L’hypocrisie de trois commentateurs-vedettes sur la décision de Trump de reconnaître Jérusalem

 

Il est assez facile de révéler l’hypocrisie de beaucoup de commentateurs de premier plan concernant les événements politiques importants, dès qu’il est question d’Israël. Leurs déclarations peuvent refléter des déformations majeures, une pseudo-expertise, demeurer  sciemment silencieux à propos de problèmes plus pesants ou encore émettre des prédictions douteuses.

Un des événements de ce type est, bien sûr, la reconnaissance de Jérusalem comme capitale de l’Etat d’Israël, officialisée la semaine dernière, par le Président américain Donald Trump. Les trois réactions qui vont suivre, commises par des personnalités prédominantes, illustrent ce manque d’authenticité. Le Secrétaire Général Antonio Guterres a déclaré :  » En ce moment de grande angoisse, je veux redire clairement qu’il n’y a pas d’alternative à la solution à deux Etats ». Il a poursuivi en disant que l’action unilatérale de Trump allait mettre en péril toute perspective de paix entre Palestiniens et Israéliens[1]. En plus de ces prédictions censées semer le doute, il souffre aussi apparemment d’anxiété auto-provoquée.

Est-ce qu’il échappe à Guterres que les hauts salaires que l’Autorité Palestinienne verse aux familles de meurtriers terroristes peuvent gravement nuire aux perspectives de paix? Si tel est le cas, iln’est alors qu’un pseudo-expert. Si Guterres choisit délibérément de fermer les yeux devant une telle incidence qui se produit aussi souvent, alors c’est un hypocrite qui nourrit son discours de normes humanitaires à deux vitesses. On doit se rappeler que durant sa visite en Israël, en août 2017, Guterres s’est présenté comme un « médiateur intègre[2]« .

Le Pape François a diffusé un plaidoyer à l’intention de Trump l’appelant à respecter le status-quo dans la ville sainte et à se conformer aux résolutions de l’ONU. Il a déclaré: « Je ne peux pas rester calme, face à mes profondes inquiétudes quant à la situation qui vient d’être générée au cours de ces tous derniers jours ». En tant que chef de l’église catholique, pourquoi donc ne pouvait-il pas exprimer ses profondes inquiétudes quant à la position des chrétiens dans le monde musulman, avec un accent tout particulier à l’attention des chrétiens en Syrie et en Irak?

En avril 2017, le Pape  s’est exprimé devant une conférence internationale au Caire[3]. Difficile de trouver un meilleur endroit pour mentionner la fuite continuelle des Chrétiens d’un certain nombre de pays musulmans et la précarité de leur situation, pour le plus grand nombre de ceux qui restent là. Mais, au lieu de quoi, il a appelé les dirigeants religieux musulmans et chrétiens en Egypte et à travers le Moyen-Orient à se rejoindre pour bâtir une « nouvelle « civilisation de paix[4]« .

Federica Mogherini, la Haute-Représentante pour les Affaires étrangères de l’Union Européenne, a déclaré, à propos de la décision de Trump : « Cette annonce a un impact potentiellement très inquiétant pour la paix dans l région ». Elle a ajouté : « Elle peut même nous renvoyer vers des périodes encore plus sombres que celles que nous vivons actuellement[5]« .

J’ai cherché en vain pour voir si jamais Mogherini avait dit quelque chose de semblable à l’annonce par la chancelière Angela Merkel, à la fin de l’été 2015, de l’accueil de l’arrivée massive de réfugiés dans son pays.

Avec le passé horrifiant de l’Allemagne, lors de la Seconde Guerre Mondiale et face à un présent problématique, est-ce que cela n’aurait pas été simple, pour Mogherini de prévoir que l’afflux massif de Musulmans supplémentaires allait renforcer substantiellement les réactions des mouvements d’extrême-droite? En quoi était-ce compliqué ou difficile de prévoir qu’il y aurait plus d’antisémites en Allemagne qu’il n’y en avait déjà?

Les temps les plus sombres en Allemagne, que Mogherini n’a pas été capable de prévoir, sont arrivés au cours des deux ans passés. Lors des élections de septembre 2017, le parti de droite radicale AfD, dont certaines personnalités centrales glorifient les soldats nazis ou minimisent l’ampleur de la Shoah, ont surgi pour devenir la troisième force politique de l’Allemagne de Merkel.

Au regard des derniers incidents antisémites à Berlin, le porte-parole du gouvernement allemand Steffen Seibert a déclaré : « On doit avoir honte quand les rues des villes d’Allemagne bruissent aussi fréquemment de la haine des Juifs[6]« .

La fondation Hanns-Seidel, qui est proche du parti chrétien bavarois CSU, a entrepris une étude parmi les demandeurs d’asile en Bavière. Elle a découvert que plus de la moitié des demandeurs d’asile musulmans partagent l’opnion selon laquelle « Les Juifs dans le monde « ont trop d’influence[7]« .

