Quelque chose de grave se prépare en Judée-Samarie.

Alors que tous les regards sont tournés vers Gaza, quelque chose de grave se prépare en Judée-Samarie.

Malgré les déclarations selon lesquelles «le Hamas n’est pas intéressé par l’escalade», les développements sur le terrain pointent dans une direction différente. Parallèlement à cela, les sites en Judée-Samarie commencent à rappeler les jours de la deuxième Intifada.

Malgré les tentatives de la partie israélienne de remettre en question le bon sens de Yahya Sanwar, le chef du Hamas dans la bande de Gaza, et de s’interroger sur la justification de la prise de décision, l’organisation et son chef prennent des mesures relativement précises et calculées, le but n’a pas changé depuis ces dernières années.

En termes simples, le Hamas essaie de faire chanter Israël. C’était le cas à l’époque de Netanyahou qui permettait de faire rentrer 30 millions de dollars en cash de l’aide qatarie chaque mois, et c’est ainsi aujourd’hui. C’est le pari calculé du Hamas et de son leader.

Ce n’est pas un caprice ou une stratégie extraordinaire qu’Israël n’a pas reconnu – les émeutes, les ballons incendiaires, les tentatives de percer la barrière frontalière – tout était là avant pour promouvoir la compréhension d’un soulagement économique pour la Bande de Gaza.

« Celui qui a changé les règles du jeu n’était pas le Hamas, mais Israël », explique S., un commentateur bien connu de Gaza. Il s’agit de 10 millions de dollars, c’est l’histoire. Il fut un temps, Israël autorisait le partage de 30 millions de dollars chaque mois: 10 millions sont allés à la centrale électrique, 10 millions aux familles pauvres de la Bande et 10 autres millions sont allés à payer les salaires des responsables du Hamas dans la Bande. Maintenant, la situation a changé. Le dernier accord entre Israël et le Hamas dit que l’argent pour la centrale électrique continuera d’entrer, tout comme les familles pauvres. Mais l’argent destiné aux responsables du Hamas a été arrêté. Ce qui a poussé le Hamas à reprendre ses opérations contre Israël dans la zone frontalière.

Selon S., l’impression créée en Israël, que Gaza veut voir comme une escalade à grande échelle, est incorrecte. Personne n’a planifié l’incident au cours duquel quelqu’un a tiré sur un soldat israélien et l’a grièvement blessé. Quelqu’un avec une arme à feu a pris une initiative privée et a fait ce qu’il a fait. Mais maintenant, le prix que la bande paie pour cela est très cher», explique S., se référant à la décision prise par l’Égypte à la suite des manifestations de fermer le terminal de Rafah, bloquant ainsi la seule sortie des habitants de Gaza vers le monde extérieur. Il a dit que le Hamas voulait un soulagement du siège» de la bande de Gaza, pas au-delà. Israël essaie de formuler de nouvelles règles à cause du nouveau gouvernement dirigé par Bennett, et le Hamas n’est pas d’accord avec ces règles.

Depuis Mercredi dernier, des factions palestiniennes à Gaza ont appelé à de grands rassemblements de protestation contre le « siège » ou pour « Jérusalem » (l’explication varie d’un jour à l’autre) près de la frontière. Les forces de Tsahal face à la bande de Gaza ont reçu l’ordre de resserrer les procédures d’ouverture de feu suite à l’attaque contre le combattant Yamas, Barel Hadaria Shmueli. Le Jihad islamique s’est également empressé de déclarer que Gaza fait face à une campagne pour briser le « siège de la Bande ».

Dans la soirée, cependant, il était déjà évident que quelqu’un, à savoir Yahya Sanwar, avait pris soin d’appuyer fortement sur les freins et de calmer les vents. Les manifestations se sont cette fois concentrées sur Khan Younis et Rafah et ne sont pas devenues incontrôlables et quelques heures plus tard, Israël a annoncé une série de concessions à la bande de Gaza. Et la grande question demeure bien sûr: a quand viendra le prochain round?

Pendant ce temps en Judée-Samarie

Tandis que tous les regards sont tournés vers Gaza, quelque chose bourdonne en Judée-Samarie. Il peut être inspiré par les événements de Mai à Gaza et peut-être à cause d’autres développements, mais il semble que les portes de la Judée-Samarie ne soient plus aussi silencieuses qu’elles l’ont été ces dernières années. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une flambée populaire à la manière d’une intifada et que les masses soient loin d’inonder les rues, ce « quelque chose » peut déjà être vu et ressenti dans les grands camps de réfugiés. Ce fut le cas dans le camp de réfugiés de Jénine la semaine dernière, lorsqu’une force d’infiltration de la police des frontières a rencontré des hommes armés qui ont ouvert le feu sur eux, et quatre Palestiniens ont été tués dans l’échange de coups de feu.

