(COMBO) This combination picture created on September 18, 2019 shows, Benny Gantz (R), leader and candidate of the Israel Resilience party that is part of the Blue and White (Kahol Lavan) political alliance, waving to supporters in Tel Aviv early on September 18, 2019, and Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu addressesing supporters at his Likud party's electoral campaign headquarters in Tel Aviv early on September 18, 2019. - Netanyahu and his main challenger Gantz were locked in a tight race in the country's general election after polls closed, exit surveys showed, raising the possibility of another deadlock. Three separate exit polls carried by Israeli television stations showed Netanyahu's right-wing Likud and Gantz's centrist Blue and White alliance with between 31 and 34 parliament seats each out of 120. (Photo by Emmanuel DUNAND and Menahem KAHANA / AFP)

Gantz obtient le mandat, mais Bibi garde les cartes en main

Avant-hier soir, le président israélien Reuven Rivlin a officiellement remis à Benny Gantz et au parti Bleu-Blanc le mandat de former un gouvernement.

Il n’avait guère le choix, car la Liste unie (arabe et fortement antisioniste) a déclaré qu’elle soutiendrait un gouvernement minoritaire dirigé par Gantz, tout comme Avigdor Lieberman et son parti Yisrael Beiteinu.

Ensemble, ces divers partis totalisent 61 à 62 sièges, et à cause de cela, le président Rivlin n’a eu d’autre choix que de confier à Gantz le mandat de former un gouvernement dirigé par le parti bleu-blanc.

Mais Gantz ne parviendra pas à former un gouvernement aussi étroit. Le nombre de 61 sièges est basé sur la parole des chefs des partis qui se sont engagés à apporter leur soutien au parti bleu-blanc lors du vote de la Knesset pour établir un gouvernement. Cependant, cela ne signifie pas que le résultat favorable suivra.

Dans le cas de Gantz, deux personnes (Zvi Hauser et Yoaz Handle) de son propre parti ont déclaré qu’elles ne voteraient pas pour un gouvernement étroit qui repose sur un parti arabe antisioniste. Orly Levi-Abaksis (Labor-Gesher) l’a dit aussi. De plus, il y en a d’autres dans le parti Telem (branche de Moshe Yaalon au Parti bleu-blanc), qui sont susceptibles de suivre Hauser et Handle, comme Orli Fruman et Andrei Kozhinov. Le parti Bleu et Blanc avait d’ailleurs promis qu’il ne s’allierait pas à la Liste Arabe, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles ces rebelles du parti se sentent solidaires des premières défections.

Ce refus de permettre à un gouvernement d’être redevable à certains membres du parti arabe n’est pas basé sur un boycott raciste et général des partis ou des politiciens arabes comme certains le diront sûrement, mais parce que la Liste unie comprend plusieurs membres qui soutiennent le terrorisme contre Israël et sont ouvertement attachés à la destruction d’Israël.

Certains, comme Ahmad Tibi, ont régulièrement voyagé à l’étranger, pour y rencontrer les ennemis d’Israël, comme Assad en Syrie, afin de coordonner une stratégie pour affaiblir et miner Israël de l’intérieur… tout en siégeant au Parlement israélien. En tant que tel, plusieurs des membres centristes du Parti bleu-blanc ne peuvent pas accepter un gouvernement étroit qui soit ouvert au chantage de parlementaires antisionistes travaillant avec les ennemis d’Israël. La pression publique est immense à cet égard ; des familles de victimes du terrorisme se sont tournées vers les réseaux sociaux pour lancer des appels personnels au chef de la coalition de Gantz et de Telem, Moshe «Bogie» Yaalon, et rappeler que les paroles de réconfort qu’il a personnellement adressées aux familles lésées en tant que chef d’état-major ou ministre de la Défense sonnent creux, maintenant que son propre parti tend la main aux parlementaires arabes qui ont applaudi et félicité les terroristes responsables des attaques ayant tué leurs proches.

Ainsi, le nombre de 61 sièges correspondant aux votes à la Knesset se traduit plutôt soudainement par 58-59 postes réels, voire moins – à savoir, que ce n’est pas assez pour former un gouvernement restreint de gauche, ou de centre-gauche. Pour cette raison, Gantz a finalement le mandat de Rivlin pour former un gouvernement, mais en même temps, il ne peut pas réellement former une coalition solide. Cela signifie qu’il devra revenir vers l’actuel Premier ministre Bibi Netanyahu et son parti Likoud pour former un gouvernement d’unité nationale, puisqu’il n’a pas assez d’argument pour former un gouvernement restreint de gauche et de centre-gauche. Pour cette raison, Gantz a finalement le mandat de Rivlin pour former un gouvernement, mais en même temps, il ne peut pas réellement former un gouvernement. Cela signifie qu’il devra transformer l’actuel Premier ministre Bibi Netanyahu et son parti Likoud pour former un gouvernement d’unité nationale. ou encore moins – à savoir, pas assez pour former un gouvernement étroit de gauche, de centre-gauche. Pour cette raison, Gantz a finalement le mandat de Rivlin pour former un gouvernement, mais en même temps, qu’il n’a pas les moyens d’y parvenir.