Une étude récemment publiée par la Commission Juive Américaine sur les réfugiés syriens et irakiens en Allemagne, menée par Günther Jikeli, démontre que : « Les schémas de pensée antisémite et les stéréotypes sont abondamment propagés tout au long des interviews, même là où les sondés insistent sur leur « respect » pour le Judaïsme ou l’importance de la coexistence pacifique entre Musulmans, Chrétiens et Juifs ».

L’étude démontre aussi que « Presque tous les interviewés arabes ont une image foncièrement négative d’Israël, qu’ils considèrent comme « naturelle » et comme un sujet autorisant la remise en question du droit d’Israël à exister[8]« .

Ces antisémites ont eu l’autorisation d’entrer en Allemagne, de la part du gouvernement du pays, dans une période où l’opinion gravement déformée de beaucoup d’Allemands à propos d’Israël est plus que jamais obscurcie. Selon une étude de la fondation Bertelsmann en 2015, 41% d’un échantillon de la population allemande pense qu’Israël se comporte envers les Palestiniens comme les Nazis ont ai envers les Juifs.[9].

La marge de manœuvre politique d’Israël pour contre-attaquer frontalement ces trois commentateurs prédominants ci-dessus, reste limitée. De telles limitations ne s’imposent pas à beaucoup d’auteurs et d’organisations pro-israéliennes. Plus l’insincérité flagrante de Guterres, du Pape François et de Mogherini va être révélée en plein jour, plus il est probable qu’à l’avenir, ils réfléchissent un peu plus avant de proférer des commentaires empreints de parti-pris contre Israël.

Par Manfred Gerstenfeld

Le Dr. Manfred Gerstenfeld a présidé pendant 12 ans le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem (2000-2012). Il a publié plus de 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski.

————————————–

 

[1] www.theguardian.com/world/2017/dec/06/trump-to-plunge-middle-east-into-fire-with-no-end-with-jerusalem-speech

[2] www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=57421#.WjVTGlWWa7Q

[3] www.reuters.com/article/us-pope-egypt/pope-francis-denounces-barbarity-during-egypt-visit-preaches-tolerance-idUSKBN17U0U4

[4] www.theguardian.com/world/ng-interactive/2015/jul/27/where-in-the-world-is-it-worst-place-to-be-a-christian

[5] www.politico.eu/article/federica-mogherini-donald-trump-jerusalem-decision-very-worrying/

[6] www.welt.de/politik/article171478315/Wir-wenden-uns-gegen-alle-Formen-von-Antisemitismus.html

[7] www.hss.de/download/publications/Argu-Kompakt_2017-8_Asylsuchende.pdf, page 6

[8] AJC Berlin Ramer Institute: Attitudes of refugees from Syria and Iraq towards integration, identity, Jews and the Shoah Research Report: December 14, 2017

 

[9] www.bertelsmann-stiftung.de/fileadmin/files/BSt/Publikationen/GrauePublikationen/Studie_LW_Germany_and_Israel_today_2015.pdf, p.35

5 Commentaires

  1. Merci, sincèrement cela me fait de la peine que les catholiques ont à leur tête un Pape aussi insensible aux souffrances des chrétiens et aux autres humains dont les Juifs. Il parait qu’il a collaboré avec les Colonels pendant la dictature militaire en Argentine. C’est un très mauvais Pape pour les catholiques et pour le monde. Je ne crois pas qu’il a levé sa voix devant les boucheries en Syrie, Irak et Yemen où au moins un demi millions d’humains sont morts.

  2. En ce qui concerne Mogherini, c’est une incapable, elle n’a pas beaucoup de vocabulaire, mais elle obéit aux ordres des obsédés antisémites de l’Europe Occidentale, qui ont décidé de vendre les Juifs aux nazis actuels.

  3. Ce Pape Francesco est un imposteur, car il ne connait pas les Ecritures Saintes. Ils ne connait pas non plus Vatican II et le rapprochement de Jean XXIII des Juifs. Il n’a aucune considération pour les chrétiens qui se font exterminés par les mahométans. Ce Pape est est antisémite de la pire espèce. C’est un Pie XII bis, collabos des nazis.

  4. L hypocrisie de tels personnages influents laisse pantois. Pourquoi ne disent ils pas qu ils désirent sacrifier Israel et les Juifs une bonne fois pour toutes. Le Monde ne comprend pas une telle résistance, une telle croyance en elle , une telle intelligence d Israel. Le pape ne défend pas les chretiens massacres dans leurs propres pays habitant bien avant leurs assassins et ne voila t il pas qu il veuille défendre l obscurantisme des assassins du Monde humaniste. !!!!!! Foutaises!!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.