Les fonctionnaires disent qu’ils pourraient louer des bateaux pour envoyer massivement un grand nombre de migrants africains à travers la Méditerranée jusqu’aux frontières de l’Europe.

L’avertissement a été fait par un porte-parole du Congrès national général de Libye dans une interview avec The Telegraph dans la capitale libyenne, Tripoli.

Le Congrès a pris le contrôle de Tripoli l’année dernière après des combats contre les forces fidèles au gouvernement internationalement reconnu de la Chambre des représentants du gouvernement, et il n’est pas reconnu par l’Union européenne en tant que gouvernement légitime de la Libye. Il y a quinze jours, les deux factions ont également rejeté les termes d’un accord de paix négocié des Nations Unies-.

Jamal Zubia, porte-parole des médias étrangers du Congrès, a déclaré que la Libye dépense actuellement des dizaines de millions de livres par an pour empêcher les migrants de traverser la Méditerranée, grâce à l’utilisation de centres de détention et des programmes de rapatriement selon The Telegraph.

Il a dit que si l’Europe continuait à refuser de reconnaître l’autorité du Congrès, le gouvernement libyen pourrait inverser sa politique.

« Pour être honnête, j’ai informé mon gouvernement de nombreuses fois déjà que nous devrions louer des bateaux et les envoyer à l’Europe », a-t-il dit. « Nous protégeons les portes de l’Europe, mais l’Europe ne nous reconnait pas et ne veut pas nous reconnaître. Alors, pourquoi devrions-nous arrêter les migrants ici?  »

La Libye a longtemps été un important pays de transit pour les migrants d’Afrique sub-saharienne, mais les chiffres ont augmenté beaucoup suite au vide sécuritaire qui a suivi la chute de colonel Kadhafi en 2011.

L’an dernier seulement, on estime que 170.000 migrants sont arrivés par bateau en provenance de Libye en Italie. Entre Janvier et Septembre de cette année, le chiffre était de 130 000, bien que cela reflète une plus grande utilisation de la voie dite « Egée » via la Turquie et la Grèce, où 360.000 personnes ont jusqu’ici franchi en 2015.

Lundi, l’ONU a déclaré que, au total, plus de 218.000 migrants et réfugiés ont traversé la Méditerranée pour entrer en Europe en Octobre – le chiffre mensuel le plus élevé jamais enregistré, et de l’ensemble de l’année 2014.

Contrairement à l’impression populaire, le gouvernement libyen ne se transforme pas les yeux complète aux personnes contre la contrebande.

Son Département de lutte contre l’immigration illégale emploie environ 8000 personnes et retient un grand nombre de migrants d’entrer illégalement dans le pays, ainsi que de travailler avec l’Organisation internationale pour les migrations sur les programmes de rapatriement volontaire.

Dans les ports côtiers, les responsables locaux ont de petites patrouilles de garde-côtes qui ramènent les corps noyés des migrants lorsque les navires coulent.

Cependant, le grand nombre de migrants dépasse largement la capacité des autorités à traiter avec eux, même si la Libye dépenser environ 80m £ par an à cela.

Avec le pays encore dans le processus de reconstruction de son gouvernement après le renversement de Mouammar Kadhafi, de nombreux fonctionnaires ressentent également le déploiement des ressources à ce qu’ils considèrent comme un problème européen.

M. Zubia souligné que son gouvernement allait commencer à embaucher des navires afin d’accélérer leur passage à l’Europe.

Une piqûre de rappel à l’Europe comme quoi il peut exercer des représailles si l’UE refuse de le reconnaître comme un gouvernement.

Le Congrès est l’aile politique de la coalition en Libye, de deux groupes de combattants islamistes modérés et un plus radical qui ont été impliqués dans le renversement de Mouammar Kadhafi.

Un gouvernement rival, connu comme ‘la Chambre des représentants’, s’est exilé dans la petite ville orientale de Tobrouk et n’a aucun contrôle effectif sur Tripoli, en dépit d’être reconnu internationalement.

M. Zubia a ajouté: «Si nous ne sommes pas un Etat responsable, alors louons des bateaux et envoyons les migrants vers l’Europe.

Il a reconnu que ses commentaires étaient un écho à ceux faits en 2005 par le colonel Kadhafi, qui avait menacé de « faire de une Europe noire » si Bruxelles ne le payait pas des milliards d’euros sous forme de subventions et d’aide.

« Kadhafi a fait cette menace et a mis l’Europe à ses genoux », a ajouté M. Zubia. « Vous devez vous rappeler que nous assurons votre protection. Nous ne pouvons continuer à dépenser autant d’argent pour rien.  »

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.