Mais à quelles conditions pourrait se former un gouvernement d’unité nationale? En fin de compte, ce sera aux conditions de Netanyahu. Premièrement, parce que le Likud est plus important numériquement que Bleu et Blanc, ce qui laisse penser au public que Netanyahu est le plus convenable pour être le Premier ministre. De plus, les dynamiques politiques sous-jacentes de ce cycle sont très différentes de celles des deux derniers tours et semblent favoriser Netanyahu. Non seulement le Likoud a obtenu plus de sièges (contrairement aux première et deuxième élections de cette année au cours desquelles il a perdu des sièges après chaque tour), mais il existe une menace plus large pour Gantz et son leadership dans son ensemble. Tout d’abord, Bleu et Blanc est idéologiquement en conflit interne, mais unifié uniquement dans le but d’évincer Netanyahu – une mission qui, après trois tours, n’a pas été remplie et semble maintenant même reculer. Deuxièmement, La tentative maladroite de Gantz de tendre la main aux partis arabes antisionistes – ce qu’il a fermement nié qu’il ferait pendant toute la campagne électorale – n’est pas une promesse marginale, comme l’indique le lâchage de Hauser et Handle. Bien que les sondages ne le montrent pas encore, cela pourrait bien se traduire par un gros problème électoral lors des prochaines élections.

Bien que le mandat ait été donné à Gantz, le président Rivlin a fortement appelé à un gouvernement d’unité nationale entre Bleu et Blanc et le Likud, sur lequel l’autre parti du centre, celui d’Avigdor Lieberman, insiste également. En début de cette semaine, Netanyahu a proposé un tel gouvernement, mais Gantz l’a rejeté selon les conditions de Bibi, arguant qu’il avait les moyens de former son propre gouvernement et donc que tout gouvernement d’union nationale devrait l’être selon ses propres conditions. Il a insisté sur plusieurs postes importants du cabinet (dont la justice, l’éducation et la défense), sur la rotation et l’inclusion de tous les partis – Netanyahu et la droite (avec Hauser, Handle et Levi-Abaksis) refusant de le suivre sur ce terrain houleux. Après avoir confié le mandat à Gantz, cette «menace»  ne devrait plus jouer un effet de levier, mais apparaître comme un bluff vide dans une large mesure, ce qui est utile pour Netanyahu,

Donc, dans l’ensemble, bien que Gantz détienne actuellement le mandat, en dessous de table, Netanyahu semble détenir les cartes.

À propos de David Wurmser

Le Dr David Wurmser est directeur du projet du Centre pour la politique Sécuritaire sur l’antisémitisme mondial et la relation américano-israélienne. C’est un ancien officier du renseignement de la Réserve navale américaine ayant une vaste expérience de la sécurité nationale, travaillant pour le Département d’État, le Pentagone, et comme vice-président Dick Cheney et le Conseil de sécurité nationale.

centerforsecuritypolicy.org

12 Commentaires

  1. Le plus grand problème ce n’est pas celui des implantations , le gouvernement procedera la l application de la souveraineté Israelienne tant sur le plateau du Golan, que sur les implantations de la vallée du Jourdain et de la Judée Samarie (ex cisjordanie) . Mais la Loi votée , immédiatement la Cour suprême jugera l annulation des ces Lois. Donc le problème crucial est celui de couper les ailes politiques de la Cour suprême et la renvoyer a ses obligations juridiques et non législative. Si cela ne se fait pas, il y aura toujours un deputa arabe qui saisira la cour laquelle s’empressera de leur donner gain de cause contre l avis de 95 % des juifs et Israeliens

  2. C’est horrible pour Israël !!! Comment faire confiance à la gauche alors qu’elle est alliée aux partis arabes qui veulent éliminer les Juifs et Israël et qui sont à la Knesset ? Ils sont de la même lignée que ceux qui ont donné la Bande de Gaza et la cisjordanie. Et on voit le résultat aujourd’hui !!!! Mon D.ieu, mais ils ne peuvent pas laisser leur « égo » de côté et ne penser qu’au bien d’Israël Etat Juif ? Am Israël Haï !! On ne peut que prier HM pour que les Juifs d’Israël s’unissent pour le bien de Eretz, pour pouvoir faire face à leurs ennemis qui sont aussi les nôtres ! Beezrat HM pour éliminer enfin amalek !!!!

