale du gouvernorat d’Anbar, à 1 110 kilomètres de Bagdad.

Les renforts américains sont également arrivés à K1, une base nord-américaine située près de Kirkouk.

Après avoir servi de point de rassemblement pour les troupes opérant en Syrie et pour tous les armements et toutes les infrastructures, la base K1 sert actuellement à contrôler la partie nord de la frontière syro-irakienne, du côté du secteur du Kurdistan en Irak.

La troisième présence américaine organisée en Irak est la base aérienne d’Ayn al-Asad, à laquelle le président Trump a rendu visite à Noël dernier.

Par conséquent, une simple déduction stratégique est déjà possible : les forces américaines en Irak sont de nature à permettre un contrôle terrestre et aérien complet sur l’ensemble du territoire irakien. Par conséquent, les six bases sont capables d’assurer la continuité entre le commandement irakien à la frontière avec la Syrie et le reste de la stratégie américaine au Moyen-Orient.

Il y a aussi la base susmentionnée d’Al-Tanf, qui est maintenant pleinement opérationnelle, située à seulement 24 kilomètres du triangle frontalier Syrie-Jordanie-Irak. Cette base a été renforcée avec les Marines et les réseaux électroniques, en plus de nouvelles positions d’artillerie lourde.

De plus, la base d’Al-Raqqa – l’ancienne «capitale» du califat en Syrie est déjà active. Une autre base encore opérationnelle est la base de Remelin, au nord-est de Hasakeh, qui a toujours été le centre politique des Kurdes.

Grâce à cette nouvelle configuration, la disposition des forces américaines sur le terrain permet de contrôler les mouvements, les renseignements et les communications d’une grande partie du territoire irako-syrien, entre Hasakeh et Tanf, au beau milieu de la frontière entre la Syrie et l’Irak.

Quelle est donc la logique stratégique de ce nouveau déploiement et de la nouvelle configuration des forces américaines dans la région syro-irakienne?

Il existe une réponse simple à cette question : la pression américaine sur les hauteurs du Golan, ce qui signifie un soutien politique et militaire très clair à la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur les hauteurs du Golan.

Comme on le sait, la partie israélienne des hauteurs du Golan a été conquise par les Forces de défense israéliennes (Tsahal) lors de la «guerre des six jours» de 1967. Néanmoins, en 1981, le Parlement israélien, à savoir la Knesset, a promulgué la Loi sur les Hauteurs du Golan (Golan Heights Act), qui étend la loi, l’administration civile et la juridiction israéliennes sur tout le territoire.

Comme on peut le rappeler, à la fin de la “guerre des six jours” de 1967, Israël avait conquis jusqu’à trois territoires spécifiques : la bande de Gaza et la péninsule du Sinaï en Égypte et, de toute évidence, les hauteurs du Golan en Syrie.

Toujours dans cette phase, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté la résolution 242 – également appelée Terre contre la paix – qui proposait, en principe, une paix stable et formalisée entre Israël et les pays arabes voisins, en échange d’un retour partiel ou total des territoires à leurs anciens États souverains.

Avant 1967, plus de 150 000 Syriens vivaient sur le plateau du Golan, alors qu’actuellement 25 000 Arabes druzes, la plupart des citoyens syriens, vivent dans la région, ainsi que plus de 20 000 membres juifs des implantations, mais tous ceux qui y vivent sont néanmoins soumis à la citoyenneté israélienne.

En 1981, Israël annonçait l’annexion simultanée de Jérusalem-Est et du Golan, tandis que peu après la résolution 497, le Conseil de sécurité des Nations Unies condamnait l’État juif uniquement pour l’annexion du Golan.

Il y a eu des négociations, même secrètes (en 2010), entre Israël et la Syrie sur la question de la souveraineté des hauteurs du Golan.

Au niveau stratégique, la région est extrêmement importante pour Israël et la Syrie.

