La Jordanie devrait produire de l’uranium.

  • Le yellowcake produit localement sera utilisé comme combustible pour les réacteurs nucléaires du pays

  • En 2015, la Jordanie a signé un accord avec l’entreprise russe Rosatom pour construire une centrale nucléaire d’une capacité de 2 000 mégawatts à dix milliards de dollars (1 dollar = 0,96 euro)

La Jordanian Uranium Mining Company a annoncé que son usine d’extraction avait produit vingt kilos de yellowcake (concentré d’uranium) à partir de 160 tonnes de minerai d’uranium. Mohammad Shunnaq, directeur général de la société Jumco, affirme que l’usine produirait des dizaines de kilogrammes de yellowcake à partir du traitement de centaines de tonnes de minerai au cours des prochains mois.
Il déclare que la Jordanie possède d’importantes réserves d’uranium et que sa zone centrale, située à 80 kilomètres environ au sud d’Amman, abrite, à elle seule, 42 000 tonnes métriques d’oxyde d’uranium. Selon la Commission jordanienne de l’énergie atomique, la Jordanie évalue ses réserves d’uranium conventionnel à 140 000 tonnes.
M. Shunnaq confie que l’extraction des gisements de minerai d’uranium, en particulier dans la région centrale, était facile à exploiter et rentable puisqu’ils se trouvent à moins de cinq mètres sous terre. Il décrit le yellowcake comme étant «d’excellente qualité» avec une concentration moyenne de 150 ppm (parties par million). Lorsqu’on lui a demandé si la Jordanie avait l’intention de produire de grandes quantités d’oxyde d’uranium à des fins commerciales, M. Shunnaq a répondu: «Oui, c’est possible. Nous allons d’abord entreprendre un traitement à grande échelle de milliers de tonnes de minerai d’uranium, mener des études de faisabilité, puis évaluer l’aspect commercial de telles opérations.»
Le yellowcake produit localement sera utilisé comme combustible pour les réacteurs nucléaires du pays. Il ajoute que les activités d’exploitation et d’extraction de l’uranium dans le centre – le Projet d’uranium du centre de la Jordanie –, font partie intégrante du programme nucléaire national. Ce dernier couvre également le projet de centrale nucléaire et le projet de réacteur nucléaire pour la recherche et la formation.
La Jordanian Uranium Mining Company. (Jumco)Le yellowcake produit localement sera utilisé comme combustible pour les réacteurs nucléaires du pays.
«C’est un projet complémentaire mis en œuvre à des fins strictement pacifiques. Il vise à produire de l’électricité et à dessaler l’eau de mer. Toutes les opérations en lien avec l’uranium en Jordanie font l’objet d’une excellente coordination avec l’Agence internationale de l’énergie atomique.» À la question de savoir si la Jordanie favoriserait l’enrichissement du yellowcake d’uranium, il répond: «La Jordanie enverra le yellowcake qu’elle produit à l’étranger pour l’enrichissement et l’utilisera ensuite pour alimenter ses réacteurs nucléaires.»
En 2015, la Jordanie a signé un accord avec l’entreprise russe Rosatom pour construire une centrale nucléaire d’une capacité de 2 000 mégawatts à dix milliards de dollars (1 dollar = 0,96 euro). L’accord visait à construire une centrale électrique à deux réacteurs à Amra dans le nord d’ici à 2022.
La Jordanian Uranium Mining Company. (Jumco)
La Jordanian Uranium Mining Company. (Jumco)

Cependant, en mai 2018, la Jordanie a annoncé un projet de petit réacteur nucléaire modulaire avec la Russie, remplaçant l’accord à 10 milliards de dollars signé en 2015 entre la Jaec et Rosatom. Alors que la centrale nucléaire jordanienne fait l’objet de critiques de la part des écologistes et des législateurs au niveau de la lenteur de la mise en œuvre du projet, le président de la Jaec, Khaled Toukan, a déclaré que la commission avait réalisé «des progrès importants jusqu’à présent malgré le petit budget».
M. Toukan insiste que la Jordanie est le seul pays arabe de la région du Levant qui dispose d’un réacteur nucléaire d’une capacité de cinq mégawatts, soulignant qu’il s’agit d’un réacteur de recherche construit grâce à l’expertise jordanienne dans le domaine. Il ajoute qu’en 2030, l’accent serait mis sur les petits réacteurs nucléaires pour la production d’électricité, le dessalement de l’eau et  les activités industrielles.

 

AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.