La guerre pour les territoires disputés.

Il en va de même de l’activité de Tsahal cette semaine dans le camp de réfugiés de Balata près de Sichem/Naplouse, dans l’activité d’une force de parachutistes, au cours de laquelle un jeune Palestinien qui voulait lancer un cocktail Molotov sur les soldats a été abattu. Les cocktails Molotov ne sont pas rares ces jours-ci en Judée- Samarie, mais le lendemain, les funérailles du garçon de 15 ans, Imad Hashash, ont eu lieu à Naplouse. L’Autorité palestinienne a d’abord organisé une cérémonie funéraire militaire, apparemment pour empêcher les funérailles de devenir incontrôlables, puis le corps du garçon est arrivé au camp de réfugiés. Là, on pouvait déjà voir les dizaines d’hommes armés de diverses organisations, dont certains marchaient le visage découvert, dans des vues rappelant celles oubliées de l’époque de la deuxième Intifada.

Ces camps se sont armés depuis et probablement pour toujours. Et pourtant, à un moment donné, peu de temps après l’accord recherché entre Israël et l’Autorité palestinienne en 2006, ces hommes armés sont devenus un phénomène plutôt rare dans les rues de Judée-Samarie, alors que l’Autorité palestinienne interdisait le port d’armes en public. Ces dernières années, les armes sont redevenues un phénomène courant, et la plupart de ceux qui les portent sont des membres du Fatah, qui ne sont pas pressés de les utiliser contre Israël, pas du moins à des fins terroristes, mais qui osent déjà (plus) tirer contre les forces de Tsahal et parfois contre l’AP.

Ces miroirs sont-ils liés au déclin du statut de l’Autorité palestinienne? Il ne fait aucun doute que le soutien à l’Autorité palestinienne s’est considérablement affaibli parmi le public en Judée-Samarie, pour diverses raisons. D’abord à cause de ce qui s’est passé à Jérusalem pendant le ramadan, m’a expliqué un ami palestinien. Les manifestations près de la vieille ville de Jérusalem étaient spontanées et populaires et indépendamment du Fatah et de l’Autorité palestinienne. Ajoutez à cela l’annulation des élections prévues et la mort en prison de Nizar Banat, l’un des critiques les plus virulents de l’AP, ainsi que la campagne entre le Hamas et Israël en Mai.

Toutes ces raisons ont contrarié l’image de marque de l’autorité palestinienne. La position politique de l’Autorité palestinienne s’est beaucoup affaiblie et son soutien est parmi les plus bas jamais enregistrés. Selon le même collègue palestinien, les États-Unis sont actuellement intéressés par le renforcement de l’Autorité palestinienne, pour assurer sa survie et le maintien de la paix sécuritaire, mais les Américains éprouvent également des difficultés à le faire, en raison de la situation économique difficile de l’Autorité palestinienne et du manque de développements politiques. Les morts du côté palestinien ne font qu’augmenter chaque jour, et les dommages causés au budget de l’Autorité palestinienne sont exacerbés par la décision israélienne de déduire l’argent de la subvention pour les familles des prisonniers et des martyrs.

Mais la crise ne s’arrête pas avec le budget et les relations avec le Hamas et Israël. Au sein du Fatah également, les guerres de succession entre héritiers potentiels s’intensifient. D’après des sources palestiniennes, il est en fait devenu le principal décideur de l’AP après le président de l’AP Mahmoud Abbas (alias Abou Mazen), tout en essayant de nuire autant que possible à un autre candidat à la succession, Jibril Rajoub.

Les luttes internes et l’affaiblissement de l’opinion publique peuvent expliquer la multiplicité des hommes armés et l’apparition de la seconde Intifada. Ceci, bien sûr, est conforme à la détérioration du statut d’Abou Mazen. Le chef, jusqu’à récemment l’homme par qui rien ne serait réglé en Judée-Samarie, n’est plus un réel facteur. Un ancien haut fonctionnaire de l’AP m’a expliqué cette semaine que cet organe non pertinent appelé l’AP est dirigé par un homme très âgé (86 ans) et deux consultants. C’est fondamentalement ce qui anime cette entité et ce qui la fait respirer à peine. La question qui continue de hanter beaucoup est de savoir à quoi ressemblera le jour d’après le vieil homme. Qui héritera de sa place, et peut-être plus important encore – qu’arrivera-t-il à toutes ces dizaines sinon centaines d’hommes armés, qui le lendemain se sentiront moins déterminés à se taire.

JForum ‒ Infos Israel-news ‒ Divers

1 COMMENTAIRE

  1. Soit il faudra désarmer tous les palestiniens de judee et de gaza soit il faudra que Tsahal leur rentre dedans et liquide tous les chefs politiques , enfin il faudra faire en sort que les palestiniens rentrent en Jordanie c’est leur seule nation..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.