Cependant, dans les hauteurs du Golan, il y a aussi le bassin versant du Jourdain, vers le lac de Tibériade, le fleuve Yarmouk et de certains réseaux d’eau souterraine s’étendant jusqu’à la côte méditerranéenne.

Sans parler du pétrole. Des réserves de pétrole – d’une valeur de plusieurs millions de barils – auraient récemment été découvertes sur le territoire du plateau du Golan.

Certes, bien que, d’une part, l’annonce par Trump de son soutien aux projets israéliens sur le plateau du Golan possède sa rationalité stratégique par rapport aux intérêts américains dans la région, elle peut aussi être interprétée comme un puissant soutien à la campagne électorale de Benjamin Netanyahu, qui semble toujours être le candidat préféré des États-Unis.

La politique du président Trump sur les hauteurs du Golan est cependant nouvelle et, dans une certaine mesure, contradictoire.

Les États-Unis, en particulier au Moyen-Orient, ont toujours pensé qu’il faudrait des négociations sur les territoires à la suite de négociations directes entre les parties concernées.

En outre, le droit international en vigueur ne reconnaît pas la souveraineté israélienne sur les territoires disputés depuis la guerre de 1967.

Il convient également de noter qu’en 2010, Israël a proposé à la Syrie une sorte d’accord de la «Terre contre la paix». Néanmoins, les négociations ont pris fin en mars 2011, à cause du début de la guerre civile syrienne.

À l’époque, cependant, les hauteurs du Golan appartenaient à Israël sans aucun contrôle de la part de la Syrie et étaient caractérisées par une guerre entre le Front Al-Nusra, également appelé Al-Qaïda en Syrie, Daesh et certains autres groupes djihadistes.

Quelle était l’utilité de traiter avec Assad?

De plus, encore aujourd’hui, la Syrie n’assure aucun soutien à la population et ne sécurise pas les hauteurs du Golan : à l’heure actuelle, seul Israël fournit de l’eau et des services de base, tout en veillant également à l’économie et à la sécurité intérieure de la région.

Dès le début de l’époque de Barack Obama, Netanyahu a également demandé le “feu vert” des États-Unis pour l’annexion.

Par conséquent, à un moment où le président Trump veut contrôler les régions du Golan depuis le centre de la Syrie et de l’Irak, les États-Unis et Israël ont pour objectif de perturber la ligne terrestre entre l’Iran (et l’Irak) jusqu’à la Syrie et le sud du Liban., mais surtout la Méditerranée – qui est également le principal objectif de la participation de l’Iran à la guerre en Syrie.

C’était au cœur du sujet des négociations tenues le 18 mars lors de la réunion secrète des dirigeants irakiens, syriens et iraniens.

En outre, pour le président Trump, même si les opérations en «Syraq» étaient également soutenues par Poutine – comme cela semble être le cas actuellement – elles seraient conçues pour atteindre un objectif clair, à savoir mettre un terme à toute opération visant à l’unification entre la Syrie et Liban.

De plus, l’idée d’un «marché commun» entre l’Iran, l’Irak, la Syrie et le Liban est maintenant répandue parmi les classes dirigeantes de la région.

C’est un expédient stratégique évident.

Mais ce ne sera certainement pas le sujet des négociations entre le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo et le président libanais Michel Aoun, de qui il veut savoir une chose seulement : c’est de savoir si le Liban accepte de faire partie des forces armées de l’axe Iran-Syrie-Irak-Hezbollah. Dans ce cas, les États-Unis vont frapper le système bancaire libanais, qui traverse déjà une crise grave, par de lourdes sanctions.

Les autres étapes de la présidence américaine au Moyen-Orient – après la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan – seront les suivantes : un durcissement des sanctions contre l’Iran ; la conquête éventuelle d’une base militaire dans le nord du Liban ; et, enfin, une forte présence militaire sur les hauteurs du Golan et dans les autres zones, même si elle se trouve en région israélienne et sous contrôle de Jérusalem.

Giancarlo Elia Valori | 31/03/2019

Adaptation : Marc Brzustowski

israeldefense.co.il

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.