DUNKERQUE LE 4 NOVEMBRE 2015.

L’Association France-Israël commémore la mémoire d’ ITZHAK RABIN 

 

Nous sommes réunis ce soir pour nous souvenir qu’il y a juste 20 ans, le 4 novembre1995, Igal Amir, un extrémiste juif israélien assassinait le premier ministre d’Israël, Itzhak Rabin. Nous sommes réunis non pas pour faire ce que l’on dit trop communément, un devoir de mémoire, mais un travail de mémoire qui consiste à mettre au travail la mémoire devant l’histoire. Retenons seulement ceci : dans ce Proche-Orient si compliqué les hommes qui ont su faire la guerre, ont su aussi faire avancer la paix : Menachem Begin, Anouar el Sadate, Yasser Arafat dans une très faible mesure, Hussein de Jordanie, et bien sûr Ytzhak Rabin dont le souvenir nous rassemble ce soir. Sans doute aurait-il poursuivi son combat pour la paix mais sans que nous sachions aujourd’hui s’il l’aurait obtenu…

Cependant, ne nous leurrons pas. Aujourd’hui, l’antisémitisme en Europe et ailleurs  s’affiche impunément avec une rare violence. Jamais depuis la seconde guerre mondiale, il ne s’est exprimé aussi fortement tant en actes qu’en paroles. Il s’accompagne d’une haine d’Israël sans précédent alors qu’Israël, malgré ce qu’il subit depuis plusieurs semaines reste la seule grande démocratie dans la région. Mais que faire face à des attaques au couteau, que dire des médias français pour ne citer qu’eux, dont aucun ne parlent jamais d’attaques terroristes. Un Palestinien qui tue un vieil homme de 75 ans, une jeune fille, des soldats, des soldates, des enfants, un autre qui s’empare d’un fusil M16 et tue deux civils, un autre encore qui fonce avec sa voiture sur des civils, pour les médias français, ce sont toujours des Palestiniens qui attaquent, jamais des terroristes palestiniens… Des violences antisémites au couteau à Marseille ou en Belgique ne sont toujours selon les médias que des actes de déséquilibrés. Nous savons que c’est faux. Seul un homme dans le monde occidental a été plus courageux qu’aucun responsable politique français pour ne parler que d’eux. Je cite le Pape François dans son discours du 28 octobre à l’église pontificale Grégorienne de Rome : « Il peut y avoir des désaccords politiques entre gouvernements et sur les questions politiques, mais l’État d’Israël a parfaitement le droit d’exister dans la sécurité et la prospérité-Puis plus loin- Attaquer les juifs ou Israël relève de l’antisémitisme ».  Notons aussi la bienveillance de Mahmoud Abbas vis à vis de ces attaques terroristes préconisées il y a quelques mois par Daech mais qui sont aussi l’écho lointain du meurtre de 67 juifs le 24 août 1929 à Hébron, assassinés au couteau par leurs voisins Palestiniens.

Faut-il encore rappeler que malgré l’histoire mouvementée d’Israël, diasporique pendant près de 2000 ans, nationale depuis le 14 mai 1948,  Israël  a atteint le niveau de vie des nations occidentales les plus développées. Il est rappelons-le encore le pays le plus démocratique de la région : liberté d’expression, liberté de la presse, droit de vote…Qui peut oser dire qu’Israël pratique l’apartheid alors que les arabes israéliens ont le droit de vote et que 7 députés arabes israéliens siègent à la Knesset, le parlement israélien…Mais que par contre il n’y a pratiquement plus aucun juif dans les pays du Maghreb. Qui sait que 900 000 d’entre eux sont partis ou ont été chassés depuis 1948 et qu’aucun pays arabe ne veut plus de juifs sinon qu’à les soumettre…De quel côté est l’apartheid ? Qui enfin ose dire que si le Mont du Temple est le 3e lieu saint de l’Islam, il est le premier lieu saint du Judaïsme puisque sous le mont du Temple il y a les deux temples de Salomon…Qui s’offusque encore quand l’UNESCO  vote une résolution reconnaissant que le tombeau des patriarches et le tombeau de Rachel hauts lieux saints du Judaïsme sont à présent musulmans comme d’ailleurs le tombeau de Joseph que les Palestiniens se sont réappropriés comme lieu musulman en le peignant en vert, avant de le brûler comme lieu juif…Si ce n’est pas du négationnisme dites-nous ce que c’est ? Comme quoi aussi, quand on veut se réapproprier le symbole des autres, on s’embrouille facilement dans les signifiants…  Rappelons encore notre contexte local. Depuis 1995, Dunkerque est jumelé avec Gaza. Depuis 2007, le Hamas règne à Gaza devenu un territoire sous contrôle islamique, infiltré depuis peu par Daech. Aucune autorité dunkerquoise alors qu’elle s’offusque des actions des islamistes et de Daech de par le monde ne s’offusque d’un tel jumelage…Silence total…

Samedi passé, plus de 100 000 personnes se sont réunies place Rabin à Tel-Aviv, conscients des tensions actuelles, conscients du message de paix que prônait leur Premier ministre assassiné.

La paix passera nécessairement par la création d’un État palestinien. Encore faut-il qu’il y ait des frontières et un vrai chef d’état. Nous ne savons évidemment pas quand il adviendra tant parfois ses chances s’éloignent tant elles dépendent aussi du courage des chefs politiques mais aussi des nations qui entourent Israël qui ne l’ont toujours pas reconnu et qui parfois même veulent le détruire sans que l’occident s’en offusque. Qu’importe, Israël se développera toujours dans tous les domaines où il peut briller de par le monde. Et puis espérons, rêvons encore qu’Israël obtienne une nouvelle fois le prix Nobel de la paix, mais cette fois-là pour une paix définitive. Mais il y a un préalable à cette échéance qui ne sera possible que si les musulmans palestiniens reconnaissent qu’avant eux, sur cette terre d’Israël il y avait des juifs et donc, qu’avant l’Islam il y avait le Christianisme et encore avant, le Judaïsme, la première religion monothéiste.

                                                                                             Jean-Marc ALCALAY.

1 COMMENTAIRE

  1. « La paix passera nécessairement par la création d’un État palestinien. »

    Il existe déjà deux états palestiniens : la Jordanie et Israël. Non, la paix passera par le rattachement des zones à majorité arabe, zones A et B d’Oslo, à la Jordanie et de la zone C à Israël avec la souveraineté totale sur Jérusalem et expulsion en Jordanie, s’il le faut, des arabes les plus hostiles de la ville. Avec sûrement des retraits et échanges de population entre les trois zones.

    Quant à Gaza, ne pouvant la rattacher à l’Égypte, la seul solution réaliste est d’en faire une cité-État comme Singapour. Avec sa position au bord de la méditerranée, comme voisin Israël et son activité économique et le gaz offshore dont une partie pourrait lui revenir, Gaza pourrait être un vrai paradis avec un niveau de vie élevé. Au préalable il faudra certainement liquider le Hamas ou le convertir…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.