SEPT. 14 MISE À JOUR : Reuters réorganise l’histoire et corrige toutes les lacunes 

Suite à la publication de cette analyse, Reuters a complètement remanié son article. La version très problématique est toujours accessible sur The Jerusalem Post. Les changements spectaculaires et louables de Reuters commencent par le titre, qui a changé de 180 degrés. Le titre original soulignait la prétendue coopération de l’Iran et la prétendue belligérance d’Israël, déclarant : « L’Iran exhorte l’AIEA à « ne pas céder à la pression d’Israël », se dit prêt à coopérer ». Le titre mis à jour met l’accent sur l’obstination de l’Iran et les critiques de l’Allemagne à son égard, faisant passer le problème nucléaire iranien d’une simple plainte israélienne à une profonde préoccupation des puissances occidentales : « L’Allemagne déplore que l’Iran n’ait pas encore accepté l’offre nucléaire ».

De plus, un nouveau premier paragraphe soulignant les regrets allemands concernant le refus de l’Iran de coopérer remplace le paragraphe original qui reprenait les affirmations iraniennes selon lesquelles il coopère et suggère que la « pression israélienne » jette de l’eau sur l’atmosphère de coopération internationale autrement chaude et floue. Le paragraphe d’ouverture original disait:

L’Iran est prêt à poursuivre sa coopération avec l’organe de surveillance nucléaire de l’ONU, a déclaré lundi le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanaani, appelant l’agence à « ne pas céder aux pressions d’Israël » sur les activités nucléaires de Téhéran.

En revanche, le paragraphe d’ouverture mis à jour indique :

L’Allemagne a regretté lundi que Téhéran n’ait pas répondu positivement aux propositions européennes visant à relancer l’accord nucléaire de 2015, soulignant les faibles perspectives d’un accord bientôt, alors qu’Israël exhortait à agir pour empêcher l’Iran de devenir un État doté de l’arme nucléaire.

L’article mis à jour continue à rapporter dans le deuxième paragraphe:

Deux jours après que les puissances européennes ont déclaré avoir de « sérieux doutes » sur les intentions de l’Iran concernant l’accord, l’Iran a déclaré qu’il était prêt à continuer à coopérer. . . .

Les informations clés supplémentaires ajoutées dans l’article mis à jour incluent : « Les natures occidentales ont accusé l’Iran de rechercher des armes nucléaires. »

Enfin, l’article amendé ne présente plus les menaces iraniennes d’éliminer Israël comme une simple revendication juive (se référant à Israël « affirmant que Téhéran prône sa destruction »). L’article mis à jour rapporte maintenant clairement et avec précision que l’Iran « a appelé à l’élimination d’Israël ».

CAMERA salue les mesures importantes prises par Reuters pour rendre compte fidèlement des événements en cours concernant le programme nucléaire iranien.

L’IRAN ET REUTERS: HABITER L’ABÎME NUCLÉAIRE ET JOURNALISTIQUE

Il est de la responsabilité inhérente des agences de presse de passer au crible les affirmations et les allégations non vérifiées pour découvrir les vérités et exposer les mensonges. Les principes de confiance , codifiés par Thomson Reuters au milieu de la Seconde Guerre mondiale, l’ont dit le mieux : « Les clients du monde entier dépendent de nous pour leur fournir des nouvelles et des informations fiables et objectives.
Maintenant, alors que la communauté internationale se trouve potentiellement à un moment très précaire – le mois dernier, le chef des Nations Unies a averti que « l’humanité n’est qu’un malentendu, une erreur de calcul loin de l’anéantissement nucléaire » – l’intégrité journalistique et des reportages indépendants et attentifs, sans parti pris, les valeurs mêmes prisés dans les principes de Reuters, sont d’une importance primordiale.

 

 

Capture d’écran d’une séquence Reuters d’un défilé militaire iranien, le 18 avril 2015. La bannière indique « Mort à Israël ». Reuters présente les menaces iraniennes d’anéantir Israël comme une affirmation israélienne non vérifiée
Malheureusement, l’article d’aujourd’hui de Reuters sur l’accord très tendancieux avec l’Iran livre exactement le contraire : présenter des informations objectives comme des affirmations non vérifiées et obscurcir les évaluations consensuelles partagées par les pays occidentaux et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) comme rien de plus que des affirmations israéliennes belliqueuses ( « L’Iran exhorte l’AIEA ‘à ne pas céder aux pressions d’Israël’, se dit prêt à coopérer »).
Selon ce récit, la nature non violente du programme nucléaire iranien n’est qu’une allégation israélienne, loin d’être une préoccupation internationale exprimée par l’AIEA elle-même.
Ainsi, Parisa Hafezi de Reuters manipule :

Israël, largement considéré comme la seule puissance nucléaire du Moyen-Orient, s’est engagé à ne jamais permettre à l’Iran d’obtenir des armes atomiques, affirmant que Téhéran prône sa destruction. L’Iran nie avoir jamais recherché des armes nucléaires et affirme que son programme atomique est pacifique.

