Frappe aérienne à la frontière irakienne : 10 miliciens tués

3
4685

Au moins 10 miliciens tués dans des frappes aériennes en Syrie


INN – Au moins 10 miliciens ont été tués dans des frappes aériennes en Syrie près de la frontière irakienne, a déclaré mardi un groupe d’observateurs basé à Londres.

Selon un rapport de l’Observatoire syrien des droits de l’homme, au moins 10 individus auraient trouvé la mort dans des frappes aériennes sur des positions occupées par des milices chiites pro-iraniennes à Al Bukamal, en Syrie, près de la frontière irakienne.

Certains médias arabes, notamment Al-Afaq en Irak, ont affirmé qu’Israël était à l’origine des frappes aériennes.

La semaine dernière, une base appartenant à des milices dans la même région a été attaquée par un avion non identifié. Al-Arabiya a rapporté que 21 miliciens avaient été tués dans l’attaque aérienne.

Il y a eu plusieurs attaques contre les milices irakiennes au cours des dernières semaines qui ont été attribués à Israël, qui n’a pas fait de commentaires sur les rapports.

Fin août, deux hauts responsables américains ont déclaré au New York Times qu’Israël avait mené plusieurs frappes aériennes sur des entrepôts de munitions pour des groupes soutenus par l’Iran en Irak.

Un haut responsable des services de renseignements du Moyen-Orient a déclaré au journal qu’Israël avait bombardé une base au nord de Bagdad le 19 juillet.

L’attaque du 19 juillet a touché une base qui, selon le responsable des renseignements du Moyen-Orient, avait été utilisée par les gardiens de la révolution iranienne pour transférer des armes en Syrie.

(Photo – Wiki Commons)

Une frappe aérienne cible des milices soutenues par l’Iran proches de la frontière irako-syrienne, selon des médias

Une chaîne irakienne attribue la frappe à Israël ■ Une semaine après la frappe meurtrière de milices en Syrie qu’un responsable syrien a imputé à Israël

Grève en Syrie, juillet 2019.
SANA / Reuters

Une frappe aérienne a ciblé lundi 16 septembre, des milices soutenues par l’Iran près de la frontière entre l’Irak et la Syrie, selon des médias dans les deux pays. Une chaîne d’information irakienne a attribué l’attaque sur Al Bukamal à Israël.

La frappe présumée aurait eu lieu une semaine après que vingt et une personnes auraient été tuées dans une explosion dans un entrepôt d’armes  utilisé par les milices affiliées à l’Iran dans la province irakienne d’Anbar. Les sources militaires irakiennes et les reportages dans les médias arabes n’ont pas précisé qui en était responsable, mais cet incident était lié à de récents bombardements dans le pays, dont certains imputables à Israël.

L’explosion tuant 21 miliciens, était survenue un jour après que des  drones ont frappé des milices soutenues par l’Iran dans l’est de la Syrie, tuant au moins 18 combattants. Un responsable syrien de la sécurité avait déclaré que des avions de combat israéliens avaient organisé les frappes aériennes, mais avait nié qu’il y ait eu la moindre victime.

Une série de frappes récentes en Irak ont été attribuées à Israël, certaines se déroulant près de la frontière syrienne. Les attaques visaient des milices chiites affiliées à l’Iran, afin de déjouer les tentatives d’introduction clandestine d’armes en Syrie.

Le mois dernier, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que l’Iran ne jouissait d’aucune immunité et que les forces militaires israéliennes “agiront – et agissent actuellement – contre elles”.

Plus tôt ce mois-ci, Israël et le Hezbollah, groupe libanais soutenu par l’Iran, ont échangé des coups de feu pour la première fois depuis des années. Le Hezbollah a lancé des missiles antichars sur un véhicule blindé israélien près de la frontière, sans faire de victimes. Israël a riposté par des tirs d’artillerie dans le sud du Liban. Le Hezbollah a déclaré que l’attaque était en représailles contre une frappe aérienne israélienne près de Damas le mois dernier qui a tué deux de ses membres recrutés par la Force Al Quds de Soleimani. Israël a déclaré que l’attaque avait déjoué une équipe d’attaque de drones orchestrée par l’Iran, devant frapper les centres de population israélienne. Quelques jours après la frappe aérienne, le Hezbollah a annoncé que deux drones d’attaque présumés israéliens (mais cela n’a jamais été démontré) se sont écrasés à Beyrouth.

Associated Press a contribué à ce rapport. 

3 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.