L’Iran, l’Égypte et le Golfe surveillent avec prudence le conflit entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie

Les affrontements précédents entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan en 2016 et en juillet de cette année n’ont pas reçu le même niveau d’attention.

PHOTO DE DOSSIER: Des hommes azéris vivant en Turquie agitent des drapeaux de la Turquie et de l'Azerbaïdjan lors d'une manifestation à la suite d'affrontements entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie, à Istanbul, Turquie, le 19 juillet 2020 (crédit photo: REUTERS / MURAD SEZER / FILE PHOTO)
PHOTO DE DOSSIER: Des hommes azéris vivant en Turquie agitent des drapeaux de la Turquie et de l’Azerbaïdjan lors d’une manifestation à la suite d’affrontements entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie, à Istanbul, Turquie, le 19 juillet 2020 (crédit photo: REUTERS / MURAD SEZER / FILE PHOTO)

Le Moyen-Orient surveille de près l’issue des combats entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. C’est inhabituel car les affrontements précédents en 2016 et en juillet de cette année n’ont pas reçu le même degré d’attention. La raison pour laquelle la région regarde concerne l’implication profonde de la Turquie dans la pression sur l’Azerbaïdjan pour qu’elle fasse avancer et «libère» le territoire alors que des manifestations de masse ont lieu en Iran. Des combattants syriens, majoritairement issus de la minorité turkmène, ont été recrutés pour combattre aux côtés de Bakou et au moins une soixantaine d’entre eux ont déjà trouvé la mort.

Le parti au pouvoir en Turquie, qui entretient des relations étroites avec le Hamas et les Frères musulmans, souhaite que la région considère le conflit à la fois comme un conflit «islamique» et important pour la sphère turcophone dans son ensemble. Le 1er octobre, la Turquie a publié une déclaration affirmant que «Jérusalem est à nous», qui semble relier sa politique étrangère constituée de menace à l’égard d’Israël à sa politique consistant à essayer d’attiser les flammes contre l’Arménie. Ankara a tout à gagner à sortir du conflit en faisant valoir des intérêts qui ne sont pas partagés avec Bakou. Par exemple, Ankara veut l’utiliser pour faire pression sur la Russie à Idlib. La Russie a essayé de sécuriser l’autoroute M4 et il y a des rumeurs de discussions russo-turques dans les coulisses, essayant de concéder un certain contrôle du conflit Arménie-Azerbaïdjan en le reliant à la Syrie où ils ont partitionné le nord de la Syrie [D’où l’envoi de jihadistes Turkmènes syriens au Haut-Karabagh?].

Commandos arméniens

L’Iran a une vision plus sympathique envers l’Arménie. L’agence Fars News a cherché à faire passer le conflit comme « islamique » afin de réduire le soutien à l’Azerbaïdjan par les manifestants azéris en Iran. Il y a des millions de membres de la minorité azérie en Iran et les dirigeants du pays craignent toute manifestation ethnique locale car ils savent que cela sapera les fondations du régime déjà fragile. Avec des Azéris dans les rues scandant des slogans contre les Arméniens et contre la Russie et les Perses, le régime a tenté de les canaliser dans une direction différente.

Samedi, l’agence Fars News de l’Iran a écrit en déclarant que l’Arménie avait abattu un avion militaire azerbaïdjanais. Téhéran surveille clairement de près ce que pourrait en être le résultat. Il ne veut pas que le conflit continue. Fars News d’Iran a publié un deuxième article sur le point de vue de l’Iran sur le conflit, affirmant que l’Iran ne veut pas de retombées de la guerre et qu’il avertit les parties impliquées d’arrêter.

Pendant ce temps, des médias sympathisants de l’Iran et du Hezbollah ont également écrit sur le conflit. Al-Mayadeen a noté que la Turquie est en «déclin» et attise ainsi les flammes dans le Caucase. Les mêmes médias notent qu’il y a des affrontements dans la campagne d’Alep, montrant à quel point ce qui se passe en Syrie est lié aux batailles du Haut-Karabakh. Un auteur note: «On peut dire que l’aventure militaire turco-azerbaïdjanaise au Haut-Karabakh est en passe de se terminer, et on peut également dire que la Turquie, ou le président Erdogan en particulier, est en passe de perdre sur un nouveau dossier. » L’auteur soutient que le dirigeant turc subit des pressions en Syrie et en Méditerranée.

Pendant ce temps, les pays qui tendent à s’opposer à l’agression de la Turquie, comme l’Égypte et les Émirats arabes unis (EAU), ont été moins critiques à l’égard de l’offensive azerbaïdjanaise. En effet, bien qu’ils considèrent les ambitions d’Ankara, des Frères musulmans à Gaza et en Libye comme dangereuses, ils ne considèrent pas Bakou comme un problème.

Ils préféreraient, tout comme Israël semble préférer, une bonne relation avec l’Azerbaïdjan et ne pas laisser Bakou se rapprocher trop de la Turquie. L’étroite relation d’Israël avec l’Azerbaïdjan, ostensiblement aux côtés de la Turquie, bouleverse ainsi certains des schémas habituels de la région où Ankara et Jérusalem s’opposent. C’est en grande partie parce que ce conflit était considéré comme extérieur au système d’alliance du Moyen-Orient jusqu’à ces dernières semaines. Maintenant, ce système d’alliance prend plus d’importance de la Méditerranée orientale au Caucase car tout est uni à l’échelle mondiale.

Le système général d’alliance régionale de ces dernières années s’est cimenté autour de plusieurs groupes encore clairement identifiés. Il y a le groupe Israël-EAU-Bahreïn-Jordanie-Égypte-Grèce-Chypre qui est également lié au rôle de l’Arabie saoudite. Il y a le groupe Turquie-Qatar-Gaza-Libye qui soutient le gouvernement assiégé de Tripoli. Ensuite, il y a le groupe Iran-Hezbollah-Houthi-régime Syrien et milcies pro-Iran à Bagdad qui comprend les alliés et les supplétifs de l’Iran dans toute la région. L’Azerbaïdjan ne rentre pas dans ces groupements car il a recherché une politique étrangère indépendante et à ne pas s’impliquer dans les différends au Moyen-Orient. Cependant, il semble que certains pays souhaitent lier entre elles ces batailles distinctes au Moyen-Orient. Dans un monde où l’ancien rôle hégémonique des États-Unis dans les années 1990 évolue rapidement, le rôle des grands États comme la Russie, La Turquie et l’Iran se développe et cela signifie qu’ils essaieront de négocier des accords concernant ce conflit dans le Caucase. Cela a des implications majeures pour le reste du Moyen-Orient, qu’on observera à la loupe, dans les semaines à venir.

jpost.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.