À aucun moment, Hafezi n’indique que l’AIEA elle-même, de sa propre initiative indépendante, a exprimé ses craintes d’un programme d’armement nucléaire iranien, positionnant la question bien au-delà d’une question de revendication ou de pression israélienne.
Ainsi, dans sa déclaration d’ aujourd’hui, le directeur général de l’AIEA, Mariano Grossi, déclare :

À moins et jusqu’à ce que l’Iran fournisse des explications techniquement crédibles sur la présence de particules d’uranium d’origine anthropique dans trois emplacements non déclarés en Iran et informe l’Agence de l’emplacement ou des emplacements actuels des matières nucléaires et/ou de l’équipement contaminé, l’Agence ne être en mesure de confirmer l’exactitude et l’exhaustivité des déclarations de l’Iran au titre de son accord de garanties généralisées. Comme elle ne l’a pas encore fait, l’Agence n’est pas en mesure de fournir l’assurance que le programme nucléaire iranien est exclusivement pacifique. (Soulignement ajouté.)

En effet, c’était précisément la conclusion du « Iran TNP Safeguards Report » de l’AIEA, publié le 8 septembre.
Mais Hafezi est complètement muet sur les conclusions de l’AIEA, faisant allusion de manière elliptique à des traces d’uranium sur des sites iraniens non déclarés tout en omettant de rapporter la conclusion de l’AIEA sur le refus de l’Iran de coopérer sur la question. Elle rapporte de manière sélective, coupant les points critiques de l’AIEA concernant l’obstruction de l’Iran au sujet des particules inexpliquées :

Le Conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) se réunit lundi, trois mois après avoir adopté une résolution exhortant l’Iran à donner des réponses crédibles aux enquêtes de l’agence sur les traces d’uranium sur trois sites en Iran.

Hafezi de Reuters dissimule également les propres soupçons des puissances occidentales sur le fait que le programme nucléaire iranien est destiné à des fins non pacifiques. Ainsi, elle rapporte :

Plus tôt ce mois-ci, l’Iran a envoyé sa dernière réponse au texte proposé par l’UE. Mais la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne ont déclaré samedi qu’elles avaient de « sérieux doutes » sur les intentions de l’Iran après avoir tenté de lier la relance de l’accord à la clôture des enquêtes de l’AIEA.

« ‘Sérieux doutes’ sur les intentions de l’Iran » concernant quoi, exactement ? Les intentions de l’Iran de revenir à l’accord ? Ou les intentions de l’Iran vis-à-vis de son programme nucléaire ? Hafezi ne précise pas clairement, et d’après le contexte, les lecteurs concluraient facilement que le scepticisme occidental se limitait aux intentions iraniennes de coopérer à un accord.
Il y a deux jours, les puissances occidentales ont en effet publié une déclaration exprimant des doutes sur les projets iraniens de revenir à un accord. De manière significative, la déclaration a également exprimé de sérieux doutes quant à l’objectif civil déclaré du programme nucléaire iranien, notant :

Dans ce package final, le coordinateur a apporté des modifications supplémentaires qui nous ont amenés à la limite de notre flexibilité. Malheureusement, l’Iran a choisi de ne pas saisir cette opportunité diplomatique cruciale. Au lieu de cela, l’Iran continue d’intensifier son programme nucléaire bien au-delà de toute justification civile plausible.

Il est frappant de constater qu’à aucun moment Hafezi ne rapporte que l’AIEA, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la France ont tous déclaré qu’ils doutaient fortement que le programme nucléaire iranien soit pacifique, diminuant l’inquiétude comme rien de plus qu’une charge israélienne étroite. En ignorant la position de l’organisme international de surveillance et des nations occidentales, le journaliste de Reuters renforce le récit iranien qui attribue la responsabilité de tout affrontement imminent à Israël.
Reuters ne parvient pas non plus à respecter ses principes de confiance en présentant les menaces iraniennes de détruire Israël – une réalité factuelle – comme rien de plus qu’une affirmation israélienne (Israël  » affirmant que l’Iran préconise sa destruction », souligne-t-il.)

Pour emprunter le langage du rapport mesuré (et ignoré) de l’AIEA, cette organisation n’est pas en mesure de fournir l’assurance que la couverture iranienne de Reuters est exclusivement indépendante et sans parti pris.

Jforum avec TAMAR STERNTHAL

Iran and Reuters: Inhabiting the Nuclear and Journalistic Abyss

2 Commentaires

  1. AP, Reuters, AFP ou quand les agences de presse se soumettent aux recommandations des gouvernements dont la politique arabe est une nécessité économique et sociale. Il n’y a pas de risque à critiquer l’état Juif. Je n’ose imaginer comment elles auraient reagi face à l’Allemagne nazie autrefois…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.