Israel's Or Sasson celebrates after winning the bronze medal during the men's over 100-kg judo competition at the 2016 Summer Olympics in Rio de Janeiro, Brazil, Friday, Aug. 12, 2016. (AP Photo/Markus Schreiber)

Comment Israël est devenu une puissance mondiale du judo et un favori olympique

La combinaison d’un rare succès olympique en 1992 et d’une infusion de maîtres de judo de l’ancienne Union soviétique a contribué à déclencher une histoire d’amour avec ce sport

JTA – Lorsqu’il a immigré en Israël depuis son Ukraine natale au début des années 1990, le maître de judo Igor Romanitsky était déjà résigné à abandonner le sport professionnellement et à poursuivre une carrière médicale.

« À l’époque, Israël n’était pas connu pour son judo et j’avais un diplôme de médecine », explique Romanitsky, aujourd’hui âgé de 57 ans, à la Jewish Telegraphic Agency. « Je supposais que mes jours en tant que judoka étaient terminés ».

Mais Romanitsky, un père de deux enfants originaire de Modiin, a eu une surprise. En 1992, les judokas Yael Arad et Oren Smadja ont remporté des médailles d’argent et de bronze, respectivement, aux compétitions féminines et masculines des Jeux olympiques de Barcelone, devenant ainsi les premiers athlètes israéliens à rapporter une médaille olympique pour ce pays. Leurs exploits, ainsi que l’arrivée de maîtres du judo venus d’Union soviétique comme Romanitsky, ont suscité une histoire d’amour nationale avec ce sport, qui a conduit à d’autres exploits et fait d’Israël une puissance dans ce domaine, tant chez les hommes que chez les femmes.

Smadja, dans une citation célèbre après sa victoire, a résumé l’histoire du judo en Israël lorsqu’il a résumé son ascension depuis l’obscurité : « J’avais pour objectif d’arriver petit et de sortir grand », a-t-il déclaré.

En 2004, Arik Zeevi a remporté la médaille de bronze aux Jeux olympiques d’Athènes – le point culminant d’une série de cinq années au cours desquelles il a remporté trois médailles d’or et une médaille d’argent aux championnats européens de judo. L’année suivante, Israël a remporté l’or par équipe dans ce tournoi. Et en 2012, Zeevi a reconquis l’or à l’âge de 35ans.

Sur cette photo d’archive du 14 août 2008, l’Israélien Arik Zeevi, en blanc, et le Français Frederic Demontfaucon participent aux épreuves préliminaires de la division mi-lourde 100 kg de judo masculin aux Jeux olympiques de Pékin 2008. (Crédit : AP Photo/Charles Dharapak, File)

(Les divisions du judo ne correspondent pas nécessairement à la géographie. Israël est l’une des nombreuses nations non européennes qui participent au tournoi européen, avec la Mongolie, l’Azerbaïdjan et le Brésil).

Quatre ans plus tard, aux Jeux olympiques de Rio de 2016, Israël a remporté deux bronzes en judo, portant le total de médailles olympiques du pays à neuf – dont quatre en judo. En 2018, les championnats d’Europe se sont déroulés à Tel Aviv.

« J’ai vu de mes propres yeux comment le judo est devenu grand. Soudain, tous les enfants voulaient des cours de judo », a déclaré Romanitsky, qui dirige désormais Sakura, une prestigieuse école de judo dans la ville de Modiin, dans le centre d’Israël. Plusieurs de ses diplômés ont obtenu la ceinture noire, un grade qui signifie l’expertise.

L’athlète olympique israélienne de judo Yael Arad, à droite, célèbre et embrasse son adversaire allemande, Frauke Eickoff, après avoir remporté le match de demi-finale aux Jeux olympiques de Barcelone, le 30juillet 1992. (Crédit : Photo AP)

Au lieu de se lancer dans un cabinet médical, Romanitsky a saisi l’occasion de continuer à pratiquer le judo, sa passion première, en devenant entraîneur.

La plupart des judokas ne sont pas affiliés à l’Association israélienne de judo, la principale organisation à but non lucratif qui réglemente ce sport. Mais 500 judokas de tout le pays se sont présentés à un événement caritatif organisé en 2015 par Romanitsky et son école de judo Sakura, ce qui suggère que le nombre de participants sérieux à ce sport se compte en milliers, a-t-il dit.