  3. VRAIMENT C’EST SCANDALEUX A PLUSIEURS NIVEAUX.COMMENT UN GOUVERNEMENT ISRAELIEN ET JUIF PEUT IL COMPRENDRE DANS SES RANGS DES ELUS ARABES ANTISEMITES ET ANTISIONISTES,COMMENT PERMET IL DE FAIRE ENTRER DES ELUS ARABES MAIS SURTOUT UNE FEMME VOILEE A LA KNESSET,CHOSE QUE MEME LE GOUVERNEMENT FRANCAIS ARABOPHILE N’A OSE FAIRE POUR LE MOMENT.J’AI TOUJOURS DIT QUE LES ARABES EN ISRAEL ETAIENT UNE 5e COLONNE,UN VERITABLE CHEVAL DE TROIE.J’ESPERE DE TOUT COEUR QUE GANTZ,LIEBERMAN ET SURTOUT LES ARABES VONT DISPARAITRE DES ECRANS RADARS POUR LA SURVIE D’ISRAEL ET DONC DU PEUPLE JUIF.QU’ON NOUS LAISSE NATHANYAOU POUR DES « SIECLES »ENCORE.QUE HACHEM AIDE LES ISRAELIENS A FAIRE LE BON CHOIX ET SURTOUT A SE RECONCILIER.L’UNION FAIT LA FORCE.

  4. et s’il y avait un gouvernement d’ Union , qu’en serait-il du 1er ministre ??
    Je pense que LIEBERMAN de toute façon n’existera plus et les arabes non plus , ils pourront se consoler ensemble ces deux nullités !!!

  5. L’article montre la situation actuelle, elle reste bloquée comme par le passé, avec une différence de taille, le peuple connait les enjeux. C’est à dire que les 2 acteurs principaux qui ont bloqués la situation jusqu’à ce jour, c’est à dire Gantz et Lieberman ont rabattu leurs cartes, les cartes de la trahison du peuple d’Israël en s’alliant avec la Liste Unie hostile au peuple et à l’Etat d’Israël. Aux prochaines élections le camp de Bibi remportera la mise, Lieberman disparaitra de l’échiquier politique d’Israël et Gantz sortira affaiblit. La liste gauchiste d’Avoda-Gescher-Meretz risque aussi de disparaitre de échiquier politique d’Israël. Gantz pourra fanfaronner pendant 2 semaines encore, ensuite Bibi pourra abattre ses cartes pour éliminer déjà les imposteurs Gantz-Lieberman ou aller à des nouvelles élections que Bibi gagnera haut la main. Le vent a tourné, l’imposteur, menteur et clown Gantz a perdu son pari diabolique de mettre en danger l’existence même d’Israël.

  6. je lis: »la Liste unie comprend plusieurs membres qui soutiennent le terrorisme contre Israël et sont ouvertement attachés à la destruction d’Israël.
    Certains, comme Ahmad Tibi, ont régulièrement voyagé pour rencontrer les ennemis d’Israël, comme Assad en Syrie, afin de coordonner une stratégie pour affaiblir et miner Israël de l’intérieur… tout en siégeant au Parlement israélien. »
    COMMENT EST-CE POSSIBLE? CELA VIOLE LA LOI FONDAMENTALE DE LA KNESSET qui exige une declaration d’ allegeance a l’ etat JUIF ET DEMOCRATIQUE D’ ISRAEL (12/2/1958 articles 7A, 15, 16 et 16A) POURQUOI LES VIOLEURS DE LA LOI N’ ONT PAS ETE EXPULSES DE LA KNESSET??? Et qu’ on ne me dise pas que c’ est la faute de la cour supreme qui les aurait reintegre car il aurait suffi alors de faire un referendum national pour contrer les viols de la loi par la cour supreme. QUELQU’ UNPEUT-IL ‘ EXPLIQUER CETTE ABERRATION???

    • Vous avez parfaitement raison. Le probleme a la base de tout ce meli melo poliique st du en grand partie au mode de scrutin israelien. La proportionnelle integrale est une fumisterie inconcevable. Sous l’angle de democratie, poussee a l’extrememe, on flirte avec l’anarchie politique. C’est ce que vit Israel depuis septembre dernier. Il y a beaucoup trop de parties politiques (environ 25 je crois) et pour operer ce changement a la constitution il faut l’unanimite. Cela releve du miracle!!! d’un autre cote, comment peut-on effectivement accepter des partis arabes contre Israel a la Knesset??? Malhereusement je n’ai pas la reponse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.