Israël leader mondial en cybers capacités, est un exemple pour les Occidentaux

mis en ligne le 13.11.2020

Face à la montée des risques cyber dans les pays émergents, les Etats occidentaux sont de plus en plus nombreux à déployer des programmes dédiés au renforcement des cyber-capacités de leurs partenaires. Le but de ces opérations est également d’étendre leur influence dans le cyber.

En annonçant le 26 septembre l’attribution à Mitre Corp d’un contrat d’assistance dans la construction des cyber-capacités de gouvernements autour du monde, le Department of State américain cherche à reprendre la main sur un secteur où des entreprises israéliennes comme  Toka (Moldavie, Chili, Nigeria, etc., IOL nº863) et Cygov (IOL nº827) ont pris une longueur d’avance.

L’Office of the Coordinator for Cyber Issues du département d’Etat (S/CCI), en charge de promouvoir les cyber-valeurs de la diplomatie américaine, cherche surtout en Mitre un partenaire à même d’aligner la cyberdéfense de ses partenaires sur ses normes et son modus operandi.

Pour cela, le S/CCI peut aussi compter sur le Homeland Security Systems Engineering and Developing Institute (HSSEDI). Cet institut géré par la Mitre et financé par le Département de la sécurité intérieure (DHS) a été chargé dès 2009 d’assister le DHS sur les enjeux technologiques impactant la sécurité nationale, dont la cybersécurité.

Reprendre pied dans le cyber latino-américain

Les missions de Mitre devraient en premier lieu se concentrer sur l’Amérique latine. La zone est de plus en plus courtisée par les industriels chinois.
Comme Intelligence Online s’en est fait l’écho (IOL nº784), les sociétés israéliennes du secteur se sont solidement implantées dans les capitales latino-américaines ces dernières années.

En Afrique, la diplomatie française tente de récupérer des parts de marché

En Afrique aussi les entreprises israéliennes se font très présentes. Comme le dévoilait au début du mois le site d’information Israel Defense, deux consortiums israéliens, emmenés respectivement par Rafael et Israel Aerospace Industries (IAI), se disputent un contrat de mise en place d’un Computer Emergency Response Team (CERT) national au Ghana, pays pour lequel Toka a travaillé à l’élaboration de sa cyberstratégie. Le cabinet a fait de même au Nigeria.

Après plusieurs années à assister au phénomène sans réaction, la diplomatie française, via la Direction de la coopération de sécurité et de défense (DCSD), tente de reprendre la main en finançant quelques initiatives dans le domaine. La plus notable est l’école nationale de cybersécurité à vocation régionale de Dakar.

Au niveau des entreprises, certains signes tendent à indiquer un intérêt grandissant des sociétés françaises pour les projets cyber africains. Le Forum international de la cybersécurité (FIC), organisé par le cabinet d’intelligence économique français Compagnie européenne d’intelligence stratégique (CEIS), s’est ainsi associé cette année au Cyber Africa Forum dans le but de créer des ponts entre cyber africain et français.

Au Proche-Orient, et sur financement européen, la société de conseil rattachée au ministère français de l’intérieur Civipol a toujours le contrat pour épauler les services de sécurité libanais afin de créer une agence nationale de cybersécurité locale (IOL nº844).

Canberra aussi protège son étranger proche

L’Australie a lancé dès 2017 une stratégie dédiée à la promotion internationale de ses intérêts cyber, notamment face au déploiement chinois en la matière. Dans ce cadre, l’ambassadeur australien aux affaires cyber, Tobias Feakin, met en place un plan de coopération qui vise non seulement à cybermuscler son étranger proche, mais également à y promouvoir ses valeurs.

Pour cela, le programme s’appuie sur une petite poignée d’entreprises partenaires spécialisées, notamment le cabinet de juristes estonien Cyber Law International (IOL nº861). Selon nos informations, ce partenariat a amené l’Australie à participer à la construction du CERT de Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNGCERT).
© Copyright Intelligence Online.

 

https://www.intelligenceonline.fr/surveillance–interception/2020/11/12/les-programmes-de-construction-de-cyber-capacites-terrain-d-affrontement-des-diplomaties-occidentales,109620261-gra

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.