Les championnats d’Europe 2018 à Tel Aviv ont accueilli 4 000 spectateurs, un nombre prodigieux que les tournois de championnat au Japon n’atteignent parfois pas.

L’équipe nationale d’Israël est régulièrement invitée à la résidence du Premier ministre, où elle a été conviée à des séances de photos après des succès majeurs.

« Je dis habituellement aux dirigeants étrangers qu’Israël est une puissance mondiale dans le domaine de la haute technologie », a déclaré l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une telle rencontre en 2019. « Maintenant, j’ajoute que nous sommes une superpuissance du judo, et cela ne va pas de soi ».

Une grande partie de la fascination de nombreux fans de judo en Israël découle de leur fierté nationale et de leur amour du succès plutôt que d’une véritable appréciation du sport, disent les personnes familières avec le domaine.

Silencieux, rapide et n’impliquant que deux adversaires dans un état de concentration totale, le judo n’inspire ni la cohésion extatique du football ni le frisson de la boxe, où le sang et les coups sont fréquents. Les combats se terminent en quelques minutes, parfois quelques secondes, généralement lorsqu’un adversaire renverse l’autre sur le dos.

L’Israélien Sagi Muki, en haut, affronte le Belge Matthias Casse lors d’une finale masculine des -81 kilogrammes des Championnats du monde de judo à Tokyo, mercredi 28 août 2019. (Crédit : AP Photo/Koji Sasahara)

« Le championnat d’Europe 2018 à Tel-Aviv a fait salle comble non pas grâce à l’amour du judo, mais parce qu’il offrait la possibilité de verser une larme avec l’Hatikvah sur le podium des vainqueurs », écrit Paz Chasdai, chroniqueur sportif pour le site Walla, en référence à l’hymne national israélien.

Les amateurs de sports alternatifs – c’est-à-dire, en Israël, tout ce qui n’est pas le football et le basket-ball – « sont des auto-stoppeurs en Israël. Ils n’aiment pas les sports, ils sont à la recherche d’un ticket gagnant », a-t-il écrit en 2019.

L’histoire de Romanitsky signifie à quel point l’alyah, ou l’immigration, a été cruciale pour le succès du judo israélien. Beaucoup des personnes qui ont été les pionniers du judo en Israël étaient des immigrants d’Europe et d’Afrique.

« Dans les années 1990, cette infrastructure solide a bénéficié d’une infusion de talents de l’ancienne Union soviétique, où le judo était un sport majeur, et les effets ont été phénoménaux », a déclaré Romanitsky.

Yolande Bukasa, blanche, de l’équipe olympique des réfugiés, concourt contre l’Israélienne Linda Bolder lors de la compétition de judo féminin de 70 kg aux Jeux olympiques d’été 2016 à Rio de Janeiro, au Brésil, mercredi 10 août 2016. (Crédit : AP Photo/Markus Schreiber)

En Russie, la popularité du judo est évoquée par nul autre que le président Vladimir Poutine, ceinture noire qui a fait de la compétition quand il était plus jeune. Son mentor et entraîneur de judo, Anatoly Rakhlin, était juif, et Poutine a assisté aux funérailles de Rakhlin en 2013.

Les talents du judo qui sont arrivés en Israël en provenance de l’ancienne Union soviétique comprenaient des entraîneurs comme Pavel Musin, qui a formé Alice Schlesinger, une Israélienne gagnante de six médailles d’or aux championnats européens depuis 2013, et Alex Ashkenazi, qui a entraîné Zeevi et dirigé l’équipe nationale israélienne pendant de nombreuses années jusqu’en 2000.

Lors de la rencontre de 2019 avec l’équipe nationale israélienne, Netanyahu a déclaré que les victoires d’Israël en judo « nous aident à atteindre des publics étrangers, y compris dans les pays arabes. » Mais la présence surdimensionnée d’Israël dans le monde du judo a également créé des situations délicates impliquant des athlètes arabes et iraniens dont les pays boycottent l’État juif par principe ou sont en conflit politique avec lui.

