Introniser Yasser Abbas : le projet de succession du chef Palestinien

1
575

 

Les rapports qui fusent à travers le monde arabe, à propos de la décision de démission du dirigeant palestinien Mahmoud Abbas dissimulent les véritables projets de l’octogénaire. Selon nos sources au Moyen-Orient, Abbas (connu de tous sous le nom de guerre d’Abu Mazen) a confié à son cercle rapproché qu’il a perdu confiance dans le Président Barack Obama, qu’il accuse de déserter la cause palestinienne et dans son Secrétaire d’Etat John Kerry qu’il a surnommé le “Grand menteur”. Il est, à présent, en quête de nouveaux champions, probablement du côté de Téhéran, tout en consolidant sa mainmise sur l’Autorité Palestinienne en désignant sa succession.

Abbas rejoint la liste des alliés régionaux qui se sentent abandonnés par l’Administration Obama, comme le roi saoudien Salman bin Abdelaziz, le Président égyptien Abdel-Fatteh El-Sisi et, jusqu’à un certain point, Binyamin Netanyahu en Israël. En ce qui concerne l’avenir immédiat, Abbas développe un plan complet pour remplacer par des têtes nouvelles ses propres ennemis au sein du Comité Exécutif de l’OLP, qui sont choisis pour leur capacité à préserver la majorité au clan Abbas au sein de cette institution-clé et maintenir ses principes directeurs pour le mouvement palestinien. Depuis la fin de juillet, ses sbires, Saeb Erekat, Akram Haniya et le Général en chef des renseignements palestiniens Mejad Freij travaillent d’arrache-pied sur ce plan.

Ils envisagent de compléter leur projet pour Septembre, quand Abbas projette d’introniser ses choix pour de nouveaux dirigeants au Comité Exécutif. Ils seront constitués essentiellement par les fils des fondateurs de l’OLP et des membres de son parti, le Fatah.

Certains de leurs noms sont inconnus au-delà du siège de l’Autorité Palestinienne à Ramallah. Debkafile révèle que les plus prédominants d’entre eux sont : Sabry Shayden – le fils du premier Chef d’Etat-Major de l’OLP ; Maher Ghanem : le fils d’Abu Maher Ghanem, le premier organisateur de l’OLP, ainsi que le Général Majid Freij, Ayman Makbul de Naplouse et Fahmi Za’ir de la Bande de Gaza.

 

Mais le nouveau visage le plus important sera celui de Yasser Abbas – le propre fils de Mahmoud Abbas. Ces nouvelles nominations seront l’occasion d’un nouveau changement : le Comité Exécutif de l’OLP sera élevé au rang d’Institution dirigeante suprême palestinienne, sa juridiction protant sur l’Autorité Palestinienne et le gouvernement palestinien.

Abu Mazen-Abbas façonne ce remaniement afin de garantir que son successeur immédiat en tant que Président de l’AP – probablement Erekat, que l’Occident connaît comme le principal négociateur palestinien – cèdera sa place lorsque le temps viendra d’ouvrir la voie à Yasser Abbas.

De cette façon, Mahmoud Abbas espère conserver le contrôle du mouvement palestinien entre les mains de sa dynastie. Son fils, âge de 52 ans, qui tire son nom de l’honneur rendu à Yasser Arafat disparu, a quitté Ramallah pour le Canada en 1997 et y a bâti sa carrière d’homme d’affaires.

Diplômé du Génie Civil de l’Université d’Etat de Washington, il possède un réseau de sociétés au Canada, dans le Golfe et dans la bande cisjordanienne, dont parmi elles Falco Tobacco, qui détient le monopole de la seule agence pour la distribution des cigarettes américaines dans le territoire palestinien.

Il circule de nombreuses rumeurs sur la façon dont il a fait fortune, y compris grâce à des pratiques de corruption au sein des cercles dirigeants palestiniens. On en sait très peu sur sa vision politique. Lorsqu’il est interviewé à l’occasion, il préfère insister sur la façon dont il faut de l’argent plutôt que de s’étendre sur le domaine des affaires publiques qui concernent son peuple. Ses bonnes relations à Washington seront, sans aucun doute, fort utiles, en vue d’ouvrir un nouveau chapitre avec l’Amérique, si et quand il prendrait le pouvoir. Aucune date n’est prévue pour une visite éventuelle d’Abbas à Téhéran. Il sera intéressant de voir qui il choisira d’enrôler pour l’accompagner, au sein du parti, si jamais ce voyage a lieu.

 

DEBKAfile Reportage Exclusif 25 août 2015, 11:02 AM (IDT)

Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENT

  1. Les Arabes n’ont rien à envier au népotisme des papes. Sûr qu’avec des méthodes aussi “démocratiques”, leur “Palestine” n’est pas près de voir le jour.
    Qui des 18 dirigeants de l’A. P. a envie de céder sa place, et sa fortune, à une personne qui ne serait pas issue de leur bande. mais que l’on se rassure, la haine du Juif est comme l’arbre qui cache la forêt. Ces Arabes pourront continuer à être aussi malhonnêtes autant qu’ils le souhaitent, ils auront toujours la bénédiction des occidentaux.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.