Lors des Jeux olympiques de 2012 à Londres, Ahmad Awad, un judoka égyptien, a été soupçonné d’avoir simulé une blessure pour éviter un combat avec l’Israélien Tal Flicker. En 2015, un judoka palestinien a refusé un combat contre un autre Israélien, et un Égyptien, Ramadan Darwish, a refusé de serrer la main de Zeevi après avoir perdu contre l’Israélien. Le même Égyptien avait également refusé de serrer la main en 2012.

Mais le judo a aussi facilité certains moments de coopération géopolitique. En 2018, le tournoi du Grand Chelem de judo à Abou Dhabi, aux Émirats arabes unis, est devenu le premier événement sportif majeur dans un pays arabe où les athlètes israéliens se sont produits sous leur drapeau et où l’hymne israélien a été joué. Israël y a remporté cinq médailles. Deux ans plus tard, les deux pays ont signé un accord de normalisation historique.

Peter Paltchik, d’Israël, pose avec sa médaille d’or après avoir battu Elmar Gasimov, d’Azerbaïdjan, dans le match final de la catégorie des moins de 100 kg, lors du tournoi de judo Abu Dhabi Grand Slam à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis, lundi 29 octobre 2018. (Crédit : AP Photo/Kamran Jebreili)

En février de cette année, un judoka iranien, Saeid Mollaei, à qui il avait été interdit de concourir contre des Israéliens conformément à la politique iranienne de non-reconnaissance d’Israël, s’est rendu en Israël au mépris des autorités de Téhéran. Il a déclaré se sentir en sécurité et heureux de sa visite et a remercié ses « nombreux amis israéliens ».

Mollaei a demandé et obtenu l’asile politique en Allemagne en 2019 après que les autorités iraniennes lui ont ordonné de ne pas se présenter – et de perdre techniquement – un combat contre Sagi Muki, un judoka israélien. Mollaei a fait ce qu’on lui a ordonné, mais s’est ensuite enfui en Allemagne, disant qu’il craignait un retour après un conflit avec ses supérieurs au sujet du combat de Tokyo.

Il possède la nationalité mongole et participe à des compétitions pour ce pays tout en vivant en Allemagne. Ces derniers mois, Mollaei a aidé à former la délégation olympique israélienne de judo pour les Jeux olympiques de Tokyo de 2021. La formidable équipe de 12 personnes comprend Muki, ancien champion du monde dans la catégorie des moins de 81 kilos, Ori Sasson, médaillé de bronze aux Jeux olympiques de 2016, et Timna Nelson Levi, qui a remporté le bronze aux Championnats d’Europe 2016 dans sa catégorie de poids des moins de 57 kilos.

Les champions de judo Saeid Mollaei, à gauche, et Sagi Muki seront présentés dans une série télévisée de MGM sur leur amitié (Crédit : Courtesy PR)

Bien qu’Israël soit une puissance internationale en matière de judo, ce sport ne deviendra peut-être jamais aussi populaire que le football ou le basket-ball. Pourtant, un nombre croissant d’Israéliens s’initient aux nuances de cet art martial, un sport très technique où l’œil non exercé peut facilement manquer une grande partie de l’action.

« La grande réussite du judo en Israël est d’avoir amené les Israéliens, habitués à ne regarder que le football, à observer réellement les combats », écrit Chasdai.

« Les téléspectateurs israéliens savent désormais qu’ils ne doivent pas se réjouir lorsqu’ils voient l’adversaire se faire frapper (attendez le replay !) et peuvent déjà mesurer les combattants, conscients de l’effort et de la force que les matchs exigent. En bref, cela nous a obligés à abandonner brièvement les super-héros du football de la Super League – et à regarder du vrai sport. »

Par CNAAN LIPHSHIZ 19 juillet 2021 fr.timesofisrael.com

L’Israélien Or Sasson célèbre après avoir remporté la médaille de bronze lors de la compétition de judo masculin de plus de 100 kg aux Jeux olympiques d’été 2016 à Rio de Janeiro, au Brésil, vendredi 12 août2016. (Crédit : AP Photo/Markus Schreiber)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.